Droite vs. gauche; liberté vs. égalité

Il y a quelques jours, j’ai reçu l’invitation de participer à un panel qui aura lieu lundi prochain au Musée de la civilisation. Le sujet:  Gaz de schiste, éolien, uranium, pétrole: faut-il toujours dire non?

Cela aura lieu lundi prochain, le 6 décembre, à 19h30 au Musée de la civilisation à Québec. Si vous voulez y participer, consultez le site de l’émission "Participe présent" et inscrivez-vous!

D’ici là, vous devinez bien que je me suis donné tout un plan de lecture. Je serai donc moins productive sur mon blogue cette semaine.

Il y a toutefois des bijoux de texte que je vois passer et qui sont délectables. Je vous recommande donc aujourd’hui celui de Jacques Brassard: Gauche-droite, droite-gauche. Sans oublier celui qui porte spécifiquement sur le sujet de la semaine prochaine: Développement zéro.

Bonne lecture!

About these ads

13 réflexions sur “Droite vs. gauche; liberté vs. égalité

  1. Gaz de schiste, éolien, uranium, pétrole,,,

    et poêles à bois presque 100% non-polluants (ça existe!)…

    : faut-il toujours dire non?

    p.s.
    Dans certains pays européens, ils développent le chauffage au bois non-polluant et à Montréal, ils l’interdisent! Comme si nos propriétaires forestiers et bucherons, avaient besoins de cette interdiction…

    p.p.s.
    Je ne suis pas contre l’uranium, mais faut s’assurer que Gentilly 2 ne soit pas un gouffre financier… (ce qui risque d’arriver, comme presque partout ailleurs )

  2. et poêles à bois presque 100% non-polluants (ça existe!)…

    Bravo pour l’idée!

    Pas de pollution. Pas d’émissions de gaz. Pas de problème d’approvisionnement. Pas de cendres à enfouir. Des super-bûches que l’on entreposer dans son placard. Pas de problèmes d’espaces. Un retour vers notre beau passé nostalgique. Enfin un beau rêve pour notre classe ouvrière. Comme cela elle sera plus ouverte à notre socialisme gauchisant. 

    Enfin! J’ironise quelque peu.

    P.S.: Nos parents ou grands-parents ont sûrement fait une grave erreur d’abandonner le bois pour l’huile à chauffage, le gaz naturel ou la trop facile et trop propre électricité.

    • @ François D.

      J’aime bien votre réplique ironique. Je vais y répondre sérieusement:

      Vous dites:

      "Pas de pollution"

      Les nouveaux poêles "à haut rendement", sont vraiment pas/peu polluants.

      Extrait d’une pub de France:

      "Rappelant le chauffage d’antan, le poêle à bois est devenu aujourd’hui un élément incontournable de modernité dans une pièce à vivre.

      Economisez sur votre facture énergétique :
      Certains poëles atteignent un rendement de 85% !
      Une consommation de bois réduite pour une chaleur vraiment plus agréable… le chauffage au bois est vraiment l’alternative !
      Simple à mettre en oeuvre, très rentable dans notre région forestière, décoratif et durable, un poële à bois augmente la valeur de votre maison.

      Bon à savoir : vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 40% sur l’acquisition de certains foyers au titre de la promotion des énergies renouvelables ! "

      http://www.les-arcades.com/poele.php

      ***

      Vous dites:

      "Pas d’émissions de gaz".

      Moins que si le bois se décompose en forêt.

      Vous dites:

      "Pas de problème d’approvisionnement."

      Euh, plus les forêts seront privatisées, mois il y aura ce genre de problèmes. Pour l’instant, 92% de la superficie totale du Québec est collectivisée. Le rendement des terres privées est beaucoup plus élevé que les terres "communistes". En plus, en vendant ces terres aux Québécois, le gvt pourrait payer une partie de sa dette…

      Et pour l’emploi -en région- c’est une très bonne chose:

      Extrait:
      "C’est une filière d’approvisionnement locale, créatrice d’emplois : à énergie distribuée égale, l’exploitation du bois induit 3 fois plus d’emplois que l’utilisation du fioul ou du gaz. Dans une région boisée comme la nôtre, la mise en place de filières bois de proximité pérennes permettrait de réinjecter localement les dépenses de chauffage, au lieu de les exporter."

      ***

      Vous dites:

      "Pas de cendres à enfouir"

      C’est bon pour remplacer le sel à déglacer ($) ou pour faire du compost.

      Vous dites:

      "Un retour vers notre beau passé nostalgique"

      Ah, là rien à redire et pourquoi pas? Rien ne remplace la chaleur d’un poêle, et c’est plus romantique que des "cailles" électriques.
      :-)

      Vous dites:

      "Enfin un beau rêve pour notre classe ouvrière."

      Je viens d’un milieu assez aisé et c’est très populaire parmi la "classe bourgeoise", aussi.

      Vous dites:

      "Nos parents ou grands-parents ont sûrement fait une grave erreur d’abandonner le bois pour l’huile à chauffage, le gaz naturel ou la trop facile et trop propre électricité."

      Oui, oui et encore oui. Le chauffage au bois EST le chauffage le plus efficace.

      Et il existe aussi des chaufferies commerciales très performantes…

      p.s.
      Et c’est vrai qu’en Europe, la ‘filière’ du chauffage par le bois, est PLUS avancé qu’ici !!!

  3. Sur le sujet des gaz de shale, peut-il y avoir un dialogue constructif entre un ingénieur géologue comme Jean-Yves Lavoie, spécialiste de l’exploration et exploitation gazière et pétrolière – je l’ai eu comme élève dans mes cours d’exploration géophysique en génie géologique à l’UQAC- et Françoise David, co-chef d’un parti politique de gauche, et par nature et idéologie, allergique au développement technologique qui peut comporter des risques environnementaux aussi minimes soient-ils? J’en doute. Et de toutes façons, sur le strict plan scientifique et technologique, lequel est le plus important dans ce débat, ils ne lutteront pas à armes égales. C’est aussi la raison qui me fait hésiter de débattre de la question climatique avec Steven Guilbeault.

  4. Ping : lacapitaleblogue.com | links for 2010-11-30

  5. Ce qui m’interpelle avec le discours de Québec solidaire, c’est que, une fois qu’on apporte l’idée de la nationalisation, c’est comme si on ça devenait plus socialement acceptable…Ceci laisse présager que l’argent va nous revenir, que le risque environnemental va diminuer etc….

    Voulez-vous bien me dire ce que la nationalisation de cette industrie va apporter concrètement d’un point de vue environnemental???

    Rien. Absolument rien. Le risque ne sera pas augmenté ni diminué. La nationalisation n’est pas un facteur déterminant dans l’évaluation du risque. Pourtant, c’est ce qu’on insinue…

    Je trouve qu’il y a des messages cachés dans le discours des opposants au développement du gaz de shale. Certains arguments ne sont là que pour servir la rhétorique que le privé est non légiféré, immoral et ne veut que le profit au détriment de l’environnement. Des faussetés répétées jour après jour et déclinées sous toutes ses formes par les anti-capitalistes qui sèment la peur et le doute.

    Quant aux revenus, il faut faire attention ici. On ne sait pas encore si tous les puits forés seront rentables. N’oublions jamais les sommes faramineuses qu’on doit investir pour évaluer le potentiel d’une ressource. Une fois qu’on connaît le succès, c’est sur qu’on se ramasse avec d’excellents revenus. Mais que d’efforts (souvent perdus) pour en arriver là!!!

    Même chose pour les redevances. On ne peut pas exiger des sommes exhorbitantes lorqu’on est aux premiers stades de l’exploration. On ne sait pas encore si on est assis sur un trésor!! Si on tue toute initiative dans l’oeuf (avec un moratoire), c’est la meilleure façon de ne jamais pourvoir augmenter les redevances!

  6. Bon. Me voilà repartie sur ce brûlant sujet! Un autre raisonnement bouetteux des opposants au développement des ressources:

    Ne devrait-on pas préserver les ressources d’aujourd’hui pour les générations futures?

    Voici une présentation très interessante présentée par un géologue, professeur à l’université de l’UQAM qui apportent dans une perspective historique les arguments pour réfuter de telles affirmations:

    http://www.amq-inc.com/images/stories/assemble_annuelle/gauthier.pdf

    On peut résumer cette présentation ainsi:

    Ce qui était des ressources minérales recherchées jadis (et payantes) ne sont pas nécéssairement les mêmes qui seront en demande dans l’avenir…

  7. D’ici là, vous devinez bien que je me suis donné tout un plan de lecture. Je serai donc moins productive sur mon blogue cette semaine. JM

    Pendant que vous êtes occupée, c’est peut-être l’occasion idéale pour inviter vos lectrices Julie, Lorraine, Isabelle à composer un billet de quelque 400 à 600 mots, sur un de leurs sujet politique favori.

    Leurs opinions nous intéressent.

    Ce qui permettrait d’équilibrer un peu le poids des opinions, avec les garçons du blogue analystes.

    SP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s