Réplique à Christian Dufour – L’enseignement intensif de l’anglais en 6e année

ChristianDufourCe matin, une version écourtée du texte qui suit est dans Le Journal de Montréal et dans Le Journal de Québec. Voici la version complète.

Christian Dufour doit se sentir bien seul. Dans sa chronique de dimanche du Journal de Montréal, Dufour conteste l’appui massif de 87% des délégués de la Fédération des comités de parents, à l’enseignement intensif de l’anglais en 6e année du primaire.

Tant qu’à y être, il aurait pu rappeler un sondage Léger Marketing-Le Devoir de mars 2011 qui révélait que 69% des Québécois appuyaient l’idée du gouvernement. Plus encore, 80% des personnes sondées étaient d’avis que le bilinguisme était un avantage pour la société. Et puis, n’était-ce pas Jacques Parizeau lui-même qui, il y a quelque temps, avait dit que ceux qui refusent d’apprendre l’anglais aujourd’hui méritent un coup de pied quelque part?

Pour lire la suite, cliquez ici

About these ads

4 réflexions sur “Réplique à Christian Dufour – L’enseignement intensif de l’anglais en 6e année

  1. Si vous demandez à n’importe laquelle personne si le bien est mieux que le moins bien, rare serait celle qui dirait qu’elle ne serait pas d’accord avec cet énoncé. La vertu est plus acceptable que le péché. Le bien est mieux que le mal. La vie est plus souhaitable que la mort. La santé s’accepte mieux que la maladie. Savoir parler une autre langue est mieux que ne connaître que sa langue maternelle. Au moins 87% ferait le même choix, comme si choix il y avait.

    Mais un philosophe a dit aussi que le mieux est souvent pire que le bien. Et je ne sais pas quel pourcentage de personnes sondées choisiraient de vivre plutôt que de mourir.

    Apprendre l’anglais, l’espagnol, le mandarin, le russe, etc. etc. est mieux que de ne pas l’apprendre. Cela va de soit. Comment un parent pourrait dire son enfant serait mieux s’il n’apprenait pas une autre langue?

    Comme dans tout choix de société, la perfection n’est pas une option. Ce n’est même pas une possibilité. Nous sommes soumis aux compromis.

    Dans ma carrière d’enseignant (30 ans), j’ai été un professeur d’anglais durant de nombreuses années. J’ai appris l’anglais comme j’ai appris le latin et le grec: par thème et version. J’ai eu la chance de faire ma dernière année d’étude secondaire aux USA. Nous étions 4 chanceux. Savez-vous quoi: les américains étant des américains n’ont pas accepté que les 4 francophones du Québec connaissait mieux la langue anglaise qu’eux. On nous la aissé que quelques jours avec les petits américains bilingues (français et anglais). On nous a séparé pour nous donner des cours particuliers d’anglais à la mode de l’enseignement du latin: un cours de leçons systématiques de grammaire anglaise par un professeur, Brother Edward, natif de la Grande-Bretagne. Les petits américains issus d’écoles bilingues anglaises-françaises ne savaient conjugué le verbe "to be’ en anglais et le verbe ‘être’ en français. Il y en avait 25 dans notre classe. La situation était gênante pour eux.

    Quand je suis devenu professeur d’anglais, je me suis positionné pour que l’anglais dans un collège classique francophone soit enseigné directement en anglais sans traduction. Le collège en question avait même installé un laboratoire de langue pour que les étudiants pratiquent à parler l’anglais en écoutant et répétant des textes anglais sans traduction. Après tout, ces petits francophones n’avaient pas appris à parler le français en faisant des traductions.

    Dans le temps, ces jeunes étudiants n’avait eu que une seule année d’anglais par traduction dans l’école publique. Et pourtant, après quelques mois d’enseignement à raison de quelques heures par semaine, plusieurs des étudiants pouvaient converser en anglais sur les questions de la vie quotidienne.

    N’en déplaise aux parents (87%??, ou 69%??) qui pensent que ce serait mieux que les éléves subissent un enseignant jusque sur la cours de récréation pour apprendre l’anglais, cette langue est une des plus faciles à apprendre au monde. C’est la raison, je pense, pour que tant de terriens la choisissent comme langue de communication internationale.

    Mais de la à conclure qu’ils faillent que tous les terriens devraient parler l’anglais couramment, il y a une marge. Et cela s’applique aussi aux Québécois francophone. C’est une lubie de penser que tous les Québécois deviendront biinques parce qu’il seront obligés de vivre une année bilingue en 6e année du primaire. Et de plus c’est loin d’être essentiel et surtout, loin d’être possible.

    Il y a aussi des parents qui rêvent que leur enfant doit seulement des médecins, des avocats, des ingénieurs ou des personnes d’affaire ‘desmaraisiennes’. Pourquoi pas roi ou reine de la Grande Bretagne.

    Le ridicule ne tue pas autrement la "patente’ à Madame Johanne Marcotte serait submergée de d’urnes mortuaires.

  2. ….Je suis entièrement en accord avec monsieur Jean-Paul Lalonde, sauf la dernière phrase.
    ….Le problème n’est pas de savoir s’il serait préférable de maîtriser une deuxième langue; mais bien si ça se fait de la bonne façon. Une bonne chose faite de la mauvaise façon devient une mauvaise chose. De la façon que ça se fait, je pense que nous nous dirigeons vers la bilinguisation du Québec alors qu’il n’y a qu’environ 8% de la population qui soit de langue maternelle anglaise. Nous n’avons pas à nous complexer d’être francophones, bien au contraire.
    ….Comment se fait-il que nous ne réagissions pas au fait qu’un anglophone refuse de parler français au Québec; alors que la langue officielle est le français? Il m’apparait évident que nous ne nous respectons pas assez. Je pense que dans toute cette affaire il y a anguille sous roche.
    ….La question de la langue est le sujet avec lequel je suis le moins en accord avec la droite. J’ai l’impression que la droite considère le bilinguisme comme étant un dogme dont il ne faut absoluement pas douter.

  3. ….Je suis contre l’immersion obligatoire d’un francophone pour apprendre l’anglais ou toute autre langue. Obliger un anglo à apprendre le français ne le rend pas plus francophile.
    ….La condition première pour apprendre une autre langue est d’être motivé. Et le programme ne respecte pas ça. Une deuxième condition est que le prof soit compétent. Pas seulement qu’il ait un diplôme. Troisièmement, la moitié des élèves francophones ont des difficultés importantes en français et dans d’autres matières. Est-ce vraiment leur rendre service que de les obliger à apprendre l’anglais?
    ….Quatrièmement, quel niveau de bilinguisme, un québécois a-t-il besoin? Un professionnel a généralement besoin de maîtriser l’anglais, s’il veut se tenir à jour dans sa profession et il a généralement les moyens de voyager. Mais un travailleur a-t-il besoin d’être bilingue pour prendre des vacances deux ou trois semaines par année outre frontières? Sur les plages du Mexique? De Floride? De Cuba? Combien de personnes ont besoin de se tenir à jour dans les nouvelles parrutions en langues étrangères? Les meilleurs titres seront traduits deux ou trois ans plus tard.
    ….Je pense que si le français n’est pas suffisamment respecté dans la métropole, c’est parce que nous ne nous respectons pas assez et nous laissons les francophobes nous mépriser. Ce n’est pas une affaire de séparatiste, mais de droit.
    ….Depuis 300 ans nous avons acquis des droits. Et comme n’importe quel bien, il y a un prix à payer pour les conserver. C’est la langue de mes parents.
    ….L’anglais est la langue de la très grande majorité en Amérique du Nord. Elle sert de langue généralement utilisée en communication. Et j’encourage à l’apprendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s