La crise économique (1) – « Let’s hope for the best »

On a beau vouloir croire qu’il y a, à quelque part sur cette planète, de grands sages financiers qui connaissent LA solution miracle pour redresser l’économie mondiale, la réalité est tout autre. Il semble, en effet, que même les plus grandes sommités économiques avouent se croiser les doigts et prier le ciel pour que leurs gargantuesques Plans de relance portent fruit.

Il faut que le plan de relance soit gros, nous disent-ils. Très gros. Et il faut agir rapidement. Très rapidement. Les banques ne prêtent plus, les entreprises sont à court de liquidités, les citoyens ont peur pour leur emploi et donc ne veulent plus consommer. Il faut un électro-choc pour redonner confiance. Un méga électro-choc, nous disent-ils.

Et lorsque le coût inimaginable de ces plans de relance est dévoilé, il s’en trouve pour dire que ce ne sera pas encore suffisant. D’autres ne voient absolument pas comment on peut dépenser aussi rapidement d’énormes sommes d’argent et surtout, là où ça compte.

J’ai assisté mercredi le 28 janvier dernier, à une conférence d’un économiste du magazine The Economist. Un britannique du nom de Robert Ward. Chef de l’équipe prévisionniste mondiale de sa revue, cet homme ne se réjouissait visiblement pas de l’état des choses.

S’il n’a pas utilisé le mot  »catastrophic » une dizaine de fois, il ne l’a pas dit une seule fois. Dans un bel accent anglais – tout à fait charmant, par ailleurs – il exposait la situation mondiale en des termes on ne peut plus clairs.

Nous assistons à un  »once in a lifetime event » : la croissance économique mondiale est négative pour la 1ère fois depuis 1950, la reprise sera très lente, le marché immobilier américain − un des déclencheurs de cette récession mondiale ­− ne se relèvera pas avant 2011, etc.

Bon public, je m’attendais donc à me faire expliquer comment diable en étions-nous arrivés là, mais surtout comment allions-nous nous en sortir? Or, si l’explication à la première partie de cette question m’a rassasiée, je suis repartie de là avec au moins autant de questions pour la suite des choses.

Loin d’être rassurée sur l’état de la science économique, il m’a semblé plutôt que ce grand observateur de l’économie mondiale était tout aussi inquiet sinon terrorisé à la perspective que rien de ce qui est tenté par les gouvernements ne fonctionne et qu’une dépression ne puisse être évitée. Il estimait en effet à 30% le risque que la récession se transforme en dépression, ce qu’il considérait comme un risque élevé.

Pour ce qui est des solutions, cela se résumait en gros à  »Il faut que les gouvernements fassent quelque chose. Personne ne sait si cela va fonctionner, mais Let’s hope for the best ». Bref, à peu près tout le monde est complètement dans le brouillard, nous confie-t-il et il nous faudrait sympathiser et être patients avec ceux qui tentent de remédier à la situation…

Ah oui! Et s’il y a quelqu’un qui peut le faire, c’est Obama! Ouf!

Et puis, à la période de questions, un homme d’affaires pose une question toute simple. « Tout ce nouvel argent que les gouvernements dépenseront, ils le prennent où? » demande-t-il. Réponse : « Chez vos enfants et vos petits-enfants. On hypothèque l’avenir, c’est très clair. »

« Mais pourquoi diable n’a-t-on pas été prévenu de ceci? », demande quelqu’un d’autre. Et notre ami chef prévisionniste qui répond en offrant un mea culpa au nom de sa profession et en avouant du même coup que les quelques économistes qui avaient vu la « catastrophe » n’avaient pas eu d’écoute au moment où on aurait pu prévenir le coup.

Cela me disait quelque chose. J’avais vu à une émission de Charlie Rose (PBS) l’économiste Nouriel Roubini que l’on surnommait « Dr Doom » et qui était renommé en 2006 pour son profond pessimisme. Pour ceux qui veulent l’entendre, le voici à Davos le 28 janvier 2009

Comme quoi peut-être faut-il réellement une crise avant que la population ne soit avisée des dangers qui la guettent. Au fait, le choc démographique, ça vous dit quelque chose?

2 réflexions sur “La crise économique (1) – « Let’s hope for the best »

  1. Joanne, moi aussi je me demande combien de temps nous pouvons dépenser l’argent que nous n’aveons pas!

    J’ai essayé de lire Nouriel Roubini, j’ai obtenu ce message:
    THE REQUESTED VIDEO IS UNABLE TO PLAY.
    The video does not exist in the system.

    Je pense que quelqu’un a hacker mon Apple, je ne peux plus voir mon agenda et mes contacts? Les icons ne fonctionnent plus. I am with Yahoo, anybody else having this problems?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s