Ces fameux crédits d’impôt

Un article du Devoir, Québec révisera les programmes d’aide aux entreprises, m’a amené à consulter un document du ministère des finances: Dépenses fiscales édition 2009.

On raconte dans l’article que le ministre du développement économique, Clément Gignac, laissait entendre que Québec s’apprêtait à lancer une campagne de publicité plus agressive pour faire la promotion du budget Bachand.

En s’inspirant des chiffres du fiscaliste Luc Godbout, M. Gignac a soutenu que pour un couple gagnant 75 000 $ par année, le budget allait se traduire par une charge supplémentaire de « seulement » 3,10$ par jour (ce qui avoisine le 1 000 $ par année).

La technique du quelques dollars par jour! Je pense que M. Gignac devrait changer sa stratégie de marketing, mais revenons au sujet.

Ce qui est fascinant dans la façon dont le gouvernement aborde la fiscalité, c’est que d’une part, il perçoit lourdement, mais très lourdement les contribuables et les entreprises. D’autre part, lorsqu’il se retourne de bord et qu’il redistribue l’argent des travailleurs et des entrepreneurs sous forme de crédits d’impôts ou d’exonération quelconque, tout à coup, il appelle ça une « dépense fiscale ». Comique, non?

C’est comme si il se disait « Ce sont des revenus dont je me prive, alors pour moi, c’est une dépense »: une dépense fiscale.

Autrement dit, le gouvernement impose et taxe plus que ce dont il aurait besoin pour faire rouler la baraque, pour ensuite redistribuer ces sommes à sa guise. Il dira que c’est dans le but « d’atteindre certains objectifs stratégiques sur les plans économique, social, culturel ou autres, et ce, en favorisant certains comportements ou activités ou en aidant certains groupes de contribuables. » (page xv).

Si cela vous intéresse, les pages viii et ix sont à voir absolument. En 2010, 21,8 milliards $ seront redistribués sous forme d’exemptions et de crédits d’impôts de toutes sortes. C’est pas rien.

Je ne doute pas qu’il y ait dans le lot, des programmes qui assurent une certaine équité. Mais, ne serait-il pas plus simple de moins imposer à la source et de laisser les gens plutôt que le gouvernement faire leurs propres « dépenses fiscales »? Et puis, y a-t-il quelqu’un à quelque part qui évalue le bien fondé de ces crédits d’impôts? Pas sûre…

11 réflexions sur “Ces fameux crédits d’impôt

  1. Comment résorber 12G$ de déficit? Tu coupes ta masse salariale de 10% (et ça n’aura aucun impact sur les services) et tu coupes les crédits d’impôt aux entreprises 30%… et voilà, 12G$!

  2. Ya rien comme une campagne de publicité agressive lorsqu’on a promis une réduction importante du budget des publicités.

  3. J’ai lu dans l’opinion des lecteurs aujourd’hui une tarte qui demandait aux gens d’être patient avec le gouvernement Charest. Ça fait depuis 2003 qu’ils nous mentent en pleine face. La madame veut de la patience. Aucun sens !

    Pas besoin d’être économiste, pour voir qu’il y a trop de fonctionnaires (gestionnaires inclus) et de programmes bidons.

    On élimine 15 % d’entre eux et les services serait amélioré. Facilité d’exécution (moins de niveau à franchir, moins de dédoublement,…)

    Mais mon seul d’interrogation est; que vont-ils devenir comme charge sociale. Chômeur, B.S., au privé ?

    Y’a-t’il quelqu’un qui a fait l’exercise.

    50 milles fonctionnaires de moins, qu’est-ce ça implique comme fardeau ?

    • Et il est là, le problème, Jacques. Lorsque les investissements se font pour la plus grande partie par le public (nos impôts) et que le privé ne trouve pas de motifs valables pour investir chez-nous (code du travail trop sévère, infrastructures déclinantes, main-d’oeuvre qui décroche, etc.), cela n’annonce pas une prospérité.

      Demain, j’en parle à ma chronique du midi à Dupont. Le sujet: la liberté économique: ce que c’est, comment ça se mesure et comment se classe le Québec.

  4. @ jacques peu importe ou ils iront , ça va couté moins cher si tu prends la base environ 40k de salaire plus tout les PLUS relié au poste +la pension indexé . tout ca mis ensemble il nous coute chaque proche 60k alors que chomage te donne max 35k ou le bs entre 12et 25k on gagne sur tout les tableaux. et casse pas ta pipe ,quand GM a fermé a Boisbrian ,c’était la faillite de montréal . dix ans plus tard ne seulement il n’y a pas eu de faillite et la place a été reconstruite en power center.

  5. Ah intéresant. Le gouvernement annonce lors du budget qu’il va réduire sa publicité.
    3 semaines plus tard, il annonce qu’il va augmenter la publicité pour son budget…

    Et JC nous demande de le croire lorsqu’il dit que son gouvernement fera des efforts? 🙂

    Il faut avoir la Foi en ce parti, je suppose.

  6. Bonjour Mme Marcotte,

    Merci pour vos efforts constants pour conscientiser notre société.
    Je vous encourage à poursuivre vos efforts, il y a de plus en plus de gens qui commencent à s’ouvrir les yeux et comprendre que nous sommes une société pauvre et qui s’appauvri un peu plus à chaque jour.
    Je suis de ceux qui croient que l’abdication de la responsabilité individuelle mène infailliblement au déclin plus ou moins lent de la société. En effet, chaque petite perte de liberté est une insulte à nos encêtres qui se sont battus avec tant d’acharnement pour se libérer des abus des monarchies et des religions étatiquent. Ils seraient déconcertés de constater que cette liberté chèrement acquise a été abandonnée aux impératifs gouvernementaux et économiques d’une minorité abreuvée et nourrie par une majorité de pourvoyeurs dociles et disciplinés. Bien à vous Robert Gendron

  7. Bonjour Mme Marcotte,
    Est-il préférable de quitter cette province pour aller s’établir ailleur?
    Je suis d’accord avec Maxime Bernier sur ce qu’il dit du fardeau fiscal du Québec. Et en plus, je vous ai écouter à la radio ce midi et je ne suis pas surpris de voir que le Québec se retrouve au dernier rang des états et provinces de l’Amérique du Nord. Avec les dépenses énormes qu’il font pour subvenir à l’état socialiste que nous sommes. Nous sommes rendu un peuple qui ne vois plus vers l’avenir, on aime mieux regarder le passer, comme notre fameuse devise le dit si bien  »Je me souviens ». Je crois que cette devise nous porte malheur depuis qu’il nous l’on imposée.

    Ça prend des gens comme vous pour que le Québec puisse avancé. Des gens qui disent les vrais affaire. Nous sommes un peuple et pour être fier de se peuple il faut que nous soyons les premiers et montrer l’exemple. Ce que j’apprend de mon peuple présentement c’est de demander et demander comme des mandiants. Ceci n’est pas l’héritage que je veux laisser à mes enfants.

    Merci.

    • @Luc: Rester ici au Québec ou aller vivre ailleurs est une décision individuelle ou familiale. Moi, je m’active pour que les choses s’améliorent ici.
      Merci de me lire et de m’écouter!
      Joanne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s