L’échangeur Turcot (2) : Le “Bloc montréalais” récidive

Si le Bloc québécois agace le reste du Canada, il est probable que l’arrondissement du sud-ouest de la Ville de Montréal irrite tout autant le gouvernement du Québec. Cet arrondissement regroupant notamment les quartiers Pointe Saint-Charles, Saint-Henri et Ville-Émard/Côte Saint-Paul a probablement plus de tables de concertation au mètre carré que partout ailleurs en province.

S’il y a quelque chose que ces gens-là savent faire, c’est se mobiliser… et immobiliser. Et on a vu en 2005 la ferveur qu’ils y mettaient et l’efficacité de leurs actions lorsque les militants du quartier Pointe Saint-Charles faisaient avorter le projet conjoint de Loto-Québec et du Cirque du Soleil.

Exaspéré, le créateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, finissait par se dissocier du projet et convenait qu’il valait mieux développer ailleurs.

Aujourd’hui, le « Bloc montréalais » récidive et part une nouvelle fois en guerre.

Prétextant agir au nom de la santé et de l’environnement, l’arrondissement, le regroupement Mobilisation Turcot et leurs partenaires (Greenpeace, Équiterre, la Coalition pour la réduction et l’apaisement de la circulation, le FRAPRU, le Bloc Québécois, le Parti Québécois et oui… la CSN) invitent la population à une soirée d’information jeudi le 29 avril.

Voilà donc les vrais visages de ceux qui financent de telles initiatives. Il est par ailleurs souvent dit que le ministère des Transports agit en vase clos, qu’il n’informe pas suffisamment, qu’il ne cherche pas le consensus. Avouez que devant pareille faune, il n’est ni tentant de multiplier les rencontres ni possible d’espérer de leur part des compromis!

À lire la chronique de Alain Dubuc, Les boulets rouges de Madame Boulet, l’on croirait qu’il faudrait choisir le projet le plus coûteux pour démontrer que l’on tient à développer la métropole. Le problème avec M. Dubuc, c’est qu’il ne sait pas dire non. Et dans ce cas-ci, il faut dire non.

D’ailleurs, si le gouvernement du Québec était disposé à dépenser 3 ou 4 milliards $ de plus pour investir dans la métropole, croyez-vous vraiment que ce qui serait le plus prometteur serait de développer des espaces de vie sous le béton? N’opteriez-vous pas plutôt pour en finir avec le réaménagement de la rue Notre-Dame? ou je ne sais quoi d’autre qu’on vous promet depuis des lunes…

Je suis donc plutôt de l’avis de Jean-Paul Gagné (Que fait-on des coûts?), et de Pierre Duhamel (Turcot, auto, boulot). Ce n’est pas parce que les deux partis de l’opposition de la Ville de Montréal et le lobby anti-auto appuient le projet du maire que cela le rend crédible. Et puis, il faut avoir les moyens de ses ambitions.

Ah oui! Il me semble que si seulement une fraction de la force mobilisatrice du Bloc montréalais contribuait à contrer le décrochage et améliorer leurs écoles, cela serait beaucoup plus efficace pour lutter contre la pauvreté. À noter que selon le Palmarès des écoles secondaires de 2008, les écoles Saint-Henri et Honoré-Mercier se classaient au 448e et au 452e rang respectivement (sur 477). Pour des donneurs de leçons, il y en a qui auraient des devoirs à faire!

Après tout, la pauvreté n’a pas besoin d’être un état permanent.

P.S. Pour les curieux, écoutez un échange entre Michel Kelly-Gagnon et Henri Massé en 2006. Voir le paragraphe intitulé « Le Québec est-il en train de tomber dans l’immobilisme? » et écoutez le vidéo. C’est ahurissant comme l’histoire se répète.

21 réflexions sur “L’échangeur Turcot (2) : Le “Bloc montréalais” récidive

  1. Faudrait juste souligner qu’il ne s’agit pas seulement de groupes de pression ici, la Ville de Montréal est derrière ce projet et il est supporté par les trois partis à l’Hôtel de Ville. Jamais on a vu autant d’unanimité derrière un projet à Montréal. Je vois mal comment on peut parler d’immobilisme… au contraire, pour une fois qu’on est derrière un projet, on pourrait au moins prendre le temps de l’évaluer sérieusement.

    Pour la question des coûts, on devrait attendre que le MTQ sorte les chiffres avant de se prononcer sur la crédibilité d’une telle estimation.

    C’est vrai que les groupes de pression peuvent être agaçant dans bien des cas (je suis d’accord avec vous pour le projet de Loto-Québec et du Cirque du Soleil). En général, le BAPE fait un bon travail pour ce qui est d’évaluer les impacts environnementaux (rappelons que dans bien des cas, les groupes de pressions n’ont pas été satisfaits des recommandations du BAPE… plusieurs bon projet ont été approuvés).

    Il y a clairement un « clash » entre Montréal et le reste du Québec. Les gens à Québec peuvent avoir l’impression que Montréal impose ses décisions au reste du Québec, mais c’est l’impression inverse que nous avons ici. Et bien des gens à Montréal sont écœurés de l’immobilisme à Montréal. L’impression que j’ai, c’est que tout se décide à Québec et que Montréal est prise pour acquise (étant donné que les Montréalais votent toujours pareil). Même avec 19 députés libéraux, dont 11 ministres, il ne se passe pas grand chose à Montréal. La différence de vision entre le provincial et le municipal y est évidemment pour quelque chose. La solution, selon moi, serait d’accorder plus d’autonomie à la métropole.

    Alors oui, emmenez en un Bloc Montréalais. Parce que présentement, on ne se sent pas représenté, même en étant au pouvoir. Il y a de la place pour un autre parti non-souverainiste au Québec. Pourquoi ne pas proposer plus d’autonomie pour Montréal?

  2. On a tellement de chefs (experts) au Qc qu’on trouve plus les « indiens » ???

    Ce projet comme plusieurs autres ie.: le CHUM entre autre, finira par s’étendre sur ces sempiternelles débats qui finiront par « extrapoler » non seulement l’échéancier mais également par doubler sinon tripler ou encore quadrupler les coûts.

    Comme on aime les pertes de temps, les pertes d’énergie et les pertes d’argent au Qc pour des idées de grandeur…!

  3. À vous lire, on serait porté à croire que toute mobilisation des citoyens est malsaine… Contrairement à vous, je me réjouis de constater que la population s’implique et qu’elle s’oppose – lorsque ça fait du sens – à des projets qui ne sont pas aussi prometteurs qu’on pourrait le croire à première vue.

    Est-ce que la mobilisation citoyenne contre les projets du Suroît, de Rabaska, du Mont-Orford, du Casino, etc, est inutile et sans fondements? Devrions-nous toujours plier les genoux devant toutes les initiatives de développement économique?

    Je comprend votre opposition envers la proposition embryonnaire présentée par le maire Tremblay. Personnellement, je vais attendre les chiffres du MTQ. Après, je me ferai une meilleure idée.

    Tracer un parallèle entre la volonté des résidents du quartier et le décrochage scolaire est un bien drôle de réflexe de votre part. Finalement, si vous désirez connaître le fond de l’histoire du projet du Casino à Pointe St-Charles, je vous invite à lire le livre « Et si nous serions paresseux » de Marcel Sévigny. Vous y découvrirez la stratégie hypocrite de Loto-Québec et des promoteurs autour du projet. Et vous comprendrez pourquoi Guy Laliberté s’est finalement retiré du projet.

  4. Quand ce sont les autres qui paient (4M de québécois qui n’habitent pas dans la région montréalaise), au diable la dépense!

  5. Pour la deuxième fois je propose d’aller en appels d’offres internationales. Les Chinois pourraient peut-être le faire ce fameux Échangeur Turcoot pour des peanuts.

    Je me questionne sur le silence des lucides sur ma proposition qui de toute évidence sauverait aux contribuables impôts et taxes. Et moins de dette !

    Il est évident que les mafiosos de la construction du Québec seront contre.

  6. J’ai beau retourner tout ca dans ma tête, je n’arrive tout simplement pas à comprendre un truc dans la proposition du maire. En quoi réduire l’espace automobile de cet échangeur va réduire leur nombre et amener les gens au transport en commun ? Désolé, mais c’est d’une simplicité désarmante comme raisonnement ! Si ces gens veulent vraiment amener la population vers le transport en commun, ce n’est pas de cette façon qu’ils vont y arriver. Tout au plus, ca ne fera que délocaliser les automobiles vers des voies de contournement et la pollution globale sera la même, ou même pire puisqu’un véhicule pollue davantage dans un système congestionné. Si on leur retirer cet argument, il ne reste pas grand chose à leur proposition.

    Tel que lu dans les commentaires des lecteurs de M. Duhamel, une partie de la circulation automobile montréalaise diminuerait si le système routier périphérique était amélioré. Ca ne règlerait pas tous les problèmes, mais ca serait un bon début.

  7. Je suis estomaqué de voir des élus municipaux qui font fi de la situation financière de la province et de leur ville. Montréal veut vivre au delà de ses moyens et au delà des moyens du Québec. Au Québec nous n’avons pas les moyens de se payer du luxe. J’habite en région et mes enfants habitent la région de Montréal. Loin de moi l’idée d’aller faire du tourisme à Montréal il n’y a rien d’attirant de se faire prendre dans le trafic, les congestions.
    Face au problème de circulation automobile à Montréal le transport en commun c’est pas une solution enthousiasmante. Il faut marcher, attendre l’autobus sous différents climats, se faire bousculer, être entassé. Avec l’automobile c’est le confort, la liberté, le contrôle de mon horaire. Si j’avais une entreprise sur l’ile aujourd’hui je penserais sérieusement à la fermée et à l’établir ailleurs.

  8. J’aime bien le parallèle que vous dressez entre le bloc québécois et cette mouvance montréalaise de contestation à outrance.

    Je me demande parfois si le fait que Montréal soit l’hôte des sièges sociaux d’importants syndicats (CSN, FTQ) n’exerce pas une certaine influence sur le climat qui règne sur Montréal.

    TOUT se conteste à Montréal. Au milieu des années ’90, sur le plateau Mont-Royal, une épicerie a eu le malheur de vouloir rajouter un étage (faisant passer le bâtiment de 3 à 4 étages si ma mémoire est bonne). Vous auriez dû voir le tollé! Des pétitions, des pancartes appelant au boycott du méchant Métro Chèvrefils de la part des voisins de cette épicerie. Ces voisins croyaient dur comme fer qu’on les lésait en « défigurant » le quartier de la sorte.

    Aujourd’hui, l’épicerie est super belle et bien fréquentée par les gens du quartier. Je me demande si ce cher Luc Ferrandez (le maire d’arrondissement pour le moins coloré du Plateau) est au courant de cela.

    Quelques années plus tard, on veut construire un stationnement souterrain au marché Jean-Talon et mettre un bâtiment pour abriter de nouvelles boutiques sur ce stationnement.

    Ce fut la même réaction. Pétitions sur pétitions, manifestations après manifestation. On disait que ça allait gentrifier le quartier (concept très vilain et épeurant). Finalement, on a réussi après moult réunions à faire ce stationnement.

    Aujourd’hui, ce marché est super populaire et fréquenté par toute sorte de monde. Même que notre Françoise David aime bien se faire filmer à cet endroit quand elle veut nous transmettre un message sur son blogue. À ce que je sache, elle n’a jamais dit combien c’était triste d’avoir fait ce changement…

    Dans les années ’70, on disait qu’on s’en allait vers une société des loisirs. On avait vu juste. Seulement, on ne savait pas que ce loisir serait la contestation, l’activisme de tout acabit.

    Tout comme le bloc québécois n’est pas représentatif de l’ensemble des québécois, les groupes de pression de Montréal et leurs alliés ne représentent pas l’ensemble de la population montréalaise. Après tout, il existe (encore) de grandes compagnies pleines de gens affairés. Ils font leur job en silence, se cachant presque de peur d’être dérangés par une revendication quelconque.

    On pourrait trouver comique et divertissant tous ces appels à la résistance et au combat.

    Le drame c’est que le maire les écoute.

  9. Voici quelques liens pour voir de quoi ça à l’air:

    Les dates à laquelle ces vidéos ont été mis sur You Tube sont intéressantes…octobre 2008. Ça ne date pas d’hier.

  10. Mille pardons, j’ai dupliqué un des liens.

    Je voulais ajouter celui-ci, mettant en vedette l’élue de projet montréal dans l’arrondissement du sud-ouest.

    Et dire qu’il y a un gros projet de développement dans Griffintown (qui se trouve dans ce même arrondissement). Et misère!

  11. Je suis totalement en désaccord avec votre analyse Mme Marcotte. D’abord, la raison pourquoi le consensus montréalais s’oppose au projet du MTQ, ce n’est pas pour bloquer un projet comme tel. La preuve, c’est que Montréal fait une contre-proposition au ministère. Nous sommes d’avis qu’il est possible de construire un meilleur Turcot que celui du MTQ.

    Le projet de la ville peut sembler dispendieux a priori. Cependant, je doute de la véracité du chiffre de 6G$ qui circule et qui en mon sens, a été coulé pour discréditer la proposition de la ville.

    Cependant, il faut garder à l’esprit que ce n’est pas tellement le projet de la ville qui est cher, mais bien celui du MTQ qui est cheap. En effet, difficile de faire moins cher que des tas de terre avec de l’asphalte par dessus.

    A-t-on encore un peu de fierté au Québec pour avoir envie de faire quelque chose dont on soit fier? Des dizaines de milliers de gens habitent presque sous l’échangeur Turcot. Oui, ce sont des gens plus défavorisés… Pour une raison fort simple : les loyers coûtent moins cher à côté d’une autoroute urbaine.

    Avez-vous déjà pensé que des gens, des personnes âgées, des familles avec jeunes enfants, etc. vivent et grandissent à proximité d’une infrastructure sur laquelle passe 280 000 véhicules par jour?

    Et le MTQ nous en promet davantage…

    Nous sommes conscients que l’autoroute doit demeurer. On ne peut pas faire facilement table rase du passé. Cependant, les gens du Sud-Ouest et les Montréalais veulent un projet qui soit intégré à son environnement et qui ait des objectifs de réduction de l’achalandage. C’est ce qu’on fait partout dans le monde où des structures semblables doivent être reconstruites : on en profite pour réparer des erreurs du passé.

    Je terminerai en vous suggérant de parcourir le mémoire de la Direction de la santé publique présenté aux audiences du BAPE sur Turcot au début de l’été dernier.

    http://www.santepub-mtl.qc.ca/Publication/pdfenvironnement/memoireTurcot2009.pdf

    Vous y trouverez une foule d’informations éclairantes qui vous permettront de mieux comprendre pourquoi les gens du Sud-Ouest sont inquiets pour l’avenir de leurs quartiers.

  12. J’ai une proposition: pourquoi Québec n’allongerait-il pas les $2 milliards déjà votés et qu’il ne laisserait-il pas la ville de Montréal allonger les autres $4 milliards pour réaliser leur rêve?

    Montréal pourrait même tenir un référendum avec une question claire auprès de ses concitoyens histoire de constater à quel point ils appuient leur maire dans ses élucubrations…

  13. Je souscris à votre idée de référendum!

    J’ai regardé les résultats des élections de Montréal dans ce fameux quartier sud-ouest pour voir comment Projet Montréal s’est classé dans ce secteur. Seule Sophie Tiébaut, coordonatrice du mouvement mobilisation Turcot, a été élu.

    Les autres candidats de projet Montréal comme conseillers de cet arrondissement (4 postes en tout) sont arrivés en 3ième place. Mais je dois dire que c’était très serré entre les 3 principaux partis. C’est les candidats de Mme Harel qui ont été élus.

    Quand au maire d’arrondissement, c’est également le parti de Mme Harel qui a gagné. Projet Montréal est arrivé en 3ième place avec un très grand écart.

    Et en parlant de groupe de pression, sachez que la réfection de l’autoroute Notre-Dame (un autre projet immobilisé) a également le « privilège » d’avoir le sien:

    http://rue-notre-dame.org/humanisons-la/

    Bon. Devrais-je mettre en vente ma maison pendant qu’elle vaut encore quelque chose? Je commence à me le demander, moi qui a déjà été une fière montréalaise…

  14. @ Isabelle et françois1:

    Moi aussi je veux un référendum, pan-montréalais…

    Et moi je ne songe plus à quitter Montréal, je vais le faire !

    Plus capable.

  15. Avec la 30 qui sera fini bientot, la decadence de Montreal va s’accelerer a un plus grand rythme et devenir la banlieue de Longueuil

  16. @ Mme Marcotte

    Effectivement, qui financent ces groupes??

    Voilà la question qui tue.

    Évidemment, comme mon conjoint et moi-même sommes travailleurs autonomes dans le domaine de la consultation pour l’exploration minière, ça fait un moment que les groupes de pression (je les appelle les groupes d’oppression) m’interpelle. Les exemples d’opposition au projet de l’uranium à Sept-Iles et du projet de mine d’or à ciel ouvert à Malartic m’ont rendu l’épiderme très sensible à ce phénomène. Je sais que la CSN était impliqué dans l’opposition à Malartic.

    C’est pas croyable, la multiplication de ces groupes. Vous nous en avez montré un très bon exemple avec tout ceux qui gravitent autour de « mobilisation Turcot ».

    Je me demande bien si la prolifération de ces groupes de pression est bel et bien plus marquée à Montréal. Si c’est le cas, je suis tentée de faire un lien avec la présence des sièges sociaux de la FTQ et de la CSN qui se trouvent…à Montréal. Si j’étais journaliste (diplôme de Ph. D. ou pas ;-)) je ferais une enquête là-dessus!

  17. Tiens, je ça me fait penser:

    il y a un journaliste qui a enquêté sur le côté sombre des lobbies environnementalistes:

    Phelim McAleer. Il a réalisé deux documentaires, dont celui:

    http://www.mineyourownbusiness.org/

    Ce qu’il conclut à propos des groupes de pression qui se sont opposés à un projet de mine en Roumanie peut certainement s’appliquer aux groupes de pression qui sévissent dans le quartier Sud-Ouest de Montréal.

  18. Pingback: Le Plan « I  du tandem Couillard-Sabia | «Le blogue de Joanne Marcotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s