Les Monique se suivent et ne se ressemblent pas

Absolument tordant d’entendre Paul Arcand tenter de soutirer une information cohérente de la présidente du Conseil du trésor, Madame Monique Gagnon-Tremblay. Et ce n’est pas parce qu’on rit que c’est drôle!

Il est vrai qu’il faut avoir l’esprit tourné d’une certaine façon pour comprendre quelque chose au discours libéral.

Dans le petit lexique libéral où les mots prennent un nouveau sens, il est possible de diminuer les impôts de ceux qui n’en paient pas, de rembourser la dette tout en l’augmentant, et de dégager une marge de manoeuvre tout en faisant croître le service de la dette – qui passera en 3 ans de 9,2% à 12,7% de tous les revenus.

Souvenons-nous, en effet, du budget péquiste du ministre Séguin de 2004. Claude Picher de La Presse, dans une chronique intitulée justement « Une vaste illusion »:

Ces « baisses d’impôt » s’adressent pour l’essentiel à des ménages qui ne paient pas ou très peu d’impôt ».

Doit-on rappeler pour le plaisir, que le gouvernement Charest promettait des baisses d’impôts de 1 milliard par année pendant cinq ans?

Depuis, il est également devenu possible de remplacer un fonctionnaire sur deux tout en faisant croître leur nombre, et de geler la masse salariale en négociant à la hausse les conditions salariales de l’ensemble des employés de l’État.

Enfin, il est maintenant possible de dire que l’on diminue les dépenses quand en réalité, ce qui est proposé, c’est la diminution DE LA CROISSANCE des dépenses. Comme l’écrivait si bien l’@nalyste, Guillaume S. Leduc, « réduire une hausse, ça demeure une hausse« .

De toute évidence, lors de l’entrevue avec M. Arcand, Madame Gagnon-Tremblay avait des « lignes » à livrer: « Le gouvernement va faire le ménage dans sa propre cour », « Nous faisons un effort de 62% », « Cette année, nous devons couper 1,2 milliard $ », alors que nous savons pertinemment qu’il ne s’agit pas de coupes réelles.

Elle a aussi énoncé des absurdités, sinon des faussetés: « Nous allons couper 62% de 60 milliards $ », « Nous réduisons le budget de la santé », « Nous gelons la masse salariale globale ».

À la fin, Madame finira par dire qu’elle diminue la croissance des dépenses, mais grands dieux, comme cela a été pénible!

Évidemment, s’il s’agissait de véritables coupures, cela serait moins compliqué à dire… Et quant à ça, si Madame Gagnon-Tremblay était celle qui expliquait au conseil des ministres en jeans quel serait l’effort gouvernemental à consentir, on peut raisonnablement penser qu’on est dans le trouble… Sérieux. Peut-être même arriveront-ils, ces chers ministres, avec des hausses de dépenses, qui sait?

Dans sa chronique Le Trésor menacé, Daniel Audet relève, avec raison, le manque flagrant de compétence de la ministre. Après avoir qualifié de Bachand bashing la manifestation du 11 avril dernier à Québec, peut-être saisit-il mieux maintenant la méfiance de la population envers « leur élite connaissante ».

13 réflexions sur “Les Monique se suivent et ne se ressemblent pas

  1. C’est rassurant, la trésorière ne comprend rien aux mathématiques. Écouter ça ça donne un peu envie de frapper dedans. Je me demande si elle a seulement lu le budget.

  2. Mamie Monique fait vraiment pitié….Elle n’a tout simplement pas les qualifications pour occuper les fonctions qui lui sont assignées. C’est la marionnette de Charest. Venant de l’estrie, je dois la subir régulierement…aux informations. Elle devrait se retirer à la résidence des ainées de l’estrie et y tricoter des pantouffles en phentex pour ses petits. C’est tout ce qu’elle est capable de faire à son age…

  3. Pendant ce temps les gens de centre-droit ou plus de droite se déchire, l’ADQ peine à se relever, les Caire, Picard, et autres frappent tant qu’ils peuvent le message qu’il faut un nouveau véhicule pour la droite, mais il n’en n’offre toujours pas concret.

    Alors le monde continue d’attendre un sauveur, et dans 3 ans voteront probablement pour un grand changement avec Pauline…

    C’est quand même navrant!.. Quand tu dis que celle qui gère les crédits du gouvernement ne les comprend pas même pas 24hrs après une réunion majeure visant justement à voir comment elle les gèrera!!

    PATHÉTIQUE

  4. Ce gouvernement nous prend pour des imbéciles. Jean Charest se fout éperdument de l’argent des contribuables québécois. Son gouvernement dépense plus vite que son ombre et la dette continue de monter. À l’instar de Maxime Bernier, ce sont les générations futures qui vont payer la facture des dépenses folles des gouvernements libéralo-péquistes qui gouvernent le Québec sans interruption depuis 1970.

  5. Je peux vous appeler Joanne? La seule chose qui m’a déprimé dans la marche du 11 avril, c’est qu’il y avait autant de gauchistes que de droitistes et que si on devait couper les services à droite comme à gauche, la plupart de ces gens pleurnicheraient.
    Daniel

    • De toute évidence, vous n’y étiez pas. Moi ce n’est pas ce que j’ai vu et entendu.

  6. Sans vouloir prendre sa défense, on me dit que Mme Gagnon-Tremblay souffre d’un malaise qui peut affecter son état, surtout le matin. Personnellement, je croyais qu’elle avait un verre dans le nez pendant cette entrevue! Mais, force est de constater qu’elle ne se sentait pas bien. Elle aurait du remettre l,entrevue à plus tard.

  7. @Daniel: Je ne crois pas que le manque d’homogénéité parfaite enlève de la valeur à l’événement et autorise à douter de l’intention des manifestants. À preuve, il était intéressant de noter qu’un petit groupe de manifestation « pro-plus-de-services-publics » en bordure de la marche se faisait huer, ce qui n’est pas rien.

    Aussi, si le budget a une grande valeur, c’est de faire prendre conscience des coûts du « modèle québécois ». À partir de ce moment, lorsque cela touche le portefeuille, les gens sont prêts à demander une révision des services et du rôle du gouvernement, d’où le symbole du balai.

    Jusqu’à présent, le gouvernement et les « élites » s’obstinent à nous faire croire que le peuple a demandé un État aussi omniprésent. Je prétends que ce n’est pas le cas, en tout cas, lorsque la facture arrive, on est peut-être plus prêts à tout revoir… ce qui se passe actuellement – et ce qui pourrait constituer une excellente opportunité si le Parlement la saisissait.

    Merci de me lire!
    P.S. Merci pour m’avoir aiguillé sur l’entrevue de Madame Gagnon-Tremblay. Délicieux.

  8. J’aimerais vous croire Joanne. Je n’y étais pas c’est vrai. Mais j’ai écouté des tribunes téléphoniques le lendemain et c’était juste des go-gauches qui téléphonaient. C’est vrai que la plupart des gens veulent qu’on baisse les dépenses – dont je suis – mais pas celles qui les touchent directement… J’espère me tromper…
    Daniel

  9.  »Madame Gagnon-Tremblay avait des “lignes” à livrer…  »

    … en anglais on appelle ca ‘buying time’…

  10. C’est sûr qu’un politicien ne peut pas expliquer de quoi en 5 minutes, ils doivent radotter les mêmes phrases.

    Elle a essayée de faire croire que l’effort du gouvernement est énorme quand c’est juste une réduction de l’augmentation….

    Fin de l’histoire: PATHÉTIQUE!!

    • Et j’oubliais, le gouvernement vient de perdre toute crédibilité avec des racolages comme ca. Je croyais entendre la version gogauche de Sarah Palin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s