Suspense en Grande-Bretagne

Pendant qu’au Québec, nous avons encore de longues années à vivre avec un gouvernement libéral qui n’a plus la confiance des citoyens, un suspense se vit en Grande-Bretagne.

Après demain, le 6 mai, auront lieu les élections dans ce pays et il semble que les Anglais sont devant un véritable choix. Comme je les envie…

Comme plusieurs autres quotidiens, The Economist porte son choix sur les Conservateurs de David Cameron, et voici pourquoi:

But in this British election the overwhelming necessity of reforming the public sector stands out. It is not just that the budget deficit is a terrifying 11.6% of GDP, a figure that makes tax rises and spending cuts inevitable. Government now accounts for over half the economy, rising to 70% in Northern Ireland.

For Britain to thrive, this liberty-destroying Leviathan has to be tackled. The Conservatives, for all their shortcomings, are keenest to do that; and that is the main reason why we would cast our vote for them. – The Economist, 29 avril 2010

Mais le suspense porte sur le mandat dont héritera le prochain gouvernement: Sera-t-il majoritaire ou minoritaire? Pour les intéressés, Janet Daley signe un texte où elle se réjouit d’un choix clair.

But for those of us who see political argument as a thunderous clash of philosophies – the arena in which abstract principles meet real human experience to debate the fundamental question, « How should men live? » – this election is momentous.

At last we have the outlines of a clear choice between governing doctrines. After years of confusion, adrift in a phoney landscape of pretend argument and platitudinous consensus, in which the only contest was to see how effectively each camp could plagiarise its opponents, we have a genuine, honest polarity.

À quand un tel choix au Québec?

28 réflexions sur “Suspense en Grande-Bretagne

  1. Ici, la question est « est-ce qu’on va élire un gouvernement fédéraliste de gauche ou un souverainiste de gauche? Tout un choix!

    • Pour les pauvres Québecois, la question est:  » est-ce que je vote pour un parti séparatiste fédéraliste gauche ou un parti separatiste provincialiste gauche?

      On est loin dêtre des Citoyens du Monde!

      Les prêtres pour commencer et après les leaders politiques nous on garder dans le secret et le noir.

      Jamais qu’on parlait de ce Québec incompétant dans le trou…qui devait quémander.

  2. Le jour ou les Québecois vont comprendre à quel point nous approchons du gouffre, peut-être finirons nous par avoir un vrai débat…Et un vrai parti de droite… Mais pour ça, il va falloir sérieusement penser à enseigner un cours d’économie 101 à la population. Les gens ne comprennent pas dans quel merdier nous sommes.

  3. C’est pour quand votre estimation du gouffre? Je dits que dans 5 ans on va commencer a le sentir. Est-ce que ca veut dire que pendant les 5 prochaines annees les gens vont continuer a denigrer le futur mur de brique qui approche?

    Changer les choses prend du temps. C’est pas parce qu’un matin c’est le temps de changer l’economie que ca se fait fait en un claquement de doigt.

    • Je suis d’accord avec toi Charles, le changement ça prend du temps.

      En ce qui concerne le gouffre, avec 8 milliards de déficit cette année, je pense que nous sommes déjà dedans, en pleine chute…

      Ajoutes à cela une augmentation éminente des taux d’intérêts et nous perdons au minimum 1.2 milliards par pourcentage d’intérêt au détriment du service de la dette…

      Et si le Québec perd sa cote de credit (ce qui va finir par arriver si on continue d’accumuler les déficits), et bien là on atteint le fond du baril…
      Et nous voilà au même point que la Grèce aujourd’hui…

  4. ‘(…) adrift in a phoney landscape of pretend argument and platitudinous consensus, in which the only contest was to see how effectively each camp could plagiarise its opponents’

    … ca vous dit quelque chose?

    … ‘scusez!

    • Oui, exactement ce qui se passe au Québec en ce moment. On fait du sur place avec deux partis identiques de gauche, sans aucune vision et aucun courage de prendre les bonnes décisions.

    • Je pense que cela veut dire…ils disent toutes la même chose d’une maniere differente…en autre mots de la Bull Shit?

      Any other definitions?

    • C’est quand même fantastique que le P.Q ait réussi, avec le temps, a amener le P.L. complètement sur son terrain!

      … une catastrophe pour le Québec.

  5. Depuis 1970, le Québec est gouverné par deux partis politiques gauchistes qui prônent une idéologie dépassée : la social-démocratie, résultat : 219 milliards de dollars de dette. j’ai hâte de voir un parti de droite qui va proposer de faire le véritable ménage. J’espère qu’une telle formation politique va voir le jour, sinon, le Québec va continuer d’être gouverné par des gauchistes.

    • Nous sommes tous prêts pour un nouveau parti, j’espère qu’il a des compétents avec une vision claire qui se prepare à faire la guerre aux incompétents!

    • J’aimerais bien un gouvernement temporaire.

      Pendant 4 ans, Facal, Legault, Deltel, Dumont (en fait n’importe qui, ce n’est pas le point que je veux apporter) s’unissent pour gouverner. On promet de mettre de cote les ideologies personnelles i.e. souverainete et federalisme et on fait un menage profond.

      Apres 4 ans, on dementele le parti et ils pourront dire que c’est les conditions gagnantes si ils veulent et ralier le bloc.

      On a pu le temps pour ces gnaiseries la qui durent depuis 30 ans et cachent des problemes qui ont degeneres depuis.

  6. @ Frederic Lacroix:

    La décote du Québec serait le meilleur service que le monde financier pourrait nous rendre!

  7. En fait, si on additionne le pourcentage de votes du Parti Travailliste à celui des Liberal Democrats, c’est 55% de la population qui semble vouloir voter à « gauche » ou au « centre-gauche ». les Conservateurs formeront peut-être le prochain gouvernement mais ne récoltent présentement que 35% des intentions de vote dans les plus récents sondages.

    Les britanniques ont sans doute perdu confiance dans leur Premier Ministre mais ne semblent pas disposés à prendre un grand virage conservateur… Nuance.

  8. Je reconnais la justesse de vos propos ici, Lutopium!

    Mais les britanniques, eux, bénéficient d’un bel évantail de choix.

    Tandis qu’ici. ..Crime qu’on fait pitié!

    Non seulement on est pris avec un gouvernement incompétent mais les alternatives qui nous sont offertes sont jusqu’ici peu réjouissantes.

    C’est là que ça devient très grave à mon avis. Ce vide politique, tant au niveau provincial qu’au niveau municipal (à Montréal du moins) qui semble vouloir perdurer me fait craindre le pire…

  9. Donc, si j’interprète bien vos commentaires à tous, vous êtes tous des gens qui favoriserait la droite ? Réponse svp.

  10. @jacques

    Moi je me considere centre droite, j’apprecie un équilibre. Par contre si on est terriblement près du gouffre, il me faudrait repenser un budget plus sévere avec beaucoup plus de coupures, si on ne veut pas devenir un autre Grèce dans la failite, avec révolte et du sang dans les rues.

  11. C’est pas une question de droite ou de gauche… c’est une question de gaspillage effréné. Mais le socialisme mène TOUJOURS au gaspillage… car on dépense l’argent que d’autres gagnent.

  12. @ Jacques

    Ce que j’aimerais avant tout, c’est un État moins interventioniste.

    L’État c’est bon pour nous doter d’infrastructures avec l’argent des impôts, comme des routes par exemple..ou des échangeurs si vous voyez ce que je veux dire.

    Les CPE, la société des alcools etc… il me semble que c’est l’affaire des individus, pas de l’État.

  13. Je suis d’accord avec toi Bernard. C’est le problème no 1, la conscientisation de nos compatriotes à toutes les dépenses publiques. Petites ou grandes.

    L’émission de Télé « La maison de Jacques Villeneuve » (archi millionaires), réalisé par la femme d’un joueur de hockey du Canadiens (archi millionaires) a eu le crédit d’impôt calvasse.

    Il y a des milliers de trucs du genre à couper.

    Un autre exemple, que tu connais probablement déjà. Les garderies à 7$, si je les hausse à 22$ (encore la moitié du coût réel), voici ce qu’on épargne : je compte 100 milles enfants X 5 jours à 50 semaines par année. J’obtiens un petit 375 milions de $.

    SVP, est-ce que je peux essayer d’être le ministre des finances ? hahha

  14. @Isabelle, votre compliment me surprend et me fait extrêmement plaisir, merci.

    Si vous permettez une autre réaction, je préciserais également que la situation politique du Royaume-Uni est beaucoup plus comparable à celle du Canada qu’à celle du Québec. Les britanniques tiendront des élections « fédérales », alors qu’on pourrait comparer les élections en Écosse, par exemple, comme des élections « provinciales ». Ceci étant dit, le paysage politique canadien actuel offre quand même trois partis politiques aux canadiens, représentant les trois axes principaux de l’échiquier politique (gauche, centre-gauche et droite). Sans compter le Bloc Québécois qui détient une place privilégiée chez nous.

    Au Québec cependant, depuis la disparition de l’ADQ et les difficultés que rencontre Québec solidaire et les Verts, je suis entièrement d’accord avec les propos de Mme Marcotte: les québécois n’ont pas beaucoup de choix s’ils se fient exclusivement à la couverture médiatique standard. Tant qu’à moi et, je pense, à beaucoup de québécois, le PLQ et le PQ c’est blanc bonnet – bonnet blanc. Leur seule différence frappante est leur position constitutionnelle.

    Malgré tout, l’heure est aux changements. Et là-dessus, tout le monde s’entend pour se débarraser de la collusion, du favoritisme, de la corruption et du gaspillage qui détruisent nos institutions démocratiques. Je le répète, c’est dans cete lutte que TOUS les québécois, peu importe leur appartenance politique. doivent unir leurs forces pour se débarasser de cette culture qui semble être incrustée dans le Parti Libéral de Jean Charest.

    Par la suite, je crois que nous devrions exiger la réforme du mode de scrutin afin de permettre à des partis politiques un peu plus modestes de se tailler une place au sein de l’Assemblée Nationale. Sinon, nous serons prisonniers de ce bipartisme pour un bon bout de temps.

  15. Votez donc ADQ. Le parti mérite toujours d’être appuyé. Arrêtez de bouder comme les 700 000 renégats de la dernière élection.

  16. @ Bernard

    Très bon votre article!

    Ça explique peut-être pourquoi au Québec, le vide politique est particulièrement abyssal. Ce n’est certainement pas réjouissant la perspective de gouverner quand on est inévitablement appelé à faire des choix difficiles (no good options).

    Quant au titre de votre billet, Mme Marcotte, il semble toujours d’actualité, même après les élections!

    Coalition, pas coalition?

    • N’est-ce pas? Dommage que les Britanniques n’aient pas osé. Si les conservateurs héritent de la gouvernance, ce ne sera pas facile de prendre les décisions qui s’imposent comme vous dites.

      Ils auraient avantage à avoir une p’tite jasette avec Harper.

  17. @Isabelle, mmmmm pas évident! Est-ce que le Labour sera capable de convaincre les LibDems de former une coalition? Est-ce que la reine (…) le permettra? Peut-être qu’un gouvernement minoritaire représente la meilleure solution en temps de crise. Ça évite les dérapages partisans…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s