Le Conseil du statut de la femme en SPM

Ça prend peut-être une femme pour le dire, alors je vais le dire.

Le Conseil du statut de la femme devait être en SPM ce matin-là pour avoir des propos aussi excessifs et démesurés. Imaginez-vous donc que la contribution santé et la franchise santé proposées dans le dernier budget du Québec « violent les Chartes des droits et les conventions internationales ».

Selon le CSF, ces mesures sont discriminatoires pour les femmes, « dangereuses pour notre démocratie » et inconstitutionnelles. Rien de moins.

Mon ami Richard Martineau lui répond ce matin poliment. « On se calme », lui dit-il. « Comment voulez-vous qu’on change quoi que ce soit si les groupes de pression prédisent la fin du monde chaque fois que le gouvernement touche au système ? »

S’il y a un danger à notre démocratie, quant à moi, elle réside bien plus dans des groupes de pression en SPM. On cherche à diminuer les dépenses de l’État? Éliminons le Conseil du statut de la femme. Il a peut-être rendu de fiers services aux femmes dans le passé, mais là, ce genre d’interventions ne fait que perpétuer l’image des femmes faibles, sans ressources, pauvres et toujours victimes de discrimination.

Je n’ai pas élevé ma fille de cette façon et il me semble que le fait que la majorité des universitaires soient des femmes aujourd’hui permet de crier victoire. Passons à autre chose.

37 réflexions sur “Le Conseil du statut de la femme en SPM

  1. Le Conseil du statut de la femme consulte ses conseillers juridiques : si on peut excommunier un catholique parce que ses propos vont à l’encontre des dogmes de la Sainte Église, peut-on, en suivant la même logique, retirer à Joanne Marcotte son statut de «femme», vu que ses propos vont à l’encontre des dogmes du Saint Conseil?
    À suivre…
    ;-D

  2. Il existe aussi un autre aspect concernant la condition féminine, on parle beaucoup du CSF, mais sans vouloir paraître pour un misogyne où vouloir faire une guerre style masculiniste vs féministe, je me demande où réside l’intérêt des syndicats de créer des comités de condition féminine.

    J’ai déjà été dans l’exécutif d’un syndicat pendant plusieurs années, et lorsqu’on entendait les rapports des comités de conditions féminines on pouvait constater, qu’ils parlaient souvent des problèmes rencontrés par les femmes, mais souvent ils ne proposaient aucune solution, à part peut-être de faire des séances d’information sur certains sujets qui sont d’intérêts comme le cancer du sein, les droits des conjoints de faits, etc.

    Dans le fonds, les comités de condition féminine dépensent de l’argent provenant des cotisations syndicales parce que ça parait bien c’est une «noble cause», mais les informations qui sont données aux membres pourraient tout aussi bien être trouvées sur le web ou auprès de certains organismes gouvernementaux, et ces comités appuieront fidèlement les demandes du CSF, c’est vrai qu’il faut dire que le syndicats sont également des groupes de pression.

  3. Il y a à peu près 200 organismes en tous genres au Québec et autant au Canada.
    Il y a quelques minutes, j’ai fouillé sur le web à la recherche de l’enveloppe budgétaire affecté (e) à chacun de ses organismes du Québec ) sans rien trouver. Est-ce qu’on peut me dire comment trouver ce que je cherche ?

  4. Pingback: Joanne vous reçoit ce matin « Les analystes

  5. Sans vouloir ici défendre tous les propos amenés par Mme Pelchat, je crois important de souligner son argumentaires, qu’on soit d’accord ou pas:

    1) …les femmes âgées de 15 à 44 ans vont beaucoup plus souvent chez le médecin en raison de leur système de reproduction, a expliqué la présidente du CSF. Comme elles vivent plus longtemps, les femmes âgées sont également plus nombreuses à recourir au système de santé que les hommes du même âge. Les femmes sont donc plus touchées par un ticket modérateur que les hommes en raison de leur spécificité biologique.

    2) (le ticket modérateur est) une mesure qui touche plus durement les femmes que les hommes parce qu’il y a davantage de femmes qui sont pauvres que d’hommes et que, d’une façon générale, les femmes gagnent moins en moyenne que les hommes,

    En terminant, êtes-vous contre les associations de femmes d’affaires?

    • En moyenne, pour un emploi identique, une femme reçoit plus d’argent qu’un homme. Ces revenus sont privés.

      En moyenne, une femme reçoit coûte plus cher qu’un homme en soins de santé. Mais ces coûts sont socialisés.

      Il existe, dans certains corps d’emploi, de la « discrimination positive » envers les femmes. Il n’existe aucun exemple de discrimination positive envers les hommes.

      Bref, les hommes ont plus besoin d’un conseil du statut de l’homme que les femmes n’ont besoin d’un CSF.

      Mais au fait, pourquoi pas un conseil de l’équité des sexes? Pour une raison bien simple.

      Vous la connaissez.

  6. C’est le même organisme qui est pour le port du niqab et le voile des femmes islamistes qui proclame la dépendance de la femme à l’homme via un dogme religieux médiéval. Il est ironique que celles qui défendent les droits des femmes à s’émanciper ne les inclus pas toutes…

    Voici un extrait de la lettre expédiée à Lysianne Gagnon en octobre 2007 qui parle par elle-même:

     » Pour ce qui est du port du voile, dans un avis publié en 1997 (Droits des femmes et diversité : avis du Conseil du statut de la femme), le Conseil avait en
    effet recommandé qu’il soit permis aux jeunes filles de porter le voile dans les écoles. À ce sujet, la position du Conseil est toujours la même. La
    recommandation de 1997 était conséquente à une recherche du Conseil publiée en 1995 (Réflexion sur la question du port du voile à l’école) qui avait mis en
    lumière le fait que, l’école étant le lieu par excellence pour l’intégration sociale des enfants issus de l’immigration, il fallait éviter toute mesure qui risquerait de conduire à l’exclusion des jeunes filles de ce milieu. En ce sens, l’interdiction
    du port du voile nous semblait inappropriée. Le Conseil a donc fait, il y a 12 ans, le pari que le port du voile par certaines élèves devait être permis à l’école pour favoriser leur intégration. « 

  7. Quand le principe d’utilisateur-payeur ne remplit pas les critères de rectitude politique, on le balance par la femelle.

    Utilisateur-payeur, c’est quand ca fait notre affaire… les automobilistes doivent payer pour les routes… mais les utilisateurs des transports en commun n’ont pas a payer pour les transports en commun… les automobilistes doivent payer pour les transports en commun. Les femmes, plus grandes utilisatrices des services de santé, n’ont pas a payer pour les services de santé… les hommes, qui utilisent moins les services de santé, doivent payer pour les utilisatrices.

    On appelle ca la ‘solidarité’ (par opposition a la justice!)

    Il faut aussi dire que le féminisme est le plus gros veau d’or du Québec, et il ne sera pas touché… vous pouvez dormir tranquilles.

  8. Ah non! Pas de niqab!

    Tout ce que je vais dire c’est: Women have a LONG way to go!…and continue to need all the help they can get!

    Sûre, il y a peût être des exagerations….

    Mais…je n’oublierai jamais CHANTAL DAIGLE, je sais que cela fait longtemps, mais on ne sait jamais avec ceux qui nous gouvernent , la seule manifestation ou j’ai participé de ma vie, parce que la justice (masculine) avait le nez dans son vagin. Je ne pouvais pas supporter cela.

    Heureusement qu’elle a défié les juges, et s’est fait avorter à Boston. VICTOIRE! Et son chum, donneur de sperme, un certain Tremblay, était un homme extrërmement violent qui s’est retrouvé en prison plus qu’une fois, par après. On peut s’imaginer quelle sorte de vie elle aurait vécu et l’enfant aussi!

    Je serais mal à l’aise avec la dissolution de certains organismes qui défendent les droits des femmes.

    La journée ou les femmes gagneront exactement le même salaire qu’un homme pour la même job, et tant que la violence aux femmes ne s’éteindra pas, et tant que l’Assemblée Nationale et les juges serront remplie d’hommes (pas seulement pour le quota), tant que le pouvoir ne serra pas mieux partagé, je dit que ces organismes ont une place. Ca va prendre quelques années avant que l’on rejoingnent les hommes.

    En effet Ian, c’est un peu étrange que votre blogue n’est qu’au masculin. Il n’y a pas d femmes qui sont quallifiée et purrient dialoguer sur l’économie t la politique, etc. ? Pas de lapidation mais une suggestion de considération pour un bon équilibre,

    Les femmes ont travaillé très fort et ont fait beaucoup de chemin, il faut continuer à avancer pour que le controle soit meiux partagé.

    • « La journée ou les femmes gagneront exactement le même salaire qu’un homme pour la même job, … »

      Ça fait longtemps que c’est le cas.

    • En fait Renée, on ne fait pas dans la discrimination positive.

      J’invite les blogueurs en regardant si le contenu qu’ils pourraient amener peut être utile aux analystes et ils acceptent si le lectorat des analystes les intéressent pour diffuser leur message.

      J’adorerais avoir Joanne avec nous, mais force est d’admettre qu’elle fait aussi bien que nous à elle seule et qu’elle n’a pas besoin de notre plateforme pour faire avancer ses idées.

      On peut peut-être dire qu’à elle seule, elle vaut 5 gars instruits et informés 🙂

      Ian Sénéchal
      http://www.lesanalystes.ca

    • I’m every woman… Non. Blague à part. Je pense que la multiplication des blogues est très bonne. Plus on est nombreux, meilleur c’est.

      Et puis, j’aime bien m’amuser avec WordPress.

  9. Pingback: Les femmes et la politique « Les analystes

  10. @Mme Marcotte, en vous remerciant fortement pour le lien vers les crédits des organismes du gouvernement du Québec.

    Si on touche au CSF pour sauver 12 millions, le gvt va devoir se tourner aussi vers d’autres organismes dont on ne sait pas trop pourquoi les québécois en ont besoin.

  11. @ Ian

    Oui, il faut travailler à plein temps pour pouvoir lire tout ce que Joanne ecrit, elle pond a un vitsse astronomicale.

  12. @ Jack

    Peût être aurais je dû ajouter… »lorsque les femmes auront les mêmes chances d’accéder aux grands postes comme les hommes…il y en a quelques unes, plus qu’auparavent …mais pas beaucoup.

    As far as I’m concerned …it’s still a Men’s World.! I have been fortunate, to be at the right place at the right time, for the right job.

    Mais ce n’est pas si facile pour la plupart des femmes de monter là haut. Surtout si elles sont divorcés…car la plupart du temps, elles se retrouvent avec beaucoup plus de responabilités que l’homme, si il y avait des enfants.

    En plus, souvent les hommes ne font pas monter les femmes, car ils ont peur qu’elles tombent en famille, çela les embettent, c’et sûre, alors passons tout droit à un homme, car lui ne peut tomber enceinte, lui fait tomber enceinte mais ne paye pas pour son acte beinveillant. Un peu d’humour…

    Point de vue de femme.

  13. Oui ce CSF est devenu obsolète depuis que les grands combats, les plus importants pour la femme, ont été remportés. Il reste cependant certains préjugés, certaines chasses gardées et certains domaines qui sont traditionnellement masculins, dans lesquels la femme ignore qu’elle peut exceller autant que les hommes. L’ingénierie est un de ceux-là. La Fondation commémorative du génie canadien, dont je suis un des directeurs, encourage les femmes à considérer le génie comme carrière. Nous offrons des bourses pan-canadiennes à des femmes aux niveaux bac, maîtrise et doctorat. Si la bataille est gagnée, la paix doit être entretenue…

  14. Excellent billet Mme Marcotte. Le Conseil du statut de la femme n’a plus sa raison d’être. Il est composé de féministes qui pensent que l’on vit encore dans les années 60 et que les femmes sont encore victimes de la domination des hommes en 2010. Les femmes ont pris leur place dans la société. Dans les universités, les étudiantes sont majoritaire dans les salles de cours. Les femmes se sont émancipés, que les dinosaures du Conseil du statut de la femme arrêtent de nous casser les oreilles avec leurs niaiseries.

  15. Croyez-vous vraiment que tous les combats ont été gagnés et que tout va bien dans le meilleur des mondes? Que dire des récentes sorties du Parti Conservateur et de l’Église catholique au sujet de l’avortement? Comment réagit la droite politique québécoise sur ce sujet?

    • @Lutopium

      Le parti Consrvateur ne rouvrita jamais le cas de criminaliser l’avortment!

  16. Étant donné qu’aujourd’hui, le débat sur l’avortement est ‘revenu à l’ordre du jour’, je crois que le CSF est non pas « obsolète » comme disent certains mais bien une nécessité.

    SEULEMENT, les atouts que nous les femmes avons réussis à obtenir de peine et misère, il semblerait qu’aujourd’hui, les nouvelles générations de femmes DEVRONT elles aussi se battre « à nouveau » et ce, simplement pour maintenir certains acquis.

    Plusieurs jeunes femmes se moquaient bien des féministes du passées mais voilà qu’aujourd’hui, il semblerait que ce sont « ELLES », si on se fit aux différents commentaires récents sur les différents blogues, qui devront vivre le misogyne masculin du passé qui semble vouloir revenir à grand pas…

    • @ Lorraine

      Très bien dis, je n’aurais jamais pensé qu’aujourd’hui nous nous retrouverions 50 and en arrière. Est-ce un mauvais rêve…un cauchemar.

      @ Joanne Marcotte

      J’ose demander à Joanne, si après les propos du cher Mgr., si elle est toujours du même avis que l’on devrait rayer les organismes qui oeurvrent pour la condition féminine.

  17. Moi qui croyait être seul à penser qu’il fallait arrêter de subventionner le CSF. Qu’il continue son travail, mais avec les cotisations de leurs membres.

    • @ Denise

      Après ce qu’il vient de se passer, j’augmenterais les subventions a CSF…c’est terrifiant, quelle horreur.

  18. @Renee: Oui, je suis toujours du même avis. Si un gouvernement envisageait de re-criminaliser l’avortement, ce n’est pas le CSF qui ferait la différence, mais un mouvement populaire de milliers d’hommes et de femmes dans la rue pour protester.

    • Je vous accorde que dans le cas d’un gouvernement qui aurait l’intention de re-criminaliserait l’avortement, un mouvement populatire de milliers d’hommes et de femmes dans la rue pour protester ferait la différence.

      Seulement, sans l’organisation de ce mouvement populaire, ça limiterait le nombres de protestataires à mon avis.

      Il faudrait donc un organisme ‘au coeur’ du mouvement et je crois que le CSF « pourrait » je dis bien « pourrait » en être le coeur si seulement les femmes au sein de l’organisme savaient choisir leur bataille comme c’était le cas il y a quelques années.

      Je dois toutefois avouer, que je trouve que ce mouvement CSF a perdu beaucoup de « plumes » (sérieux) ces dernières années et ce dû principalement aux mauvais choix dans ses batailles, àma.

  19. L’avortement ne peut pas être recriminalisée. Point.
    Selon la jurisprudence (Tremblay c. Daigle, 1989), le fétus n’est pas une personne donc n’a aucun droit constitutionnel (v. Charte des droits).

    C’est la constitution. On ne change pas une constitution comme ça, on le sait au Québec.

    Alors il faut arrêter de sortir cet épouvantail pour faire peur au gens.

    Pour le Cardinal Ouellet, qui ne savait pas que l’Église était contre l’avortement à tout prix ? Même le très aimé Jean Paul II était extrêmement strict sur cette question. L’Église n’a aucune n’a aucun pouvoir sur la politique canadienne et surtout pas sur les lois constitutionnelles.

    • Oh, j’ai oublié de rajouter. Ce que le Cardinal a fait c’est assez simple à comprendre: c’est un statement politique mais pas pour la politique canadienne, mais bien pour la politique de l’Église. On le sait que le Cardinal a des ambitions « papales ».

  20. @Olivier

    Très claire, très juste, Les ambitions d’un homme qui aimerait devenir pape font sûremen partie de ces stratégies.

  21. Très bon texte, Mme Marcotte.

    Seulement, je suis très heureux, moi aussi, de constater que les filles sont majoritaires à l’université, mais je ne pense (et j’espère) que ces groupes de femmes n’ont rien à voir directement avec ce fleau (qu’est la minorité masculine évidemment).

    L’université est féminine parce que l’école (ou le système scolaire) empêche les garçons de s’épanouir convenablement. Maintenant, si on me dit que ces groupes féminins sont responsables de cette situation, elles devraient être accusées de crime contre la nation. Parce que empêcher la moitié de la jeune population du Québec d’accéder à une éducation de qualité, peut importe les raisons, si ce n’est pas un crime, j’aimerais savoir de quoi on parle ici…

    Je ne pense pas que les filles devraient crier victoire parce qu’elles sont majoritaires à l’université, puisqu’elles finiront tôt ou tard par supporter économiquement ces futurs mâles incapables d’arriver à quoi que ce soit, et tous en seront pénalisés en fin de compte, les femmes en premier d’ailleurs…

    • Vous avez bien raison, Sébastien. L’équilibre est ce qu’il y a de mieux. Mais le sens de mon message était plutôt de dire que nous sommes peut-être prêts à tourner la page.

  22. @ Sebastien

    Toujours la faute des autres lorsque l’on ne résussit pas. Que c’est ennuyant!

    D’ou sort tout ces commentaires sur les blogues qui blâment les femmes pour tout les malheurs des hommes du monde. Oh la la!

    @Madame Marcotte

    Je sais que vous n’ëtes pas d’accord…mais plus je lis, plus je vois que nous devons sans faute avoir des organismes qui peuvent aider les femmes moins fortes pour qu’elles apprennent à se défendre contre ce courrent d’hommes misogynes et pour qu’elles puissent résister à toute intimidation.

    Les filles…je vous encourage de vous éduquez au plus haut degré. Go Girls Go!

  23. Pingback: Les pseudo-libertariens « Jeanne Émard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s