Marcotte, Julien et Têtu sur l’état du Québec

Je me suis gâtée pour ma dernière chronique à CHOI. Mercredi dernier, je me suis fait accompagner par Denis Julien et Frédérick Têtu… et ils étaient en feu!!!

Je pense que vous aimerez beaucoup cet échange dans lequel on a fait le tour de ce qui se passe au Québec.

  • Un peuple fier peut-il être aussi dépendant fiscalement?
  • L’état des services publics au Québec (éducation, santé, soins de longue durée, attente à l’urgence)

  • Comment en est-on venu à tolérer l’intolérable?
  • Les mécanismes psychologiques pour se dédouaner et justifier le système actuel
  • Les Québécois veulent-ils vraiment une réforme majeure?
  • Les opportunités historiques ratées de corriger le modèle québécois
  • Les effets et conséquences du non-vote des « X » à l’élection 2008
  • La mise à mort de l’ADQ par sa clientèle
  • Comment voter quand il n’y a pas d’offre idéale?
  • Les qualités d’organisation des militants du Parti québécois
  • La nécessité d’une opération « mains propres »
  • Qu’est-ce qu’un péquiste?
  • À quoi peut-on s’attendre dans les six prochains mois? Au PLQ? Au PQ? À l’ADQ?
  • L’acteur principal: la population

12 réflexions sur “Marcotte, Julien et Têtu sur l’état du Québec

  1. Excellente entrevue.

    Il y a un point où j’accroche, c’est lorsque que vous prétendiez que la clientèle de l’ADQ l’a abandonnée. Je regrette, mais c’est faux. À mon sens, l’ADQ n’a jamais envoyé un message clair et cohérent, même pour ses militants. Quand son chef en vient à se faire qualifier, à raison, de girouette, au point où ils ont été obligés de bannir le terme des débats de l’Assemblée Nationale; c’est preuve que celui-ci avait des gros problèmes de cohérence et de crédibilité.

    Je vais être honnête, je n’ai jamais voté ADQ et pourtant, ceux qui ont lu mon blogue savent qu’il est difficile d’être plus à droite que moi sur les questions d’économie et de fiscalité publique. (Je l’assume.) J’aurais dû être un client naturel pour l’ADQ (s’il se veut vraiment un parti de droite qui se démarque du PQ et PLQ) et ils n’ont jamais réussi à venir me chercher. Pourtant, tout ce que je demande, c’est un message clair.

    Je n’ai que faire de socialistes de placard qui parlent de réduire l’État un jour et de créer des nouvelles structures le lendemain. Si l’ADQ veut avoir une chance de se reprendre, Gérard Deltell doit commencer à livrer un message clair avec une boussole qui pointe toujours dans la même direction. Dans les trois prochaines années, leur mission devrait être de rebâtir leur crédibilité envers leur clientèle de droite et envers les jeunes.

    Si M. Deltell est en manque d’inspiration, je lui conseillerais de lire attentivement les discours que livre Maxime Bernier dernièrement. C’est ce genre de message que moi personnellement je veux entendre d’un parti politique qui ne battra pas en retraite à la moindre critique de leurs idées. Qu’ils fassent ça et j’irai même militer dans mon comté qui est un château-fort péquiste (Vachon).

    Passez le message à M. Deltell, quelqu’un! Il est temps qu’il sorte de son trou.

    Incidemment, pendant que le PQ s’applique à salir les libéraux, l’ADQ devrait de donner un malin plaisir de lancer de la boue dans la direction des péquistes et faire valoir qu’eux au moins, ne sont pas corrompus.

    • Je suis d’accord. Denis est plus sévère envers les gens qui n’ont pas voté ADQ qu’envers l’ADQ elle-même. Ce qu’il voulait faire ressortir, c’est qu’au moment du vote, il ne faut peut-être pas viser la perfection mais le moins pire.

      Pour ce qui est du manque de cohérence de l’ADQ durant la période de l’Opposition officielle, je me range de votre côté. Ils étaient de toute évidence absolument incohérents. Ils ont récolté ce qu’ils ont semé.

    • Je crois parler pour un grand nombre de voteurs en disant: « Maudit que je suis tanné de voter pour le moins pire! ».

      Donnez-moi un changement dans le quel on peu croire! (Change we can believe in- Où est-ce que j’ai déjà vu ça?)

  2. Pas pire.

    Par contre, RIEN sur le fait que la démocratie représentative n’existe plus… avec la ligne de parti.
    Les députés représentent leurs partis avant tout, pas leurs électeurs.

    Les structures politiques ne sont PAS démocratiques. Il faut cesser de blâmer les personnes, mais les structures… non-démocratiques.

    Les médias et les ‘experts’ en ‘public relation’, mènent presque tout.

    Tout est illusion.

    Lorsque qu’un état est hyper endetté, ce sont les créanciers qui tirent vraiment les ficelles… et les experts manipulateurs (en opinion publique), sont au service de ces derniers.

    La démocratie, c’est lorsque le peuple peut -ultimement- voter sur toutes les décisions.

    Est-ce notre cas?

  3. Tant qu’on feras pas une reforme complète du système politique on iras nulle part comme societee. Chaque groupe est campe sur ses positions et c’est pas productif. Chaque parti a de bonnes idées mais c’est la foutue petite politique qui vient tout anéantir les bonnes idées de un ou l’autre. J’ai toujours trouve imbécile de voir l’opposition crier en débile une bonne idée du parti au pouvoir.

    Je suis aussi d’avis qu’il faut rendre le financement des partis 100% étatiques. Fini le financement prive. Tant qu’on éloigneras pas les Paul Desmarais de ce monde les politiciens vont toujours se crisser du peuple pour faire plaisir aux corporations.

  4. Fred, tu attends beaucoup et trop de Deltell! Il n’a rien dit en six mois, parce qu’entre ses deux oreilles c’est le non-être! On l’a vu quand il était journaliste dans ses reportages de chats sauvés par les pompiers.
    Denis Julien me semble le plus groundé de vous trois et suit le message du vieux film «Le confort et l’indifférence»:
    notre gros placenta albertain est chaud et nourrissant: pourquoi se donnerait-on la peine de penser, comme dirait Rousseau!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s