La prétendue objectivité journalistique mise à l’épreuve

Il se passe quelque chose dans le merveilleux monde des médias, vous ne trouvez pas? Et il faut s’en réjouir!

En effet, l’on blâme souvent les politiciens ou encore une population paresseuse et trop confortable pour l’état de cynisme ambiant. D’autres verront dans le cynisme non pas la cause d’un malaise mais plutôt la conséquence d’un sentiment d’impuissance des citoyens « ordinaires » devant une collection de lobbies et de groupes corporatistes désormais maîtres de l’agenda politique. (Lire Bock-Côté, Quel cynisme?)

Dans un tel contexte, la crédibilité de nos institutions est malmenée: institutions démocratiques, institutions scolaires, institutions judiciaires…

Mais qu’en est-il du monde des médias? Porte-t-il une responsabilité pour l’état stationnaire dans lequel se trouve le Québec? Peut-on raisonnablement croire que leur offre est « juste et équilibrée » (fair and balanced) et ne serait-il pas temps pour eux de s’interroger sur leur pratique?

Heureusement, je crois que c’est ce à quoi on assiste depuis quelques années. Rappelez-vous l’article de l’ombudsman de Radio-Canada dans lequel Julie Miville-Dechêne reconnaissait que dans l’ensemble des médias québécois, le débat se réduisait généralement à un débat entre fédéralistes et souverainistes.

« Et les deux options se définissent depuis longtemps comme étant soit de centre gauche, soit de gauche centriste. En d’autres mots, c’est blanc bonnet et bonnet blanc », faisait-elle remarquer. Pour preuve, le traitement qu’a réservé la maison Gesca au chroniqueur Jacques Brassard lorsqu’on a jugé ses positions « discordantes par rapport à la Pensée Unique, qui pèse comme une chape de plomb sur l’univers politico-médiatique québécois. » (Lire le blogue de Jacques Brassard)

Plus récemment, c’est la classe politique qui se permettait de mettre en doute la partialité des médias québécois. Les uns accusaient le Journal de Montréal d’avoir un agenda indépendantiste alors que les autres blâmaient La Presse, Le Soleil et Radio-Canada d’être fédéralistes! Remarquez que dans leur cas, on n’a pas encore l’imagination de s’égarer de l’axe fédéraliste-souverainiste!

Et puis, il y a tous ces blogues et libres penseurs qui insécurisent et mettent au défi les journalistes traditionnels de se renouveler. Comme l’explique le professeur à l’ENAP Pierre Simard, l’appel à l’arsenal bureaucratique (certification professionnelle) exprime bien l’insécurité de ceux qui sont « incapables de survivre dans un marché concurrentiel. »

Enfin, que dire de la réaction épidermique de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) à l’annonce de l’arrivée de SUN TV News, nouvelle station « de droite » financée par Quebecor? (Lire Martineau, Cachez-vous – SUN TV arrive!) Rien de moins qu’une menace à la démocratie, selon eux.

Que le monde des médias panique me réjouit énormément.

Enfin, la prétendue objectivité journalistique est contestée et c’est peut-être là un premier pas vers un éventuel équilibre de l’information. Bref, reconnaissons-le simplement, les journalistes sont des êtres humains qui ont des intérêts qui leur sont propres et qui ont à coeur de faire la promotion de certaines valeurs.

À partir de là, le problème devient que le Québec et le Canada n’offrent pas suffisamment de diversité dans l’offre médiatique et que nos élites médiatiques nous ennuient à nous casser les oreilles d’idées reçues (promotion d’une société égalitariste, social-démocratie, primauté du débat fédéraliste-souverainiste).

Pour toutes ces raisons, je suis particulièrement fière que le premier événement du Réseau Liberté-Québec accueille Kory Teneycke comme conférencier principal. M. Teneycke est celui qui mettra sur pied SUN TV News et s’il y a un gars qui veut ébranler l’univers politico-médiatique canadien, bon sang, je veux être là pour écouter ce qu’il a à dire. Pour vous y inscrire: http://www.liberte-quebec.ca

_________

« The numerous filters at work in both the media and in academia are not random. They reflect a common vision and filter out innumerable things that could threaten that vision. » – Thomas Sowell, Intellectuals and Society

57 réflexions sur “La prétendue objectivité journalistique mise à l’épreuve

  1. Les médias montréalais sont gauchistes et ils dénoncent la méchante droite qui ose remettre en question le modèle québécois. Je suis content de voir un mouvement qui va prôner les valeurs libertariennes : Le Réseau Liberté Québec. Il faut combattre la pensée unique de la gauche et on va pouvoir le faire avec ce nouveau mouvement.

  2. Bon retour Joanne!
    Tu reviens chanter dans la partie du choeur qui chante à un octave plus élevé que le reste du choeur québécois. Nous avons la voix et la voie, les autres chantant bien sûr à l’unisson , mais ils chantent tous faux… et ne le savent même pas…

  3. Radio-Canada, avec sa croisade contre les gaz de shiste, frise l’indécence journalistique!!! Ce n’est plus de l’information, c’est juste de la propagande!!! Hier soir, au Téléjournal, on n’a eu droit qu’à du pur salissage de l’industrie des gaz de shiste avec Charles Tyssères, un reportage, une entrevue avec le journaliste du reportage et une entrevue avec Pierre «nationalisons l’industrie» Arcand!!!

    Même le ton de Céline Galipeau laissait entendre qu’elle était scandalisée par cette industrie, alors qu’ils n’ont pris qu’un cas où ça a mal tourné, en le montant en épingle!!!

    Ouep, l’arrivée de Sun TV News fera du bien, mais j’aurais préféré un média comme celui-là au Québec!!! Des regroupements de droite sur la Toile, il y en a déjà beaucoup, si on inclut les différents blogues de droite et le mouvement de Jeff Plante qui s’est formé sur Internet!!! L’heure est venue de créer, nous-aussi, notre média «mainstream»!!!

  4. Bravo à vous.

    Le tout passe par les médias, mais ces derniers sont corrompus et ont un agenda caché.
    Radio Canada, la presse = go-gauche. Jamais rien de la droite.
    Nous n’avons rien qui renseigne les citoyens de la VÉRITÉ, ET DES VALEURS.

    Nous devons prendre exemple sur Glenn Beck a Fox News .

    A Jean Luc Proulx : Vous avez entièrement raison dans vos propos il est grand temps que de vrai média existe pour informer les gens de la vérité.

    Espoir a vous et Sun TV News.

  5. Le jour où on arrêtera de systématiquement mettre des étiquettes à quelqu’un qui émet une opinion qui diffère de la notre, on pourra sans doute progresser.

    L’opinion peut être de droite, de gauche, plus centriste, cela n’a rien à voir nécessairement avec la personne.

    Je suis d’accord des personnes ont des idéologies clairement à gauche et clairement à droite, mais d’autres y vont seulement selon leur bon jugement et leur valeur.

    Parlant de média biaisé, ironiquement, vous parler et encenser un VP qui fait partie de Québécor, qui est le plus grand média au Québec avec la SRC et le groupe Gesca. J’imagine qu’ils ne doivent pas être si biaisé que ça. On pourrait nommer Martineau, Gendron qui écrivent des textes majoritairenement de droite, il en est de même pour Nathalie Elgrablie et d’autres collaborateurs. Il est également vrai que des collaborateurs sont davantages de gauche. Notons également Dominic Maurais et Jérôme Landry qui était à TQS avant d’aller vers ChoiRadioX. Ainsi dans la région de Québec le FM93 et ChoiRadioX émettre des opinions qui sont davantages vers la droite, et il y a quelques autres stations comme ça dans diverses région au Québec. Il est vrai que dans la région de Montréal, il y en a moins de présent, par contre, cela peut possiblement s’expliquer par la démographique de la ville de Montréal.

    De plus, on sait que les Conservateurs sont passablement fort dans l’Oest Canadien, on peut donc en déduire qu’il doivent y avoir certains médias, en nombres significatifs, qui ont des affinités avec leurs politiques.

    Pour conclure, je dirais que c’est un peu comme la température, vous savez on retient davantage le nombre de fois que les prévisions sont erronnées versus le nombre de fois où elles sont exactes. Je crois qu’on a tendance à remarquer les reportages et les journalistes qui sont contre notre point de vue versus ceux qui ont les mêmes que nous.

    J’ajouterai aussi, il est vrai que des médias s’acharnent sur certains points, parfois c’est Quebecor, d’autres fois c’est Gesca, d’autres fois ça peut être la SRC, cependant, svp, il faut être honnête, la nouvelle chaine Sun TV fera de même, et à mon point de vue, ce ne sera pas mieux que les autres médias.

    • Admettons qu’on se dirige graduellement vers un État ressemblant à l’URSS. Chaque nationalisation, chaque réglemention additionnelle nous rapproche. De plus, rappelez-vous que chaque fois que l’on vote une loi, on cré une classe de criminelle qui ne l’était pas le jour précedent. Au Canada, il se vote en moyenne 2000 lois par année et le nombre de lois annulé (sans être remplacé) n’est même pas proche d’accoter ce chiffre. La population ne le réalise tout simplement parce que le tout se fait très graduellement. Ce n’est pas un gros coup qui a tout changé instantément comme ce qu’on fait les Bolchéviques lors que la création de l’URSS. Parles à des immigrants non-récents venus d’anciens pays communistes, ils vous diront à quel point ils revoient leurs anciens pays se rematérialiser ici.

  6. Bah, c’est vous qui le dite. « Gauchistes », quel bel épithète à adresser facilement à ses adversaires, ceux qui n’ont rien compris à votre vérité révélée. Votre belle foi au libre marché, ce à quoi nous devons nous soumettre. Quelle bande de mécréants, ne méritent-ils pas d’expier pour leur incompréhension de la vrai foi?

    Quand on y pense, à vous lire et vous entendre, sans compter votre film, pourquoi ne devrions nous pas commencer tout de suite à diviser la société entre ceux qui choisissent la « liberté » et les autres, comme le préconisait Ayn Rand, cette grande philosophe auquel vous semblez être inspirée de ses écrits? Les parasites et les créateurs de richesses. Rien de plus simple, n’est-ce pas?

    Et puis tant qu’à faire, pourquoi ne pas placer comme en-tête de votre blogue cette citation de Margareth Thatcher: « Il n’y a pas de société, il n’y a que des individus »? On saurait à quoi s’attendre avec vous et votre réseau. avoir la prétention de réformer la société avec un tel projet en tête, aussi bien l’exprimer clairement.

    Et pour la suite de votre prise en main de notre société, il faudra imaginer comment vous allez penser le concept de « vivre ensemble », quand vous aurez clairement établi qu’une partie de la population ne sert à rien, en tant que parasite.

    Bien à vous.

    PS: Votre père ne s’appelait-il pas Jean-Guy? Une question comme ça…

  7. Les rats, c’est connu, convergent lorsqu’il y a des tragédies comme; des inondations, des débuts d’incendie, des tremblements de terre, etc.. Et c’est pareil en politique, lorsque les Empires s’effondrent ou approchent de leur implosion…, ou de leur explosion.

    Ce fait établi jusqu’ici, nous de même, Québécoises et Québécois, concourons à cette même fin d’Empire, du moins, nous commençons en à apercevoir les fissures. Et à travers ce processus, nous observons les clivages d’une société. Des clivages qui se traduisent néanmoins en des divisions déjà observées par le passé. L’une d’elles, est celle entre les classes et les intérêts de chacune de celles-ci.

    Une plaie ouverte sur notre social entre les capitalistes, certes motivés par leurs conditions issues de meilleurs conditionnements, et les socialistes, conditionnés eux, à percevoir rapidement les amorces dissimulées par ces premiers et les solutions pour se débarrasser de toute exploitation néfaste pour leur classe, le prolétariat -les salariés-.

    Et au Québec, aujourd’hui, on peut déceler cette subdivision des capitalistes à travers cette explosion diverse, de leurs extrémismes. L’un de ceux–là en particulier attire toutefois d’avantage mon attention que les autres, même si celui-ci ne prendra vie que le 23 octobre prochain (2010).

    C’est un mouvement d’extrême droite-économique qui désire, comme le Tea Party états-unien, réduire l’État à son plus petit, à sa disparition en fait. Ce mouvement libertarien s’inspire des idées capitalistes les plus sauvages, celles qui carrément, ne tiennent que compte des conditions de chacune et chacun, même sachant que ces conditions sont pourtant elles, issues de conditionnements bien précis. Sachant donc que tous les humains ne peuvent bénéficier de toutes luxures –incluant le droit à la santé, à l’eau, à tout, bref, pour cette droite-là- dans le mode de partage offert par le capitalisme sauvage, ces égoïstes, très individualistes, n’en déroutent pas moins de leur itinéraire idéologique.

    Pourtant, ailleurs, n’est-ce pas le «moindre Étatisme» qui fit que la Nouvelle-Orléan, une semaine après le passage du célèbre Ouragan, un endroit où l’eau potable n’était toujours pas disponible, où les soins n’arrivèrent toujours pas et finalement, ce qu’elle est toujours aujourd’hui, un décor irakien?

    N’est-ce pas le «moindre Étatisme» qui fait des systèmes de santé des pays de l’Amérique du sud, des «moindre performants» vis-à-vis celui de Cuba la socialiste (selon l’OMS)?

    N’est-ce pas le «moindre Étatisme» qui fait de la Somalie ou du Ghana, un endroit merdique où vivre pour quiconque sauf les seigneurs de guerre, en plus d’être des plus célèbres paradis fiscaux qui soient, sans couverture médicale pour la «p’tite populasse»?

    N’est-ce pas le «moindre Étatisme» qui fit du système banquier états-uniens, l’un des plus corruptibles du monde qui le fit ensuite s’écrouler, puis revivre aux frais du prolétariat de la planète tout entière?

    La droite, dans toutes ses propositions, fait le dénigrement des débats de fond. Elle fait l’aveugle, devant ses propres ratées. Elle joue l’innocente, lorsque ses idées sont mises en place par la force. Éric Duhaime, de ce mouvement prétendu lucide, n’a que faire que la droite chilienne se soit hissée par un Coup d’État horrible, où le premier socialiste –Salvador Allende- élu trois fois de suite, augmentant sa majorité chaque fois, fut détrôné par les armes et la violence. Joanne Marcotte n’a que faire que Cuba soit 100 fois mieux qu’elle était sous Batista, et qu’elle dépasse tant en éducation qu’en services de santé, tous les pays du monde de son calibre économique (Selon l’OMS, l’UNESCO, l’ONU, le FMI et bien d’autres…). Ces capitalistes extrémistes n’ont que faire que l’on détruise leurs mythes. Ils n’ont de toute façon, que faire des débats.

    Cette droite là, extrémiste et aveuglée par ses dogmes, fondera toutefois les bases d’un parti solide, puisque populiste. Les radio-poubelles de Québec soutiennent l’effort de ces cols rouges. Il ne faut pas sous-estimer la bêtise humaine. Rappelons-nous qu’Adolf Hitler avait bouleversé le monde avec le populisme -et la bière-. Celui-ci a ses vertus. Le mouvement grandira. Les rats se réuniront. Ils formeront une Assemblée, comme d’autres l’ont fait avant eux. Et leurs solutions simplistes reviendront, ratées sociales après ratées économiques, tant qu’elles plairont aux véritables plaidants, que ces valets de la bourgeoisie défendent bec et ongles, faisant passer les intérêts de cette vermine pour les nôtres, à nous les prolétaires.

    Ce qu’ils défendent réellement? Ce n’est pas la liberté de toutes et tous, comme ils le prétendent, mais celle d’une classe minoritaire et parasitaire qui détient les rouages de notre économie, ce qui explique l’enrichissement de cette minorité d’ailleurs. Ils défendent par exemple, via le «privé en santé», le droit d’entreprendre en la matière, en octroyant à ceux qui en ont les moyens, les moyens de soigner la population qui conséquemment, en devient dépendante lorsque malade. L’achat et l’exploitation d’une clinique privée permet tout simplement au bourgeois possédant les capitaux nécessaires pour ce, d’exploiter la maladie d’autrui. Voilà son seul mérite d’ailleurs, que de posséder les capitaux pour ce faire. Ce n’est pas la liberté de toutes et de tous qu’on défend ici, mais celle de la minorité capable de se payer une clinique privée, afin, précisément, qu’elle exploite la maladie d’autrui ultérieurement. C’est la bourgeoisie qu’on défend ici.

    Qui gagnerait à la privatisation de l’eau, sauf ceux, finalement, qui pourraient s’acheter des sources d’eau, parce qu’ils en auraient les moyens? Encore une minorité. Et qui s’en trouve automatiquement dépendante? La majorité. Le prolétariat. Les salariés. Et les autres, les pauvres sans emploi, les malades mentaux, les handicapés, etc..

    Qui gagnerait aux libertés d’entreprendre dans l’électricité, en privatisant Hydro-Québec, si ce n’est encore cette minorité affairiste, aux poches bourrées de capitaux, finalement amassés comment, si ce n’est que par une antécédente exploitation, par une loterie ou par un héritage, ce qui conséquemment, détruit les mythes selon lesquels les bourgeois auraient fait plus d’efforts que les autres et qu’ils auraient pris des risques d’avantage, risqués que ces «fainéants prolétaires»? C’est bien évidemment la bourgeoisie et les mieux nantis qui pourraient se permettre cette richesse, relative à notre dépendance hivernale. Et qui perd de ses libertés, encore une fois, en devenant redevable à ces pourritures qui n’ont pour mérite, encore une fois, que le capital qu’ils détiennent? La majorité. Le prolétariat, cette classe créatrice de richesses, exploité par cette minorité. Et cette richesse dont il est question, c’est celle-là même que ce même prolétariat quémande déjà, sans que le capitalisme ne soit sauvage encore. Imaginez ce «meilleur monde» que nous promettent ces libertariens…

    Et de fait, toutes les complaintes de cette droite extrémiste, ne sont qu’affirmations populistes. Par exemple, lorsque les débats s’imposent, on les voit s’en soustraire, ou censurer nos efforts cléricaux, qu’ils vulgarisent en «textes fleuves à la Castro», trop orgueilleux pour avouer qu’ils n’y comprennent rien, ou qu’ils sont incapables de réfuter nos dires. Nombre de fois où j’ai dû expliquer en long et en large, le fait que les processus s’expliquaient les uns par les autres, tout en expliquant les prochains. Nombre de fois où j’ai dû, et où j’ai démontré que les conditionnements étaient eux-mêmes, conditionnés par des conditions, qui elles-mêmes, étaient conditionnées, indéfiniment, par d’autres conditionnements, ainsi de suite… Nombre d’exemples, lesquels j’usai, pour expliquer qu’un arbre à l’ombre, ne pousserait pas comme son jumeau au Soleil. Ce qui par ailleurs, relevait les contradictions et les erronés constats de cette droite populiste qui voudrait punir le pauvre, pour ce qu’il est, sans s’attarder au «pourquoi» il l’est.

    Ce mouvement populiste vise la classe moyenne, pourtant créée elle-même, par les contrats sociaux d’une révolution qui n’avait rien de tranquille et où les constats multiples de diverses ratées sociales, découlant elles, de ratées économiques d’une droite jadis, «plus sauvage», ont donné naissance à cette révolution «socialiste» québécoise. Ainsi, encore une fois, tel que j’expliquai à ces vautours, c’étaient les conditionnements qui donnaient dans les années 1970 au Québec, naissance au «Socialisme Québécois». Les conditions présentes pour ce, elles ont créé les conditionnements pour convaincre la population du Québec du bien fondé d’une telle entreprise collective qui d’ailleurs, fait aujourd’hui du Québec l’un des meilleurs endroits où vivre au monde, entre autre pour nos tampons sociaux, qui rappelons-le, ont fait toute une différence lors de la crise bourgeoise de 2008-2009 sur Wall Street.

    Et d’autant plus que, les fameux «coûts exorbitants» exhibés par nos détracteurs sur nos services sociaux, ne sont que le reflet, de fait, des caprices dogmatiques d’un système parasitaire, n’ayant justement pas fait ses preuves et qui fait faillite aux 30-40 ans, cela, à nos frais à nous, les majoritaires prolétaires exploités par cette minorité qui dicte. Les chiffres des lucides ne sont redevables ici, qu’aux dogmes du système défaillant en place. Il ne faut pas tomber dans le panneau. De plus, les services au privé n’ont que cela de différent, soit le fait que ces services soient encombrés d’un parasite, sans aucun autre mérite que sa possession préalable de capitaux, désirant sa cote sur les besoins d’autrui. Rien d’autre. Car la gestion n’a que faire du financement et vice-versa. Les deux n’ont de fait rien à voir l’un avec l’autre.

    Alors pourquoi ces extrémistes continuent d’avancer leurs idées outre nos débats de fond, qu’ils ignorent certes, si ce n’est qu’ils se fient sur la bêtise humaine, armée de leurs populismes, pour convertir les masses, comme Adolf Hitler le faisait dans une brasserie loufoque allemande. Alors, il ne manque plus que la bière pour ce 23 octobre 2010! Il sera toutefois difficile de prétendre à la lucidité après la brosse!

    • M. Guillemette, vous dénoncez un « capitalisme sauvage » moi je dénonce le socialisme sauvage qu’on m’impose au Québec.

    • Superbe discours!Dénonciation, culpabilité et terreur sont toujours les mêmes leviers d’endoctrinement de la gauche( tient la religion aussi!). Malheureusement avec toute cette analyse si bien documentée et fondée, expliquez- moi la réussite du modèle communiste en ex-Union Soviétique et surtout Staline ce tendre dirigeant ? Refaire économie 101 (Adams a Friedman…)D’ailleurs je crois ici que nous nous adressons a des tenants du libertarisme(la liberté et la responsabilité individuelles)qui se place au-dessus de l’analyse économique et qui rassemble tout aussi bien des gens de gauche(si,si!) que de droite…

      P.S. La subsistance de Cuba est assurée par une vigoureuse économie souterraine et le Che et Castro servent surtout d’attraits touristiques pour naïfs et romantiques.

    • J’aime bien l’approche de M.Guillemette. Tellement de sophismes économiques. Ça prendrait une patience fou pour tout les exposés. De plus, il attribut des défaillances de société où l’État est clairement responsable au capitalisme tout le long.

      Finalement, il y a le sarcasme voulant dire : « sans État, la population ne peut rien faire. Elle est prise au dépourvu. Elle est comme un enfant sans ressource jeté dans le rue. » C’est vrai qu’il nous faut des politiciens bien-vaillants pour nous sauver autrement on se tuerait tous, personne ne s’entraiderait, les handicappés et laissez-pour-compte se ferait sauvagement torturer et tuer tout le temps. État! Venez nous sauver!

      Une chose, les guerres n’étaient pas aussi meurtrières dans la temps où les États étaient inexistant ou petits. Le 20e siècle avait son nationalisme et ses États le plus gros qu’on a jamais vu on fait les guerres les plus grosses, les plus destructrices et les plus meurtrières jamais vu.

      Pour atteindre l’égalité absolu entre tout les citoyens, il nous faut un tyran de gauche qui criminalisera beaucoup de comportements humains. Il est naturel de vouloir améliorer son sort mais lui ne le veut pas. Tout le monde doit être égal et ce sont des gens éclairées comme M. Guillemette qui vous diront ce que vous avez le droit ou non de faire pour améliorer votre situation personnelle. Il le sait mieux que vous ce que vous devez faire pour atteindre votre bien. Staline et cie le savait bien aussi. Il a implanté l’égalité entre ses concitoyens aussi bien qu’il l’a pu. Cependant, il est clair que les gens du gouvernement ou bien connectés au gouvernement avait droit à un peu plus. Plus un gouvernement est gros, puissant et contrôle une grosse part de l’économie, plus les parasites leur roderont alentours. Après tout, tout le monde veut avoir de l’argent pour laquelle il n’a pas travaillé. C’est normal…

  8. Et en passant, pour les types comme Jean-Luc Proulx qui appuient les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés par des États, au nom d’entités privées, je préconise la prison à perpétuité, comme pour les violeurs, comme pour les tueurs et leurs semblables.

  9. M. Guillemette a raison de dénoncer le capitalisme sauvage, mais faut-il pour autant défendre le corporatisme et l’immobilisme comme seule alternative ?

    Il dénonce tous ceux qui sont sceptiques face au modèle québécois comme étant les responsables de la catastrophe de la Nouvelle Orléans. Pas fort comme argumentaire. Adolf Hitler dit-il faisait pareil dans les bas fonds de Munich, encore une comparaison exagérée à outrance, comme si on accusait Gérald Larose de stalinisme.

  10. J’aimerais être sûr que M. Teneycke fasse la différence entre un média de droite et un outil de propagande au service de son ex-employeur Stephen Harper. M. Teneycke a mis dehors le chroniqueur de Sun media qui a fait éclater l’histoire de l’astronomique $2G en coûts de sécurité du G20.
    Il serait dommage que la future Sun TV ne soit rien de plus que Harper TV.

  11. @ Reynald Du Berger

    «M. Guillemette, vous dénoncez un « capitalisme sauvage » moi je dénonce le socialisme sauvage qu’on m’impose au Québec.»

    Le socialisme n’exploite personne, lui. alors que le bourgeois non-méritant, totalement inutile et dispensable…

    @ Martine

    «Superbe discours!Dénonciation, culpabilité et terreur sont toujours les mêmes leviers d’endoctrinement de la gauche( tient la religion aussi!).»

    La peur? La peur de quoi? De vous? Ben voyons! Le discours de Duhaime, ce fanatique de Pinochet, en disait long sur la peur des communistes que vous manifestez, à droite. Eh bien!

    Culpabilité? Certes! Celle des bourgeois, en l’occurrence, de profiter de mon labeur. Ils sont certainement coupables d’exploitation de nos besoins primaires, de nos créations de richesses et de nos maux.

    Et comme endoctrinement, il sera difficile de trouver pire que celui des tapis de porte des bourgeois, qui visent avec le leur, les prolétaires exploités par ces mêmes parasites défendus au sein de la droite. Comment nier qu’il y ait endoctrinement, quand le prolétaire visé par ces propagandes mensongères, devrait, selon les oracles du ô capital, s’en remettre à l’autorité des bourgeois, qui l’exploitent, ironiquement?

    Quant à la gauche, la mienne, elle se fiche bien des religions, car elles sont, celles-ci, votre égale, en ce fait qu’elles se basent sur des croyances, plutôt que sur des faits. Par exemple, vous, de droite, «croyez» au mérite des bourgeois qui exploitent le labeur d’autrui, sur ce fait qu’ils possèdent ce capital pour ce. Alors, plutôt que de vous questionner sur le mérite de ces parasites minoritaires, vous concédez des divins droits à ceux-ci, en regard qu’ils possèdent ces capitaux. Alors vous ne posez jamais la question suivante, suivant vos idées totalitaires : pourquoi ces parasites possèdent-ils, à eux seuls, plus de capitaux que certains États? La réponse est fort simple pourtant! Les moyens de production permettent au bourgeois d’exploiter le labeur du prolétaire, qui vend, lui, sa farce de travail pour créer la richesse qu’il quémandera ironiquement.

    Il n’est donc pas question ici de peur, mais de faits, et de «croyances». Vous, de droite, croyez que ces bourgeois méritent les fruits de notre labeur à nous, les prolétaires, alors que nous questionnons d’abord, pour notre part, le processus qui enrichie qu’une minorité, comme par hasard, propriétaire des moyens de production! Vous êtes des totalitaires! C’est la définition exacte de ce que vous êtes, allez lire la définition!

    Et Karl Marx, finalement, avait raison! Le capital se concentre bel et bien entre les mains d’une minorité. Il existe sur Terre, 10 000 000 de millionnaires! Cela peut paraître gros! Mais cela ne représente que 0.15% de la population mondiale! Ce donc, là, les véritables méritants selon vous, qui méritent d’exploiter tous nos besoins, tous nos maux et bientôt, notre droit de vivre.

    Vous êtes des malades mentaux, au même titre que les membres de l’Ordre du Temple Solaire, qui êtes prêtes et prêts, à votre propre exploitation, par des gens qui visiblement, ne font pas nécessairement partie de votre classe, et qui n’ont donc pas les mêmes intérêts que vous, petits «prolétaires fainéants»…

    «Malheureusement avec toute cette analyse si bien documentée et fondée, expliquez- moi la réussite du modèle communiste en ex-Union Soviétique et surtout Staline ce tendre dirigeant ?»

    Eh bien! Sans réponse devant les faits, on s’attaque aux passés absurdes d’une dictature d’un seul homme, SUR le prolétariat, alors que le socialisme prône carrément le contraire, soit la dictature DU prolétariat, sur l’ensemble du peuple!

    Staline était un salaud. Un tueur de masse! Bon débarras! Mao aussi, un nationaliste affreux, avec ses concubines de jeune âge, une véritable gêne, non seulement pour les socialistes, mais pour les humains! Des impostures d’abord! Pratiquant chacun d’eux, la dictature SUR le prolétariat. Au même titre que ce malade mental qui se dit communiste en Corée du Nord, où pourtant la dictature d’un seul homme s’observe, encore une fois.

    Quant aux ratées économiques de Cuba, je vous mets au défi de me prouver que le capitalisme, isolé sur une île, entouré d’ennemis idéologiques, foudroyée d’un blocus illégal depuis plus de 50 ans, ferait mieux que Cuba! Or, justement, Cuba fait mieux que toutes ses semblables économiques à travers le monde! Sans exception! Elle offre un bon système de santé, en regard du budget qu’elle a. elle offre une bonne couverture en éducation, en regard là encore, des moyens qu’elle a. Vous ne nierez pas tout de même, les prétentions de l’OMS, de l’ONU, de l’UNESCO ou de l’OCDE j’espère!

    «Refaire économie 101 (Adams a Friedman…)D’ailleurs je crois ici que nous nous adressons a des tenants du libertarisme(la liberté et la responsabilité individuelles)qui se place au-dessus de l’analyse économique et qui rassemble tout aussi bien des gens de gauche(si,si!) que de droite…»

    Faux. Et ce grand Friedman est en passant, celui qui aussi «backé» le tueur de masse
    Pinochet, que Duhaime ne déteste pas trop. Il a pris part, en tant que coordonateur économique envoyé par la maison blanche et la CIA, au Coup d’État du 11 septembre 1973, au Chili. C’est un putchiste. Quant ratées sociales, puisqu’économiques, du système capitaliste, les preuves ne se font plus attendre! Des faillites aux 30-40 ans, et un système parasitaire qui repend chaque fois vie, à nos frais à nous, les prolétaires! Imprimons des billets! Pourquoi pas! Puisque ça perpétue notre exploitation!

    On ne peut que se prétendre de gauche, comme Staline et Mao, pour être libertarien!

    «P.S. La subsistance de Cuba est assurée par une vigoureuse économie souterraine et le Che et Castro servent surtout d’attraits touristiques pour naïfs et romantiques.»

    Mais ma chère Martine, Cuba s’en tire mieux que toutes les économies de son calibre au niveau social, alors… Prouvez le contraire!

    La mortalité infantile à Cuba est en de ça de celle des États-Unis d’Amérique. Tout le monde a accès aux soins de santé, sans regard sur l’épaisseur de leur portefeuille et sans se faire exploiter par un non-méritant qui pour prétendre à celui-ci, n’a que le capital qu’il possède. Tout le monde peut aller aux hautes études universitaires. Le système de santé comprend les soins oculaires et dentaires. Il y a près de 60 médecins pour 10 000 habitants à Cuba et environ 16 médecins pour 10 000 habitants au Canada. La longévité est sensiblement la même que celle des pays riches, et pourtant, Cuba n’est pas riche (77 ans)!

    Bref, on y vit bien mieux que sous la dictature de Batista, où le paradis libertarien était un fait! Il n’y avait que 6000 médecins pour la totalité de l’île, et ils étaient réservés aux riches aptes à se les payer. La population était pratiquement toute analphabète, alors qu’aujourd’hui… Bref, les seuls à vivre dans la nostalgie de Batista, ce sont les riches de Miami qui ont fomenté, avec l’aide de la maison blanche encore une fois, un Coup d’État –raté heureusement!- en 1961 dans la Baie des Cochons! D’ailleurs, quand la démocratie ne plaît pas à Washington, elle la nie (Venezuela 2002!)! (En moins d’un siècle, Washington a renversé, avec la CIA, plus de 45 États dans le monde, dont le Chili! Le monde merveilleux de monsieur Duhaime!)

    pasdedentier

    «Il dénonce tous ceux qui sont sceptiques face au modèle québécois comme étant les responsables de la catastrophe de la Nouvelle Orléans. Pas fort comme argumentaire. Adolf Hitler dit-il faisait pareil dans les bas fonds de Munich, encore une comparaison exagérée à outrance, comme si on accusait Gérald Larose de stalinisme.»

    Je n’accuse pas monsieur sans dentier, ce mouvement d’hitlérisme! Mais de populisme! Faites attention de bien lire mes propos et de ne pas m’en mettre d’autres dans la bouche je vous prie!

    «J’aimerais être sûr que M. Teneycke fasse la différence entre un média de droite et un outil de propagande au service de son ex-employeur Stephen Harper. M. Teneycke a mis dehors le chroniqueur de Sun media qui a fait éclater l’histoire de l’astronomique $2G en coûts de sécurité du G20.
    Il serait dommage que la future Sun TV ne soit rien de plus que Harper TV.»

    Alors ce sera dommage monsieur guy77! Car comme nous le savons, la place à l’impartialité chez Fox News n’était pas de mise! «Our army rocks!» disaient-ils…, parlant de leur invasionnaire armée impérialiste en Irak!

    • Karl Marx était un con fini

      Vous dites:

      « Et Karl Marx, finalement, avait raison! Le capital se concentre bel et bien entre les mains d’une minorité. »

      Héhé mon cher Sylvain, dites-moi, est-ce que Karl Marx a UNE SEULE

    • Karl Marx était un con fini ! Mais comme vous, son discours paraissait siii beau et siii vrai…

      Vous dites:

      « Et Karl Marx, finalement, avait raison! Le capital se concentre bel et bien entre les mains d’une minorité. »

      Héhé, mon cher Sylvain, dites-moi, est-ce que Karl Marx a UNE SEULE fois dénoncé la provenance (ou la ‘composition’), de cette monnaie?

      NON, au contraire: il était POUR la sorte de monnaie qui favorise la concentration du capital, entre les mains de quelques puissants.

      Toute votre idéologie vient de s’écrouler…

      Vous -comme vos semblables- ne comprnnez rien à rien, à l’économie keynésienne ou marxiste (ce que nous vivons), i..e. la SOURCE de la concentration du capital -issue- de la BANQUE CENTRALE et du principe de la réserve fractionnaire, ce qui constitue la proposition # 5 du manifeste funeste de votre bon pote Karl, qui va a tous bien bernés (avec les riches banquiers qui ont diffusés cette idéologie stupide).

      Je sais, vous ne comprenez rien de ce que je viens de dire, car vous venez de lire LA réalité, pour la première fois de votre vie de propagandiste…

      J’en ai marre des idiots utiles (de gauche OU de droite)

      ***

      Proposition # 5 de l’ami hypocrite des riches banquiers:

      « Dans son Manifeste du Parti communiste publié en 1848, Karl Marx proposait dix mesures devant être mises en vigueur après la prise du pouvoir par le prolétariat dans le but de centraliser tous les instruments de production aux mains de l’État. L’une d’entre elles, la cinquième, visait la «centralisation du crédit entre les mains de l’État, au moyen d’une banque nationale, dont le capital appartiendra à l’État et qui jouira d’un monopole exclusif.»

  12. Mais pour en revenir aux médias…Madame Marcotte vous avez raison.L’objectivité journalistique est un mythe, une couleuvre que l’on tente de nous faire avaler depuis toujours. L’argument de vente ultime d’un médias est sa ‘crédibilité’. S’il n’y a pas de ‘supposée’ objectivité, pas de crédibilité. Pas de crédibilité, pas de lectorat et surtout pas d’annonceurs.Petit retour rapide sur le phénomène médias…Le modèle économique d’un médias est ce que l’on nomme communément le modèle à double faces. Comme les cartes ‘Aero Miles’ ou les agences de rencontres, le service ou produit vendus ne sont pas ceux que l’on croit…Les ‘Aero Miles’ vendent votre nom à une liste, les agences de rencontres fournissent des filles qui ne payent pas aux gars qui payent (l’abonnement, on s’entend…) et les journaux fournissent un lectorat aux publicitaires.Alors, pourquoi faire dans l’article de fond et emmerder les gens avec des analyses, faire travailler des journalistes syndiqués( a mon avis ceci explique cela…on ne mord pas la main gauche de son maître), grassement payés qui se foutent royalement de balancer leurs articles et de faire leurs recherches.Leur intérêt est dans le chien écrasé bien sanglant et local. C’est efficace et rentable. Que l’on me comprenne bien, je ne me scandalise pas ici du modèle d’affaires des entreprises sus-nommées. Je suis seulement étonnée que les médias se revendiquent encore de la sacro-sainte objectivité, de défenseur de la veuve, de l’orphelin, de la démocratie, de la forêt boréal et que nous les croyons…encore. Fumisterie! Alors en ce qui a trait à la reconnaissance par les médias de leur responsabilité dans le climat politique au Québec (étrangement on a presque le même problème avec de Woert et Médiapart) on peut toujours séché.Ils sont capables de tout mais responsables de rien…

  13. Votre mouvement m’effraie pour les futures ratées qu’il imposera de force au peuple, voilà!

    Quant à J-L Proulx, j’aimerais rappeler que ce Taliban Québécois félicitait les meurtres de civils afghans, parlant d’eux en «futurs talibans». Proulx mériterait un «Tour» à Kandahar, avec un gros chandail USA pis une boîte de Joe Louis!

  14. @M. Guillemette

    Si vos écrits étaient un peu plus succincts et moins moralisateurs il serait plus facile de ne pas généraliser ni de vous attribuer des paroles. Et oui vous n’accusez personne de hitlérisme mais vous associez ceux qui vous contredisent avec Hitler, l’ultime démon. Encore une fois, pas fort comme association.

    Votre jupon ML dépasse un peu trop pour que nous vous prenions au sérieux. Les millions de Cubains qui ont fui le régime castriste seraient tous des bourgeois à vos yeux, je suppose ?

  15. J’adore les envolées idéologiques et les effets rhétoriques des gens de gauche. C’est tellement rafraichissant…Toujours les mêmes rengaines, ce même romantisme, l’idéal avant les hommes…Cet aveuglement doctrinaire et une certaine interprétation de l’histoire (l’Histoire…,n’oublions pas que ce sont les gagnants qui la raconte…). »Oui, nous les gens de la gauche nous nous sommes commis en des dictatures (parmi les plus grandes en passant) mais c’est pas de notre faute, c’est toujours la faute des bourgeois qui nous avilissent, des dirigeants qui nous soumettent, la dictature des autres. C’est tellement plus facile de se renier. La Boétie ça vous dit quelque chose »la servitude volontaire ». A mon avis peu importe de quel système le tyran se revendique… Pour la gauche ça ne sera jamais de leur faute. Les gens de gauche sont vraiment irresponsables (c’est un jeu de mots…), moutons de Panurge, va! Pour ne pas répondre, je crois que c’est Keynes qui était aussi un tenant du libertarisme et que Hayek le taquinait un peu avec ça…mais je ne suis pas certaine…Ah! ces fameux médecins Cubains …qui ramassent des patates dans les champs, tout ces baccheliers en lettres qui font la plonge dans les hôtels.Ah! qu’elle allocation optimale des ressources!!! On ne nie pas les chiffres on les interprète…On va sur les lieux et on contribue à l’économie souterraine en important dans nos bagages plein de bien nécessaires et rares au quotidien des cubains…Yé! l’économie de marché vaincra!!!J’adore la gauche, mais pour paraphraser Shaw  »Ne pas être communiste à seize ans, c’est manquer de coeur, l’être à quarante ans c’est manquer de jugement ». J’ai beaucoup d’amis de la gauche qui font travailler le système pour eux mais quand il est temps de payer en retour leur tribut, ils renâclent.Irresponsabilité! C’est tout a fait humain. Mais bon, certains préfèrent la tyrannie par la masse, c’est plus confortable. Moi, je préfère être libre…

  16. @ Tout le monde.

    Comme vous voyez, Sylvain Guillemette et moi se connaissons!!! J’écrivais, jadis, sur le blogue communiste Reactionism Watch!!!

    J’en ai même parlé à quelques reprises sur mon blogue: http://lequebecdedemain.blogspot.com/search?q=Reactionism+Watch

    Il me déteste, parce que je suis un ami des États-Unis, que j’appuie fermement Israël, tout en ayant appuyé la guerre de 2006 contre le Hezbollah au Liban et la guerre de 2008-2009 contre le Hamas à Gaza, que je dénonce des tyrans comme Fidel Castro, Hugo Chavez et Mahmoud Ahmadinejad, que je tire à bout portant sur le communisme, que je défends corps et âme les valeurs de notre civilisation occidentale, valeurs qui sont ancrées dans la philosophie des Lumières, que j’appuie la guerre contre le terrorisme islamiste, que j’appuie les Tea Party aux États-Unis, que je suis climato-sceptique et que je me retrouve d’accord avec Stephen Harper sur bien des points (comme le Registre des armes à feu, la discrimination positive, le recensement, Israël, les États-Unis, le climat, la question énergétique (j’appuie l’exploitation de toutes nos ressources naturelles, dont le pétrole, les gaz de shiste, l’hydroélectricité et les sables bitumineux)) et que je crois au libre-marché!!!

    Si ça fait de moi un taliban qui mérite la prison (Sieg heil, mein Führer Guillemette!!!), hé bien, on peut dire, sans trop risquer de se tromper, que toi, mon cher Guillemette, tu fais vivre la droite en tab….., parce que tu en parles d’une façon qui est tellement méprisante, tellement caricaturale et d’une façon qui est tellement digne des factions les plus anti-liberté et les plus anti-individus de l’extrême-gauche communiste anti-occidentale, que, en te lisant, on ne peut pas faire autrement que de penser à droite et solidement à part de ça!!!

    C’est peut-être un peu beaucoup à cause de gens comme toi que David Gagnon et Jacques Brassard ont pu faire leur cheminement intellectuel!!! Et je m’inclus dans ce groupe qui, en te lisant, se revendiquent à droite et qui sont fiers de le dire haut et fort!!! En fait, tu es le meilleur ami de la droite sur la blogosphère, par tes longs billets-fleuve qui n’en finissent plus, ton apologie des tyrans, comme Castro, Chavez et Ahmadinejad, qui oppressent leur peuple, ta fixation à vouloir voir tomber des régimes démocratiques (sûrement les plus grandes), comme les États-Unis et Israël, ton appui tacite à des groupes terroristes, comme le Hamas et le Hezbollah, la haine que tu portes envers ta civilisation occidentale et envers sa riche Histoire, ton antisémitisme mal-assumée, ta démagogie communiste, ta propagande réchauffiste, tes insultes gratuites, méprisantes et juvéniles envers tous ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme toi, tes théoris du complot tout à fait ridicules sur le 11 septembre 2001, etc.!!!

    Comment veux-tu que l’on te prennent au sérieux, hein???

    Voilà pourquoi je ne fréquentes plus le ReactW!!! Je n’aime pas ton style et tes idées sont laides et dangereuses, quand elles ne sont pas complètement ridicules, voire même utopiques (pour toi, les syndicats sont, automatiquement, bons, et les patrons sont, automatiquement, mauvais)!!!

    Tu prétends vouloir l’abolition de l’État, mais saches que, partout où il a été appliqué, le communisme s’est transformé en dictature sanguinaire, afin de contrôler la vie du peuple!!!

    Pour se tenir debout, le socialisme et le communisme ont besoin de l’adhésion de l’ensemble de la société!!! Résultat: la dissidence devient une menace au système!!!! Et que fait un système qui se sent menacé, hein??? On l’a bien vu avec l’URSS et avec les autres pays communistes présents et passés: il veut rééduquer le pauvre qui n’a pas compris l’intérêt commun!!! Les portes s’ouvrent, alors, pour tous les dérapages!!!

    Le droit à la dissidence est l’un des principes fondamentaux de la démocratie et le socialisme et le communisme mènent toujours à l’anihilation de ce droit!!! La démocratie est un système politique populaire, pas étatiste, mais, ça, la majorité des gauchistes, sans parler des réactionnaires comme toi, ne l’ont pas encore compris!!!

    Que Dieu te blesses, Guillemette!!!

  17. Hé, Guillemette, voilà une citation que tu va aimer: «Il est nécessaire que l’individu réalise que son propre ego n’a pas d’importance, par rapport à l’existence de sa Nation et que son ego doit être encadré par les besoins de sa Nation dans son ensemble!!! D’autant plus que l’esprit de la Nation vaut beaucoup plus que les simples libertés et les simples volontés d’un seul individu!!! Cet esprit national, qui subordonne les intérêts de l’ego individuel aux besoins de la communauté, est le premier principe de toute culture humaine!!! Nous devons accepter que l’individu doive faire des sacrifices pour sa communauté et pour son prochain!!!»!!!

    Cette citation-là correspond à merveille à l’idéal gauchiste: que la nation est plus importante que l’individu!!! Que l’État doit encadrer les individus, au nom de la communauté, taxer les riches pour soutenir les plus pauvres, s’en remettre à l’État-Providence, etc.!!! Donc, selon, toi, Guillemette, le paradis sur Terre!!!

    Et cette citation-là est signée….ADOLF HITLER!!!

    Et le Point Godwin va à David Gagnon: http://www.antagoniste.net/2010/09/01/arguing-with-idiots-patrick-lagace/

  18. Le problème de nos médias québécois, souvent ils commentent un problème de surface, mais rarement la cause, ce qui rend leurs informations artificielles et sans réelle profondeur.

    Voici plusieurs exemples :

    Budget

    Prenez l’exemple du budget 2009-2010, certains chroniqueurs économiques vont dire que c’est un bon budget, j’ai l’impression qu’ils n’ont jamais lues la conclusion du fascicule 2.

    En fait c’est un bon budget si tu veux garder le statu quo :

    · Si tu acceptes aucune imputabilité

    · Si tu acceptes aucune évaluation de performance

    · Si tu acceptes aucune concurrence (privé et public)

    · Si tu acceptes de maintenir des monopoles syndicaux à l’intérieur des monopoles d’État.

    · Si tu acceptes de maintenir permanence et ancienneté, qui enlève toute forme d’imputabilité

    · Si tu acceptes que les régimes de prestations déterminées de la fonction publique deviennent un gouffre financier.

    · Si tu acceptes toutes les magouilles comptables des budgets

    Donc, on insinue que c’est un bon budget.

    Par contre c’est un budget lamentable, si tu as un minimum de sens critique.

    Compétitivité :

    Dans la presse on vous dit que nos exportations québécoises baissent chaque année ou multiples compagnies se délocalisent ou ferment leurs opérations au Québec, par contre on ne va pas plus loin.

    La question fondamentale qu’on devrait se posés pourquoi nos compagnies ont de la difficulté à exporter, peut –être l’environnement d’affaires est peu compétitif par rapport aux provinces ou États voisins.

    Si l’on cherche juste un peu plus loin, que de lire de simple statistique de l’ISQ ou Statistique Canada on aurait peut-être la réponse, mais attention on ne doit pas offusquer le pouvoir politique ou remettre en cause le modèle québécois ,( ex : coût de la masse salariale trop élevée, fardeaux réglementaires trop lourds, etc…).

    Régimes de retraite

    1. Prenez l’exemple des régimes de retraite de la fonction publique, nous avons plus de 83 milliards de déficits actuariels, sur quel privilège que le peuple doit s’endetter de 83 milliards pour seulement 15% de la population, dans le monde entier c’est un débat quotidien, ici on n’en parle même pas.

    Beaucoup de pays ont fait des réformes pour s’assurer qu’il n’y est pas d’iniquité entre le secteur public et privé.

    Comment peut-on accepter de tel privilège quand la moitié des baby-boomers dans le secteur privé vont être au seuil de pauvreté à leur retraite et en plus ce sont eux qui ont créé la richesse.

    2. Dans le monde entier, on renégocie de tels privilèges, car si tu es un gouvernement responsable, tu dois accepter l’insolvabilité de telle promesse, ici il n’y a même pas de débat dans les quotidiens, pour les politiciens québécois sont toujours égales à eux-mêmes on pelte les problèmes à plus tard.

    3. Même la méthode de calcul des déficits actuariels sont contestés, si tu tentes de faire un rendement de 8 % , il y a plus de 60 % de chance que tu rates ta cible et tu risques de perdre au change (ex : 40 milliards de pertes pour la CDP) , peut –être serait-il raisonnable qu’on tente de faire seulement que 3.5%, mais avec un ‘risk free’, par contre les prestations seront moindres, à moins qu’on accepte d’amblé que c’est le peuple qui vas payer les pots cassés.

    Démocratie et enquête publique :

    Comment peut-on accepter qu’un gouvernement qui refuse une enquête de la construction ou le financement des partis, quand le peuple le demande à 80 % et plus.

    A-t-on parlé de démocratie ?

    1. A-t-on parlé du vote proportionnel, absolument pas, il ne reste que 4 pays dans le monde qui a possède encore un mode de scrutin uninominal (même les Anglais ont un référendum l’année prochaine sur le sujet), comment peut-on accepter qu’un parti peut devenir majoritaire avec seulement 28 % de l’électorat.

    2. A-t-on parlé de règle budgétaire constitutionnelle pour circonscrire les politiciens à arrêter de dépenser sur la carte de crédit pour gagner des votes.

    3. A-t-on parlé de démocratie directe (référendum, pour redonner le pouvoir au peuple), comme les Suisses, si on avait vu un Recall comme en Californie on aurait pu donner à Charest son 4 % avant son terme, en refusant une enquête.

    4. A-t-on parlé que le vérificateur général pourrait être élu directement par le peuple (comme dans plusieurs États américains), de plus on lui donnerait du pouvoir exécutoire, malheur au ministère qui fait de la magouille dans la gestion de l’État, les ministères seraient IMPUTABLES, ça serait le chien de garde du peuple.

    Non, tous ces sujets sont omis, je pourrais continuer longuement sur multiples sujets, oui nos médias ont tendance à travailler sur des sujets anecdotiques, mais rarement sur des débats de fonds, il ne faut surtout pas déranger nos amis politiques et syndicaux

  19. L’objectivité des journalistes est une farce. Contrairement aux États-Unis, il n’y a pas d’équilibre droite-gauche dans les médias québécois.

  20. @ Madame Marcotte…

    Ce serait merveilleux si les commentaires étaient limités a tant de caractères comme sur plusieurs blogues. Nous n’avons pas le temps de lire les commentaires qui sont trop longs et c’est dommage que nous passions au suivant pour avoir une meilleure idée de ce que les gens pensent.

    J’adore les articles des auteurs, mais pas les commentateurs qui insultent l’auteur. On peut ne pas être d’accord mias il n’est pas nécessaire d’abbatre l »auteur.

    Les blogues peuvent faire sortir des véritées que les journeaux n’osent pas faire ayant peur de perdre quelques campagnes de publicité si ils exposent trop fort certains méfaits d’une ou telle corporation ou de tel parti gouvernemental, etc. Surtout maintenant que les journeaux sont en chute libre.

    • Mais monsieur Proulx est fort là-dessus. Je préfère de loin les débats plus polis…. Mais bon, faut faire avec, et le mouvement libertarien sera pogné avec lui…

    • Bonne idée, Renée. Je vais vérifier ça. C’est absolument insensé, la longueur des texte ici! Il y en a qui auraient avantage à créer leur propre blogue 😉

  21. Avec des gros caves comme monsieur Proulx, qui soutient le terrorisme étatique, votre mouvement promet!

    Je vais vous faire de la publicité de toute façon! Un petit coup de pouce n’a jamais fait de tort! Non?

    • Je dirais que M. Proulx a une vision plus néo-conservatrice que libertarienne. Il adhère à plusieurs choses ou mouvement que les libertariens dénoncent telles que la guerre contre le terrorisme, un pro-israëlle à tout prix. Les libertariens sont contre la guerre sauf lorsqu’il s’agit de se défendre. Les libertariens dénoncent la guerre en Irak et en Afghanistan.

  22. J’espère que vous avez passé de bonne vacances ?!
    Heureuse de votre retour; heureuse également pour le RLQ.

    On a franchement besoin de « vrais débats » et malheureusement comme toujours, y a des gens qui s’infiltrent pour ne dire « absolument rien » sauf comme toujours, pour tenter de faire « DÉVIER » les sujets.

    Mais bon, étant donné que c’est une ‘tribune libre’, il faut parfois subir quelques ‘imbéciles/ignares’ mais on y est habitué …

    J’ai constaté que depuis l’annonce de l’entrée du RLQ, la gauche panique et envoi ses commissaires sur TOUS LES BLOGUES pour tenter de discréter le RLQ.

    C’est vrai que ces gens sont tellement habitués depuis les derniers 20 ans, A TOUT contrôller avec « leur pensée unique » qu’il leur est aujourd’hui impossible de croire qu’il y ait des gens au Qc QUI N’ONT VRAIMENT PAS PEUR de la critique, des débats ouverts ie.: idées nouvelles, solutions permanentes potentielles etc.etc.

    Mais bon! Je dois quitter pour le moment mais je reviendrai lire votre article ainsi que tous les commentaires un peu plus tard si possible.

    Comme il bon de lire, même en éclair, des gens comme: pasdedentier, Jean-Luc Proulx, Renée Houde, Québec Droite et plusieurs autres.

    C’est tout comme se retrouver en famille alors, SALUTIONS SINCERES A TOUS et à bientôt.

  23. tiens guillemette vient sévir ici. Très interressant, moi il ma souhaité la mort. Pas une mort rapide comme son copain Castro fait avec ses ennemis, mais une mort lente par le biais d’un cancer généralisé. Vous voulez connaître la raison. Délit d’opinion. J’était pas d’accord avec ses lubbies. Je vois qu’il continu à abreuver les cites de ses longs textes fleuves. On croirait une réincarnation avant l’heure du très respectable Castro.

  24. Bonjour Madame Marcotte,

    Je suis bien d’accord avec vos propos: l’objectivité des journalistes tient de l’illusion. Ce sont des êtres humains qui ont des pensées, des principes et des préférences, des commanditaires, des clients et qu’ils le veuillent ou non, ils sont conditionnés par ceux-ci.

    Certes, il y a des endroits où ce genre de parti-pris est moins évident et d’autres endroits qui sont devenus avec le temps des haut-parleurs de certaines causes mais il n’en reste pas moins que le lecteur doit faire preuve d’un minimum de jugement lorsqu’il lit (ou écoute ou regarde…) certaines nouvelles dites objectives.

    Sur un autre ordre d’idées, je constate que votre blogue est devenu une arène où certaines personnes s’y affrontent de façon niaise et superficielle et qu’un minimum de décorum devrait peut-être y être appliqué. Ça rendrait ce blogue moins surchargé par des enfantillages et plus attrayant tout en augmentant en crédibilité

    • @ François

      Les commentaires déplaisants et ceux qui ne finissent plus gachent vraiment ces blogues. L’intimidation fonctionnent car éventuellement ils disparaissent mais malheureusement d’autres s’y glissent. Les insultes personnelles ne devraient pas être acceptées.

      C’est un manque de civilité.

  25. Bonjour
    Félicitation a ce nouveau mouvement qu’est le RLQ.
    Discuter, échanger,concevoir,une nouvelle vision ou façon de faire du Québec ne peut qu’être bénéfique.

    Pour ce qui est de l’objectivité journalistique,permettez moi d’en douter.

    Lisa

  26. Pingback: Liberté, j’écris ton nom partout ! « Jeanne Émard

  27. J’apprécierais que les commentaires ne soient pas plus longs que 20 à 25 lignes, s’il vous plaît. Autrement, je me réserve le droit de les supprimer. L’idée ici est de faire des commentaires sur le texte et d’échanger. Ce n’est pas d’écrire des romans-fleuve comme l’écrit si bien un lecteur plus haut.
    Merci.

  28. @ Madame Marcotte

    Et…vous êtes généreuse avec 25 lignes…Je pense qu’il doit y avoir beaucoup de Copier/Coller dans les romans. J’adore les blogues qui comptent les caratères, cela presse à racourcir tout en étant précis avec ses commentaires. Lorsque le message est court on est porté à le lire…

    Félicitations avec les nouvelles règles ce sera plus plaisant.

  29. Désolant de lire les gauchistes du Québec, ceux qui sont pas capables de rien faire sans l’aide de l’état, ceux qui paniquent aussitôt qu’ils entendent parler de la droite, ceux qui pensent que la droite va laisser les pauvres à eux mêmes et les laisser crever (se qui est justement le contraire, car avec une bonne gestion des finances publiques il en restera beaucoup plus pour ceux qui en ont réellement besoin), ceux qui n’acceptent pas qu’un Québécois puissent réussir sans l’aide de l’état.
    Je comprendrai jamais pourquoi nos bons gauchistes, qui militent pour les syndicats, et qui voient l’étatisation de tout dans leur soupe, ceux qui représentent les milliers de fonctionnaires ,et qui dénoncent le capitalismes, les grandes entreprises privés et la privatisation , se comparent continuellement au secteur privé lors de leur négociation avec le gouvernement en prétextant que les salaires et les conditions sont meilleurs aux privés. ??

  30. Sorry ! Il y a tellement de textes longs, que je dois quitter pour aller chez Bureau en gros, remplacer ma souris. La roulette du centre vient de péter.

  31. Définitivement la droite fait peur à nos socialistes-communistes.

    Ce matin dans le Devoir Guy Roy suggère l’élection d’Amir Kadir comme Premier ministre à Qc aux prochaines élections malgré que tous les membres du PCQ (Parti communiste du Qc.) doivent obligatoirement être membre de Q.S.

    Surpris que très peu de journalistes aient fait mention de ce fait ? Pas moi. Mais, félicitation à Éric Duhaime pour avoir RECHERCHÉ et CONFIRMÉ l’information; IL est d’ailleurs ‘le seul’ journaliste à l’avoir fait à ma connaissance – corrigez-moi si j’ai tort.

    Toute personne avec seulement un iota d’intelligence ou de discernement, peut facilement reconnaître le contrôle ou peut-être devrais-je dire « l’influence » de l’extrême gauche sur Q.S.

    Alors OUI, nos journalistes aujourd’hui, ne semblent pas avoir beaucoup plus de discernement que plusieurs (j’entends francophones) au Qc. ie.: l’influence de cette go-gauche in extremis qui semble, depuis quelques jours (depuis la dénonciation) qui tente de plus en plus à faire passer Q.S. comme un simple Parti de ‘centre gauche’ ou gauche centriste ou je ne sais plus trop quoi ???

    Admettons que le phénomème du journalisme qui tient beaucoup plus de l’esprit ‘populiste’ que de la responsabilité ‘journalistique’ est à peu le même (phénomène) dans le restant du Canada et ailleurs – C’est très malheureux àma.

    Mark Twain disait: « vous lisez pas le journal vous n’êtes pas informé, vous lisez un journal vous êtes mal informé ».

    C’était vrai hier c’est vrai aujourd’hui.

    P.S.: j’aimerais remercier également Reynald Du Berger pour les informations (ces commentaires) conçernant le marché du carbone (avec ses liens) ainsi que ceux conçernant le shale appellé « schiste » PAR les non experts semble-t-il.

    Comme l’indiquait M. Du Berger, sur ce sujet, il serait de beaucoup préférable que ‘nos’ journalistes aillent chercher les informations « à la source » (géologistes) plutôt que chez « des diplômés en psychologie » ou autres … ;PPP

    Je m’excuse Joanne pour la longueur du commentaire; j’ose espérer qu’il passera quand même mais je laisse le tout à votre entière discrétion.

  32. @ Lorraine

    Vous avez lu dans le Devoir:
    :
    « Guy Roy suggère l’élection d’Amir Kadir comme Premier ministre à Qc aux prochaines élections malgré que tous les membres du PCQ (Parti communiste du Qc.) doivent obligatoirement être membre de Q.S. »

    Au secours!

    Mr. Roy devrait vite étudier l’histoire pour s’informer des répercussions du communisme. Comme si le Québec n’était pas assez à gauche déjà. La plupart de nos immigrants fuyaient justement leur propre pays pour échapper au communisme.

    Vraiment! Le Devoir! Roy! Oh la la! .

    • Ma chère Renée, j’ai parfois l’impression que certaines gens sont tellement naïfs àma, qu’ils croient que jamais le Qc pourrait tomber sous de tels influences ??? :PP

      Le nationalisme in extremis rend souvent les gens un peu idiots. Que voulez-vous, c’est la nature de la bête! 😉

  33. Le bon coté de tout ca est de nous ouvrir les yeux au fait que de tels gens existent encore malgré le Goulag… quel réveil pour moi. Un tel fanatisme, encore aujourd’hui, est incroyable… ca dépasse l’entendement. Au sujet de la longueur de leurs textes, ils s’inspirent de leur bible, ‘Das Kapital’.

  34. sylvainguillemette wrote @ 2 septembre 2010 at 15:25
    Avec des gros caves comme monsieur Proulx, qui soutient le terrorisme étatique, votre mouvement promet!
    Je vais vous faire de la publicité de toute façon! Un petit coup de pouce n’a jamais fait de tort! Non?

    Pour les observateurs de la blogosphère, tel que prévu les stats nous informent comment fonctionne l’art du détournement, vers l’importance de la personne.

    Pour l’auteur du billet Joanne, c’est 639 mots dans 49 lignes.
    Pour le communiste quérulent Guillemette, c’est 3,381 mots dans 239 lignes.

    Décidément il faudrait inverser.
    Les propos Guillemette dans la portion propre au billet et le billet de Joanne dans les commentaires.

    CH

  35. Pingback: Joanne Marcotte, ou l’ILLUSION TRANQUILLE de l’objectivité en journalisme « la page à papi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s