Entrevue : RLQ, amphithéâtre et la validité des études « indépendantes »

Entrevue du 15 septembre sur les ondes de CHOI:

– L’annonce des conférenciers qui animeront les ateliers sur le climato-scepticisme et l’équité intergénérationnelle lors de  l’événement du Réseau Liberté-Québec le 23 octobre prochain.

– Le véritable débat derrière le financement de l’amphithéâtre de Québec: quel est le rôle de l’État?

– Jusqu’à quel point peut-on faire confiance aux études « indépendantes » et aux consultations publiques visant à informer le public?

– Les conclusions d’une étude dite « indépendante » dépend-elle de l’organisme qui la finance?

5 réflexions sur “Entrevue : RLQ, amphithéâtre et la validité des études « indépendantes »

  1. J’ai bien ri lorsque vous avez dit que vous êtes « allergique aux études, aux consultations et aux rapports… ». Je me suis tout à coup souvenu du Comité Castonguay!

    Donc, vous rejetez tout sondage, étude, analyse, etc… sur tout et n’importe quoi? Prenons par exemple le dossier du gaz de schiste. N’êtes-vous pas d’accord pour dire que ce projet ne fait pas l’unanimité et que les gens veulent en savoir un peu plus avant de l’endosser? Êtes-vous prête à donner un chèque en blanc aux entreprises impliquées et au gouvernement Charest?

  2. Vous ramenez la question du financement d’un nouvel amphithéâtre à Québec à la question: c’est quoi le rôle de l’État. Pour me faire une opinion, j’ai relu le chapitre X de La souveraineté du Québec : hier, aujourd’hui et demain de Jacques Parizeau sur l’État et l’entreprise : le grand débat. Il y traite du rôle de la Caisse de dépôt et placement. C’est instructif mais c’est pas ce que je cherche. En passant, son livre n’est pas une étude mais un héritage.

    Dans le cas du nouvel amphithéâtre, je crois que Jean Charest voit dans cette pompe à fric une occasion pour le gouvernement du Québec d’augmenter ses revenus. Ça veut dire grossir l’État, si l’on mesure celui-ci à l’importance des taxes et impôts collectés et non à la situation démographique de sa capitale. En cette matière, ma série d’études Québec 2008-2108 démontrent que la question à se poser pour Québec est : Implosion stagnation ou croissance avant un amphithéâtre, un tramway et les jeux d’hiver en deux mille XY.

    Que valent ces études à notre époque où on peine à croire ce qu’elles rapportent. Ça ne vous coûte qu’un grand effort et du temps naturellement pour les lire. Elles n’ont rien coûté à Jean Charest, Pauline Marois, Gérard Deltell, Éric Tremblay, Régis Labeaume, Joseph Facal ou Éric Duhaime. Vous pouvez ajouter à cette liste les productions de Christiane Charette et celle de Marie-France Bazzo.

  3. à date, à part les porte voix du maire Labeaume, je n’ai entendu aucun commentaire journalistique ou aucune étude exhaustive de cette étude sur la faisabilité du colisé.
    Il y a aussi les commentaires désobligeants sur la région de Québec de la part d’une secte journalistique syndicaliste péquiste.
    À quand un vrai travail de journaliste de métier pour nous renseigner afin que nous ouissions nous faire une opinion

  4. « secte journalistique syndicaliste péquiste. »

    J’aimerais connaître les noms de ces journalistes L. blackburn, que je puisse les ignorer dans mes prochaines lectures. Merci

  5. Pingback: Le blogue de Joanne Marcotte « La quête politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s