Réseau Liberté-Québec: 7 jours plus tard

Je suis toujours fascinée par la réaction qu’ont certains leaders d’opinion face à un discours qui leur est étranger et dont nous avons été privé au Québec depuis de nombreuses décennies.

Jusqu’ici, le paradigme était assez simple. D’abord, on discute autour de l’axe fédéraliste-souverainiste et on vote, soit pour le camp du « Oui », soit pour le camp du « Non ». Puis, le « modèle québécois », en plus d’être un modèle de solidarité sociale[1], était essentiel pour préserver nos spécificités identitaires et culturelles, et pour nous défendre contre les intrusions provenant de « l’Étranger ».

Enfin, l’État était fondamentalement bon. Au dicton « Dieu est bon, Dieu est partout », on y a substitué « L’État est bon, l’État est partout ».

Simple. Clair. Parfaitement maîtrisé.

Seulement, voilà qu’un demi-millier de citoyens se regroupent un beau samedi d’octobre pour discuter politique et sortent des sentiers mille fois battus en s’affichant effrontément « de droite ».  Au Québec! Pire encore, EN DEHORS des partis politiques? Mais bon sang, comment les prémunir contre le mal? Et pourra-t-on seulement leur pardonner, car ils ne savent pas ce qu’ils font[2]?

UN TEA PARTY?

Une première réaction a donc été celle de faire des rapprochements avec les Tea Partys américains. Bien. Cela nous a permis d’énoncer en quoi nous partagions l’approche des Tea Partys (un mouvement citoyen) tout en faisant remarquer en quoi nous nous en distinguions.

Cela nous a également permis d’apprécier l’intelligence des citoyens et le professionalisme de certains médias qui comprennent qu’il ne suffit plus de faire des comparaisons boiteuses avec ce qui se passe chez notre voisin du sud pour discréditer instantanément l’initiative. En fait, je dirais même que cela nous en apprend davantage sur celui ou celle qui se limite à recourir à de tels comparatifs.

Que l’on pense au délire d’un Réjean Parent qui non seulement écrira que les « 450 personnes iront s’abreuver de ces mêmes idées de droite qui empoisonnent l’image du Canada à l’étranger », mais il prendra bien soin de garnir son texte des épices habituelles: George W. Bush, Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Absolument divertissant!

UN COMPLOT?

Une deuxième tentative a été celle de chercher à déterrer un complot et où l’on a tenté d’associer le Réseau Liberté-Québec à Pierre-Karl Péladeau qui selon le magazine L’Actualité, serait possiblement « l’homme le plus redoutable du Québec« ! Désolée… À part les contributions habituelles de certains chroniqueurs de Quebecor, rien à signaler.

Aucun financement particulier, aucune émission spéciale (contrairement à Radio-Canada – Québec). Hormis les 500$ des co-fondateurs du Réseau, l’événement du 23 octobre s’est financé à même les quelques 25$ et 35$ des participants. Signalons enfin que tous comptes faits, l’organisation termine même avec un surplus d’au-dessus de 2000$.

DES GENS EN COLÈRE?

Il y a aussi les commentateurs qui de loin, je dirais même de très très loin, résument la chose bien simplement: ces gens-là sont en colère, il y a une hargne bien sentie, ce sont de grands déçus, etc.

Alors ici, cela devient particulièrement intéressant. Avez-vous, en effet, entendu les mouvements écologistes, syndicaux, de femmes, de défense de ceci ou de cela, associés à des gens en colère, « hargneux » même? Il me semble que non. Ces gens, seraient, semble-t-il, de grands défenseurs de la vertu, du bien commun, de l’environnement et de la solidarité sociale. Curieux, non?

Cela dit, je crois que dans le cas du Réseau Liberté-Québec, il y a bel et bien une impression d’injustice sociale qui motive les gens à se regrouper de même qu’une terrible déception de la classe politique. Comment ne pas être déçu? Ne le sommes-nous pas tous?

Non. S’il y a quelque chose de constructif à dire, ce n’est pas de faire remarquer qu’il y a une saine colère qui s’exprime et qui est canalisée par un mouvement citoyen. S’il y a quelque chose de constructif à dire, c’est bien plus que les Québécois ont peut-être perdu leur capacité de s’indigner et de se rebeller contre l’héritage du « modèle québécois ».  Comment expliquer autrement notre trop haut niveau de tolérance envers les déficiences de nos systèmes de santé et d’éducation et envers le surendettement?

UN MOUVEMENT PAS TOUT À FAIT RESPECTABLE?

On ne peut non plus passer sous silence tous ces gens pour qui il est extrêmement difficile de trouver « respectable » un mouvement citoyen qu’ils associeront irrémédiablement à une droite « populiste », « colérique », « réactionnaire », « simpliste », ou encore « anti-intellectuelle ». Cette catégorie de personnes préfèreront associer une droite réformatrice à un « Rob Ford » plutôt qu’aux David Cameron et Nick Clegg du Royaume-Uni, deux jeunes hommes politiciens, instruits, raffinés et extrêmement cultivés.

UNE DROITE IMPORTÉE? (Celle-là, c’est ma préférée…)

Finalement, il y a ceux pour qui la présence d’un Canadien anglais (Ezra Levant) leur permettent de conclure que le Réseau Liberté-Québec prône rien de moins qu’une « droite importée » de l’ouest! (Remarquez que cette impression ne s’applique pas lorsque ces gens s’inspirent de ce qui se fait en France).

Écoutez ici l’échange entre Joseph Facal, Antoine Robitaille, Josée Boileau et Marie-France Bazzo (tous absents à l’événement du 23 octobre) et comment on peut trouver rigolo, dans les officines de Télé-Québec, un mouvement de citoyens absolument libre de toute ligne de parti ou d’association syndicale ou patronale.

Sachez-le, Mesdames et Messieurs, l’observation n’est pas à sens unique!

MERCI AUX MÉDIAS!

Tout cela dit, je suis néanmoins absolument reconnaissante de la participation des médias et du rôle qu’ils ont joué pour faire connaître l’événement. Cette fois-ci, il nous faut reconnaître que les idées réformatrices dont nous avons fait la promotion ont parcouru les ondes à la grandeur du Québec. Je dirais même sans prétention que cette fois-ci, Radio-Canada aura rempli sa mission d’offrir une diversité d’opinions.

Demain soir, Tout le monde en parle vient boucler la boucle. J’espère seulement que nous aurons été à la hauteur de vos attentes.

_______

Pour participer à la tribune radio qui suivra l’émission ou faire vos commentaires, voyez le site de Radio-Canada.

[1] Si vous y croyez toujours, je vous suggère de vous procurer mon film L’Illusion tranquille.

[2] Allusion à l’imploration de Jésus sur la croix: « Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. »

84 réflexions sur “Réseau Liberté-Québec: 7 jours plus tard

  1. Il est vrai que la couverture médiatique a été assez bonne. Par contre, je vous très humble de ne pas avoir dénoncé et de jouer le jeu de certains chroniqueurs respectés comme Vincent Marissal et Jean Lapierre. Je crois qu’ils voulaient provoquer un conflit pour discréditer le mouvement mais ils se sont faits totalement rabroués. Ils ont tenté une sortie pour dénigrer le RLQ en pensant que tout le monde les suivraient et penseraient comme eux et ils ont frappé un mur.

    Ca démontre la légitimité et la cohérence du mouvement. Les gens veulent entendre de nouvelles idées malgré les sorties médiatiques de ces chroniqueurs qui sentent le tapis se dérober sous leurs pieds.

    Bravo encore pour cette idée d’amener vers les médias les idées de droite. Il faut jouer le même jeu que les ‘conservateurs’ du statu quo qui accaparent les médias et maintiennent la pensée unique.

    Frapper sur le clou, tenir des propos cohérents, être visible de plus en plus dans les médias, EXPLIQUER ET DÉMONTRER les idées de droite. Mais surtout, démentir la propagande qui veut nous associer à des extrémistes non pas en se défendant mais en en riant. Trouver cette analogie sympathique mais déconnecté tout en respectant que le message n’est pas encore assez compris sans toutefois tomber dans la condescendance.

    Bien à vous.

    • Je suis TOTALEMENT d’accord avec tout ce que vous avez écrit ici. Ça peut être extrêmement tentant de réagir fortement, mais le mieux, c’est de faire confiance à ceux qui sont sympathiques à nos idées. Dans ce cas-ci, ce n’est effectivement pas les 450 participants qui se sont discrédités…

    • La vague des gens de droites essayant de nous faire croire que les médias sont de gauches est particulièrement ridicule.

      Il n’y a qu’a regarder le temps d’antenne qui à été accordé au RLQ et celui qui est accordé à Québec Solidaire.

      de gauche…. tout de même rigolo de vous entendre!

  2. Si les absents ont toujours tort, ça ne vaut pas vraiment la peine de donner trop d’attention à ceux qui ont fait des commentaires négatifs. Peut-on s’attendre à autre chose du syndicaliste Réjean Parent et de Marie-France Bazzo et son panel de gauchistes, tous absents samedi dernier?

    Je peux en parler car j’y étais et 7 jours plus tard, j’en parle encore! C’est vrai que j’étais déjà vendu aux discours, je l’avoue, mais n’est-ce pas sain de vouloir avoir un autre son de cloche pour se faire une meilleure opinion? Surtout quand on entend les mêmes rengaines depuis 40-50 ans!

    On n’a fait que jaser et échanger mais comme ce n’était pas du même côté que la pensée unique, ça a fait beaucoup de vagues et il faut que ça continue, le Québec a besoin d’un raz-de-marée! Cette journée a été une bouffée d’air frais et il est grand temps que ce vent de tribord souffle sur le reste de la province et surtout de sa métropole. J’espère que la prochaine réunion de tiendra à Montréal et cette fois dans une salle encore plus grande. Et comme il y a eu à Québec près du tiers de l’assistance qui venait de l’extérieur, on pourrait facilement emplir un ou deux autobus de « missionnaires » de la grande région de Québec!

    Félicitations encore Joanne, à toi et à toute l’équipe qui avez pris cette excellente initiative, j’attends la suite avec impatience et, entretemps (et exceptionnellement), je vais regarder « Tout le monde en parle » demain. Je me demande ce qu’il y avait d’écrit sur les cartons à Guy-A. Je suis sûr que toi et Éric vous êtes bien « défendus » mais j’ai hâte de voir les réactions de l’assistance…

    • L’assistance était très silencieuse et respectueuse. J’ai hâte à demain soir, moi aussi. je crois que je suis plus nerveuse de voir l’émission que d’y avoir été!

    • Le « problème médiatique » ne vient pas des réactions des MM. Bazzo, Charette, Parent, Carbonneau, etc. Leurs idéologies sont connues et il n’y a aucune surpris là. Ils ne se cachent pas.

      Par contre, ce qui est déplorable c’est que des chroniqueurs qui se disent ‘neutres’ et qui se disent ‘analyser’ la politique objectivement prennent un penchant très évident vers une idéologie.

      On sait tous que Jean Lapierre est un libéral plutôt nationaliste et que Vincent Marissal dévoile de plus en plus ces temps-ci dans ces chroniques son côté social-démocrate et souverainiste. C’est seulement que leurs chroniques cette semaine ont vraiment dépassé leur limite qu’ils semblaient se donner. Ils se sont laissés aller et je crois qu’ils viennent seulement de mettre un point sur les deux « i » du mot « idéologie ». Peut-être même une barre sur le « t » du mot « partisanerie ».

  3. Je ne manquerai pas TLMP pour tout l’or au monde demain soir!

    Bravo pour votre audace! Une qualité que Guy A. Lepage apprécie, je pense.

    Cette invitation est le couronnement du succès de votre premier événement! Désormais, on ne peut plus se permettre de ne pas parler de la mouvance de droite! Les médias se réveillent…enfin!

  4. J’ai pris mon courage à deux mains et je viens d’écouter la discussion à Bazzo.TV. Décidément, il faut aller à Montréal pour prouver à ceux qui flatule plus haut que leur orifice naturel que nous sommes sérieux dans les solutions que nous avançons et que OUI ils existent des gens prêts à remettre en question les acquis pour penser à la génération qui nous suivra!

  5. Bonsoir Johanne,

    déjà que j’étais sidéré de la qualité de la couverture médiatique de l’évènement (mon ami Jean-François m’a dit que je devrais m’habituer!): ex: citation hors contexte de l’intervention de Maxime Bernier, ou encore, le monsieur dont j’ai oublié le nom (mais j’ai compris rapidement qu’il était le laquet d’Éric Caire en manque de parti pour sauver son salaire de député) et qui affirmait que si François Legault lui ferait signe il embarquerait (!!!!!). J’ai compris que même les démarches les plus honnêtes auraient à se battre avec cette « fausse illusion » de transparence journalistique,

    Maintenant, cette émission de Madame Bazzo est écouté (si je ne me trompe) par moins de 100,000 personnes dans tout le Québec. Il faudra quand même nuancer l’impact MAIS suite à l’écoute que je viens de faire en suivant le lien que vous avez mis, voici mes humbles constats (à noter: j’étais présent toute la journée et j’adhère complètement aux propos des conférenciers). Donc, Marie-France et ses amis sous-entendent que:

    a) cette journée était une manifestation de « colère » d’une minorité frustrée (sous-entendu). Pourtant,tout au long de cette journée, j’ai ressenti plusieurs émotions: responsabilisation, prise-en-main de notre destinée; richesses tant intellectuelles que ressources naturelles du Québec; de réflexion « lucide » tant économique que SOCIALE. Bref, de tout, sauf… de la « colère ». (En fait j’ai ressenti une réelle colère lorsque j’ai lu et écouté le traitement que les médias ont fait de cet évènement).

    b) que cette journée est un phénomène très « local » (voir ici Québec la subversive, la rebelle… paradoxalement la ville où il y a le plus de fonctionnaires… mais bon). Voir également ici une allusion non-subtile que le « Québec » du « Réseau-Liberté-Québec » n’est pas un mouvement « national » (le Québec) mais très limité à la ville de Québec

    c) que ce succès n’est dû que parce qu’il y a des animateurs radio de « droite » qui alimentent la flamme (ce qui n’est pas faux et, surtout, n’est certainement pas démocratiquement et intellectuellement mauvais): cette affirmation est toutefois très méprisante sur la capacité intellectuelle de ces milliers d’auditeurs… comme si nous n’étions que de petites bête stupides et influençables (surtout que l’on ne remet jamais en question l’argumentataire exprimé… étrange, non?);

    d) que la présence de M. Levant est perçu comme une influence de la « droite-conservatrice-de-l’ouest »: pour avoir savourer sa présentation, et à moins que je ne sois qu’un parfait abruti, mais je n’y ai compris que l’expression d’un pur démocrate passionné et inquiet qui croyait en la liberté d’expression…

    e) que la représentante du syndicat des infirmières (que je trouve, par ailleurs, très sympathique) avoue honnêtement qu’elle ne s’est faite son opinion qu’en lisant et écoutant les médias… (mais il semble que ce soit suffisant pour affirmer). Pourtant, paradoxalement, son intervention sur le support financier international en faveur des autorités « locales » haïtiennes(ONG) dans le support à la population en détresse actuellement, est en directe ligne avec les propos qui étaient tenus lors de cette journée du « Réseau-Liberté »: une prise en charge directe et locale pour répondre efficacement aux besoins des gens;

    f) qu’on « semble » vouloir discréditer le mouvement « Réseau-Liberté-Québec » par sa volonté d’être apolitique (pas de parti, donc ça ne fait pas sérieux), ce qui cautionnera l’éventuelle retour et implication de messieurs Facal et Legault au PQ;

    g) et finalement, que M. Facal semble être fier d’avoir refusé votre invitation à participer à l’évènement. Qu’il ait refusé n’est pas condamnable en soi. C’est son droit et il a ses priorités et ses obligations. Mais, dans le ton de son propos, il y a clairement une allusion à ne pas être associé à une telle activité… et ça¸ ça me dérange profondément… et me déçoit. Mais bon, ça ne pas coûté cher (le prix pour avoir participé à cette journée, i.e. avoir été témoin des conférences, des ateliers et des propos) pour connaître vraiment quelqu’un (M. Facal)… et ça c’est inestimable: (On sait maintenant clairement dans quel clan il se trouve.)

    Bon, voici mes constats de cette belle journée:

    a) des intervenants de grandes qualités, intelligents, articulés. (J’ai particulièrement aimé la définition du nationalisme « de-droite-ou-de-gauche » de Frédérick Têtu)

    b) beaucoup de jeunes allumés qui ne sont pas du tout « extrêmistes » ou « débiles »;

    c) des gens motivés par un sentiment profond que le Québec a tout pour être un véritable leader en Amérique du Nord (et dans le monde!)

    d) que ce succès n’est pas qu’un accident
    mais bien un mouvement de fond, ce qui, socialement est le plus important (et j’ajouterais: c’est pourquoi que ça dérange autant)

    e) que le succès de votre intiative ne repose pas sur vous seuls, Johanne, Ian, Éric, Roy, Gérard, mais sur cette conviction et passion que vous aurez su transmettre à tous les participants qui la transmettront à leur tour à leurs connaissances. C’est exponentiel…. et contagieux… mais une contagion positive: la force d’un peuple qui se prend en main, responsable et libre.

    Bravo et merci!

    Benoît

    • Wow! Quel beau témoignage. Je vous suggère d’envoyer le tout à Bazzo. Il n’est pas mauvais que les gens qui produisent des émissions « publiques » connaissent comment elles sont perçues.

    • Bravo à vous aussi Benoît pour ce beau message. Vous êtes à l’image de ceux que j’ai vu au rassemblement de samedi dernier; articulé et concis.

      J’ajouterai que je me réjouis à chaque fois que j’entends des commentaires négatifs sur le RLQ, ça prouve que ça dérange et ça, c’est bon signe. L’indifférence serait un constat d’échec.

    • Merci beaucoup Joanne. Je vais commencer à m’impliquer auprès de mes amis 😉

      Merci Marc, vous avez raison l' »indifférence » serait bien pire… et le RLQ ne laisse pas indifférent…

    • Je suis d’accord avec vous pour dire que ce mouvement n’est pas le fait de la colère.
      Et il faudra s’habituer à cette interprétation biaisée par les médias. En fait ce biais n’a d’égal que le biais de vos propres arguments. Sous le couvert d’une prise en charge de ses responsabilités vous demandez à la population de se déresponsabiliser. Parce que diminuer l’état c’est déconstruire le gouvernement. C’est aussi déposséder le citoyen de ses responsabilités. Parce que le gouvernement n’est pas une entité en soi, il est nous. Il n’y a qu’à imaginer un monde sans gouvernement. Ce serait le règne des petits arrivistes.
      Non, c’est vrai. Ce mouvement n’est pas le fait de la colère, juste le symptôme d’une société qui ne prend plus la peine de réfléchir, une société paresseuse, peut-être instruite mais sans éducation, inféodée au gueulard le plus tonitruant.
      Bravo et merci,
      Denis

    • @Denis
      « Sous le couvert d’une prise en charge de ses responsabilités vous demandez à la population de se déresponsabiliser ».

      Je dois avouer que celle-là, c’est la première fois que l’on m’a sert. J’essaie de comprendre la logique mais je n’y arrive pas. Parce que la suite n’aide pas non plus.

      « Parce que diminuer l’état (sic) c’est déconstruire le gouvernement. C’est aussi déposséder le citoyen de ses responsabilités »

      Vous semblez (je nuance tout de même) confondre « diminution » et « destruction » et surtout, on mélange gaiement « gouvernement/administration publique » (la machine) et « Assemblée Nationale » (qui, elle, est « Nous »).

      Il est clair pour moi que nous avons besoin d’un gouvernement (et des fonctionnaires) pour les questions de bien-être social, de développement de solides infrastructures efficaces, pour la défense du territoire, mais il est également clair pour moi que nous n’avons pas besoin du monstre administrarif, interventionniste omniprésent et bouffeur d’argent, que sont devenus les gouvernements occidentaux au cours des 40 dernières années.

      Finalement, pour écrire: « Ce mouvement n’est pas le fait de la colère, juste le symptôme d’une société qui ne prend plus la peine de réfléchir,… », il est évident que vous n’étiez pas présent à cette journée qui était empreinte de « réflexions » et de discussions », d’une approche rationnelle, des présentateurs articulés et des participants allumés et concernés (pour la majorité). Associé le mouvement RLQ à un symptôme de paresse et de non-réflexion citoyennes est du même acabit que votre première affirmation. Je vous accorde néanmoins le droit à votre opinion même si, vous le voyez bien, je ne la partage pas du tout.

      À tout égard, je vous salue!
      Benoît

  6. Pingback: lacapitaleblogue.com | links for 2010-10-30

  7. J’ai lu et visionné les liens que vous nous avez proposé que j’ai trouvé très intéressants (sauf Réjean Parent qui est un idiot qui peut devenir utile!) ne serait-ce que parce que les commentateurs y allaient tous de leurs astucieux commérages sans avoir été présents à votre rencontre…

    Difficile d’être plus « éclairé »…

    Je me pose toutefois la même question que l’un des panélistes: comment la « colère » des gens du mouvement se concrétisara-t-elle? Car quelque part, si nous voulons que certaines choses changent, il faudra forcément mettre de la pression sur les députés non?

    • Elle se concrétisera exactement comme ça: en faisant connaître notre courant de pensée et en faisant pression sur la classe politique. Le mécanisme? Nous en reparlerons, mais nous avons quelques idées. À suivre…

    • Il ne faut surtout pas parler de colère mais de changement. D’épuisement et de désabusement. Une perte de confiance totale de notre modèle.

      Se choquer et se mettre à crier des noms ne ferait que nous rabaisser au niveau de nos adversaires. Et c’est exactement cela qu’ils cherchent.

  8. Merci, madame Marcotte, pour cet excellent résumé. Je tiens aussi à vous remercier, vous et les autres co-fondateurs du RLQ, pour votre travail remarquable. Enfin un mouvement citoyen de droite organisé ! C’est très important car, malheureusement, un des défauts des citoyens de droite qui ne sont pas militants actifs d’un parti politique est d’être souvent trop silencieux. Je fais partie de cette catégorie. Faut dire qu’il est vrai que ces idées sont souvent tournées au ridicule ou « diabolisées ». Cependant, en s’exprimant clairement et de manière articulée, en défendant nos idées avec conviction et respect, en « déconstruisant » les idées que nous ne partageons pas, en prenant davantage de place dans les médias, en créant un véritable réseau citoyen organisé, nous pouvons progressivement faire une différence. Tout le défi réside, je pense, à faire durer ce mouvement, à l’organiser davantage et à augmenter son pouvoir d’action et d’influence. De mon côté, je vais suivre l’évolution de ce mouvement et, même si je vis loin des « grands centres » (je vis dans un petit village au nord de la Gaspésie), je vais essayer de m’impliquer davantage dans ce mouvement. Encore bravo et ne lâchez pas !!!

  9. Bonjour

    Félicitations pour cette belle initiative et le succès de la réunion de Réseau Liberté-Québec. C’est un grand service que votre groupe rend aux Québécois et Québécoises.

    Ne vous en faites pas pour les critiques. Il y aura toujours des pisse-vinaigres qui expriment des sentiments irraisonnés. Il faut bien faire et laisser braire.

    Mon récent blog s’intitule « le grand vide politique du Québec » dans lequel je parle de votre nouveau réseau. Vous le trouverez à http://claudedupras.blogspot.com.

    De plus, votre blogue fait partie, depuis longtemps, de ma liste des « blogs les plus intéressants » que je recommande à mes lecteurs.

    Merci de votre travail et bonne chance.

    Si je peux faire quelque chose n’hésitez pas à m’écrire.

    Salutations cordiales

    Claude Dupras

  10. Il est évident que la meilleure personne pour gérer son argent est celle qui l’a gagnée. Trop de gouvernement déresponsabilise les gens. Il faut que ça cesse.

  11. Il est très rafraîssant de voir le Réseau Liberté-Québec dans le paysage politique québécois.

    Je crois que bien des gens aimeraient participer à vos activités mais ils ne peuvent le faire pour différentes raisons (travail, éloignement …etc).

    Par contre, ils aimeraient bien contribuer au succès de votre mouvement, peut-être qu’un jour vous pourriez offrir des cartes de membres.

    S’il y a eu 50,000 cols rouges sur les plaines, peut-on espérer 50,000 membres au sein de Réseau Liberté-Québec ?
    La carte de membre ne devrait pas dépasser $10 par année pour rejoindre le plus de monde possible.

    Comme moi, des milliers de Québécois ne seraient plus orphelins de pensée et se sentiraient davantage impliquer pour faire « changer les choses » !

    Évidemment avant d’offrir des cartes de membres,
    vous devez d’abord vous faire connaître ce que vous faîtes très bien actuellement.

    Alors, peut-être dans une prochaine étape ?

  12. Personnellement je suis en désaccord avec une carte de membre. Ca fait beaucoup trop parti politique et je crois que ca l’implique des considérations légales.

    Il faut que ca reste un mouvement très citoyen seulement financé par des dons et des événéments pour la publicité. Je ne connais pas toutes les sortes d’organismes au niveau des gouvernement mais si vous vous approchez trop d’un organisme à profit ou « à récolte d’argent », je suis pas mal sur que vous allez devoir vous inscrire et enregistrer le mouvement auprès du gouvernement.

    Je ne suis pas fiscaliste mais c’est ce que je crois.

  13. Comment peut-on vous appuyer et même contribuer? J’ai sérieusement critiqué et proposé des solutions dans un livre (évidemment sans succès) sur la questio de l’`tat de la Santé au Québec. vous trouverez un pdf de celui-ci dans mon site web.
    Bonne chance

  14. Apres TMEP! Et bien Joanne ce fut excellent. Les idées on bien été placées malgré le fait qu’on vous a interrompus quelques fois. Currieusement, personne n’a applaudit, mais quand la blaonde qui vous suivait parlait de maudite niaiseries, la le bon public applaudissait. Moi je trouve ça particulier. On te dis que tu dois 225 milliards et que tu dépenses encorre à tout les jour en empruntant pour payer des programmes sociaux trop généreux. Mais c’est pas grave cité rock matante dis des belles choses et nous parle de bingo.

    Aussi, on a senti une certaine aggressivité d’un des intervenent au sujet de la mafia dans les pays qui on moins de gouvernement. Heureusement vous lui avez replacé la Suède en place… 🙂

    Bravo bravo, les gens que vous avez rejoint ce soir seront peut-être au prochain rendez-vous du RLQ.

  15. Bravo encore une fois!

    Malgré un certain inconfort dû sûrement à une réception plutôt « réservée » pour ne pas dire « froide » de la part de l’assistance laquelle, n’avait reçu AUCUNE INSTRUCTION pour des applaudissement … ;PPP je crois que le message quand même bien passé.

    Vous et Éric, avez fait une présentation de maître et j’ose espérer que les montréalais ainsi que partout au Qc, les gens ont bien compris le message et que celui-ci n’a pas été oublié avec tout le blabla stupide qui a suivi.

    Bravo et un gros merci à tous ceux qui, directement et/ou indirectement, PAR CONSCIENCE SOCIALE, s’attaquent aux VRAIS problèmes pour un meilleur avenir.

  16. JAMAIS au grand JAMAIS je voterais pour ce parti qui veut siphonner encore plus les contribuables pour des niaiseries.
    Déjà que la moitié de notre paye va au gouvernement et qu’ils ne savent pas l’administrer correctement. Alors vous allez me faire croire qu’en en donnant encore plus ça va aller mieux …FRANCHEMENT vous prenez les gens pour des caves ou quoi !!!!!

    Votre parti est voué à l’échec TOTAL.

    • @«Un contribuable»

      C’est JUSTEMENT ça que le Réseau Liberté-Québec dénonce, que la moitié de notre paye va au gouvernement et qu’ils ne savent pas l’administrer correctement!!

      Pis y sont PAS un parti politique, et ne visent pas à le devenir plus.

    • La fiscalité au complet doit être revue pour d’un côté adopter le principe de l’utilisateur-payeur et de l’autre côté, diminuer les impôts. Si vous êtes nouveau dans ce genre de débats, je vous comprends de vous méfier des hausses de tarifs, mais à terme, il va nous falloir équilibrer le budget pour ne pas endetter les générations futures et payer pour ce ce que nous demandons. La solution: demander moins!

    • On voit bien que votre idée est déjà faite ET CE, sans vraiment savoir en quoi ce mouvement consiste.

      Des postes de payages sur les autoroutes du Qc était chose courrante y a pas si longtemps et, tout le monde s’en portait beaucoup mieux.

      Mais, ce n’est qu’un seul volet des solutions possibles; seulement, en dégraissant les gouvernements de tous les SUPERFLUS de services, les chances seront que ça permettra de réduire les impôts et les taxes remettant ainsi des $$$ dans les poches des citoyens pour qu’ainsi, ils puissent eux-mêmes, payer le 25 sous ou le dollar lorsqu’ils utilisent les autoroutes et/ou, puissent se payer des assurances autos et puissent actionner les irresponsables du volant, qu’ils puissent également se payer des assurances personnelles pour des soins médicaux + rapides et/ou …

      Donc, nous n’aurions à payer pour « les fécondations in vitro » lesquels, ne sont nullement nécessaire et lesquels, encore une fois, occasionne des débordements.

      Alors, contribuable, plutôt que de condamner avant même de savoir en quoi ce mouvement consiste, pourquoi ne pas plutôt mieux vous renseigner sur ce qu’est vraiment ce mouvement de citoyens ÉCOEURER de payer plus pour beaucoup moins.

  17. Excellente intervention du RSQ à TMEP !

    Vous avez été franche surtout lorsque vous affirmez sans retenue que tout le monde devait contribuer à l’assainissement des finances publiques même les artistes (enfin !).
    Au fait, quand dénichera-t-on un artiste de la droite qui s’affirmera sans gêne et avec fierté son appartenance à la droite ?

    Quand à la Suède, il semble que l’ex-journaliste gauchiste de la Presse n’est pas au courant que c’est un gouvernement de droite qui vient d’être réélu en Suède. Et ce même si on a privatisé des dizaines de sociétés d’état dont les transports en commun et les postes, les Suédois ont réélu ce gouvernement qui promet d’autres privatisations.
    J’aurais pensé que vous ou M. Duhaime auriez pu en parler …

    À TV5, on a pu voir un excellent documentaire à ce sujet.

    Continuez votre bon travail !

    • « tout le monde devrait contribuer à l’assainissement des finances publique mêmes les artistes »

      Celle-là était la meilleure :PP et a bien servi à ‘boucher le trou’ des Guy A. et les autres…

    • La question des artistes semble toucher une corde sensible. Et pourquoi? Que serions-nous si les artistes n’étaient pas là. Ce serait bien d’avoir une réponse.
      Ma difficulté avec la droite est cette tendance à soulever un problème en choisissant d’avance un bouc émissaire.
      Celui-ci n’a pas droit de parole parce qu’il est ce qu’il est. L’artiste n’a pas droit de parole parce qu’il est artiste.
      Je réitère ma question, quelle est cette peur de l’artiste.

    • Je ne peux répondre pour les gens du RLQ (bien que je vais me mettre membre subito presto), mais personellement, je n’ai rien contre les artistes. Mais j’ai un gros problème que l’état prenne de l’argent pour subventionner à qui mieux mieux dans le monde artistique sans on consentement. Si je veux aider un artiste, j’aimerais avoir le choix de qui je veux encourager — on non pas d’avoir un rond de cuire décider à ma place. Simple non?

  18. Beau travail Johanne et Éric

    Vous avez fait un excellent travail, mais on part de loin, il ne faut pas oublier que nous avons plus de 40 ans d’endoctrinement de l’État providence, position de gauche en utilisant la carte de crédit au maximum.

    Je vais me concentrer ce mois-ci à publier multiples carnets sur la gestion des États des pays nordiques européens (Finlande, Danemark, Suède, Norvège, Pays-Bas …).

    Tous ces pays nordiques s’en sortent très bien actuellement devant la crise économique, par contre ils tous suivis la même recette une saine gestion d’État depuis une quinzaine d’années, un État très mince utilisant la concurrence et la mixité, augmentant ainsi la productivité et réduisant les coûts des opérations de l’État, le modèle social a été graduellement remplacé par un système de marché libre.

    Alors, quand vous allez entendre l’argument classique, oui les pays qui s’en sortent se sont des pays sociaux-démocrates, disons ça fait longtemps qu’ils n’ont pas révisé le modèle économique de ces pays.

    Espérons que ces futurs carnets vous aideront devant l’argument simpliste de nos gens de gauche.

    Félicitations,

    Q.D.

  19. Le Réseau Liberté Québec va faire avancer le Québec et tenter de le sortir de la grande noirceur social-démocrate. Je vais continuer d’appuyer le RLQ et je vais être présent lors de la prochaine conférence. Bravo pour votre bon travail Mme Marcotte (bravo à Éric Duhaime également) à Tout le monde en parle.

  20. Bravo Joanne et Éric pour votre participation à TLMEP…

    C’était excellent, vous étiez tous les deux excellents…

  21. Suite à votre passage à TLMEP, et au commentaire obscur d’un intervenant soulignant le succès du modèle scandinave qui, au fait, n’en est pas un, d’un Réjean Parent (CSQ) complètement déconnecté de la réalité, d’une Télé-Québec Intello 100% subventionné, de tous ceux qui nous voient comme des hérétiques, je leur dédie cette chanson, en espérant provoquer une petite étincelle de lucidité !

    Sur l’air de Don’t Worry, Be Happy.

    J’ai écrit une belle chanson,
    Qu’on pourra chanter à l’unisson,
    Don’t worry, be happy.

    On a Bastarache et sa commission,
    Mais pas d’enquête d’la construction,
    Don’t worry, be happy.

    Sans oublier, le scandale des garderies,
    Et la fameuse ré-ingénierie,
    Don’t worry, be happy.

    On pourrait faire ben d’l’argent,
    Mais on peut pas, ‘cause d’l’environnement,
    Don’t worry, be happy.

    On a le meilleur système de santé
    Mais nos vieux sont pas lavés,
    Don’t worry, be happy.

    La péréquation, c’est beaucoup d’argent,
    Mais on est juste des mendiants,
    Don’t worry, be happy.

    Les programmes sociaux, c’t pas un bon choix,
    Mais c’est not’ modèle québécois,
    Don’t worry, be happy.

    Faut payer les impôts qui sont dus,
    Pour en donner plus à nos élus,
    Don’t worry, be happy.

    Et où s’en va-t-on, à coup sur ?
    Évidemment dans le mur,
    Don’t worry, be happy.

    La vie, parfois, c’est enrageant,
    Mais comme le dis not’ ministre Bachand,

    DON’T WORRY, BE HAPPYYYYY !!!!!!!!!!!!

  22. Bravo pour vos performances à TLMP. C’est tout un défi d’aller défendre l’indéfendable en terrain hostile…J’ai lu une bonne partie des commentaires à l’émission et j’ai été agréablement surprise de constater que la proportion de commentaires positifs suite à votre passage était assez élevée!

    Objectif atteint!!

    Bravo pour avoir déboulonné certain mythes: la supposé gauche des pays scandinaves bien sur, mais aussi le fait que la compassion n’est pas exclusivement réservé à la gauche! Right on, Mme Marcotte!

    Également, j’ai particulièrement apprécié votre intervention sur les petits entrepreneurs qui étaient parfois laissés pour compte dans certaines organisations économiques qu’on qualifie, à tort, de droite!

    Seul petit bémol qui n’a absolument rien à voir avec vous et M. Duhaime…mais…je trouve vraiment cette émission pénible à regarder. Les gros rires gras de M. Turcotte et les travers manipulateurs de M. Lepage m’horripilent au plus au point. Je vous comprend parfaitement d’avoir voulu saisir l’opportunité de cette tribune en or pour faire valoir vos idées mais cette tribune peut se transformer rapidement en piège si on ne demeure pas extrêmement en alerte. Mais ne vous inquietez pas là-dessus, je trouve que vous vous en êtes admirablement bien sortis, tous les deux.

    Tout de même, je déteste la façon dont s’y prend M. Lepage pour faire passer de façon très insidieuse ses petits messages. Lorsqu’il vous a demandé pour les gaz de schiste, vous avez très bien répondu: développer mais en faisant attention. Là, il pousse plus loin avec le cas d’un voisin qui aurait à « subir » un puits à proximité (j’ai trouvé que c’était à la limite de l’acharnement, pour vous pousser dans les cables). Encore là, M. Duhaime a bien réussi à esquiver le coup en plaidant la négociation qui aurait sans doute lieu entre la compagnie et le citoyen. Et là, il ferme le sujet, tout en ne pouvant s’empêcher (ou en faisant exprès?) de glisser cette petite remarque par la bande: « Comme ça, on développe MÊME SI ON EN N’A PAS BESOIN? ». Il a dit ça, un peu à la sauvette avant de passer à un autre sujet mais ça ne m’a pas échappé.

    Là j’ai bondi de ma chaise, profondément écoeurée.

    Le voilà qui ferme le sujet, tout en ouvrant la porte pour un autre débat mais il décide de ne pas apporter cela dans une autre question. Je m’excuse mais de savoir si on en a besoin ou pas de l’exploitaton de gaz de schiste, c’est un autre débat, cela, M. Lepage. PAS UNE AFFIRMATION qu’on lance en l’air, à la fin, juste avant de passer à un autre sujet.

    Je trouve cela hyper malhonnête comme procédé! Une belle tactique de manipulateur.

    Excusez ma hargne qui ne vous est aucunement destiné mais…tout ça pour dire qu’il faut être extrêmement sur ses gardes avec des émissions qui se veulent une invitation pour défendre nos idées. Car il y a malheureusement ce côté sombre: M. Lepage va toujours se réserver un petit espace pour y répandre sa propagande, au moment où vous vous y attendez le moins. Même les plus forts ne seront pas à l’abris de ses petites arnaques. Il est extrêmement habile pour agir ainsi sans que cela paraisse.

    Il semble que ce soit le tribut à payer pour avoir accès à la tribune de M. Lepage.

    Alors, en considérant tout cela, encore une fois, BRAVO pour votre courage et votre détermination.

    • Merci Isabelle. Je crois aussi que de nombreux Québécois ne réalisent pas combien nos finances publiques ne balancent pas, et combien on dépend de la péréquation pour boucler le budget, encore déficitaire malgré tous ces transferts fédéraux.

      Sur ce sujet, Éric a été superbe. Comment ne pas développer nos propres ressources, puis critiquer les autres provinces de le faire quand c’est ce qui nous permet de boucler notre budget. Assez indécent!

      Le besoin de développer nos ressources est essentiel. La « culture » ne peut pas faire vivre toute une province!

  23. Sauf pour la petite gêne (silence!) reliée à vos antécédents avec l’A.D.Q., gêne qui aurait fort bien pu être coupée au montage, ce qui aurait sûrement été le cas si cet embarras aurait paralysé un gauchiste ou un péquiste, je crois que vous avez fait bonne figure à TLEP et suite à cette prestation, je suis assuré que vous avez sensibilisé plusieurs Québécois aux catastrophes qui nous guettent si rien n’est fait pour corriger la situation.

    J’ai également admiré le glissement que votre collègue a fait des pays scandinaves vers la seule Suède.

    Les gauchistes nous servaient le modèle suédois, il y a quelques années, comme la réponse à tous nos maux, mais ils ont dû modifier leur discours suite aux changements majeurs qui ont été opérés en Suède il y a une décennie. Nos socialistes nous servent maintenant le modèle scandinave et plus particulièrement celui de la verte Finlande jusqu’à ce que cette dernière soit obligée de revenir sur terre, elle également.

  24. Bonjour ! J’ai fortement apprécié votre passage à l’émission TLEP. Vos idées sont claires et rejoignent en tous points les miennes depuis fort longtemps. Seul, à la maison, je regarde s’écouler la vague paternaliste, infantilisme et gauchiste. Il y a longtemps que je dis à qui veut l’entendre, battez-vous pour vos libertés que l’on vous retire peu à peu. Faites savoir à nos dirigeants que ce ne sont pas leurs idées partisanes que nous voulons mais qu’ils transmettent et réalisent ceux des citoyens, les nôtres et, qu’ils travaillent à redonner un climat sain à ces politicailleurs qui ne pensent qu’à gonfler leurs bas de laine pour le futur. Aucun d’eux ne se retrouvera jamais en CHSLD ou dans un acceuil moyen, ils se paieront les meilleurs à nos frais pendant que nous, on se retrouvera molestés, désabusés, dénigrés et rabaissés par des traitants qui s’en fout car ils sont syndicalisés mur à mur.
    Aujourd’hui, les syndicats sont devenus des forces politiques, ils ont perdus de vu leur rôle primaire, celui de protéger l’ensemble des travailleurs. Au contraire, ce sont presque toujours les moins bons qui bénéficient de l’appui syndicale. Eux aussi n’ont qu’une idée en tête, ramasser de l’argent au max. Que dire des BS, et là je ne veux pas manquer de respect envers ceux qui en ont vraiment besoin. Je parles des profiteurs du système, ceux qui pourraient travailler mais refusent de le faire au nom de leurs droits, mais quels droits ? Ils préfèrent laisser place aux gens des autres pays qui viennent saisonnièrement se faire un pécule fort intéressant. On a pas appris à nos jeunes qu’il faut se lever le matin

  25. Pourquoi je ne crois plus à l’État? Parce que, par définition, l’État est synonyme d’inefficacité, de lourdeur bureaucratique, d’insouciance et d’absence d’obligation de rendre des comptes.
    Nathalie Elgrably, dans sa chronique au JDM le 1er novembre 2007, en explique la raison :  » Il y a 4 façons de dépenser de l’argent :
    (1) dépenser son propre argent pour soi-même, auquel cas on fait preuve de prudence, on s’assure de la qualité du produit et on veille à en avoir pour son argent;
    (2) dépenser son propre argent pour quelqu’un d’autre, par exemple pour l’achat d’un cadeau. Dans ce cas, on accorde moins d’attention au produit qu’à la somme dépensée;
    (3) dépenser l’argent de quelqu’un d’autre pour soi-même. C’est ce qui se produit lorsqu’on notre employeur nous offre une allocation de dépenses. Le prix devient alors secondaire, mais on est exigeant quant à la qualité du produit;
    (4) dépenser l’argent de quelqu’un d’autre pour autrui. C’est le cas des gouvernements qui dépensent l’argent des contribuables pour fournir des services aux citoyens. Ils ne veillent ni à la dépense ni à la qualité, car personne n’est tenu d’assumer les conséquences de ses décisions.  »

    Alors vivement une alternative!

    Référence :http://www.iedm.org/main/show_editorials_fr.php?editorials_id=579

  26. Bonjour Madame Marcotte,
    Pourriez-vous S.V.P. m’indiquer où se trouve le lien sur votre blogue ou je pourrais enfin trouver des SOLUTIONS aux nombreux problèmes qui affligent la société québécoise . Par exemple : le décrochage scolaire chez les jeunes garçons, les listes d’attentes interminables dans nos hôpitaux, l’endettement terrible du Québec, le taux scandaleux de syndicalisation des travailleurs québécois et la honteuse dépendance économique du Québec face au Canada.

    Merci et bonne journée
    Claude Jean

    • Les solutions sont connues mais ne font pas consensus. Elles existent dans les nombreux rapports de comités, dans les solutions préconisées par l’IEDM par exemple et sur de nombreux blogues.

  27. Bravo pour votre prestation à TLMP!

    Deux interventions qui ont dues les ébranler: celle d’Éric quand il a parlé qu’il était de la responsabilité de TOUS incluant les artistes pour prendre la destinée et le futur de notre Québec (avec mention spéciale sur la remise à sa place du journaliste par Éric sur le « mythe » de nos sociaux démocrates de prendre exemple sur le modèle des années ’70 des pays Scandinave… priceless)

    Et ton intervention sur l’iniquité inévitable lorsque le bien-être social est « socialement (égalitairement) accessible à tous… au détriment des personnes qui sont réellement dans le besoin. Difficile de contester la justesse et le bon sens de cette argumentation en plus de démontrer clairement que la responsabilisation individuelle ne signifie pas l’indifférence pour les moins bien nantis… bien au contraire!

    Une petite question: comme on sait que cette émission est pré-enregistrée et que la version télévisée est obligatoirement épurée (coupée!), êtes-vous satisfaits de la version qui nous a été présentée? Y a-t-il des moments plus « percutants » que vous auriez aimé voir mais qui ont été coupés?

  28. Nous allons gagner un de ces jours. je ne sais pas quand mias ça pourrait être plus vite que prévu. Le PQ est en train de se démolir lui-même. Il y a un vide politique à combler.

  29. Je viens de découvrir que le RLQ fait partie des marchands d’illusions. Sont des êtres rétrogrades et prétentieux, selon le dernier billet de Gérald Larose.

    Je crois que la réaction du célèbre syndicaliste, socialiste soviétique, nous dit que vous êtes sur la bonne voie et aller frapper dans le mille.

    Bonne mère !…
    Il va vous barrer dans tous les médias où il y a des syndicalistes, je parie.
    Ça va saigner !…
    CH

  30. Pauvre droite qui n’a jamais eu la parole. Pauvre droite qui souffre de ne pas être reconnue. Pauvre droite qui veut se décomplexer.
    En fait ne serait-il pas mieux de dire pauvre cancre qui souffre d’être idiot et de se savoir foncièrement idiot. Pauvre cancre qui trouve la solution universelle avec son bon sens bien campé dans sa suffisance.
    Pourquoi, moi le cancre, suis-je délesté de mes beaux dollars si chèrement gagnés qui ne servent qu’à engraisser des fonctionnaires, des bureaucrates, des syndiqués et des personnes qui ne travaillent pas. Le problème c’est cette satanée solidarité sociale. Moi, le cancre, je sais.

  31. @Trudel: vous avez trop écouté la télé je crois ! 😉

    Conseil: la bibliothèque est un endroit très enrichissant ! J’ajouterais aussi des petits cours libres dans des classes de politique. Et finalement, lire ce que le RLQ propose à la place de répéter ce que vous avez entendu à la radio et ou télé. Faire sa propre opinion c’est le début de la liberté ! Bonne chance !

    (j’ai ajouté une note d’ironie puisque votre commentaire était plutôt axé sur le cynisme)

    • Je n’ai jamais été syndiqué. Et je peux reconnaître qu’il existe des syndicats corporatistes.

      Mais il me semble très simpliste de réduire l’analyse de notre société à l’influence négative des méchants syndicalistes ou syndicaleux, des chialeux communistes et quoi d’autres (attendez que je relise quelques commentaires typiques du RLQ), des fonctionnaires, des BS, des artisses, etc.
      Il est toujours question de citoyens profiteurs par rapport aux citoyens travaillants.
      Regardez du côté de la grande finance et des grandes banques. Regardez du côté des Desmarais, Péladeau, Chagnon de ce monde. Mais non il est plus facile de regarder le petit abuseur BS qui n’a pas les moyens de se payer un complet 3 pièces pour déguiser sa paresse.

      Le réseau liberté québec ne mérite pas de lettres majuscules pas qu’il n’a comme inspiration que la petitesse de l’avarice et de l’égoïsme.

      Longue vie à ce réseau qui nous éclaire sur l’homme et ses limites.

  32. bravo, enfin des gens osent dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas! J’ai toujours eu le sentiment que quelque chose n’allait pas dans notre système, mais votre comparaison entre les systèmes de santé du Québec et de la Suisse présentée sur les ondes ce CHOI FM fut une révélation.

    Un grand ménage s’impose et les citoyens ont intérêt a s’occuper de la politique avant qu’elle ne s’occupe d’eux! Au moins, maintenant grâce à vous et au RLQ, nous avons droit à l’envers de la médaille. Il est possible de se faire une opinion intelligente et ce malgré la désinformation des médias et le contrôle exercé par le gouvernement.

  33. Merci @françois pour le lien

    Selon le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Michel Arsenault, il faut défendre les programmes sociaux contre la privatisation.

    «Ça, c’est la différence entre les êtres humains et les animaux, a-t-il déclaré en conférence se presse. Les animaux, quand il y en a un qui vieillit, ils le laissent mourir et ils le mangent entre eux. Nous, il faut s’occuper de notre monde, de nos jeunes, de nos étudiants, de nos vieillards.»

    J’en reviens quel manipulateur, ils connaissent bien les Québecois, il les manipule dans leur esprit grégaire et les manipule avec la peur de mourir seul, c’est avec cette même peur que les religions furent créer et qu’ils arrivent à faire obéir au doigt et à l’oeil une population c’est dégeulasse!!!

    Il y a beaucoup de souffrance au Québec, avec autant de drogué, de personne qui se suicide, de décrocheur. Chaque personne crée son bonheur avec le choix de ses décisions, ce n’est pas un syndicat qui crée du bonheur. Je ne vois pas l’avantage pour un syndicat d’avoir un peuple libre penseur.

  34. Après la sortie du célèbre socialiste syndicaliste soviétique Gérald Larose, il semble maintenant que les paradis fiscaux du Québec, les centrales syndicales multi millionnaires, avec l’aide de leur armée d’une centaine d’avocats sans doute, déclarent la guerre au RLQ et ses sympathisants.

    Il va y avoir des bombardements. Nous aurons droit à une guerre répressive contre la droite québécoise, digne du régime des généraux de la Birmanie, sans doute.

    C’est le moment… De dire à Éric Duhaime qu’il faut publier les derniers états financiers de ces paradis fiscaux, FTQ CSN CSQ.

    Nous voulons tous lire et calculer combien de millions en impôts et taxes ils ont évités de payer sur leurs revenus et leurs profits, l’année dernière.

    CH

    • C’est plaisant de voir la combativité des militants du RLQ. Prêts à tout pour pourfendre les abuseurs. Enfin ceux qu’ils perçoivent comme tel. À mon avis c’est le choix des cibles qui me fait sourire. Et qui en fait discrédite toutes leurs interventions.
      Les méchants syndicats corporatistes peut-être, mais qu’en est-il des autres.
      Des banques qui engrangent des profits énormes en temps de crise. Des actionnaires qui délocalisent des entreprises au mépris des communautés locales. Des entrepreneurs locaux qui entretiennent des rapports douteux avec des petits politiciens municipaux.

  35. Syndicats et « liberté d’association » = 2 concepts incompatibles au Québec ?

    Ici nous ne sommes;

    -Pas libre de ne PAS adhérer à certains syndicats.
    -Pas libre de ne PAS payer de cotisations.
    -Pas libre de voter dans un vote VRAIMENT démocratique (votre secret).
    -Pas libre de négocier SON PROPRE contrat de travail.
    -Pas libre de voter démocratiquement chacune des grandes décisions des syndicats (les délégués sont tout-puissants).
    -etc

  36. Selon ce que je comprends, les cotisations syndicales ressemblent de plus en plus aux abris fiscaux et coûtent à l’ensemble des Québécois une petite fortune.

    L’adhésion aux syndicats devrait être libre et volontaire et les monopoles syndicaux devraient être totalement et entièrement abolis.

    Mais qu’est-ce qu’elless ont toutes contre la démocratie nos grosses centrales syndicales ?

    • Théoriquement, Démocratie = Transparence. Voilà ce qu’elles en ont contre une SAINE démocratie les grosses centrales syndicales.

  37. La présidente du paradis fiscal multimillionnaire CSN, Claudette Carbonneau, veut savoir qui finance le RLQ.

    Proposez lui un échange.

    La liste des donateurs du RLQ
    Contre…
    Une copie de ses états financiers vérifiés, avec le rapport annuel, avec la note du nombre et la taille de la masse salariale.

    Trudel wrote @ 7 novembre 2010 at 22:23
    Est-ce une opinion, une satire ou un délire?

    Faites une recherche.
    Quand vous aurez trouvé combien il y a d’avocats et de comptables sur la liste de paie de la FTQ, CSN, CSQ, faites-moi signe.

    Je vous proposerai comment on font trembler de peur les libéraux, déjà trouillards, sans bâton de baseball. Peur au ministre du travail, des finances, de la santé, de l’éducation et enfin le pm Charest, bien sûr.

    Maintenant qu’il ont créé une force de frappe milliardaire, appelée Alliance socialiste, soviétique et communistes, essayez de trouver un seul média qui ne sera pas sous pression de prendre leurs millions, contre des publications et reportages sympathiques à leur point de vue.

    CH

    • Le délire anti-syndical est navrant. Je conviens que ça doit être rassurant de tout simplifier. Il y a les bons, le citoyen honnête, et les méchants, les syndicats, les avocats et les comptables.

      Dans le temps on parlait du grand méchant loup. Le débat était clos. Le méchant était identifié. C’est toujours rassurant d’en revenir à cette simplicité… d’esprit.

  38. Trudel wrote @ 11 novembre 2010 at 11:42
    Le délire anti-syndical est navrant. Je conviens que ça doit être rassurant de tout simplifier…

    Le point de vue étudiant, sans expérience des organisations multimillionnaires et leurs ramifications fiscales, n’est pas une simplicité de l’esprit.

    C’est le choix de l’ignorance sans délire, plutôt que de l’information. Évidemment !…

    CH

    • Attention. On ne comprend pas. Pouvez vous être plus clair.
      Que voulez-vous dire du point de vue étudiant. Devrais-je m’aligner sur la lutte juste, presque divine que tout étudiant de droite devrait soutenir soit ma liberté de me saouler comme je veux avec la bière au prix le plus bas parce que non soumis aux diktats des méchants syndicats.
      Vos propos obscurs me seront alors révélés.

  39. @ Trudel

    Doit-on, comme vous semble-t-il, également croire que « le crime organisé » n’a rien à voir avec la FTQ ou les ‘teamsters’ etc… ??

    En tant qu’esprit simpliste et naïveté qui a la palme ???

  40. Je comprend les syndicats d’être sur les dents.

    Il faut comprendre la façon dont fonctionne cette organisation à l’interne. Une personne avec une bonne intégrité et qui n’est pas achetable ne peut gravir les échelons dans ces organisations. Étant des organisations très rigide elles peuvent être très malléables pour éjecté les pommes pourrîtes.

    Les pommes qu’ils ont jugé pourrîtes ont une crotte sur le coeur et elles savent beaucoup de choses. C’est pour cela qu’il faut soutenir en tant qu’individu nos journalistes d’enquête au Québec .

    Les résultats des enquêtes vont être délicieuses. Voilà des faits qui ont été validé et une arme redoutable contre les syndicats. Leurs membres jugerons de leurs crédibilités quand ils viendront nous dégobillés dessus.

  41. @Trudel: vous dites C’est plaisant de voir la combativité des militants du RLQ. Prêts à tout pour pourfendre les abuseurs. Enfin ceux qu’ils perçoivent comme tel. À mon avis c’est le choix des cibles qui me fait sourire. Et qui en fait discrédite toutes leurs interventions.
    Les méchants syndicats corporatistes peut-être, mais qu’en est-il des autres.

    Pourquoi le choix des cibles discréditerait nos interventions ? Cibler le tout-pouvoir des syndicats, les manigances et demi-vérités/mensonges politiques et les dépenses exagérées pour acheter des votes c’est autant du non-sens inventé ?

    Des banques qui engrangent des profits énormes en temps de crise. Des actionnaires qui délocalisent des entreprises au mépris des communautés locales. Des entrepreneurs locaux qui entretiennent des rapports douteux avec des petits politiciens municipaux.
    Personne ne dit qu’il faut seulement cibler les syndicats. Je suis pas mal sur que nous étions en grande partie contre les bailouts des banques.

    Les entreprises appartiennent aux actionnaires… je ne comprends pas votre raisonnement. On devrait dicter aux propriétaires quoi faire avec leur entreprise ? Assez autoritaire comme idéologie.

    Vous croyez que la droite est pour la corruption et la fraude ? On est pour le libéralisme, pas le corporatisme.

    Je crois que comme plusieurs vous ne saisissez pas vraiment les principes derrière le libéralisme qu’on appelle « la droite ». Ca ressemble plus à des définitions démagogiques proposées par une certaine gauche qui utilise la technique de l’épouvantail (straw man) pour nous dénigrer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s