Une droite québécoise: un contrepoids essentiel (1 de 3)

Contrepoids: Masse utilisée pour contrebalancer le poids d’une charge lourde.

Dans une culture où le « consensus social », le « dialogue entre partenaires » et le « politically correct » sont rois, il semble bien que le Réseau Liberté-Québec bouscule certaines sensibilités et insécurise le clan des privilégiés.

Bien sûr, les attaques les plus invraisemblables viendront des syndicalo-socialistes. La démonstration est sans équivoque: ces gens-là vont user de toutes les stratégies possibles et recourir à toutes les absurdités inimaginables (notamment l’hilarante idée que le RLQ serait financé par un groupe pétrolier du Kansas!) pour tenter de discréditer et de tuer dans l’oeuf une réflexion qui remet en cause leurs acquis.

Devant cette montée de bazookas (!), on peut bien s’en offusquer ou en rire, mais on devra avouer qu’elle est tout de même respectable. Le camp du Non est organisé, extrêmement bien financé, clairement campé et efficace. Leur agenda est clair et les résultats sont indéniables. Après plusieurs décennies de « combats », le Québec est la nation où l’État continue d’engraisser.

Malheureusement pour eux, les voix bruyantes du camp du Non ne réalisent pas encore qu’elles ont déjà perdu la bataille.

Que les Québecois choisissent d’attendre le huissier comme l’a fait la Grèce ou qu’ils choisissent par eux-mêmes et comme le fait la Grande-Bretagne, des réformes salutaires pour l’avenir, la sociale-démocratie se meurt partout en Occident. (voir l’exemple de la Suède). Le poids de l’endettement public, la culture de la gratuité subventionnée et de la revendication, de même que l’irresponsabilité des gouvernements ont atteint leurs limites.

Il nous faut donc être reconnaissants des sorties de cette gauche syndicalo-corporatiste. Aucune ambiguïté de leur part. Clarté dans leurs intentions. Aucune pudeur et d’un sans-gêne déconcertant. Voilà de véritables guerriers!

Ils auront beau être dans le déni, s’illusionner quant à la pérennité de leur modèle, s’enrober de beaux discours: bon sang, ils se battent sur la place publique pour préserver les extraordinaires avantages financiers que nos gouvernements leur ont consentis et ils y réussissent jusqu’à aujourd’hui.

Non. La faiblesse n’est pas de leur côté. Comme l’exprime Mario Roy dans ces trois éditoriaux, le « Québec est un amputé de guerre – de la guerre politique – auquel il manque le bras droit ». Pas étonnant que « l’espace public réservé aux idées demeure obstinément orthodoxe, prévisible et unipolaire. »

La faiblesse est donc bel et bien la nôtre et se situe bien davantage dans l’absence d’un contrepoids visible, assumé, affirmé, organisé, fier et crédible, ce que vise à corriger (au moins, en partie) le mouvement Réseau Liberté-Québec.

Et la faiblesse, ne l’oublions pas, est également dans l’expression de la lâcheté de nos élites politiques qui, à l’exception d’un Gérard Deltell (reconnaissons-lui ça), font reposer leur discours sur l’assentiment des manifestants qui ont des billets de saison devant l’Assemblée nationale.

À suivre… Les véritables immobilistes (2 de 3)

Les trois éditoriaux de Mario Roy sur la droite québécoise: Le grabatoire, Les pros des mots, La « non-gauche »

7 réflexions sur “Une droite québécoise: un contrepoids essentiel (1 de 3)

  1. bravo Joanne … vous avez vraiment commencer quelque chose fantastique au Québec avec la Réseau Liberté Québec … et maintenant :
    Un nouveau chapitre a été créé pour les membres de la Beauce. Nous touchons ainsi une nouvelle région qui souhaite apporter un changement et leurs voix seront entendu à la prochaine conférence du RLQ.
    Joignez le mouvement et reconstituons, ensemble, nos droits en tant que citoyen et citoyenne du Québec ! RLQ Beauce sur Facebook … bienvenue …

  2. Chère mme Joanne,Vous devriez parler un peu de la mafia que sont les syndicats. Tous les employés syndiqués,même celles qui sont reconnues comme travailleur autonome,approuvé par notre gouvernement,payent a chaque semaine des centaines de millions de dollars sans réaliser que ces gens ont un agenda très gauchiste.
    n.y.grenier

  3. Très bon texte Mme Marcotte, la droite québécoise est en train de prendre sa place dans le débat public québécois. Il faut continuer de se faire entendre et un jour, on va gagner la bataille des débats d’idées sur la gauche. Le Réseau Liberté Québec est un grand succès et il doit continuer de défendre ses idées sur la place publique.

  4. Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du 10-11-2010

  5. Pingback: Joanne Marcotte répond à Carole Beaulieu de l’Actualité « Le blogue de Joanne Marcotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s