Le Réseau Liberté-Québec: un contrepoids essentiel (2 de 3)

Les véritables immobilistes

Depuis le lancement du Réseau Liberté-Québec le 1er septembre dernier,  combien de fois ai-je entendu de la part de sympathisants des commentaires du type:

« Je trouve extraordinaire ce que vous faites, ne lâchez pas… mais faites attention aux mots. Vous savez, la droite au Québec, ça fait peur… »;

« Il y aurait beaucoup plus de gens qui seraient sympathiques à votre cause si vous vous montriez un peu plus pragmatiques et rassembleurs »;

« Le débat gauche/droite, c’est un débat stérile… mais lâchez pas. Vous dites les vraies affaires »;

« Ah, les étiquettes gauche et droite, on n’a vraiment pas besoin de ça; ce qui compte, ce sont des solutions qui marchent! », etc.

« Oui, mais: À quoi ça sert si vous n’aboutissez pas à un parti politique? »

De toute évidence, toutes ces personnes n’ont pas l’habitude d’un mouvement citoyen à la droite de l’échiquier politique. Et ils sont en peine d’imaginer qu’un tel mouvement de citoyens puisse exister à l’extérieur d’un parti politique. C’est le cas, par exemple, des gens qui aux lendemains du lancement du Réseau, l’associait à un « SPQ-Libre » de l’ADQ alors que pour le qualifier comme tel, il aurait fallu minimalement être une entité interne à l’ADQ. Enfin…

Pas évident non plus d’être à contre-courant dans un Québec où on a peur des mots. Après tout, dans un régime où à peu près tout le monde dépend directement ou indirectement du gouvernement ou d’une société d’État, d’une subvention, d’une bourse de recherche, ou de contrats de consultation auprès de l’employeur étatique (Ah les études!), bien courageux celui ou celle qui osera critiquer trop sévèrement la main qui le nourrit.

Avouons-le: Ils sont finalement bien rares les citoyens véritablement libres au Québec!

DÉJÀ VU…

Mais les commentaires dont je fais mention plus haut, je les ai à peu près tous entendus lorsque Denis et moi avons écrit et produit le documentaire politique L’Illusion tranquille. Dénoncer l’hypocrisie du modèle québécois, relever le caractère religieux des syndicats, comparer les élites syndicales au clergé d’antan, réinterroger l’universalité des programmes sociaux: disons que nous nous étions placés au front.

Mais si il y a 4 ans ces propos relevaient du sacrilège, force est d’admettre qu’aujourd’hui, le pouvoir syndical et l’universalité des programmes sociaux sont bel et bien remis en question, du moins, privément dans les salons, comme nous le racontait Denise Bombardier dans une de ses chroniques.

LE BESOIN D’ALLER AU-DELÀ DU DIAGNOSTIC

Mais quatre ans plus tard, on boucle encore dans le diagnostic. Étude après étude, rapport après rapport, les uns tentent de convaincre les autres que les heures sont comptées et puis, on en reste là. La question demeure: le Québec choisira-t-il de se comporter comme la Grèce ou comme la Grande-Bretagne?

Alors que de tous les côtés, on dénonce l’immobilisme, le vide politique, la panne de leadership et le cynisme d’une population désengagée, le camp de la revendication lui, les guerriers du statu quo, eux, demandent et obtiennent. Comment les blâmer?

LES VÉRITABLES IMMOBILISTES

Non. Les véritables immobilistes au Québec ne sont pas de ce groupe. Les véritables immobilistes du Québec appartiennent à cette catégorie de personnes qui n’osent plus dénoncer et qui ont baissé les bras.

Et ce sont ceux qui se taisent, laissent faire et se laissent faire.

Les véritables immobilistes du Québec ne sont pas tant ces gens qui adroitement ou maladroitement, se risquent à bousculer à gauche comme à droite.

Ce sont ceux qui se taisent, les élites complices dans le silence.

Les syndiqués qui n’osent pas contester leurs élites syndicales, les académiciens qui nuancent leurs propos de peur d’offusquer le Ministre, les employés des secteurs de la santé et de l’éducation qui n’osent pas contester la rigidité de leurs conventions collectives, les entreprises qui ne dévoilent pas les pressions qu’elles subissent de peur de salir l’ensemble de l’industrie.

Et puis, ce sont ces fonctionnaires qui attendent l’heure de la retraite pour dénoncer les travers bureaucratiques de la machine gouvernementale. N’avez-vous pas remarqué la soudaine production d’essais dénonciateurs de la part des fraîchement retraités de la fonction publique?

Les participants au Réseau Liberté-Québec ne se tairont pas et ne se cacheront pas derrière l’anonymat. Et de la même façon qu’il y a 4 ans, nous avons travaillé à éliminer les tabous gravitant autour du modèle québécois et de l’universalité des solutions mur à mur gouvernementales, le Réseau forcera le débat sur un axe gauche-droite, au grand dam des oreilles sensibles et pudiques.

Demain: L’axe gauche-droite

20 réflexions sur “Le Réseau Liberté-Québec: un contrepoids essentiel (2 de 3)

  1. Je suis amplement d’accord avec vous concernant le fait que

    <<>>

    En fait, je faisais parti de ces personnes … J’avais baissé les bras et ne croyais plus en la possibilité de redresser la situation. Je crois et j’espère que le RLQ va permettre à tous ces gens de reprendre espoir en sachant que beaucoup de personnes pensent comme eux. Vous m’avaez redonner espoir et le gout de défendre mes idées! Espérons que beaucoup d’autres suivront !

    Merci!

  2. Bien que je ne soit pas d’accord avec les solutions que vous préconisées. Vous avez tout à fait raison en ce qui a trait aux immobilistes. Plus il y aura de gens qui militeront pour promouvoir les valeurs auxquelles ils croient vraiment, plus le débat publique s’enrichira.

  3. Le problème de la «droite» et de la «gauche» est qu’il s’agit de deux visions collectivistes du monde. On ne peut donc pas parler uniquement de l’axe gauche-droite et ignorer l’axe étatistes-individualistes.

    Voici un court test tenant compte des deux axes. Il vous permettra de savoir où vous vous situez sur l’échiquier politique. Êtes-vous un étatiste de gauche ou de droite, êtes-vous pour plus de libertés individuelles?

    http://www.theadvocates.org/quiz

  4. Merci encore pour cette bonne réflexion. Vous faite un bon travail d’éducation. J’ai écouté de bons vidéo sur youtube sur notre système d’éducation intitulé La déséducation. On voit que le syndicalisme, le corporatisme, les groupes de pressions au Québec nous conduisent vers le précipice. Nous avons besoin d’un sérieux coup de barre au Québec pour corriger la situation. Oui c’est vrai qu’on s’en va vers des moments difficiles qui peuvent conduire à de grave troubles sociaux. Je suis maintenant à la retraite d’un travail syndiqué et bien payé et je suis un témoin de ce que le fait que des travailleurs soient syndiqués ça les amène à abuser de leur employeur. Je puis dire que ce genre de syndicalisme ne me plaisais pas et il a empiré. Je qualifie ce syndicalisme d’irresponsable. Le syndicalisme au Québec est malade il est corrompu.

    Je fais connaître vos articles à d’autres ainsi le mouvement citoyen va prendre de l’ampleur. Merci.

  5. Think Sarah Palin and the tremendous influence she has amassed to influence the political debate ‘outside’ of a political party … in many way it has proven to be an ‘unbeatable’ strategy … that has significantly changed the political culture … it remains to be seen what the practical implications of this success will be as independants move from candidate to legislator … there will surely be lessons to learn … but the fact of influencing political culture from outside a party cannot be denied …

  6. On ne va pas se taire. Je vais continuer de défendre les idées de la droite sur mon blogue et de participer au Réseau Liberté Québec. Continuer votre bon travail Mme Marcotte.

  7. Je suis retraitée. Presque tout les jours, je me fais un devoir de dénoncer avec courriels adressés aux medias, ministres et députés, les abus dans le domaine de nos finances , dénoncant aussi les associations, syndicats qui cultivent la disinformation et essaient de garder les gens dans l’ignorance.

    Je ne me gêne pas et je ne baisserai jamais les bras! Le Québec a assez croulé.

    Je peux fournir à qui le veut du RQL les adresses courriels que j’ai compilé dans ma banque. Un click et plein de gens savent que nous les surveillons. et que nous ne resterons pas silencieux.

    Je suis surprise de voir mes commentaires imprimés dans les journeaux et lu à la television dans les programmes politiques.

    J’offre a qui serait intéressé ma compilation d’adresses de courriel, un click et vous rejoindrez ceux qui doivent savoir…que… nous ne dormons pas!

    J’imagine que je pourrais probablement les copier et les coller ici si possible.

  8. Que nos « gauchistes » aient aussi peur de la droite, j’ai absolument aucun problème avec çà.

    L’important pour moi c’est que NOUS puissions, tous ensemble et à notre façon, REJOINDRE la population en général pour lui faire voir/réaliser jusqu’à quel point, la désinformation promue par certains avec la complicité des médias n’aura servi surtout, qu’à accroïtre la dépendance plutôt que la fierté par l’encouragement d’un travail bien accompli et d’une participation réelle, à NOTRE évolution.

    Je lis différent commentaires sur les différents blogues et je m’apperçois que le vent change de plus en plus et que de plus en plus, les gens de droite, peu importe le degré sur l’échelle, SE TIENNENT de plus en plus debout… et c’est pour cette raison que je continu à proclamer que le RLQ EST UNE NÉCESSITÉ.

    Et sur ce, madame Marcotte je vous dis, à vous et tous ceux qui participent A L’INFORMATION adéquate du mouvement: MERCI MILLE FOIS pour ce cheval de Troie ET MILLE FOIS BRAVO!

    Continuez sans gêne s.v.p. on est fier de vous, d’Éric, de Ian et de tout ceux qui ont cessés de garder le silence.

    P.S.: moi ça fait au moins 6 ans que je parles ce langage sur les blogues et je suis très heureuse de voir aujourd’hui que je ne suis plus seule.

  9. Pour faire changer les choses, notre temps est compté et le compte à rebours est déjà commencé. Non seulement le Québec est au bord du gouffre et d’un sauvetage du gouvernement fédéral, mais il y a aussi cet aspect tabou dont presque personne parle.

    Je suis une ancienne du Programme d’éducation internationale (PÉI) aujourd’hui au cégep. Plusieurs de mes anciens camarades de classe (surtout les immigrants) ont commencé à faire leurs plans pour quitter le Québec dès secondaire 3!!! Sachez que le PÉI comprend l’élite des élèves québécois et donc ceux qui ont le plus de potentiel pour créer la richesse dont le Québec a besoin. La plupart des départs sont prévus vers la fin de la vingtaine, donc vous n’avez que 10 ans pour mettre la droite sur la scène et donner une lueur d’espoir forte, fondée et prêt de réussir. Je suis prête à mettre tout l’effort nécéssaire à ce changement, même si je crois que les chances de réussir sont assez minces. Sinon, mes amis et moi allons partir. Désolé de vous l’apprendre, mais c’est notre triste réalité…

  10. Il faut cesser d’avoir peur de défendre les idées de la droite. Il faut afficher fièrement son appartenance à la droite, la vraie droite … , pas au centre … à droite.
    À droite toute !

    • Il faut également être réaliste mon cher Jérôme; plusieurs dans la population, ont eu au moins 20 ans (minimum) de « lavement de cerveaux ». Ils ne se laisseront pas convaincre aussi facilement – ce sera par étape sur l’échelle.

      Vingt ans à se faire dire, jour après jour après jour, que les gouvernements (État) vont s’occuper d’eux (tout régler) et ce, sans qu’ils aient trop d’efforts à faire.

      QUE, parce qu’ils payent quelques dollars en impôt, TOUS les services, TOUTES les demandes peu importe les coûts et la nécessité, LEUR revient de plein droit (???)

      QUE s’ils n’ont pas TOUT ce qu’ils demandent, ils n’ont qu’à descendre dans les rues, faire des pressions INDUES (syndicats) sur toute la population et voilà le tour est joué – en d’autre terme, prendre les populations en otage…i.e.: acte criminel à mon avis.

      Eeeeeeeeet, je pourrais continuer longuement mais je crois que vous comprenez ce que je veus dire.

      DONC, pour ces gens qui ont « subis » ces interventions (lavement de cerveaux), il est certain que ça prendra quelque temps pour que la ‘lumière » se fasse – d’autant plus, que pour eux, la perte des acquis, mérité ou pas, pourrait-être un peu difficile à vivre; ils se débattront comme des poissons dans l’eau.

  11. Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du 11-11-2010

  12. Il y a longtemps que certains citoyens se plaignent d’une social-démocratie qui est devenu un «socialisme sauvage» contrôlé par la gauche du fameux «capitalisme sauvage Américain» tant dénoncé par certaines « vedettes médiatiques » des médias quebecois. Ceux qui en profitent ne sont tout simplement pas les mêmes,.. mais à la différence que cette gauche ne pourra jamais faire disparaître les plus grands actionnaires de grand capitaux. Elles pigent donc dans les poches de tout le monde, ou presque, le payeur d’impôt et le citoyen.
    Les lobbys syndicalistes et féministes ne seront pas facile à déloger de leur piedestal.
    Nous avons de sérieux problèmes économiques au Québec, mais aussi des problèmes sociaux et famillials.
    Le divorce et le retrait du père de la famille quebecoise, avec tous les organismes financés et les ministères qui sont derrière cette lucrative industrie cause aussi des dommages à notre société.
    Comme tous les pays anglo-saxons l’ont déja fait, il faudra également regarder de ce coté, car la cellule familliale est à la société ce que la cellule humaine est au corps.
    Les pères ne sont (souvent) pas traités équitablement au Québec, et cela a des répercusions sur nos enfants.. Je sais que j’ose dire quelques chose de très impopulaire, mais si le RLQ est sensible à cette réalité, il trouvera en moi un allier d’une grande loyauté.

  13. Joanne m’a affirmée qu’elle avait mal compris mon offre dre: fournir à qui le veut, ma compilation d’adresses de courriels des députés de l’Assemblee Nationale et des medias. Voir 9ieme message çi haut.

    Il faut se faire entendre pour pouvoir influencer et reçevoir l’appui du plus grand nombre d’alliés. Le mind set des Québecois en commençant avec nos élus, requiert un changement radical, pas facile .

    Si vous voulez envoyer copier/coller vos commentaires spécialement ceux que vous avez déjà composé içi, pour dénoncer et « des J’en ai assez » aux ministres de l’Assemblee Nationale et des medias, la tache de compiler les adresses vous sera épargnée. Le plus souvent que nous pouvons nous faire entendre est important pour que nos convictions soient mieux compris. Les quotes d’écoute en valent la peine….

    Je fus suprise de voir mes commentaires imprimés et lu a la télé. Je vous encourage de faire ce petit effort pour rejoindre en masse et dégeler notre société distincte.

    J’étais 60% gauchiste et en lisant Joanne et les Analystes je me suis mieux completée à 90% vers la droite en réalisant plus amplement notre situation irresponsable envers nos finances.

    Envoyez moi un message personel sur Facebook avec votre adresse de courriel et je vous enverrai la compilation de ces adresses que vous pourrez épiler à votre choix.

  14. Pingback: Joanne Marcotte répond à Carole Beaulieu de l’Actualité « Le blogue de Joanne Marcotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s