Joanne Marcotte répond à Carole Beaulieu de l’Actualité

À Madame Carole Beaulieu,
rédactrice en chef de la revue l’Actualité,

En attendant que je développe davantage sur le thème du populisme (de gauche), je vous soumets deux textes qui sauront peut-être apaiser vos craintes quant à ce que vous décrivez comme « un automne chargé de populisme » au Québec dans votre éditorial du 1er décembre 2010.

Je vous convie d’abord à lire mon discours d’introduction à l’événement du 23 octobre du Réseau Liberté-Québec ici: Événement du 23 octobre à Québec

Deuxièmement, après avoir insinué et conclu que la droite québécoise verse trop facilement dans la simplicité et les raccourcis, je pense qu’il serait bon que vous lisiez un trio de textes qui encadrent une réflexion plus à droite sur l’échiquier politique: Une droite québécoise: un contrepoids essentiel (1 de 3)Le Réseau Liberté-Québec: un contrepoids essentiel (2 de 3)L’axe gauche-droite: En construction (3 de 3)

Je vous mets au défi d’y voir des élans de simplisme ou d’anti-intellectualisme. Il y a, du moins, dans le camp de la droite, un réel effort pour redéfinir les bases d’un débat dont on a été trop longtemps privé dû à l’obsession référendaire.

Plutôt, en relisant votre chronique, il serait « tentant » comme vous dites, de trouver « simpliste » l’association que vous faites entre une des phrases de mon discours du 23 octobre (dont vous n’avez cité qu’un extrait) et le fait que je « renie tout ce qui a permis depuis 40 ans au Québec d’instruire mes enfants. »

On voit là la sensibilité extrême d’une génération pour qui les fruits de la Révolution tranquille sont sacrés et qui condamne tout ce qui peut se rapprocher d’une réévaluation de la situation. Peut-être qu’à la lumière d’une lecture du discours, vous comprendrez mieux le contexte dans lequel je déplorais l’ex-croissance de l’État québécois depuis 1970 (40 dernières années = 1970-2010!)

Pour votre information, je vous soumets également que le terme « élites », lorsqu’employé par la droite québécoise, NE DÉSIGNE PAS « le médecin qui a sauvé la vie de votre mère » (expression populiste parce qu’on en appelle aux sentiments du bon peuple?), ou encore « l’enseignant qui a réussi à faire apprendre à lire à votre fils dyslexique » (ici aussi, possiblement populiste?).

Non. Il ne suffit pas d’être instruit (médecin, enseignant, ingénieur) pour être qualifié d’élite.

Le terme « élites » signifie normalement les gens qui ont le pouvoir d’influence. Ils ont généralement le privilège d’écrire comme vous le faites dans un média reconnu, de pouvoir s’exprimer sur les ondes radio ou télé, ou encore d’être à la tête d’organismes de recherche pouvant influencer d’une façon ou d’une autre la réflexion des citoyens.

Pour plus d’information sur ce que constituent les élites, je vous suggère la lecture du bouquin de Thomas Sowell: « Intellectuals and Society« . Il y décrit très bien la différence entre les intellectuels du type médecin, enseignant et les « élites intellectuelles » qui elles, se croient justifiées d’indiquer la voie au bon « peuple » et de l’influencer.

Par ailleurs, je ne sais trop comment qualifier votre propos lorsque vous affirmez que « le modèle québécois a aussi forgé la société la moins violente du pays! ». Quant à verser dans le simpliste, il serait tentant d’y opposer un article du prestigieux magazine « The Economist » qui fait état d’une croissance phénoménale du taux de criminalité dans la République socialiste du Vénézuela. Un lien entre le modèle québécois socialiste et la violence au pays? Sérieusement…

« Tous les citoyens aiment la liberté », dites-vous. « Mais quelques-uns croient qu’il est plus plaisant d’être libres quand on ne craint pas pour sa sécurité physique et qu’on ne souffre pas de la faim. » Talk about populist rhetoric! Oups! Désolée. J’ai glissé une phrase en anglais; ça se disait mieux…

Là où vous avez raison, toutefois, c’est lorsque vous soulignez l’incohérence d’un discours de droite avec l’idée de totalement subventionner un Colisée avec des fonds publics. Là, je dois m’incliner. Je dois toutefois vous informer qu’à une émission spéciale du 24 heures en 60 minutes, je défendais, avec Tasha Kheriddin qui se faisait huer, une position inverse. Le saviez-vous?

Enfin, vous concluez votre article en déclarant que la première rencontre du Réseau Liberté-Québec évoquait des solutions qui manquaient souvent de profondeur et d’originalité. À cela, je vous informe que si vous y aviez été, vous auriez vite compris que la rencontre n’avait pas pour objectif de proposer des solutions, mais d’établir les bases, les principes et les valeurs à partir desquelles un groupe de citoyens se regroupent et échangent.

Quant au manque d’originalité, je crois qu’il n’y a rien de moins original que de perpétuer le régime actuel, d’engloutir des sommes astronomiques dans des systèmes qui tuent l’initiative et qui épuisent nos professionnels. Et puis, est-ce que « l’originalité » est vraiment un critère d’efficacité et d’efficience. J’en doute…

Je conclurai donc comme vous le faites: « De grâce, soyons rigoureux! »

53 réflexions sur “Joanne Marcotte répond à Carole Beaulieu de l’Actualité

  1. Et vlan dans les dents!

    Très bien répondu!

    À la place de la gauche, j’abandonnerais ce concept de « populisme ». C’est tellement évident qu’ils s’aventurent sur un terrain glissant.

    On n’a qu’à retourner le miroir sur eux comme vous l’avez si bien fait.

  2. Je trouve regrettable que plusieurs personnes sur la place publique ne prennent pas le temps d’ecouter l’autre avant de reciteur tous leurs cliches. J’ecoute ce que les autres disent avant de retorquer.

    Bon article Joanne! En esperant que ce soit lu (plublie serait genial!).

    Ca me frustre qu’on essait d’avoir un debat sur les idees et qu’on se fasse repondre par des hybrides sentimentaux qui n’apportent rien a la dicussion tout en essayant de s’arracher la faveur populaire.

    Sur ce, je vais retourner travailler pour payer avec mes taxes le proffesseur qui fait decrocher de l’ecole mes enfants, fuir l’entreprise pour laquelle je travaille et mourir ma grand-mere dans le corridor de l’urgence

    • Charles P devrait peut être retourner voir son professeur personnel et renforcer ses capacités en orthographe… Sur tous les blogues de droite, la seule chose qui retient mon attention est l’incapacité des supporteurs de la droite à écrire 3 lignes sans faire de fautes de français…

      Miseducation is at the base of the frustrated rightwing that can’t get a proper job due to the delocalization of many industries motivated by their ideal of capitalism… Pathetic and so ironic…

      Excusez l’anglais, ça se disait mieux comme ça…

      Et by the way madame Marcotte, que ça vous plaise ou non vous êtes vous même une élite qui croit qu’elle doit annoncer au peuple ce qu’il doit penser… vous n’êtes pas mieux que les autres…

    • @Martin le gentil gauchiste
      Il est facile ce petit commentaire. Mais un oeil attentif remarquerait que le commentaire de Charles P. a été écrit sur un clavier « anglais ». (Pour votre connaissance technologique, c’est un type de clavier qui est vendu à travers le monde à quelques centaines de millions d’exemplaires 😉 ) Si on considère ce fait et que l’on met les accents où il devraient normalement apparaître, le texte n’est pas si pire du tout. En supposant, qu’il est peut-être anglophone (à cause de la tournure de phrase), alors ce serait encore plus louable.

      Maintenant, il est dommage (mais, semble-t-il, symptomatique) que vous n’ayez retenu que cet aspect… au-delà du propos.

      Mais bon, à force d’argumentaires démagogiques et populistes à la Gilles Duceppe, il est « normal » (ne discourons pas sur Socrate ici) de voir ce type d’intervention.

      Quant à votre lien entre la « droite frustrée » par des illettrés dépendants des méchantes entreprises capitalistes qui ferment les usines (le petit passage en anglais mais dans une tournure de phrase française), elle n’est que l’expression de l’incompréhension chronique que vous et la majorité de vos amis êtes atteints (et on ne sait pas encore si c’est curable).

      Pour terminer, je vois également que, comme la dame Beaulieu, vous ne distinguez pas plus l’élite « intellectuelle » de l’élite « professionnelle ». Je n’ai jamais lu que Joanne Marcotte avait honte de faire partie de l’élite « intellectuelle » (ni jamais revendiquée ce titre que, toutefois, je lui accorde… mais pour moi c’est positif!)

      Allez! Un jour, quand vous serez grand, je vous parlerai de décrochage scolaire, de 18 heures d’attentes dans les urgences (que vos amis pensent que 12 heures seraient acceptables), de surendettement, de syndicalisme totalitaire (vote à main levée!), de ce passé où en voulant être « égalitaire », elle était devenue « injuste ». J’espère un jour pouvoir vous parler d’une société que nous aimons, qui a des extraordinaires richesses: intellectuelles, culturelles, naturelles. Qui fera figure de leader dans son accomplissement et ses réalisations tant sociales qu’économiques.

      à la r’voyure!

  3. Est-ce seulement une impression ou le magazine L’Actualité glisse doucement vers la gauche ?

    L’initiative et l’innovation ne sont plus valorisé au Québec ?

  4. Wow! Bravo. Quel réponse, quel argumentaire!

    Et j’ajouterais en réponse à l’horrible argument démagogique: « Tous les citoyens aiment la liberté », dites-vous. « Mais quelques-uns croient qu’il est plus plaisant d’être libres quand on ne craint pas pour sa sécurité physique et qu’on ne souffre pas de la faim.» que c’est justement là qu’est « leur » frein à toute initiative: comme si plus « grande liberté » signifiait de facto « moins de sécurité » (je suis plus libre donc je peux tirer du fusil sur mon voisin) et « risquer de mourir de faim » (chacun pour soi, tant pis pour les plus démunis) au détriment des lois et des valeurs sociales modernes qui sont déjà bien ancrées dans notre culture et nos convictions. C’est un préjugé connu et répété par notre chère « gauche » québécoise qui est clairement exprimé dans les propos de madame Beaulieu.

    Les mentalités changent et ce genre d’arguments fonctionnent de moins en moins…

    Bravo encore une fois Joanne!

  5. Bravo Joanne!!!
    Je crois que la force de la droite présentement ce situe dans la force de l’argumentation des intervenants. On peux faire dire ce que l’on veut aux chiffres, mais vos arguments appuyés par plusieurs articles démontrent une recherche par rapport à un point de vue et non juste une réaction émotionnnelle, comme on voit trop souvent au Québec. De ce fait, je profite de l’occasion pour dire que la pétition demandant la démission de Charest fait preuve d’émotions, car le lein est faible entre les gaz de schiste et la gestion du gouvernement présent. À ce que je sache, personne n’est encore mort de ceux-ci au Québec.

    Il faut mantenir l’argumentation serré, car les québécois sont émotionnelles de nature, ce que la gauche sait et abuse.

    JD

  6. Mme Marcotte, merci de tenir tête à cette dame « élite » qui s’ignore, pour moi, la révolution tranquile est un échec qui devient de plus en plus évident chaque jour que Dieu amène. Le système de Santé et d’Éducation sont de vrais monstre qui ont peine à se nourrir des fonds publics sans pour autant mieux performer. Donc, la révolution tranquile est loin d’une référence pour baser les appuis aux arguments de cette dame « élite » qui s’ignore prend en référence. La révolution tranquile est plutôt à être donnéen exemple à ne pas faire. Au transport, encore un héritage de la révolutin tranquile qui nous offre le réseau de circulation le plus mal configuré d’Amérique du Nord et le plus dispendieux à entretenir, même en ne tenant pas compte des hivers rigoureux. Les gouvernants actuels jouent au Monopoly avec la mafia en utilisant notre argent au lieu de s’occuper des vrais problèmes et c’est toujours la mafia qui passe à « GO » Les profiteurs ne sont pas émotionels de nature, et comme vous dites, ils le savent et en abusent. Il y a des solutions, mais les génies qui nous gouvernent n’ont pas encore atteind l’entendement requis pour les développer sur le terrain. La méthode Toyota du ministre Bolduc n’a pas fonctionné et aucun rappel au garage n’a été fait, et la partie de Monopoly continue!

  7. Bravo Joanne, vous avez dit répondu à cette gauchiste. La gauche pense que la droite offre des solutions simplistes. Je dois faire remarquer à l’élite gauchiste qu’elle ne propose plus rien de nouveau. Elle ne fait que défendre un système qui ne fonctionne plus et qui endette les générations futures. C’est la gauche qui est vide de contenu et la droite propose des idées neuves.

  8. ahh Mme Marcotte, la Sarah Palin des pauvres… et comme pour le tea party, bien sûr qu’un jour, l’indépendance de son mouvement sera compromise par la provenance du financement.

    • Juste pour etre certain, Jasmin, tu es conscient que tu utilises le meme type d’argumentation qu’on denonce?

      Je suis ouvert a débattre d’idees mais quand on compare les gens à Palin, c’est signe qu’on a pas beaucoup d’arguments a apporter.

    • C’est madame Marcotte elle-même qui parle souvent du tea party et compare son mouvement « de la base » à celui du TP (extrémisme religieux en moins). Quand on souhaite tant qualifier un mouvement « de la base », c’est quoi si c’est pas « populisme »?

      Et quand je parle de la Palin « des pauvres », qui sont les pauvres? Les pauvres Québécois, pcq je considère que le Québec est pauvre et qu’il faut prendre un virage. Mais je considère aussi que de droite ou de gauche, un groupe de pression reste un groupe de pression qui ne représente qu’une minorité en voulant nous faire croire qu’il est représentatif d’une majorité.

  9. Je pense que j’ai compris.

    La définition de populismes dans le dictionnaire est:

    1. Mouvement LITTÉRAIRE qui s’attachait à la description de la vie et des sentiments des milieux populaires.

    La définition de LITTÉRAIRE est:

    3. Qui est trop attaché aux idées, au style, aux effets de l’expression et donne du réel une image fausse ou faussé.

    Ça c’est le point quel défend dans son article et c’est la vrai définition. Où que ça ne marche pas c’est où elle donne sa propre définition.

    « Le populisme est toujours un brin tentant. Il est comme de la drogue pour le cerveau. Il simplifie tout. Et donne un plaisir brut. »

    Quand elle donne sa définition, j’ai l’impression quelle reflète son image de ce qu’elle est sur les autres.

    En tenant conte de cette donnée, quand je relis son texte il devient vrai et je comprend ,il me gosse plus quand je le lis.

    Ensuite quand je lis son titre »Les pièges du populisme  » là je comprends qu’il y a de la mauvaise fois. C’est elle le piège.

    Quand une personne comme ça conçois des examens au ministère de l’éducation c’est normal qu’il y ait des jeunes qui échouent.

    Même chose pour les discours de politicien il faut que le discours soit vrai. Je pense que c’est la raison pour laquelle Mario Dumont c’est planté. Quand le discours d’un politicien va être vrai les 700 000 personnes vont aller voter. Mario a essayé de faire de la masse au péril du discours vrai. Ça fonctionne avec des moutons, mais pas avec des individus individualisés.

    Ce que j’ai remarqué aussi c’est quand plusieurs personnes travaillent sur un discours sa dilue la puissance du message. Je peux vous donner un exemple de texte puissant, Raynald du Berger c’est texte le sont, mais juste quand la cause lui tien à coeur.

  10. encore une fois Bravo Joanne pour la réplique à l’article de Mme Beaulieu.C’est toujours intéressant de vous lire. Il faudrait vous voir et vous entendre encore plus souvent dans les médias.

  11. A populisme, populisme et demi.

    Lula, Hugo Chavez, Evo Morales et La revolution Orange en Ukraine, tous des mouvements typiquement populistes, ont reçu l’approbation des gauchos du Plateau.

    Pourquoi? Je vous laisse deviner

    D’ailleurs, la rhétorique gauchiste tient davantage du populisme que de l’intellectualisme ou de la science économique, car l’échec du modèle, sous ses multiples avatars, interdit d’associer le socialisme à une quelconque science.

    Peut-on qualifier d’intellectualisme le fait que des soi-disant intellos, se gargarisent de chimères et pérorent sur des idées surrannées?

    Si l’intellectualisme se satisfait de si peu, alors le populisme n’existe pas.

  12. Pingback: Réponse de Joanne Marcotte à Carole Beaulieu « Les analystes

  13. Voici la réponse que j’ai donné sur le blogue de l’Actualité.

    À Mme Carole Beaulieu

    Il faut être vraiment ignorant en économie pour dire ‘qu’on attend des solutions’, je pourrais vous en énumérer une dizaine juste en santé.

    On les connaît depuis des années, mais nos politiciens ont trop de liens incestueux avec les groupes d’intérêts, pour imposer n’importe quelle réforme majeure en santé, en éducation ou en fiscalité.

    Vous pouvez en parler de ce beau modèle québécois avec plus de 220 milliards de dettes sur le dos des futures générations, des retraites insolvables et qu’on approche inexorablement vers une décote.

    Avant de dire que c’est du populisme, je prierais d’avoir un minimum d’expertise, voici une lecture qui pourrait améliorer votre intellect sur des solutions pour notre système santé canadien par l’OCDE, à moins que vous considériez que l’OCDE est aussi du populisme.

    Et si vous n’avez pas le temps ou l’information est trop aride, en voici quelque une :

    Le système de santé affronte des défis majeurs

    a) Transfert d’Ottawa plus permanent et plus stable pour les provinces

    b) Financer les hôpitaux sur la base de l’activité

    c) Dépolitisation des négociations avec les médecins

    d) Pour les médecins, rémunération selon le nombre de patients

    e) Instaurer les contrats mixtes public-privé et supprimer les pour les monopoles publics

    f) Un système public pour réduire les coûts des médicaments

    g) Agence pancanadienne pour l’analyse de la qualité des soins

    h) Délégation de tâches des médecins à des infirmières

    i) Introduction d’une participation financière des patients

    Comme vous dîtes si bien, un peu de rigueur !

    Québec Droite

    http://www.oecd.org/dataoecd/28/1/45981325.pdf

    • Merci! C’est tellement vrai qu’on n’a plus à attendre les solutions.
      Elles existent, les rapports en sont pleins. Il ne manque qu’un leadership de convictions.

  14. Pingback: lacapitaleblogue.com | links for 2010-11-17

  15. Mme Marcotte Première Ministe? Ça me fait penser, j’ai bien rit hier un gars appelle sur une ligne ouverte pour réclamer le plus sérieusement du monde l’adhésion de Johanne Marcotte et Éric Duhaime à l’ADQ. L’ADQ a selon lui besoin de sang neuf.

  16. Je me demande si Joanne Marcotte a un livre en français à suggérer sur la différence entre les gens qualifiés et les intellectuels…

    Il y en a certainement (un Larousse est déjà un bon commencement).

    Mais Joanne Marcotte lit-elle des livres d’économie politique (Frédéric Bastiat, Tocqueville devraient lui plaire) en français ?

  17. J’ai lu cet éditorial de Mme Beaulieu, tout à fait navrant, elle semble tellement vouloir faire partie de la gang gauchiste/nationaliste depuis que McLeans a si faussement accusé le Québec de corruption… Dans son torchon éditorial, à part son lieu douteux entre le modèle québécois et la criminalité, elle laisse entendre que la droite serait les « pas instruits », les « simplistes » contre les « instruits » et les « nuancés » (la gauche évidemment). Elle interprète pour obtenir cette conclusion, de façon tordue, l’allocution de Maxime Bernier, un homme plus instruits que les 3/4 de nos gauchistes. Enfin bref…de la condescendance et du mépris.

  18. Pingback: Antagoniste.net- Site d'opinions libertariennes : âmes sensibles s'abstenir ! » L’inactualité

  19. Allo Joanne, bang! Tu as mis tes gants de boxe 🙂 La gogauche est en panique car elle n’a JAMAIS été remise en question. La gauche me fait penser au Pape. On lui parle de choses très importantes qui reflètent la réalité d’aujourd’hui. La réponse est toujours la même avec les mêmes propos dogmatiques. Ayez la foi croyants, le ciel vous attend et l’enfer pour ceux qui marche à droite.

  20. Coming back to Quebec to retire after many years away I am pleased to see that not everyone is a ‘social-leftist’.

    Keep up such arguments and any new political party with a bent towards the economic and financial right will have my support.

    We need more individual responsibility, user-pay programs and fiscal responsible government.

    Bob

  21. Voici un autre de mes textes qui pourrait tenter d’expliquer l’attitude de la gauche face à la « montée » de la droite au Québec :

    À la veille du Grand Soir?…

    Pourquoi parle-t-on autant de corruption ces temps-ci au Québec, alors que l’on sait que cela existe depuis des décennies, tant sous des régimes de droite ( Duplessis ), que sous des régimes de gauche ( PQ et PLQ )?…

    Le PQ tente de faire porter le chapeau uniquement au PLQ, alors qu’il a été au pouvoir presqu’aussi longtemps que ce dernier…

    Serait-ce simplement une sorte de « lutte interne » au sein de la gauche québécoise qui, dans un cas, celui du PLQ, voudrait maintenir en place le totalitarisme socialiste établi depuis les années 60, et dans l’autre, celui du PQ, voudrait aller plus loin, et préparer le terrain en accentuant le cynisme de la population, dans le but ultime de l’instauration éventuelle d’un totalitarisme communiste, et donc enfin du Grand Soir, lors de son retour au pouvoir…

    Cela expliquerait peut-être, pourquoi la gauche québécoise est si préoccupée ces temps-ci, par une certaine montée de la droite politique au Québec, puisque cela pourrait éventuellement venir contrecarrer ses plans…

    Or, dans ce cas-là, à défaut de faire une percée avec la droite aux prochaines élections au Québec, et ainsi changer la donne et recentrer le Québec, les Québécois n’auraient d’autre choix que d’opter pour la continuité du totalitarisme de l’État socialiste avec le PLQ, ou pire encore, d’adhérer à l’option du PQ qui serait d’atteindre enfin le Grand Soir, en instaurant un totalitarisme d’État communiste au Québec, finalité sublime de la Révolution tranquille des marxistes-léninistes des années 60…

  22. Joualvère que nos élites médiatiques qui devraient être des intellectuels sont de mauvaise foi. Depuis le début, le RLQ parle de mettre fin aux programmes mur à mur, pour laisser respirer les contribuables et diminuer le gaspillage (qui coûte plus cher que la corruption, ex: MIL Davie). Le RLQ veut une plus grande liberté de choix, afin d’améliorer nos qualités entrepreneuriales et d’augmenter la création de richesses, avec meilleure redistribution sans privilège. Bref, amener de la diversité, pas sorcier.

    Et à chaque fois ils contournent le sujet en salissant le mouvement en leur accolant des épithètes d’extrême droite ou fasciste (des « Duplessistes »), de populiste, de démago, de réactionnaire… sans plus d’argument (tombant dans le simplisme et jouant sur les préjugés). Ils utilisent de vieux procédés de vous savez d’où, pour nous mettre sur le dos des intentions qu’on a pas.

    Même si la gauche et la droite ont beaucoup de points en commun, tout comme l’extrême gauche et l’extrême droite en ont; ils préfèrent voir le mouvement comme étant de la droite traditionaliste: soit des cathos intégristes ou royalistes. Évidemment, faut pas s’attendre à ce qu’ils mettent le nationalisme sur le même banc des accusés, qui fait justement partie de cette droite réactionnaire, qui est la vrai nouvelle droite, héritière en partie de Gobineau et Maurras par exemple. Car la droite classique est démocrate, libérale et a comme disciples des Locke, Montesquieu, Tocqueville, Bastiat (qui était de centre-gauche à l’époque)…

  23. « julie st-hilaire wrote @ 18 novembre 2010 at 14:32 »
    totalitarisme de l’État socialiste avec le PLQ
    totalitarisme d’État communiste au Québec (PQ)

    Remarquable ! Très bien dit. Bravo !…
    Ajoutez mon abonnement aux commentaires de Julie, s’il vous plait. Merci.

    CH

  24. Pingback: Une bonne année pour la démocratie québécoise « Le blogue de Joanne Marcotte

  25. Qui est cette dame Marcotte ? Qu’a-t-elle fait de si glorieux pour s’autoproclamer représentante d’une droite dite libertaire? Il me semble que son 15minutes de gloire est passé ! Parler aux médias ne signifie pas avoir quelque chose à dire.

    • Je vous suggère de lire un peu sur le Québécois Libre et de faire votre éducation sur les courants philosophiques. Le mot « libertaire » ici n’est tout simplement pas applicable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s