28 réflexions sur “Le RLQ débarque à Montréal: Une promo!

  1. Pingback: Tweets that mention Le RLQ débarque à Montréal: Une promo! « Le blogue de Joanne Marcotte -- Topsy.com

  2. Hmm…je n’aime pas trop l’idée d’un «combat à finir», d’une confrontation entre la gauche et la droite. Les bons contre les méchants.

    Le RLQ que je souhaite en est un qui informe la population, présente les faits et les analyses avec réalisme et honnêteté intellectuelle. Qu’il déboulonne au passage les dogmes, qu’il remette en question les vaches sacrées qui font que le Québec sous-performe et se dirige vers un mur, est évidemment fort à propos. Mais ne perdons pas de vue la mission première, qui est d’aider la population à redéfinir elle-même les standards d’un Québec économiquement viable et soucieux de réelle équité sociale.

    Enfin, c’est juste mon opinion…

  3. Je dis seulement cela pour m’amuser moi aussi, mais il me semble qu’on a déjà le problème de punaises de lit à Montréal…

    Vous voyez, l’amusement a ses limites. Et pour d’autres personnes, un vidéo comme ceci est un amusement qui donne froid dans le dos.

    Pour moi, le bruit des bottes et les chemises brunes sont de mauvais présages pour ouvrir un débat. La droite fasciste réduit les ennemis à des caricatures et c’est ce que vidéo montre. Que des caricatures et une fermeture complète au débat de fond.

    Je vous conseille humblement de faire attention, vous êtes en train d’accoucher d’un monstre. Je ne le dis pas à la légère et en tentant de faire de l’humour. Vous jouez avec le feu par cet antagonisme.

    • J’espère que vous servez les mêmes discours à nos élites syndicales!
      Sincèrement, je crois que le Québec a besoin d’un débat et un débat, c’est une lutte d’idées.
      Ne soyez pas si frileux. On a été très patients. Maintenant, les gens veulent s’exprimer.
      C’est à leur tour et c’est bien tant mieux.
      Et puis, il y a des choses qui donnent froid dans le dos, mais ce n’est certainement pas cette vidéo.

    • Je suis d’accord qu’un problème est qu’il n’existe pas de lutte d’idées et pas de débats au Québec. Mais quand j’entends Duhaime répéter ad nauseam le problème que la gauche est partout, j’entends surtout quelqu’un qui ne veut plus avoir d’interlocuteur pour débattre. Et avouons-le, honnêtement, la gauche, elle ne gouverne rien. La droite a tout le plancher.

      Ce que votre groupe de droite de Québec parle, c’est de l’aliénation d’une partie de la population, d’une population qui est au prise avec une crise économique larvée, d’une population qui a perdu ses repères. Et vous leur servez la recette facile pour soulager là où ça fait mal: c’t’à cause des gauchistes, et entre autres des gens de Montréal.

      Je trouve cela simple et si ça signifie que je suis frileux, oui, j’ai froid dans le dos.

      Je peux croire que la droite veuille encourager l’expression, mais si je me fie au tea party aux États-Unis, c’est l’expression de la colère des gens qui en est favorisée. Et ce n’est pas gage de débat.

      Susciter l’expression des idées serait mieux, en tout cas je pense que la gauche a un pas d’avance de ce côté-là. Et je rappellerais que les syndicats corporatistes ne sont pas nécessairement de gauche.

  4. Que la gauche exprime ses idées, tout à fait d’accord. Non seulement elle s’exprime haut et fort dans les médias du Québec 24 par jour mais elle se reclame aussi l’unique depositaire de la vertu.
    L’arrivée sur la scène d’un groupe tel que RLQ nous permettra de débattre, du moin sur le Web, des thèmes tel que le rôle de l’État, les lois du travail, la place des syndicats, l’enseignement privé, etc, etc et in fine tous les aspects des droits ,libertés et responsabilités individuelle vs les choix, tout démocratiques qu’ils soient, mais imposés par une majorité.

  5. Je trouve les arguments de Droito-sceptique très intéressants…

    Je crois, moi aussi, qu’il faut éviter de tomber dans le piège de la « confrontation » du style David contre Goliath ; soit avec Montréal, ou avec les syndicats…

    Ce n’est pas une lutte Montréal-Québec comme au hockey…Il y a certainement des gens à Montréal qui souffrent, eux aussi, des conséquences de la gauche, mais qui risquent d’être terrifiés par la droite, si celle-ci est trop aggressive…

    Par contre, il faut que la droite s’affirme, comme elle le fait de mieux en mieux, surtout avec le Réseau Liberté-Québec…

    Car le but premier de ce réseau, est de provoquer un débat…Il ne faut pas que la droite descende au niveau de la gauche syndicale qui excelle généralement dans les attaques personnelles pour marquer des points ( lire le livre : LIBERAL FASCISM, de Jonah Golberg, sur les tactiques de la gauche pour museler la droite )

    • A date, c’est surtout la gauche qui semble vouloir chercher « la confrontation ».

      La plupart des gauchistes ne cessent de vouloir présenter Éric Duhaime et même certains, vont jusqu’à dire que Joanne Marcotte également sont des « extrémistes » de la droite. Franchement… lollol

      Mais disons que la plupart des gauchistes, en général, ne semble pas être capable de faire la différence entre les positions politique des Partis politique actuels ie.: PLQ, PQ, QS, ADQ alors…

  6. Si on attaque trop, ils vont nous étiquetter comme la tuerie aux States. Leur discours est tellement cul-cul, faut de méfier de ces bandits organisationnels.

  7. Non! Non! Non! Il n’y a rien d’exagérer dans ce clip. Let’s go! Loud and proud. Y est temps qu’on se fasse entendre. Ça brasse, ça stimule, ça dégourdie donc ça fait jeune et énergique. Bravo!

  8. Clip bien fait, punché!

    J’ai trouvé ça drôle personnellement car j’assume que ma ville bien aimée souffre actuellement de « gauchisme ». Après tout, Montréal a le seul député solidaire, le seul député du NPD du Québec! Le seul maire d’arrondissement qui ne veut pas déneiger les rues de son quartier la fin de semaine…

    Sans oublier que Montréal est la seule ville qui pense sérieusement à permettre au gens d’élever des poules dans leur minuscule cour! Ils auraient du mettre ça dans le clip: une tête de poule en gros plan qui fait coott! coott ! ou mieux : un combat de coqs!!

    Franchement, la capitale de la gauche, c’est bien mérité!

    Cela dit, il y a toujours un risque que certains prennent cela de travers. Et Julie St-Hilaire a parfaitement raison: il y a des gens à Montréal qui souffrent des conséquences de la gauche. J’en suis un authentique spécimen.

    Montréal a de multiples facettes. Il ne faut pas oublier qu’il y a des gens d’affaires qui bossent en silence. Je me trompe peut-être mais j’ai l’impression que pour certains, la politique les emmerdent royalement.

    Il y a aussi beaucoup d’immigrants qui n’ont même pas conscience de la caricature qu’on fait de Montréal.
    Dans bien des cas, on entre au dépanneur et le caissier est là…à écouter la télévision de son pays. Curieuse, je regarde l’écran moi aussi… et je ne comprends rien à son univers.

    Chacun vit dans sa bulle. C’est très étrange.

    • Beau témoignage?

      Montréal est tout d’abord une très grande ville. Avec les défauts et les misères d’une très grande ville. N’en déplaise aux autres villes du Québec.

      Montréal est peuplée de gens du monde entier, Montréal est la plus peuplée des villes du Québec et est le coeur économique du Québec.
      Cela est dur à admettre pour le RLQ.

      M. Duhaime résume l’enjeu du Québec entre la droite et la gauche et donc entre Québec et Montréal parce que la gauche s’y trouve représentée par un député: cela tient de la malhonnêteté intellectuelle. La pensée critique est présente à Montréal et s’y distribue dans plusieurs familles politiques.

      J’ai hâte de voir le jour où la mentalité villageoise, ou la pensée unique et repliée sur soi sortira de l’univers culturel des démagogues de Québec tel que le RLQ.

      Je veux rassurer tout le monde en ajoutant que je ne considère pas Québec comme un village. C’est une grande ville mais avec une composante populiste qui carbure à l’antagonisme contre Montréal.

    • @Droito-sceptique.
      Je vais vous dire, vous êtes ici sur un blogue dont les lecteurs sont des réformateurs.
      Je veux bien permettre des échanges mais quand ça ne rime à rien, ce n’est pas très plaisant.
      Je vous invite donc à aller sur des blogues qui vous ressemblent plus. Vous y trouverez une communauté de gens qui partagent vos valeurs et vous y serez beaucoup plus apprécié.
      Joanne

    • Venant d’une région et vivant à Montréal, je dois approuver Isabelle.

      La politique ne veut pas dire grand chose à Montréal. La participation électorale et la carte électorale qui ne changent presque pas le démontre.

      Ici, le monde sont à leurs petites affaires, regardent le trottoir en marchant et se stationnent à gauche. La seule politique que je jase avec le gars au dépanneur c’est celle de la Chine… (c’est vrai hehe).

      La plupart de mes amis qui s’intéressent à la politique et votent restent en banlieu avec leur famille nouvellement formée.

      Ce que je crois que c’est que c’est le même noyau de personne qui vont voter, des idéalistes (PQ) ou des fédéralistes (PLQ). Quand on dit que Montréal est la capitale de la gauche, je n’adhère pas à ca. Je crois seulement que le Montréalais lambda ne s’intéresse pas à la politique ou sait que son vote ne changera rien alors il reste chez lui.

      Les seules discussions politiques que j’entends c’est (pardon de l’expression) de la masturbation intellectuelle entre personnes de gauche tandis que les autres se ferment la boite.

      C’est mon impression. (et moi aussi je me ferme habituellement la boite !).

  9. @Isabelle, vous dites:

    … »Montréal a le seul député solidaire, le seul député du NPD du Québec! »

    Et ça en fait une ville gauchiste ? Wow.

    @Inaki, vous dites:

    « …elle (la gauche) s’exprime haut et fort dans les médias du Québec 24 par jour… »

    De quels médias parlez-vous ici ? Les journaux de Quebecor ? Les chaînes de télévision ? Les postes de radio ? Je ne vous suis pas…

    Mais bon, peu importe le style adopté par le RLQ, on vous souhaite du succès à Montréal.

  10. @ Isabelle Robillard

    Merci pour ton appui, Isabelle…

    Je sais de quoi je parle moi aussi, parce j’ai passé la moitié de ma vie à Montréal…

    Et si les gens sont si « à gauche » à Montréal, c’est d’abord et avant tout, parce que tous les médias de Montréal font de la « propagande gauchiste » continuellement…

    Il n’y a pas de « radio-poubelle » de droite à Montréal, pour les aider à faire une « prise de conscience » éclairée, sur la domination de la gauche au Québec…

    Alors, RLQ et droitistes de Québec, ayez un peu pitié de vos frères et soeurs montréalais…

    Rassurez-les, et vous aurez leur appui, car je suis « de droite » seulement depuis que j’habite à Québec… Avant, j’étais « à gauche », mais cette gauche m’a énormément déçue, et j’ai finit par ouvrir les yeux sur les mensonges et les manipulations machiavéliques de la gauche syndicale et des oligarques québécois…

  11. @ Droito-sceptique, permettez-moi de ne pas être d’accord avec votre analyse.

    Je vous conseille de passer votre prochain long week-end de vacances à Toronto ou à New-York. Vous allez voir des villes splendides, en effervescence avec de quoi vous rassassier culturellement parlant. Beaucoup de grandes expositions se promènent de New-York à Toronto et passe désormais leur chemin sur Montréal. Sortir un peu de sa ville nous force à dresser certains constats.

    Je sais que j’en n’ai pas l’air comme ça mais j’ai choisi de demeurer à Montréal parce que c’est une ville que j’aime. Enfin…que j’aimais. Tout comme Julie, j’ai déjà été beaucoup plus à gauche, je ne synthonisais que Radio-Canada me croyant dans le nec plus ultra de la Grande Culture et des courants de pensée progressistes.

    Je vous laisse avec ce passage du livre « Quebec inc. et la tentation du dirigisme », un livre qu’à écrit un gestionnaire de la Caisse de dépôt, Pierre Arbour, qui a vécu l’arrivée du parti québécois au pouvoir en 1976.

    « Montréal, qui s’enorgueillissait à juste titre d’être le premier centre de sièges sociaux au Canada s’est mis à perdre un à un ses centres de décision. Tout gouvernement aurait fait des pieds et des mains pour empêcher cet exode de sièges sociaux, créateurs d’emplois hautement rémunérés… »

    « …Face à cet exode, le gouvernement du québec a adopté une attitude passive frisant l’hostilité. L’attitude d’un député péquiste, futur ministre, résume fort bien l’humeur de l’époque. Ce dernier m’a dit en 1977 lors d’une conversation privée après l’annonce du départ de la Sun Life vers Toronto; « Qu’ils s’en aillent. De toutes façons, on fera des lois pour forcer toutes les sociétés opérant en territoire québécois à incorporer un siège social au Québec lorsqu’on sera indépendant. » À mes objections que ces nouveaux sièges sociaux seraient vides de toute substance (dans le sens de n’être que des bureaux de ventes régionaux pendant que les fonctions d’importance seraient à Toronto), il m’a répliqué que « les Québécois s’ajusteraient et que c’était un bien petit prix à payer vers la voie de l’indépendance. »

    M. Arbour n’est pas le seul homme d’affaire à dresser ce constat:

    http://www.lesaffaires.com/archives/generale/montreal-la-plus-grande-ville-du-quebec-sans-plus/524223

    Aujourd’hui, les seuls sièges sociaux dont Montréal peut s’enorgueillir sont ceux…des syndicats. Et bientôt celui d’Équiterre. 😉

    Capitale de la gauche, je vous dis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s