Élections fédérales: Fractionnement de revenus et liberté de choix

C’est absolument fascinant d’observer la dynamique d’une campagne électorale fédérale en terre québécoise.

Après la pertinence du Bloc québécois, le discours pompeux sur les valeurs québécoises, c’est le tour des groupes féministes qui jugent que la proposition conservatrice de fractionnement des revenus familiaux « nous fait retourner aux années 1980 ». Cette proposition incite les femmes à rester à la maison, selon la Fédération des femmes du Québec, et « encourage la dépendance économique envers leurs maris ».

Selon ces groupes, cette réduction d’impôt priverait l’État canadien de moyens pour investir dans un programme national de services de garde. On voit là leur véritable objectif: une étatisation mur-à-mur des services de garde.

Curieux aussi de voir la différence de traitement dans les médias: Harper promet un allègement fiscal pour les parents en 2015 (Agence QMI), Harper baissera les impôts des familles… dans 3 ou 4 ans (La Presse) et au Devoir… Harper cible les mères au foyer!

Alors que les uns trouvent curieux une promesse qui ne pourra peut-être pas se réaliser à l’intérieur du mandat sollicité par la présente campagne électorale, Le Devoir s’applique à entretenir la vision « passéiste » du Parti conservateur en matière de politique familiale.  On dira donc des gens qui défendent l’équité horizontale entre les familles de mêmes revenus qu’ils sont très très conservateurs, qu’il s’agit de groupes « traditionalistes » ou encore qu’ils valorisent un « ancien modèle de famille où un des parents reste à la maison ».

L’éditorialiste Josée Boileau, à l’émission 24 heures en 60 minutes, ira jusqu’à laisser voir son profond mépris pour le chef conservateur: « Pour Harper, la famille, c’est maman à la maison et elle a un mari qui la fait vivre, alors… » Je n’en dirai pas plus; ce serait dangereux.

Mais tout cela dit, il demeure que les familles dont l’un des parents choisit d’être à la maison ou encore de travailler à temps partiel, sont fiscalement désavantagées au Québec. Pourquoi deux parents gagnant respectivement 60 000 $ et 20 000 $ paieraient 1292$ de plus en impôt fédéral que deux parents gagnant chacun 40 000 $? (Lire Le temps d’y penser de André Pratte)

Et puis, pourquoi des parents qui choisissent de ne pas recourir à des services de garde auraient à subventionner avec leurs impôts et leurs taxes un régime qu’ils n’utilisent pas? Ces couples dont un des parents choisit de vivre à temps plein les premières années de vie de leurs petits sont donc doublement désavantagés: d’abord par un régime fiscal inéquitable entre les familles de mêmes revenus puis par un fardeau fiscal dont il ne retire aucun bénéfice.

Enfin, est-ce que quelqu’un peut me dire pourquoi il est plus juste et socialement acceptable de consentir cet avantage aux retraités qu’à de jeunes couples avec enfants? (Lire Des programmes ciblés de Martin Coiteux). Ah oui. C’est parce que tous les partis politiques veulent le vote des vieux… parce que des vieux, ça vote! Et c’est parce que cela encouragerait la dépendance économique de la femme au foyer…

Je n’achète pas.

D’abord je ne crois pas qu’une politique familiale devrait servir de politique d’emploi. Aussi, il n’appartient pas à l’État de décider du mode d’organisation familial entre deux parents consentants, libres et responsables. Il n’appartient pas non plus à l’État, selon moi, d’encourager ou de pénaliser des choix de vie sous prétexte qu’ils ne correspondent pas à la supposée « vision progressiste » des groupes féministes.

S’il fut un temps où ces groupes représentaient une majorité de femmes, je crois sincèrement que ce n’est plus le cas aujourd’hui. Aujourd’hui, les jeunes femmes sont fortes, fières, intelligentes, indépendantes et veulent d’abord pouvoir faire leurs propres choix de vie. Le contrat qui les lie à leur conjoint est le seul qui compte.

Après tout, 57,6% des effectifs totaux des universités québécoises sont maintenant des femmes. Elles sont majoritaires au baccalauréat (58%), majoritaires à la maîtrise (55%) et presque majoritaires au doctorat (48%). Il y a des guerres qui se gagnent!

Après tout, je vis au pays des Lysiane Gagnon, Denise Bombardier, Monique Leroux, Françoise Bertrand, Monique Jérôme-Forget, Julie Payette et les actualités me sont livrées à tous les soirs par une Céline Galipeau et une Sophie Thibault. Céline Dion et Julie Snyder font vivre des industries au complet!

Comprenez-moi bien. J’ai peur, moi aussi, de l’influence des cultures étrangères sur nos valeurs occidentales. J’ai peur de la pression que subissent nos gouvernements pour lier religion et affaires d’État. J’ai peur des tentatives d’introduire chez-nous le code de la charia et me désole profondément des conditions pénibles d’existence des femmes de pays où règne l’islamisme radical. Merci à Fatima Houda-Pépin en passant!

Mais cette égalité homme-femme, pour moi, ne passe pas par l’imposition d’un mode de vie unique. Il passe d’abord par la liberté de choisir. Et pour moi, ce n’est que lorsque nous aurons tous la même liberté de choisir que nous pourrons en toute conscience considérer que nous respectons l’égalité homme-femme.

Alors aux groupes féministes, j’aurais le goût de vous dire ceci: penchez-vous donc plus sérieusement sur ce qui menace véritablement la liberté et l’égalité entre les hommes et les femmes. Une suggestion: le port du voile intégral! Il me semble que là, vous avez encore du travail à faire!

Lire: Voile intégral: La Fédération des femmes veut un cadre plus souple

43 réflexions sur “Élections fédérales: Fractionnement de revenus et liberté de choix

  1. Quoi dire de plus que; Vous avez visez dans le mille.

    Le seul hic, et malgré le fait que ces médias et autres organismes flou la réalité objective auquel nous devrions et avons le droit nous attendre, ceux qui pensent comme vous, vont passez pour des radicales sans scrupules qui vomissent sur la solidarité sociale de sacro sainte valeurs Québécoise.

    Or dans les faits, on ne veut que faire du ménage pour ne pas nuire au génération future et même améliorer leur sort au possible.

    Alors qu’elle attitude est plus solidaire?

    La gogauche Québécoise qui veut tout se faire payer et pelleter les dettes sur le dos des générations future avec une attitude du « je m’en foutisme », c’est pas grave, passer la carte de crédits…

    OU

    Une droite responsable qui veut elle même réparer les pots cassez pour mettre les intérêts de nos générations futures devant les siennes. Donc pensez aux autres avant soi-même en quelque sorte.

    Alors laquelle des deux visions est la plus solidaire selon vous?

    Aux élection, je vote PCC.

    Merci,

    • Allo Johanne
      Je vient de voir votre documentaire « l’illusion tranquille » – excellent titre au fait.
      J’ai trouver fantastique.
      Je demeure en Caroline du Nord et ca fait 15 ans que je vit au Etat-Unis.
      Je recommende le livre « Rollback » de Thomas Woods, excellent!.

  2. Mais le port du voile intégral est un choix que les femmes musulmanes font! De quel droit feriez vous une politique qui va « décider du mode d’organisation familial entre deux parents consentants, libres et responsables » ?

    • Excellent point ça! J’ai hâte de voir une reponse, si on présume que la femme a vraiment fait le choix libre.

    • Tout une société ne peux pas se construire sur les seuls droits individuels. Il y a aussi le bien commun auquel il faut voir, puisque , de toute manière, le bien individuel ne saurait se dissocier du bien-être de l’ensemble. Il es démagogique de justifier n’importe quoi sous le prétexte de la liberté. Si on considère que la nudité n’est pas appropriée en public, une société peut très bien décider que les voile intégral —qui est un message clair d’inquiété entre les sexe— le soit tout autant.
      On ne peut espérer les bienfaits de vivre en société en déclinant, de façon opportunistes, les responsabilités imparties. Voilà, de quel droit, Monsieur Alexandre.

    • @yvonroy

      Mais je suis totalement d’accord avec vous! Il est démagogique de justifier n’importe quoi sous le prétexte de la liberté.

      En fait, je suis contre le port du voile intégral chez les musulmans, d’ailleurs, puisque je pense comme vous qu’il représente l’inégalité sexuelle.

      Bref, l’atteinte de plus de liberté est parfois une justification démagogique pour obtenir certaines choses? Et bien, voilà un commentaire qui pourrait s’appliquer à de nombreuses politiques du RLQ…

      Et si la politique gouvernementale proposée ici augmentaient les inégalités sexuelles, en rendant l’accès au travail des femmes moins rentable qu’auparavant?

    • Alors vous serez sûrement d’accord, Alexandre, pour dire qu’il est démagogique de justifier n’importe quoi sous le prétexte de la solidarité sociale!

    • Je serai en accord avec vous, Mme Marcotte!

      Bref, on ne peut pas juger de la qualité d’une proposition strictement par le fait qu’elle mène à une justice sociale ou parce qu’elle augmente les libertés.

      On progresse 🙂

    • @Alexandre: pourquoi est-ce que cette politique gouvernementale feraient que les femmes travaillent moins? Pourquoi pas les hommes? Les jeunes femmes sont maintenant plus scolarisé que les hommes. Si c’était possible d’un point de vue financière, moi je resterait à la maison pour m’occuper de mes enfants.
      Si maintenant encore il y a plus de femmes qui choississent de rester à la maison que des hommes, c’est parce qu’elles le veulent vraiment, non? Alors, pourquoi l’empecher?

      Sur le voile: je suis d’accord qu’il y des valeurs qu’on peut imposer aux autres. Pour rester dans la même contreverse musulmane: tous le monde a droit à une éducation, la violence vers les femmes est intolerable, un homme ne peut pas obliger sa femme à porter la voile.
      Mais interdire à une femme de porter la voile: on fait ça sur la base de quelle valeur? Ma blonde ne ferait jamais ça, donc, impérativement, c’est contre la volonté de la femme?
      On peut imposer la liberté pour les femmes d’être égale, mais on ne peut pas obliger des gens à être égale.
      Sinon, si on est en voiture en famille, est-ce que ma femme doit conduire 50% du temps? En plus d’être égal, on va avoir moins d’accidents.

    • Mme Marcotte, si vous me posez une question directement, ayez l’amabilité de ne pas censurer ma réponse, surtout si elle ne contient aucune attaque personnelle.

      Je répèterai donc ce que j’avais écrit: Bien sûr, je suis d’accord avec vous pour dire qu’il est démagogique de justifier n’importe quoi sous le prétexte de la solidarité sociale! Et bien sûr, je suis d’accord avec Yvon aussi qu’il est démagogique de justifier n’importe quoi sous le prétexte de la liberté!

      Il reste maintenant à évaluer les politiques de manière objectives sans aveuglément décrier ou encenser une politique strictement pour sa contribution à la « liberté » ou à la « justice sociale ».

    • @Dirk

      « Pourquoi est-ce que cette politique gouvernementale feraient que les femmes travaillent moins? Pourquoi pas les hommes? »

      L’argumentaire a été lié par Mme Marcotte elle-même dans son article. Je vous suggère aussi, pour avoir une meilleure opinion économique, d’aller fouiller sur le dossier Élections de Radio-Canada pour en trouver les analyses. Si vous me posez la question, c’est que vous n’avez définitivement pas lu ces articles.

      « Les jeunes femmes sont maintenant plus scolarisé que les hommes. »

      Nous ne parlons pas de scolarisation, mais de revenu moyen. Il y a corrélation, bien sûr, mais le revenu moyen des hommes reste de loin supérieur à celui des femmes.

      « Si maintenant encore il y a plus de femmes qui choississent de rester à la maison que des hommes, c’est parce qu’elles le veulent vraiment, non? Alors, pourquoi l’empecher? »

      Encore une fois, pas nécessairement. Vous assumez bien des choses. L’exemple du voile musulman en est un bon : ces femmes VEULENT VRAIMENT le porter, si vous leur demandez. Est-ce une bonne raison de ne pas décourager le port du niqab? Vous semblez ignorer les principes qui justifient le port du voile ainsi que ceux qui ont mené à cette pratique.

    • @Alexandre: j’ai une maitrise en économie, mon opinion est assez fondé je pense. 🙂
      Bon, je devine que vous trouvez evident que les femmes restent, ou resteraient à la maison parce qu’elles gagnent moins d’argent en moyenne. Est-ce que dans une des articles que vous mentionnez, il y une indication que c’est vraiment le cas? Si jamais elles gagnerait plus que leur mari, qu’il prendraient une autre décision? Les femmes qui restent au travail même si leur mari gagne beaucoup d’argent font ça parce qu’elles aiment leur travail, pas pour l’argent (principalement).
      Si les femmes décident, en dehors des facteurs économique (qui sont parfois encore à leur desavantage, oui), de rester à la maison, pourquoi est-ce que c’est quelque chose de négative? Je ne vois vraiment pas ça.

      Je n’ai pas vraiment compris votre dernier point. Vous vouler dire que les femmes vont dire qu’il le font par choix, mais qu’elles ont plutot une lourde pression sociale et culturelle? Là, je peux vous donner raison. Ou elles le font librement, mais basé sur des valeurs d’inegalité entre homme et femme? Dans ce cas là: même si ces valeurs ne sont pas les miens, je ne vois pas pourquoi on devrait reglementer les vêtements ou empêcher les familles avec enfants à avoir un peu plus d’argent que les célibataires.

  3. Le PCC? Pour des finances saines? Un gouvernement qui est incapable de limiter ses dépenses malgré son discours à l’opposé?
    Alors que les libéraux leur avaient légué des finances en très belle santé, avec des surplus et un système bancaire en bon ordre il ont réussi à ramener les déficit sans même réaliser quelque projet que ce soit… Rholalala… On peut voter pour le PCC pour des question de valeurs poste religieuses,mais certainement pas pour de l’efficacité financière.

    Je vous invite à lire:
    http://descoteaux.argent.canoe.ca/

    • Je suis d’accord. Le PCC ne peut pas se vanter d’avoir diminué les dépenses. Beaucoup de pressions lui sont venues des autres partis pour intervenir en cours de récession. La planète entière injectait d’énormes sommes pour supposément relancer l’économie. Cela dit, il demeure une différence entre l’approche des libéraux, NPD et bloquiste pour ce qui est de créer des programmes et d’alourdir l’État alors qu’on peut raisonnablement douter de ce que ferait véritablement un gouvernement conservateur s’il était élu majoritaire.

  4. « D’abord je ne crois pas qu’une politique familiale devrait servir de politique d’emploi. Aussi, il n’appartient pas à l’État de décider du mode d’organisation familial entre deux parents consentants, libres et responsables. »

    Et voilà, vous avez bien résumé. Le gouvernement doit laisser le droit au familles de décider comment on veut vivre.

  5. «Avez-vous remarqué que ce gouvernement n’a aucunement l’intention de revenir à son niveau de dépense d’AVANT ses gargantuesques plans de relance? Les dépenses du gouvernement ont explosé de près de 40 % depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs. De 180 milliards $ en 2006, elles atteindront 245 milliards $ en 2010-2011. En partie à cause de la récession, les conservateurs ont pelleté 100 milliards $ de plus sur la montagne de la dette en moins de trois ans.»
    Descoteaux

  6. Tout comme vous, je n’achète pas.

    Ces soi-disantes féministes ont une vision déconnectée de la société.

    Triste à mourir ce qui peut s’écrire dans le Devoir. Encore plus triste de lire les commentaires des suiveux complètement endoctrinés.

    Je n’en reviens pas de la couverture de M. Jean Lapierre vs Radio-Canada sur la rencontre de M. Harper dans Dollard-des-Ormeaux…

    Quelle différence! On se croirait sur 2 planètes différentes.

    • En effet. Il est plus fascinant d’observer les médias que d’analyser l’offre politique des partis. De toute façon, quoiqu’ils disent, une vérité demeure: ils n’ont plus un sou pour faire des promesses.

  7. Je ne peux qu’applaudir à votre prise de position.

    Je n’aurais qu’un fait à ajouter. De nombreuses conventions collectives prévoient déjà un « congé parental de 5 ans » pour s’occuper d’un enfant d’âge pré-scolaire. Je ne crois pas que les mêmes mouvements féministes aient déjà dénoncé cette mesure. Les Conservateurs ne font que s’engager à rendre plus juste la fiscalité en fonction de ce choix qui s’offre à toutes les familles.

    Ces mêmes mouvements féministes prétendent que « de nombreuses femmes vont se sentir obligées d’abandonner leur participation au marché du travail » pour satisfaire leur plaisir de s’occuper de leur nouveau-né ou de leur bébé. J’aimerais que ces féministes rétrogrades fassent un sodage auprès des femmes pour connaître leurs désirs. Si ce sondage était déjà fait, elles en auraient déjà parlé, à moins que les résultats leur soient défavorables.

  8. Le féminisme québécois est devenu un « féminisme orthodoxe », comme le dit si bien l’auteur du livre « Le grand mensonge du féminisme », Jean-Philippe Trottier…

    Car le féminisme québécois tente de nous « imposer » ses propres valeurs, de la même façon qu’une religion rigide, et tout ce qui touche la femme au foyer, la mère de famille, la femme qui veut elle-même élever ses enfants et ne pas les confier à l’État, etc., est systématiquement « dévalorisé »…

    Personnellement, je fais partie de la première génération qui a dû SUBIR ce féminisme, et je me rappelle trop bien les discours « extrémistes » anti-homme, anti-père de famille, etc., qui selon moi, ont scrapé beaucoup de garçons et de filles de ma génération…

    Et maintenant, à 44 ans, avec le recul, je constate que ce féminisme québécois n’a pas du tout SERVI les femmes au Québec, mais plutôt, les a ASSERVI à un nouveau maître…soit l’État québécois!!!

    Le père, le mari, ont été remplacés par l’État…Il est acceptable pour ces féministes que des femmes vivent sur l’aide sociale, monoparentale ou non, plutôt que d’être femme au foyer, et en plus, d’avoir un père présent pour leurs enfants…

    Et je crois que tous les hommes qui adhèrent à ce « féminisme orthodoxe », sont en réalité, des hommes qui sont très heureux de pouvoir enfin FUIR leurs responsabilités soit conjuguale, soit parentale, au profit de l’État…Bref, des mâles fiers d’être castrés!!!

  9. J’ai lu un peu Le Devoir dernièrement…ouf ça fait peur, on dirait que Amir Khadir et Françoise David sont les rédacteurs en chef. Et on sent la haine dans leurs articles contre vous-savez-qui. Vont-ils aller au bout de leur logique et encourager leurs lecteurs à voter libéral, puisque le PLC veut se mêler de garderie??

  10. « Aujourd’hui, les jeunes femmes sont fortes, fières, intelligentes, indépendantes et veulent d’abord pouvoir faire leurs propres choix de vie. »

    La majorité des femmes de mon entourage pensent ainsi.

    Fait intéressant en passant : selon une recherche effectuée à CHOI il y a qq années, la quasi-totalité des employés au ministère de la Condition féminine sont des femmes. Ou est l’égalité homme-femme?

    « Mais cette égalité homme-femme, pour moi, ne passe pas par l’imposition d’un mode de vie unique. Il passe d’abord par la liberté de choisir. »

    Ce qui très difficile à réaliser au Québec. Je vous invite à lire mon texte sur le budget de la Saskatchewan. Un entrefilet : une famille de 4 personnes doit gagner 46 500 $ avant de payer de l’impôt!

  11. Tout ce qui est liberté individuel, le bloc est contre, cela va a l’encontre de l’idéologie communiste de son chef et de la théocratie de gauche du bloc.

  12. @ Julie Saint-Hilaire.
    Vous écrivez que « le père, le mari ont été remplacés par l’État ». Je n’avais jamais vu ça comme ça. Ce que vous appelez le « féminisme orthodoxe » est pour moi du féminisme de gauche; parce qu’il prône la « lutte des sexes » à la manière de la « lutte des classes ». Je partage votre critique du féminisme. Merci!

  13. Rising F-35 costs and lobbyist/candidate conflicts of interest – In the face of fresh evidence this week from the U.S. Government Accountability Office, highlighting the spiraling costs of the F-35 – and Canada’s own Parliamentary Budget Officer found Canada’s deal would cost $30 billion – Mr. Harper continued to stand behind his $16-billion costing numbers. Perhaps they were provided to him by his candidate in Algoma-Manitoulin-Kapuskasing, Ray Sturgeon, who was a lobbyist for the company that was awarded the untendered F-35 contract, Lockheed Martin.

    http://www.northumberlandview.ca/index.php?module=news&func=display&sid=7328

    • Imaginer un jeu d’échec, placer a une extrémité le roi au centre et aligner devant lui des pions et vous avez une représentation graphique du Bluff Québécois.

  14. Parlons Qc.
    Qc, que vous pensez, de qui ne gouvernera jamais?
    Qc, que vous pensez, de qui ne mettra jamais en place une seule politique?
    Qc, que vous pensez, de qui ne réglera jamais un seul dossier?
    Qc, que vous pensez, de qui ne pourra jamais signer aucun cheque?
    Qc, que vous pensez, de qui ne fera jamais la souveraineté?
    Qc, que vous pensez, de qui s’est associé avec le père de la loi sur la clarté?
    Qc, que vous pensez, de qui ne subira jamais aucune pression de résultat?
    Qc, que vous pensez, de qui s’est ramassé une retraite dorée en ne foutant rien?
    Qc, que vous pensez, de qui représente le mieux l’immobilisme Québécois?
    Qc, vous pensez, en votant pour nous?

    • Est-ce qu’il faut comprendre que les indépendantistes de droite, qui refusent d’être dépendants de l’état fédéral, n’ont pas de place au R.L.Q.?

    • Si je peux me permettre, absolument pas. Il y a des indépendantistes de droite qui sont des sympathisants du Réseau Liberté-Québec. (ex: Jacques Brassard)

  15. C’est quoi le problème que de laisser le choix aux parents de rester à la maison??? Depuis que les femmes sont aux travail, nous payons (des femmes) pour s’occuper de nos enfants. C’est une abération. Qui de mieux que nous pour s’occuper de nos enfants?? Nous imposont un rythme de vie à nos tout petit qui n’est vraiment pas idéal à mes yeux. À partir de 12 mois, leurs vies est régie comme dans l,armé. Tu dois être toujours gentils, coopératif, faire ta sièste pour pas écoeurer la gardienne, être propre quand elle le décide, faire les activités qu’elle décide!! Pauvre enfant, ils sont hyper stymulé et rendu à la maison, nous les parents avont évidement les tâches ménagères à faire, épicerie, ménage, lavage, bouffe, soins des enfants, le bains etc.. tout ça par les soirs et les week-ends. Les enfants ne savent plus s’amuser seul et demande de plus en plus d’attention. De ce fait, rendu à l’école, il ne peuvent plus parler, bouger, être un vrais gars ou une vrais fille, nous les rendont égale dans leur désirs (imposer d’être une personne à part entière) Les gars ne sont plus toléré dans une école et ont une pression terrible sur leurs épaules pour être quelques chose qu’il ne sont pas. Résultat on nous suggère tres rapidement des les médicamenter!! Vraiment poche l’école de nos jours et tout ça parqu’un jours, nous avons voulu égaliser tout entre les hommes et les femmes. Une femme est une femme, un homme est un homme et même si une femme peut faire de la mécanique et un homme prendre soins d’un enfant, une femme aura toujours (en général) une facilitée qu’un homme n’aura pas. Il faudrait remettre des hommes dans les écoles pour permettre aux garçons d’être évaluer avec l’oeil d’un homme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s