Élections 2011: L’ignorance rationnelle et le banc de poissons

Aux lendemains du rassemblement du Réseau Liberté-Québec à Montréal (du 16 avril dernier) et du Congrès national du Parti québécois, une impression m’habitait. « Je suis à me demander si la polarisation n’est pas normale ou un passage obligé », twittais-je, absolument estomaquée des prises de positions des militants du Parti québécois – notamment celle qui brime la liberté de quelques jeunes adultes d’accéder à un enseignement collégial en anglais.

Je ne me doutais évidemment pas qu’une polarisation encore plus spectaculaire allait peut-être fouetter la classe politique canadienne tout entière ainsi que la meute journalistique qui n’a, comme à son habitude, rien vu venir. (Soulignons la perspicacité toute non journalistique de notre ami Frédérick Têtu qui dès les premiers jours de la campagne, prédisait une montée du NPD au Québec et une Opposition officielle néo-démocrate).

EXIT LE BLOC?

Pourtant, il y a bien quelque temps maintenant que la population québécoise exprime sa lassitude de débats qu’elle juge dépassés.

N’a-t-on pas, sondage après sondage, signifié à nos élites que nous avions mieux à faire que de nous obstiner et nous diviser perpétuellement sur l’axe fédéraliste-souverainiste? Nous ne savions pas quand ni comment la population allait enfin exprimer son impatience mais nous nous doutions que le mouvement de masse allait être brutal.

Il semble donc que, cette fois-ci, de nombreux Québécois et curieusement beaucoup de souverainistes songent à estampiller le Bloc québécois d’une date de péremption et que le NPD leur ait offert une belle occasion de participer au Parlement canadien sans pour autant trahir les fameuses « valeurs québécoises sociales-démocrates » dont l’ex-communiste Duceppe s’est fait le champion.

Un premier pas nécessaire avant d’aboutir à des débats gauche-droite comme on en voit dans la plupart des pays occidentaux? Espérons-le. Mais pour l’heure, au Québec, force est de constater que l’alternative, sinon l’alternance, n’est pas encore entre la gauche et la droite, mais bien entre la gauche souverainiste (Bloc) et la gauche fédéraliste (NPD).

L’IGNORANCE RATIONNELLE ET LE BANC DE POISSONS

Avouons également que pour celui qui veut croire aux choix rationnels et qui fait confiance en l’homme moderne, les temps sont durs. Comment expliquer en effet, la légèreté avec laquelle un grand nombre de citoyens voteraient demain pour Jack Layton du NPD dont ils ne connaissent presque rien du programme extraordinairement coûteux et dépensier?

Honnêtement, cela m’a troublée depuis quelques jours et Dieu merci à la philosophie et à la psychologie!

« Nous sommes dans un contexte d’ignorance rationnelle« , me confiait mon ami Frédérick Têtu. « L’homme moderne est un être foncièrement désabusé et la rédemption qu’il cherchait autrefois auprès de l’Église, il la cherche maintenant auprès de l’État. »

Bon. Ça explique l’image du banc de poissons qui se laisse emporter par le courant du souriant Jack Layton. Mais ayant déjà oeuvré au sein d’un parti politique, je ne peux m’empêcher de me désoler pour tous ces bénévoles qui investissent temps et énergies à produire une offre politique qui cette fois-ci, ne sera ni lue, ni présentée, ni même pertinente pour bon nombre de citoyens – encore plus honteux, pour bon nombre de commentateurs politiques…

Dieu merci également pour la sagesse et l’analyse psychologique d’une de mes femmes préférées, Denise Bombardier, dans sa chronique Jackpot.

« Or l’histoire collective nous enseigne aussi que notre capacité de rationalisation, cette façon de bouder le pouvoir, de le mépriser parfois, de le percevoir comme un abus, une corruption même, ne s’explique-t-elle pas avant tout par une tendance lourde à se percevoir comme des perdants? »

Ouf! Le summum de la dépendance: refuser le pouvoir en choisissant consciemment des perdants. Quand ce n’est pas le Bloc, on choisirait le NPD parce qu’on sait qu’il ne pourra gouverner… En sommes-nous vraiment rendus là?

VERS UNE POLARISATION GAUCHE-DROITE

Enfin, en plus d’estampiller donc le Bloc québécois et le Parti libéral du Canada d’une date de péremption probable, le résultat de l’élection de demain risque d’être un Parlement canadien où s’affronteront deux visions du rôle de l’État, deux visions des relations fédérales-provinciales mais surtout deux conceptions philosophiques qui opposent collectivisme et libertés/responsabilités individuelles.

Nous pourrions donc assister lors du dévoilement des résultats demain soir à une polarisation sans précédent de l’électorat canadien. D’un côté, les conservateurs, et de l’autre…  eh bien, tous les autres, incluant le Parti libéral du Canada maintenant bien campé au centre-gauche.

Mais nous aurions assisté également au cours de cette campagne à une indéniable polarisation des médias. En effet, cette campagne n’aura pas été seulement celle des partis politiques, mais celle des médias. Ces gens supposés couvrir une campagne… font finalement eux-mêmes campagne. De toute évidence, certains journalistes résistent de moins en moins à l’envie irrépressible de tuer toute option politique située à la droite du centre sur l’échiquier politique.

Remarquez qu’il n’y a pas là un problème en soi. Le problème réside plutôt dans la prétention à l’objectivité journalistique, une autre illusion qui se dissipe de façon on ne peut plus évidente. En effet, nous sommes de plus en plus nombreux à observer la partisanerie crasse de certains organes de presse, notamment celui de Radio-Canada (vous souvenez-vous de la boussole électorale?) et du pamphlet souverainiste gauchiste, Le Devoir.

Tels des divas, frustrés du peu d’attention que leur accorde le « démon » conservateur, ils en viennent à être incapables de saisir que le comportement de Harper est bien plus une réponse rationnelle à une couverture biaisée qui dure maintenant depuis trop longtemps (parions que la lune de miel entre les médias et le chef du NPD sera très très affectueuse et très très longue…)

SOUHAITS

Mais demain soir, quoiqu’il arrive, on aura appris beaucoup et confirmé certaines de nos intuitions, la première étant que la patience d’une population a ses limites. Si la tendance se maintenait, il semble que les Québécois et les Canadiens vont donner congé à deux partis politiques (le Bloc et le PLC) qui ont incarné un débat auquel on ne s’accroche plus. Bravo!

Pour le reste, je vis un suspense comme tout le monde, mais je souhaiterais connaître ce qu’un gouvernement conservateur majoritaire a dans le ventre. Curieusement, c’est comme le croient plusieurs, la meilleure chose qui pourrait arriver à la nouvelle Opposition officielle que formera sans doute le NPD de Jack Layton.

Dans le cas d’un gouvernement conservateur minoritaire, je souhaite que Harper demeure fidèle à ses convictions et à son budget et à la limite, remette les clefs du Parlement à l’Opposition officielle. Il faut admirer en ce sens, la stratégie adoptée par l’équipe conservatrice, soit celle d’aviser les Canadiens qu’ils auront eu bel et bien un choix: un gouvernement conservateur majoritaire ou une coalition de partis sociaux-démocrates de gauche.

S’il faut connaître et voir de visu ce que cela donnerait, comme l’ont expérimenté les Ontariens avec Bob Rae, eh bien, moi, je suis game! On verra bien de combien de mètres s’épaissira le mur sous leur gouverne et combien de promesses seront rompues… Après cela, peut-être sera-t-il possible de revenir à la raison.

Bon vote!

23 réflexions sur “Élections 2011: L’ignorance rationnelle et le banc de poissons

  1. Je comprends votre frustration. Vous devez avoir l’impression de prêcher dans le désert. Je souhaite seulement que vous la viviez encore longtemps. Sans rancune 😉

  2. cela étant dit avec respect madame marcotte,

    ce que vous désignez comme « un contexte d’ignorance rationnelle » est en fait une prise de conscience, à l’échelle planétaire, des limitations de la pensée rationnelle…

    c’est un irrésistible soulèvement contre l’ordre établi qui étouffe les aspirations du peuple au nom d’une raison désuète et démontrablement fallacieuse qui échoue lamentablement à chacune de ses tentatives d’organiser la vie dans une série de petites cases bien proprettes, logiques, et dont la gestion est, en apparence seulement, plus simple et moins menaçante…

    libre à vous de choisir de long chemin, mais si vous voulez mon avis, plus vite vous ferez votre deuil de vos idées éculées et plus vite vous pourrez pleinement goûter à la liberté de pensée qui accompagne cette révolution spirituelle…

    si vous cherchez des pistes de progrès, je vous suggère de vous demander pourquoi les choses qui ont vraiment de la valeur aux yeux des humains sont en essence irrationnelles… comme par exemple l’amour, les relations humaines, l’appréciation de la beauté, et l’expression artistique…

    cela étant dit avec respect madame marcotte,

    bonne chance pour arrêtez le banc de poissons… ;o)

    • La raison est parfaitement conciliable avec la beauté du monde. L’humain est multi-facettes, vous savez. Pour ce qui est du banc de poissons, respectons-le. On verra bien dans quels eaux il se trouvera. « Resistance is futile ».

  3. Je me positionne : je suis de centre, penchant vers la droite. Je me reconnais dans certaines positions conservatrices (la responsabilité individuelle, surtout, mais aussi une plus grande rigidité des peines criminelles, moins d’intervention de l’état, une attitude anti-syndicale, etc.).

    D’un autre côté certaines positions d’une partie plus radicale des conservateurs me rebuttent (l’aile religieuse et le créationnisme, la volonté de ramener le début sur l’avortement).

    Je trouve qu’au Québec la droite ne prend pas assez de place, et je suis avec intérêt l’initiative du Réseau Liberté-Québec.

    Je suis également surpris par la popularité du NPD dans cette élection, et l’image du banc de poisson est bonne. Notre devoir d’électeur devrait être de consulter le programme de chaque parti et de voter pour celui qui correspond le plus à nos valeurs, mais qui le fait aujourd’hui?

    Ceci étant dit je suis surpris que vous cautionnez l’attitude du PM en ce qui a trait à son refus de répondre à la presse. Un leader ne devrait pas fuir les remises en question et les confrontations comme notre PM le fait. Et l’argumentation comme quoi tous les médias sont à la solde de la gauche est faible. On entend cette même litanie des deux côtés de la clôture.

    • Moi aussi, le conservatisme social et moral me rebutent, mais Harper a très bien su contrôler les éléments de son équipe qui aimeraient bien pousser de ce côté. Pour ce qui est de Harper, j’ai vu le clip. Le journaliste de Radio-Canada posait une question que n’importe quel chef de parti en campagne ne pouvait répondre. Quand une question commence par « En cas de défaite » ou « Dans le cas où vous ne seriez pas majoritaire », il ne peut sérieusement pas croire qu’un chef de parti, quel qu’il soit, va y répondre. Il a des troupes à motiver et surtout dans le dernier droit, il ne faut pas lâcher.

      Et puis, soyons honnêtes. Cette question est un piège. S’il s’était aventuré à y répondre, le titre de la couverture aurait été quelque chose du genre: « Harper concède la victoire à une Coalition menée par le NPD », vous voyez? Le journaliste de la CBC en question savait très bien ce qu’il faisait et les gens dans la salle aussi. C’est pourquoi il s’est fait huer.

      Enfin, je ne crois pas ni n’affirme que tous les médias sont à la solde de la gauche. Il y a maintenant des quotidiens qui ont une belle brochette de chroniqueurs des deux côtés du spectre idéologique et la talk-radio de Québec est nettement plus à droite. C’est plutôt qu’il y a des organes de presse qui prétendent encore être objectifs. Pour ça, il est clair qu’ils ne le sont pas et cette campagne l’a prouvé.

  4. J’ai bien aimé votre finale!

    Il est évident que s’il advient un gouvernement conservateur minoritaire, une coalition NPD-PLC se formera pour renverser le gouvernement actuel.

    Mauvaise nouvelle, bonne nouvelle?

    Selon moi une très mauvaise… mais – du moins – les électeurs seront en mesure de voir ce qu’un parti a gauche réalisera au Canada.

    Une fois que les électeurs verront leurs impôts, leur taxes augmenter pour financer leur couteux programmes sociaux…

    Une fois qu’ils verront augmenter le prix de l’essence – et par conséquent le prix de toute les denrées et produits de consommations – a la suite de l’instauration de leur marché du carbone…

    … en bout de ligne; peut-être les électeurs réaliseront que le démon n’était peut-etre par originaire de l’ouest mais de bien l’est.

    • … et peut-être qu’ils y penseront à deux fois avant de voter Québec solidaire à la prochaine élection provinciale. Parce que la prochaine vague, c’est peut-être celle-là… Qui sait? Je m’attends maintenant à tout de l’électorat québécois.

  5. Pingback: lacapitaleblogue.com | Suggestions du jour 05/02/2011

  6. On n’essaie pas d’arrêter un piano qui tombe!

    LA priorité est d’abord de faire disparaître l’inutile Bloc du paysage québécois et même de laisser le NPD fabuler avec ses illusions.

    Les résultats seront identiques à ce que l’Ontario a subi: catastrophiques.

    Il faut quelquefois que certaines peronnes expérimentent même les extravagances les plus éclatées avant de réaliser que LA solution n’a rien de miraculeux mais demande quelques sfforts et surtout du gros bon sens.

    Après cet essai seulement, le Québec et le Canada seront prêts pour un gouvernement lucide et majoritaire et ce, pour longtemps.

  7. Malgré tout le respect que je vous porte, je vous trouve trop cinglante dans ce billet.
    Quand vous comparez les voteurs à un banc de poisson,ainsi que dans votre dernier paragraphe où vous dites que vous êtes  »game » qu’on se plante avec le NPD puisqu’après nous comprendrons.
    C’est hallucinant de constater ce que vous pensez du peuple.
    Vos propos dénigrant de la démocratie, des citoyens qui ne pensent pas comme vous.

    Là où votre jugement fait défaut, je crois, c’est quand vous parlez de l’effet  » banc de poisson ».
    Ce n’est pas dans le fait de choisir le NPD, c’est plutôt dans le fait de l’affirmer tout haut qui est emporté dans la vague remplie de poissons.
    La décision de préférer le NPD vient de plusieurs raisons.
    Le Bloc qui souligne au feutre rouge vif l’idée souverainiste aux côtés de Pauline Marois.
    La bouille honnête de Layton fait certainement changement de ce que nous sommes habitués de voir.
    Sans compter que plusieurs idées du programme du NPD sont très intéressantes.
    Le débat aussi.
    ET la pauvreté des choix possibles.
    Plusieurs raisons motivent les électeurs à demander un changement.
    Pour ses promesses:
    Depuis quand les promesses électorales vous influencent-elles? À moins que cela vous servent pour vos discours.
    Tout le monde le sait que ça vaut ce que ça vaut!
    DES PROMESSES!
    Quand vous utilisez les promesses pour justifier votre opinion. Vous faites de la mauvaise politique. Les citoyens n’en veulent plus de ce genre de dénigrement stérile.
    Et
    La droite, la gauche????? On s’en fout!!!!
    Ce qui compte ce sont les bonnes idées, de gauche, de droite et dans la zone entre les deux.
    Vous vous affichez comme étant de droite. On en veut plus de ce genre de positionnement. Soyez plus ouverte!
    Il y a du bon et du mauvais parmi toutes les allégeances. Nous désirons le meilleur des deux. Ce n’est pourtant pas si compliqué.Nous sommes naturellement attirés par :  »LE GROS BON SENS »
    Mais il n’y en a plus, peu importe que ce soit en économie, en justice, en tout ce que vous voudrez.
    Allez vous infiltrer dans les soupers familiaux. Cela vous aiderait à retrouver un peu de recul. Pour vous rappeler d’où vous venez, ainsi que les vrais besoins des gens.
    À quand le jour où les politiciens et les pseudos-politiciens cesserons de s’écouter eux-même et écouterons ce que la population désire??????
    L’approche de  »JACK » est plus intelligente. C’est en premier ce qui explique le choix des électeurs.

    Mais j’ai une autre question:
    Comment vous, vos amis, les Péquistes, les fédéralistes, etc. Vous pouvez vous prononcer pour ou contre la souveraineté?
    Les Péquiste se questionnent à savoir si les études en ce qui concerne leurs allégeances devraient être défrayées par le parti ou les contribuables???
    Ben voyons donc!! Ils n’ont pas d’études, aucunes données réelles ou à jour???? Ils croient ou ne croient pas pour les autre, qu’à un seul mot: SOUVERAINETÉ.
    Mais personne ne sait c’est quoi: La souveraineté.
    Oui, la définition mais pas ce que ça pourrait changer.
    Donc vous criez tout haut votre non ou votre oui, de façon très éclairée vous croyez?
    Bien oui! Ça aussi, fait parti des changements que la population souhaite.
    Il me semble que le GROS BON SENS serait d’avoir des données sérieuses qui démontrent oui ou non la possibilité d’un tel bouleversement. Avant de se prononcer de façon éclairée.
    Je crois que toutes idées sérieuses méritent de se voir
    analysées sérieusement.
    C’est aussi ça, la démocratie.
    J’aspire,j’espère, un jour, à la vraie démocratie!
    C’est ça la vraie direction.Le nord, ne le perdons pas!

    • Merci, mais c’est juste que je ne crois sincèrement pas que l’option NPD soit sérieuse.
      Pour vous: http://www.nationalpost.com/news/Jack+Layton+hidden+agenda/4701866/story.html
      Et non, toutes les idées ne se valent pas et il y en a dans tous les partis.
      Finalement, quand le Québec aura complètement viré NPD au fédéral et Québec solidaire au provincial, on verra bien si on se foutera de la gauche et de la droite.
      Merci pour votre commentaire. Très instructif.

    • Honnêtement, votre argumentation est quelque peu incohérente. De mentionner que la droite, la gauche, on s’en fout, dénote une incompréhension de la chose politique. Jack Layton lui-même vous assurerait qu’il est de gauche.

      Pour ce qui est du NPD, pour avoir eu des discussions avec les gens qui m’entourent, j’ai l’impression que la majorité des gens qui vont voter pour eux ne pourraient pas vous mentionner un seul item de leur programme électoral. L’argument principal: Jack a l’air bien sympathique. Et je dis ceci en tout respect, moi aussi, je le trouve sympathique. Mais je ne voterai pas pour lui. Pourquoi ? Deux mots : Bob Rae.

  8. Bonjour Mme Marcotte,

    Votre billet est excellent et je partage entièrement votre opinion. J’aime la politique mais ce qui m’intéresse encore plus c’est l’attitude des médias face au monde politique.
    Prenons l’exemple de Radio-Canada, financé en grande partie par des subventions publiques et dont la couverture médiatique de la campagne électorale a servi à mettre en évidence les idées des journalistes. Plusieurs journalistes de la SRC n’hésitent pas à se draper dans le rôle de porte-parole du public en prétendant que leurs questions et leurs commentaires visent à nous éclairer. Malheureusement, le jupon dépasse et un(e) observateur(trice) averti(e) constate que les questions ont plutôt comme but de dénigrer une option politique qu’ils abhorent.
    Croire que les journaliste doivent être complètement objectifs relève de l’utopie mais il est indéniable que plusieurs d’entre eux ont franchi la ligne en se rapprochant dangeureusement de la propagande.
    Merci

  9. Après Nostradamus nous voilà avec la prophétie de
    Damusmarcottus.
    Un mauvais présage! Cette messagère du printemps
    serait-elle trahie par le cri de la chouette?
    Soyons prudent, le mauvais sort nous guette……..

    Non mais sérieusement, j’espère que vous n’aurez pas raison. Des extrémistes comme Québec Solitaire, feraient que nous achever.
    Ne parlez plus de malheurs!

  10. Madame Marcotte, je pense que votre article est trop pessimiste. Je crois qu’il ne faut pas conclure que l’être humain doit être un être rationnel lorsqu’il exerce son droit de vote.

    La personne, homme ou femme, est d’abord un être de croyances et de sentiments. Lorsqu’il choisit son médecin, son garagiste, ses amis ou son représentant, c’est d’abord un geste de confiance envers eux pour l’avenir. Si le Québec choisit aujourd’hui majoritairement de voter NPD, c’est parce qu’il croit que celui-ci est le meilleur pour le représenter. Il peut se tromper, comme dans les autres domaines.

    Faisons maintenant l’exercice à l’inverse. Pourquoi ne donnerait-il pas sa confiance à l’une des trois autres plus importantes formations?

    Parce qu’il ne peut plus se reconnaître dans le Bloc qui prétendait défendre les intérêts du Québec, alors qu’il diabolisait systématiquement le gouvernement conservateur, parce qu’il était de droite. C’était de l’acharnement (et de la discrimination). Tous ceux qui sont le moindrement politisés l’ont remarqué. C’est sans tenir compte de l’usure du projet.

    Parce que le PLC a perdu le contact avec la réalité. Parce qu’il s’était choisi un chef qu’il a largué. Parce qu’il s’est donné un autre chef qui ne connaît pas le Québec: ça transpire. Parce que sa raison de déclencher l’élection repose sur le supposé problème de mépris de Monsieur Harper envers la Chambre. La population n’a rien à faire avec un pareil motif pour justifier une dépense de 300 millions de dollars en élections générales.

    Parce que le PC n’a pas encore été capable de se faire accepté par le Québec, même s’il gouverne bien. Ce n’est pas d’hier; à l’exception de Monsieur Mulroney, ça fait des décennies. Ses députés font office de représentants mineurs qui ne peuvent pas agir par eux-mêmes, ou trop peu. Parce que Monsieur Harper ne semble pas à l’aise lorsqu’il parle au Québec. Où est le porte-étendard du Québec dans le parti; il ne s’agit pas du porte-parole du parti. Pourtant je suis de ceux qui appuient le PC et le PM. Je me dois d’être rationnel dans mon propos.

    Parce que Monsieur Layton est un Québécois de naissance; il est parvenu à très bien s’exprimer en français; il a un beau sourire; les femmes le trouvent beau; le grand nombre le trouve sympathique et il a un chef adjoint québécois qui peut porter fièrement l’étendard. Peu de rationnel, tout dans l’émotion.

    Donc, si les électeurs vont voter comme prévu dans les enquêtes, le NPD va l’emporter au Québec. Les Québécois, comme les citoyens de n’importe quel peuple, n’attendront pas de suivre un cours en sciences politiques avant de penser pour qui ils vont voter: ils font confiance. C’est très bien ainsi. À nous de mériter leur appui.

    Je crois que ceux qui doivent être rationnels sont les personnes qui font de la politique, afin d’arriver à bien communiquer avec la population pour proposer leur projet qui répond à ses besoins et à ceux de l’État, soient les besoins individuels et collectifs.

    C’est comme en santé: le médecin se doit d’être rationnel, pas le patient. Le professionnel doit s’en accommoder. Avoir raison ou penser voir raison ne suffit pas.

  11. Je n’ai pas trouvé.
    Au nom ou de qui Robert Gagnon parle-t-il, lorsqu’il dit « les citoyens » et « nous sommes »

    Quand vous utilisez les promesses pour justifier votre opinion. Vous faites de la mauvaise politique. Les citoyens n’en veulent plus de ce genre de dénigrement stérile.

    Nous sommes naturellement attirés par : »LE GROS BON SENS »
    Mais il n’y en a plus, peu importe que ce soit en économie, en justice, en tout ce que vous voudrez.

    SP

  12. Bon, vous voilà qui critiquez les électeurs.

    Ne serait-il pas possible que vous fassiez preuve d’un peu d’humilité. Votre message ne passe pas. Au lieu de critiquer l’électeur, ne serait-il pas possible de critiquer le message.

    Vos vues politiques sont simplistes. Les électeurs le voient.

    Le Québec le rejette, avec joie et détermination.

    Mais en fait ce que je vois c,est que vous avez doublement perdu. Perte de siège des conservateurs au Québec. Et séparation de facto du Québec avec une représentation claire, nette et surtout distincte du Québec au parlement d’Ottawa. Le bloc n’est plus, mais le Québec s’exprime distinctement encore.

    Ce qui est soulageant pour ma part, c’est votre incapacité à voir ce qui est évident: la droite ne passe pas. Et le comble c’est que plus vous en parlerez et moins les gens en achèteront.

    Alors continuez à parler.

    Rêvez à vos coupures dans l’état, vos diminutions de services pour le citoyen ordinaire, l’abolition de la dictature des groupes de gauche au dépens du message éclairé des évangélistes de la libre-entreprise.

    Vive l’avarice et le chacun pour soi.

    • Quand la liberté et la responsabilité individuelle prennent du temps « à passer », elles finissent par s’imposer. (Grèce, Irlande, Portugal, Angleterre, etc.)

  13. WOW! Quelle découverte? Vous pensez que le résultat de l’élection prouve que le projet de la droite a été rejeté par l’électorat. Je suis déçu que le PC n’ait pas doublé le nombre de ses députés au Québec; mais je suis loin d’être découragé.

    La stratégie des gauches de diaboliser le PC a bien fonctionné. La population a eu peur de prendre le risque d’un vrai changement; mais en favorisant ainsi le NPD, elle a permis au PC d’obtenir sa majorité. BRAVO Québec!

    Maintenant que le Bloc a reçu sa quarantaine de coups de pied au derrière pour s’être assis dessus, que le PLC est envoyé au purgatoire de la deuxième opposition pour s’être pris pour le moral’isateur de la pensée unique, il nous reste à voir comment le NPD, la voix des syndicats et des intellectotaux de gauche, va se comporter. Ce sera peut-être une opposition orange-croche? (Croche= marcher tout croche) Le bulletin chiffré sera remis dans 4 ou 5 ans.

    Qu’a rejeté le Québec? Les abuseurs du sytème, les deux frères ennemis, le Bloc et les Libéraux. Il fallait donner sa confiance à quelqu’un. Le Québec a choisi celui qui semblait le moins menaçant; il avait peur. Je comprends très bien la déception des électeurs de droite envers la population. Reconnaissons qu’il est sain d’exprimer sa douleur et sa déception. Mais je pense que la Droite sait que « sur le métier, il faut remettre son ouvrage ».

    « Ce qui est soulageant pour ma part, c’est votre incapacité à voir ce qui est évident », nous sommes tenus de vivre selon nos moyens: Il faut créer la richesse avant d’en faire une juste distribution.

    La Droite passera à la prochaine.

  14. Ma réplique s’adressait au pseudo-citoyen WOW. J’aurais dû le préciser. Merci de la remarque.

  15. Aujourd’hui je me suis rendu chez mon quincaillier préféré et je lui ai dit que je voulais avoir des NPD, le commis me regarde embarrassé et me dit des NPD, c’est quoi ça monsieur, je lui ai dit que c’était des poteaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s