Démissions au PQ: Jonathan Valois se vide le coeur

Excellente entrevue de Jonathan Valois, ex-président du Parti québécois.

Extrêmement instructif sur la vie parlementaire, la gestion des egos, le rôle d’un chef de cabinet, le style de gestion de Pauline Marois.

10 réflexions sur “Démissions au PQ: Jonathan Valois se vide le coeur

  1. C’est un très beau 15 minutes de sciences politiques. Par contre, Monsieur Valois ne semble montrer que le plus beau côté de l’affaire.

    À la question: Qui se cache derrière ce conflit? Il n’a pas répondu. Il a fini par reparler des démissionnaires, mais ils sont devant, ils ne sont pas derrière. Il y en a un qui est à peine derrière, c’est Parizeau et Valois n’en parle pas. Donc, il le protège.

    Posons la question autrement: Quel est la cause profonde du conflit? Prenons comme hypothèse que ce soit la gauche; alors que s’est-il passé depuis l’appui de 93% à Madame Marois? L’élection du 2 mai, où Duceppe s’est fait lessivé.

    Souvenons-nous; il avait une approche radicale de gauche contre le gouvernement de droite de Monsieur Harper qui est maintenant majoritaire. Alors, est-ce que les stratèges du PQ auraient conclu que l’approche de gauche était à éviter pour gagner les prochaines élections?

    Maintenant: où se situent les Parizeau-Lapointe, Beaudoin et Curzi? À gauche. Je ne connais pas le 4e démissionnaire. Donc, prenons encore pour hypothèse que le PQ veut rendre le reste de sa gauche tranquille, voire inoffensive. L’extrême gauche a déjà quitté pour se rendre à Québec solidaire. La gauche syndicale s’est fait tassée. Il reste la gauche intellectuelle.

    Il devient possible que les tenants de la gauche se sentent dorénavant à l’étroit au PQ. Alors leurs ténors réagissent à l’opération de Madame Marois en démissionnant avec fracas.

    Un autre élément me semble imprécis. Monsieur Valois dit qu’il y a des débats au PQ avant que la Chef prenne les décisions. C’est sûrement vrai; mais quels sont ces débats? Se limitent-ils aux questions jugées accecptables par la Chef? Ou est-ce ouvert à tous les sujets, y compris ceux de la gauche?

    Les trois démissionnaires viennent du vieux PQ, celui qui ne reculait pas devant les débats et les controverses. Le PQ reconstruit l’est-il autant? Ou est-il centré sur le résultat électoral, l’opportunisme extrême? Ce pourrait être le « motton » qui ne passe pas.

  2. Avec tout ce qui ce passe dans les différents dossiers au Québec, le CHUM, l’amphithéâtre à Québec, les odeurs de corruption dans les différentes institutions et des différent pallier de gouvernement au Québec , les Urgences, les médecins de famille, l’autoroute 30, le décrochage scolaire, les CHSLD,les viaduc qui nous tombe sur la tête,la libération de 31 gangster des Hells Angels.etc. etc. etc.
    Êtes-vous encore fière de vous dire Québécois?
    ou si vous fêterez avec les saoulons de tout acabit, notre médiocrité collective lors de la fête des grenouilles?

    • @ Phil Martin
      Je suis encore « fier de me dire Québécois »; parce que, malgré nos grandes difficultés, nous sommes encore une société prospère et une des moins violente. Je suis fier d’avoir ma citoyenneté canadienne; parce que notre peuple se retrouve parmi les plus grands et un des plus stables au monde. La dernière crise nous l’a démontré.

      Je ne me rends pas « fêter avec les saoulons ». Il est regrettable de constater combien des nôtres ne savent pas fêter aussi bien que nos voisins savent le faire. C’est peut-être parce que ces fêtes sont organisées par des pelleteux de nuages plutôt que par ceux qui sont capables de montrer nos raisons d’être fiers sans se saouler.

      Monsieur, je souhaite que vous puissiez malgré tout être fier d’être Québécois.

  3. Taux de chômage en mai 2011 :

    Québec : 7,3%
    Canada : 7,4 %
    Ontario : 7,9 %
    États-Unis : 9,1%
    Union européenne : 9,4% (avril)

    J’aimerais lire les commentaires de Mme Marcotte et de toutes celles et ceux qui affirment qu’au Québec, ça va tellement mal qu’il faudrait un tsunami libertarien pour redresser la situation….

  4. @ C.Bernard
    Mon commentaire est simple à exprimer. Ce qui fait mieux parraître le Québec, c’est que la dernière crise à frapper l’économie de l’Ontario beaucoup plus que celle du Québec; parce que les secteurs touchés, comme celui de l’automobile, sont en Ontario pas au Québec.

    L’économie du Québec parait mieux se porter; parce que ce sont des investissements gouvernementaux qui la supporte, alors que ce devrait être des investissements du secteur privé. Et le Québec les finances par son déficit structurel.

    C’est comme si, pour bien paraître, quelqu’un s’achèterait une auto neuve et mettrait l’emprunt sur son hypothèse de maison; parce que ses revenus ne pourraient pas en guarantir le remboursement. On appèle ça « vivre au dessus de ses moyens ». Tôt ou tard, ça va péter.

    Lorsqu’on sera obligé de vendre l’Hydro-Québec pour payer nos dettes, il sera un peu tard pour comprendre pourquoi on est rendu dans le trou. Mais les « rêveux » de la gauche pensent que c’est en taxant encore plus les riches et en rendant des services publics à rabais qu’on va se sortir de notre BS collectif.

    Tant qu’à l’Europe que je ne connais pas bien, ça fait longtemps qu’il y a plusieurs pays qui vivent au dessus de leurs moyens, comme la Grêce. Dans le cas de l’Irlande, ce pays s’est laissé embarquer les yeux fermés dans un boom économique qu’il ne maîtrisait pas.

    Il est temps qu’on se mette à penser en entrepreneur, pas en quémandeur. Sans rancune.

    • Le Québec fait mieux que le Canada malgré toutes les politiques d’Ottawa qui ont aidés l’Ontario et l’ouest du pays.
      Ce sont donc eux qui ont profité le plus des investissements gouvernementaux.
      De plus, le $ can a coûté des dizaines de milliers d’emplois aux entreprises manufacturières du Québec. Pensons également au secteur forestier lourdement affecté entre autre au cours des dernières années. Malgré tout, on semble s’en être mieux sortis en constatant ces statistiques sur le chômage. Ce n’est pas arrivé souvent au cours des dernières années, convenez-en au moins.
      Faudrait de temps à autre arrêter de faire du Québec bashing et admettre que ça va pas si mal au Québec malgré tous ces prophètes de malheur qui voudraient bien que ça aille encore plus mal.
      Les scénarios apocalyptiques que vous entrevoyez ne sont que des chasses aux sorcières…..
      Sans rancune…….

  5. @ C.Bernard
    Voir du Québec bashing partout, c’est aussi ça faire de la chasse aux sorcières. Critiquer les choses qui vont mal au Québec, ce n’est pas du bashing, bien au contraire. C’est aimer le Québec et vouloir que ça change.

    Nous sommes les maîtres d’oeuvre en éducation, en santé et en infrastructure. En nids de poule, nous sommes les champions.

    Nous avons négligé la réparation des routes pendant 30 ans, ce n’est pas la faute des Anglais. Nos écoles produisent des décrocheurs à pleines classes, ce n’est pas la faute de Harper. Nos bibliothèques sont très pauvres, ce n’est pas la faute des très riches. Nous n’arrivons pas à gérer nos hôpitaux comme du monde, ce n’est pas la faute des Albertains. Nos travailleurs ne sont pas assez qualifiés, ce n’est pas la faute des immigrants. Nous libérons des criminels sans procès, ce n’est pas la faute des Américains. Les jeunes ne sont pas assez intéressés aux affaires, ce n’est pas la faute d’Ottawa. Nous sommes endettés par dessus les oreilles, ce n’est pas la faute de la Reine. Nous préférons gagner à Loto-Québec qu’à investir au Québec, ce n’est pas la faute du Canada.

    Il faudrait se regarder pour vrai et commencer à penser que ce qui nous arrive n’est pas d’abord la faute des autres. À savoir jusqu’où le fédéral à favoriser les autres provinces, je ne peux pas répondre. Il faudrait demander au Bloc de nous le prouver; il disait qu’il était là pour nous défendre.

    Oui, le taux de chômage a été plus bas qu’ailleurs depuis quelque temps. Ce n’est pas parce que nous sommes devenus meilleurs; c’est parce que la crise a frappé plus fort ailleurs. Une statistique ne corrige pas les problèmes énumérés plus haut.

    Ça met un peu de baume sur nos plaies. Ça console.

    • @Gilles Guibord

      Chapeau! Je ne m’étendrai pas sur le sujet car je n’habite plus le Qc.

      Je dirai seulement ceci: « Les Québécois se doivent à cesser de toujours blâmer tout le monde et son chien pour tous les maux du Qc. et se regarder froidement dans le mirroir. »

      Pour aller de l’avant il faut pas seulement QUE les bons coups mais également regarder les échecs et corriger pour l’avenir.

  6. rajout: j’ai oublié le mot « regarder » dans la première phrase du 3 ième paragraphe devrait se lire: « faut pas seulement REGARDER que……

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s