Occupons Montréal : Quand c’est payant de ressembler aux États-Unis

Honnêtement, je suis mal à l’aise avec les satellites québécois du mouvement « Occupy Wall Street ». J’étais aussi mal à l’aise lorsqu’en 2009, les analystes comparaient les problèmes structurels des États-Unis à ceux du Canada, encore pire, à ceux du Québec. (Lire « Le Canada n’est pas les États-Unis« )

Souvenons-nous. En pleine crise financière, les admirateurs de Obama de chez-nous – chroniqueurs, analystes et politiciens –  étaient dans un mode « Si Obama le fait, fais-le donc ». Nous étions tous dans le même bain, nous disait-on. Allez hop! On se vote d’énormes plans de relance.

Le système bancaire canadien est plus solide que celui des États-Unis, les Canadiens bénéficient d’un filet social qui fait l’envie des Américains, il n’y avait pas de bulle immobilière au Canada, mais qu’importe tout cela. Sous la pression de nos savants analystes et élites politiques interventionnistes, Harper s’est vu contraint d’opter pour le « One size fits all ». En trois ans, on aura effacé tous les efforts d’une décennie pour réduire l’endettement public du pays.

Aujourd’hui, le mouvement « Occupy Wall Street » fait des petits notamment à Montréal. Il semble donc que lorsqu’il est question d’ajouter à la dépense publique – parce qu’ultimement, c’est ce dont il s’agit – le démon néolibéral américain nous semble tout à coup très sympathique. Curieux, non? Tout à coup, notre caractère « distinct » ne mérite plus d’être défendu… et nous ne bénéficions plus des bienfaits d’une bienveillante social-démocratie.

Avons-nous des raisons de nous indigner? Bien sûr, bien qu’ils soit indécent de comparer nos malheurs à ceux du monde arabe (lire Mario Roy). La collusion entre nos gouvernements et intérêts privés quels qu’ils soient (corporations, lobbies, groupes de pression, syndicats, grands financiers des partis politiques, etc.) ET les intérêts du secteur public (fonction publique, organismes et monopoles gouvernementaux) nous irrite au plus haut point.

Seulement, il me semble sincèrement que la cible des attaques soit mal identifiée. Après tout, pour ne prendre que cet exemple, si la Caisse de dépôt et de placement du Québec n’avait pas le monopole dans la gestion des caisses de retraite de l’ensemble des Québécois, peut-être aurions-nous des résultats moins désastreux? Peut-être que la personne responsable des produits dérivés aurait été clairement identifiée et qu’elle aurait été sanctionnée?

S’en prendre aux riches du Québec? Faites-moi rire. Comme si leur nombre et de les imposer davantage y changerait quoique ce soit… N’a-t-on pas compris encore que le Québec est riche en pauvres et pauvre en riches? Aucune comparaison possible avec la distribution des revenus aux États-Unis.

Non. Ce discours populiste me rend bel et bien mal à l’aise. Si le secteur privé des banques d’investissement américaines mérite des reproches, les gouvernements sont tout aussi coupables de l’état de la situation. D’ailleurs, elles étaient où la SEC et l’AMF qui devaient veiller à assurer l’intégrité des produits financiers? Si elles ont failli à se rendre utiles à un moment aussi crucial, le sont-elles tout court?

Alors, si l’on veut s’indigner, indignons-nous! Mais de grâce, ciblons les véritables responsables. Et parmi ces responsables, il y a, malheureusement pour ceux qui campent au Square Vicoria, l’ensemble des groupes d’intérêts qui ne cessent d’augmenter leurs demandes auprès du gouvernement, dont celui du lobby étudiant.

Comme l’écrit Benoît Aubin,

« les économies occidentales ne produisent plus assez de richesses pour supporter les gouvernements et les programmes sociaux dont elles se sont dotées durant leurs années de vaches grasses. C’est plate, c’est brutal, ça fait mal, mais c’est ainsi. »

Non. S’indigner ne suffira pas!

7 réflexions sur “Occupons Montréal : Quand c’est payant de ressembler aux États-Unis

  1. Notre système bancaire est à peine plus solide que celui des États-Unis. On disait alors « Too big to fail » là-bas.

    On se disait que les grandes banques allaient restées solides. Erreur. Les taux d’intérêts sur les prêts de dernier recours étaient tellement faibles que, l’une contre l’autre, elles cherchaient à prendre le plus de cet argent possible pour la prêter aux particuliers puis faire gonfler le chiffre d’affaires de l’entreprise (et s’attirer un boni au rendement).

    Elles étaient quand même rassurées et pouvaient faire ce qu’elles voulaient : de bons politiciens avaient créés Freddie Mac et Fannie Mae pour garantir que les banques seront payées… jusqu’à ce que la stimulation étatique fasse tout dérayer, même l’organisme sécurisant les prêts.

    Même affaire ici. http://www.dailymotion.com/video/xbz3p8_pourquoi-le-systeme-financier-canad_news

    Mais, c’est sous le gouvernement Harper (alors minoritaire) qu’on a adopté le programme Obama au Canada: rachat des prêts hypothécaires des banques, mesures de stimulation artificielle et temporaire de l’économie, descente encore plus bas du taux d’intérêt à la Banque du Canada.

    (D’ailleurs, ça me fait rire que le PLC et le NPD demandent encore aujourd’hui plus d’interventions étatiques dans l’économie. Ils n’ont pas compris que c’est exactement cela qui a créé une nouvelle bulle – depuis celle des technos – puis un nouvel éclatement plus important?
    Plus drôle et contradictoire encore, Gérald Fillion de Radio-Canada, alors un promoteur des bailouts, qui se plaint maintenant que les banques font des profits…)

    Dans quelques années, après l’éclatement de la bulle immobilière canadienne, les illetrés économiques – dont plusieurs historiens – blâmeront Harper d’avoir été supposément un néo-libéral qui n’a rien fait pour stimuler l’économie alors que la réalité est toute inverse. C’était, pour citer Martin Masse, un « big government conservative » à la George W. Bush, en rien pour un retrait de l’État.

    Seule bonne note pour Harper contrairement à Bush fils, il est « davantage » un partisan du libre-échange (davantage car qques ingérences – Potash, TelSat, entreprises d’État chinoises – peuvent nous laisser perplexes) que l’ex-président américain.

  2. Je trouve votre commentaire très egocentrique et centré sur le petit Québec. Je ne sais pas trop si je suis pour ou contre ces assemblées, mais quelque chose me dit qu’on va se souvenir d’elles, plus que vous!

    Ces assemblées sont tenus dans des dizaines et des dizaines de pays, pas seulement au Québec.

    Vous dites que les cibles ne sont pas les bonnes, voici les cibles du mouvement:

    * Financial power. The banks, global financial institutions (IMF, World Bank, WTO, OECD), rating agencies, transnationals, tax havens…
    * Political power. A ruling class isolated from people
    * Military power. Armies, NATO
    * Media power. Big mass media, Internet censorship authorities

    (http://15october.net/how-we-see-it/whats-the-plan/)

    Ah oui, je n’ai pas de trouble à ajouter la Caisse de dépôt à la liste des « Financial power ». Toutefois, la Caisse de dépôt et placement du Québec a enregistré un rendement de 13,6 % en 2010, surpassant le portefeuille de référence par 4,1 points. Selon l’indice RBC Dexia pour les caisses de retraite gérant un actif de plus d’un milliard, la Caisse se classe dans le premier quartile de ces institutions, qui affichent un rendement médian de 11,3 %. (http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/quebec/201102/24/01-4373565-la-caisse-de-depot-a-obtenu-un-rendement-de-136-en-2010.php)

  3. Joanne, je ne sais pas si c’est mon ordi qui fait des Free Games mais chaque fois que j’aI clicker un de tes liens, je me suis retrouvé sur une age de courriel

    Excellent article BTW.

  4. Pingback: Surimposer les riches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s