Commission d’enquête : la dernière ruse de Jean Charest

De grâce, n’appelons pas ça une commission d’enquête. En plus de ne pas respecter la loi sur les commissions d’enquête, le chef du Parti libéral a réussi à concocter une solution qui sous le couvert de protéger la preuve et d’incriminer les criminels, privera les Québécois de connaître les pratiques douteuses du monde de la construction.

Privé d’un pouvoir de contraindre des témoins à se présenter en commission, le chef du Parti libéral (je ne le considère plus comme le premier Ministre) a lié les mains de sa commissaire et lui a retiré ce qui constitue l’outil principal d’une véritable commission d’enquête publique.

Alors nous ne connaîtrons probablement jamais les vices cachés des processus administratifs ou les relations incestueuses qui ont généré la situation dans laquelle le Québec corrompu se trouve actuellement.

Habilement, sournoisement, Jean Charest a défini le cadre et les paramètres qui devaient circonscrire l’exercice: protéger la preuve, s’assurer que les crimes soient amenés devant les tribunaux et protéger les témoins. Le comment, le comment et le comment.

Alors que le rôle du gouvernement aurait été de définir l’objectif et de faire confiance aux commissaires à qui il aurait confié le mandat, il a choisi de contraindre, de limiter et de rendre le travail à peu près impossible.

Malheureusement, tous sont tombés dans le panneau. Chapeau! Bien joué! Quelle diversion!

Avec de tels paramètres, Charest a forcé la main et imposé son agenda: prioriser la recherche de coupables – et le travail des policiers – plutôt que de dévoiler les dessous de la collusion, de la corruption et de la complicité entre gouvernements, partis politiques, industrie de la construction et le monde de la mafia.

Jean Charest est un artiste dans l’art de la diversion. On le connaît maintenant. Pas plus tard que ce midi, j’avais prévu qu’il arriverait avec une formule de commission qui n’en serait pas véritablement une.  Voici donc sa dernière ruse.

Aux libéraux qui se réuniront cette fin de semaine, vous êtes foutus et vous devriez avoir honte! Encore une fois, vous avez choisi de protéger votre parti au lieu d’assainir les moeurs politiques du Québec. C’est à se faire vomir de honte.

Car on le sait bien. Cette fin de semaine, lors de votre congrès, ce sera tout un show. Un autre show de boucane sur les réalisations de votre gouvernement. Et ne vous illusionnez pas. Personne ne croit que vous allez débattre de quoi que ce soit. Ne vous en donnez même pas la peine.

Parce que vous êtes fidèles et loyaux à votre parti et à votre chef. Mais surtout parce que vous êtes tout simplement des libéraux!

À la prochaine élection!

12 réflexions sur “Commission d’enquête : la dernière ruse de Jean Charest

  1. Entièrement d’accord avec vous.
    ….Je pense que la récolte des bandits sera très faible à cause de la preuve à faire. Il ne s’agit pas de vols à main armée, de prostitution ou de trafic de stup. Il s’agit de transaction normale faite avec de la magouille sans témoin. C’est la police que doit faire la preuve hors de tout doute raisonnable. J’ai hâte de lire une décision de cour condamnant un entrepreneur pour avoir chargé 30% trop cher sur un contrat consenti par le ministère.
    ….Les profiteurs ont exigé que le PM ne fasse pas de vraie commission d’enquête. Il a livré la marchandise.

    • Je sais que ça ne donnera rien, mais j’ai signé la pétition. et l’Assemblée Nationale a confirmé l’avoir reçue. Je me demande ce que Jean Charest doit penser quand il se regarde dans un miroir. De toute façon, avec sa morale qui avoisine les égouts, il se croit probablement correct. Nos imbéciles de concitoyens ne lui pont-ils pas donné une majorité. Il a les deux mains sur le volant, mais il semble avoir pris un coup de trop. QUELLE HONTE !!!! Les autres provinces doivent rire de nous, eux qui n’ont déjà pas besoin de grand-chose pour nous abaisser Francos comme anglos d’ailleurs). .

  2. Désolé mais vous ne saurez rien, ou presque, de la roue chanceuse du style des commandites fédérales, maintenant appliquée au niveau provincial. Cette belle roue permet de détourner l’argent public et de transféré l’argent jusqu’au chef de parti via des intermédiaires via le parti. C’est le système JC fédéral appliqué au système JC provincial! 😉

  3. Je suis, tout comme vous, très déçu de cette « commission d’enquête publique » qui n’a de commission que le nom.

    J’espère que les Libéraux qui se rencontrent en fin de semaine n’hésiteront pas à dénoncer ce stratagème et à exiger une VRAIE commission.

    L’intérêt PUBLIC doit prévaloir sur l’intérêt d’un parti politique.

  4. Vous avez entièrement raison… Quel magouilleur. Nous sommes pris avec un premier ministre m….. (OMERTA). Je suis certain qu’il ne savait pas que ça irait aussi loin lorsqu’il a embarqué avec la gang. Lorsque tu embarques, tu ne peux plus en sortir…..Il doit avoir de la difficulté à dormir la nuit. Quel désastre pour le peuple québecois…et dire que l’on croyait que René Lévesque (Un libéral alors) avait réussi à nettoyer ce secteur dans les années ’60. Comparé à ce chef du parti libéral, Maurice Duplessis en était encore à l’état foétal. Les libéraux qui appuyent cet homme sont des euneuques. Ce parti devrait disparaître de la carte électorale. Et dire qu’il y a encore 22% de ces imbéciles qui voteraient pour ce parti. Où est leur conscience???

    • @Maius Brisson
      C’est Madame Jérôme-Forget qui doit regretter d’avoir cautionné Charest aux dernières élections en se présentant et en démissionnant aussitôt élue. C’est encore une grande femme; mais ça prouve seulement que personne n’est à l’abri d’une grave erreur. Si elle ne s’était pas représentée, le PLQ aurait probablement été encore minoritaire. La donne aurait été très différente ayant l’ADQ avec la balance du pouvoir. Nous avons donné le volant à quelqu’un qui ne sait pas conduire.

  5. Lorsqu’on connaît le passé de Charest au parti conservateur, pas surprenant. Durant la Commission Bastarache, Charest a avoué avoir agit hors des procédures habituelles, ce qui est une forme de corruption; et le juge n’a pas allumé! Encore une fois, le PM agit hors-norme. C’est la même chose lorsque des employés de l’État accordent des contrats en contournant les règlements, même pas besoin de prouver l’existence d’enveloppe brune… De toute façon, le modèle socialo-démocrate est un système de corruption.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s