Entrevue : Mike Harris et l’impasse des fonds de pension

Retour sur le lancement de « Pour en finir avec le Gouvernemaman »

Compte-rendu de ma visite à l’Université de Sherbrooke dans le cadre d’une conférence sur la gauche et la droite

Compte-rendu de la conférence de Mike Harris organisée par l’Institut économique de Montréal

Fonds de pension et régimes de retraite insoutenables : des solutions?

Ma participation à l’émission de Isabelle Maréchal du 98,5 FM de Montréal

Le sujet: L’impasse des régimes de retraite du secteur public. Échange intéressant entre Isabelle Maréchal et une boomer en ligne ouverte.

7 réflexions sur “Entrevue : Mike Harris et l’impasse des fonds de pension

  1. Bonne entrevue avec Marechal re: pensions. Une petite chose, moi aussi je trouve que les pensions gouvernementales sont peût être un peu trop élévées. Par contre, les retraités d’aujourd’hui n’avaient pas grand luxe en services du gouvernement. Il fallait être strict et budgeter à la cenne. Lorsque j’avais dans la trentaine les taux d’intérêts pour un hypotèque était de 18%,aujourd’hui c’est 4 %. Il fallait payer très cher pour les gardiennes si on travaillait, il n’y avait pas de garderies à $7 par jour,ni de programme pour la fécondité @ $25,000 par couple, ni de grand congé de marternité pour les mamans et les papas, ni d’aide pour les médicaments. Nous n’avions pas 2-3 autos à la porte, 3-4 télés HD, système de musique fine pointe à la maison, iphone, ipad, ipod, i this i that. Les vêtements et toutes articles étaient très chers, aujourd’hui avec les produits de la Chine et les Doloramas on peut s’équipper avec peu de sous, sans rien manquer.

  2. Je voulais ajouter qu’avec tout les services gratuits cités, les jeunes d’aujourd’hui devrient avoir beaucoup plus d’argent libre, alors avant de regarder les retraités avec envie, ils devraient épargner en surplus pour leur vieux jours. Nous avons payé très cher pour vivre avec peu services du gouvernement. Nous étions responsables pour nos propres besoins, il n’y avait pas grands services bonbons tel que mentionné ci-haut. On devrait revenir à l’ancienne recette comme dans notre temps, le gouvernement pourra diminuer sa dette et arrrêter de donner.

  3. Madame Marcotte, j’ai acheté votre livre. Je vais le lire pendant le temps des fêtes.

    Je vous conseil le disque de musique de la ftq construction pour les party de Noël. bye

  4. Quand j’entends que les caisses de retraite des fonctionnaires provinciaux et celles de certaines municipalités sont déficitaires, dois-je comprendre qu’il n’y a aucun dollars dans ces caisses, que les prestations versés aux bénéficiaires sont toutes dépendantes des cotisations des travailleurs actuels et de celle de l’employeur et que le manque à gagner est comblé par les taxes ou l’impôt des particuliers ou encore par la capacité du gouvernement à emprunter?

    Si tel est le cas, le contribuable du Québec est vraiment dans la m… et il faudrait lui demander son accord avant de puiser dans sa poche pour payer de tel privilèges.

    Advenant qu’il soit contre et qu’il y ait des fonds dans ces régimes, je pense qu’il faudrait rouvrir les conventions et verser aux bénéficiaires des prestations qui dépendent uniquement de la valeur actuelle des régimes et du rendement que les gestionnaires sont capable d’en obtenir. C’est une question de morale et d’équité envers les contribuables actuels et futurs.

  5. Mike Harris, voilà le genre d’homme qu’on aurait besoin au Québec. Pour l’instant nous n’avons que des chiffes molles comme politiciens, des guénilles jetables, des marionnettes manipulées par les chefs syndicaux, des pleutres qui s’écrasent devant les enfoirés de Montréal (pardons, les « indignés »)… Attendons la décote par les agences de notation, car il est évident que nous n’aurons pas de Mike Harris dans les prochaines années.

  6. C’est vrai que c’est révoltant les fond de pension public 74 milliards de déficit! Quelqu’un devra payer …ou pas.

    Pour ce qui est du trou de la fonction publique de la ville de montréal c’est vrai que c’est révoltant de faire payer ça par tout le monde au provincial.

    Mais c’est québec qui a effectué les fusions et défusion, c’est à cette occasion que les fusions des conditions salariales ont été mises à niveau vers le haut au municipal par québec.

    Sur un autre point pour mettre montréal en perspective, je trouve qu’on fait souvent des subventions en régions, ça ne représente pas le coût réel d’habiter en région. Par exemple les salaires de la fonction publique est le même pour un poste à montréal qu’un poste à shawinigan, aucun rapport avec le coût de la vie et du coût de logement. Bien sur, il y a plein de gens intéressé à travailler pour la fonction publique en dehors de montréal. Ça parait aussi en retombé économique.

    Le prix de l’électricité et du téléphone est le même à la grandeur de la province indépendamment du coût de distribution. Ça coûte plus cher par personne tirer ça dans le fond d’un rang que sur une rue en ville.

    Il y a des postes de péage à Montréal. Mettons des postes de péages sur les grandes routes, sur la 132 vers la Gaspésie. Sur la 117 direction Val d’Or, entre Montréal et Québec, entre Québec et Saguenay. Utilisateur payeur!

    Repensons un peu aux subvention répétitives à la création d’emploi en région si économiquement ça ne vaudrais pas la peine plutôt de subventionner les gens à déménager dans des régions où il y a de l’emploi justement. À montréal et à québec…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s