Un autre texte surprenant de Jérôme Lussier

En février dernier, je vous conseillais de lire un texte surprenant de Jérôme Lussier intitulé « La gauche, pire ennemie de la gauche? » Je récidive cette fois en vous recommandant son texte d’aujourd’hui « Doléances pour un Québec dépassé« , un texte qui surprend d’autant qu’il est écrit dans un hebdomadaire culturel plutôt sympathique aux opinions de la gauche québécoise.

Y’a pas de doutes. Il semble que Lussier en ait ras le pompom des réprimandes et reproches d’une élite québécoise qu’il qualifie de « dépassée ». À son tour, il lui adresse donc une litanie de récriminations.

On remarquera que l’ensemble de son propos touche la langue et la culture. De toute évidence, il nous crache qu’il n’en peut juste plus d’entendre le même discours et surtout, les procès d’intention qui sont intentés à l’égard de ceux qui contestent l’étroitesse et la vision réductrice de l’identité et donc, de la culture québécoise.

« Ce n’est pas de l’idéologie… »
« Ce n’est pas une perversion… »
« Ce n’est pas une trahison… »
« Ce n’est pas de la haine de soi… »
« Ce n’est pas de l’aplatventrisme… »
« Ce n’est pas être à genoux… »
« Ce n’est pas être colonisé… »
« Ce n’est pas être vendu… »
« Ce n’est pas complexé, faible ou suicidaire… »

Lussier exprime ici un état d’exaspération partagé par plusieurs. Peut-on préférer Adele à Céline, croire que le bilinguisme constitue un avantage et en avoir soupé de se faire raconter la Nuit des longs couteaux sans se faire traiter d’idéologues? d’Américains? de Colonisés? De gens qui souffrent d’une « pathologie singulière »?

Cela m’a rappelé l’intervention de Christian Dufour à l’émission Ici et là du Canal Vox, qui n’acceptait vraisemblablement pas que je ne développe pas davantage sur la question nationale et que je m’en prenne à notre « artistocratie » dans Pour en finir avec le Gouvernemaman. Ressassant l’époque de Louis XIV!!! et celle de Lord Durham!!!, Dufour s’inquiétait probablement très sincèrement du fait que je ne sacralisais pas suffisamment le rôle et la contribution de nos artistes.

Je comprends donc que les arguments des défenseurs du patrimoine identitaire culturel du Québec ont « passé date », comme on dit. La nouvelle génération, selon Lussier ne tiendrait pas tant à l’homogénéité culturelle.

Soit.

Mais encore faudrait-il définir ce qu’est la « culture » à laquelle nous tenons. De quelle homogénéité parle-t-on ici? Celle qui impose le français comme langue commune? Celle qui hérite des valeurs occidentales telles l’égalité homme-femme, la liberté de presse et d’opinion et la séparation de l’Église et de l’État? Entre vous et moi, il y a une certaine homogénéité qui a été chèrement gagnée et qu’il serait dommage de déprécier.

J’anticipe donc avec très grande hâte les réactions au propos de Lussier et toutes mes félicitations pour ce texte à la fois provocateur et nécessaire. Mais honnêtement, si j’étais du camp souverainiste-séparatiste-indépendantiste, je songerais sérieusement à renouveler mon argumentaire. Les gens en ont soupé de se faire insulter!

À suivre…

11 réflexions sur “Un autre texte surprenant de Jérôme Lussier

  1. Je partage totalement votre definition de la culture: Celle qui hérite des valeurs occidentales telles l’égalité homme-femme, la liberté de presse et d’opinion et la séparation de l’Église et de l’État.

  2. Ça confirme ce que plusieurs pensent: l’ agenda à peine caché de ces souverainistes qui, prétendant défendre la langue française, vont plutôt tenter de créer une haine envers l’ anglais. Du coup, on conditionne l’ opinion publique contre le Canada, contre le fédéral, contre les conservateurs etc. privilégiant ainsi la cause souverainiste…
    Il faudra un jour redonner au mot « culture » sa vraie signification. Faire la différence entre la culture  » musique et art  » et la culture qui définit l’ idéologie et la façon de penser et voir d’ un peuple…de plus en plus, on cherche à donner à ce mot la définition qui nous arrange, dépendant la situation. On n’ impose pas à tout un peuple une identité à partir de quelque chansons…

  3. Pour le moment on est trop saturé de ce modèle culturelle, il nous casse trop les oreilles, on veut s’en débarrasser.

    C’est vrai qu’il y a une position culturelle à prendre. L’égalité homme-femme, la liberté de presse et d’opinion et la séparation de l’Église et de l’État. En effet. Je suis assez laïc pour espérer qu’on retire les crucifix etc, un peu de sobriété svp, pas par accommodement, pas pour les autres, mais pour notre état laïc.

    Mais j’en peu plus des souverainistes ou des ayatollah de la langue qui provoque la haine de l’anglais. Si leur opposants jouait sur la haine de la France ou de tout autre allié de l’indépendance on se retrouverait avec un Québec très isolé et amoché. J’accepte pas d’être pris en otage par ces intégristes qui nous nuisent à tous.

    J.F. Lisé me déçoit beaucoup. Depuis un certain temps je trouve qu’il tombe dans un populisme bassement partisan et qu’il filtre les chiffres assez simplement. Notez ses derniers articles contre les anglos ou bien pour féliciter le taux de chômage québécois assez aveuglément…

  4. J’encourage tout le monde de féliciter M. Lussier pour un texte tellement plein de vérités…. les séparatistes sont comme d’habitude en grand nombre a le damné pour ses propos, en l’appelant le serpent etc. Les séparatistes sont façile a détecter toujours présents avec des insultes  »personelle »s. Ils sont tellement déplaisants et agressifs et en général n’ont aucuns arguments.

  5. Malheur à vous, gens de droite, qui ne posséder pas du Gilles Vignault dans votre collection de CD ! Nous sommes des mécréants de ne pas aimer Paul Piché et autres donneurs de leçons de la gauche artisto-corporatiste ! Malheur à vous aussi de ne pas suivre les recommandations culturelles du Devoir et de Radio-Canada !

  6. « De quelle homogénéité parle-t-on ici? Celle qui impose le français comme langue commune? » Je crois comprendre que pour beaucoup le français ne peut être considéré comme une valeur, un élément de notre identité. Au fond, oublions l’idée même d’une langue commune. Le revendiquer est manquer d’ouverture et pire c’est être séparatiste et de gauche. Rien de pire. Nous avons besoin d’homogénéité mais sans langue commune. A-t-on même besoin d’homogénéité ? Je crois que la tendance sur ce blogue c’est qu’il existe seulement des individus mais pas de nation. Ce doit être cela l’ouverure au monde.

    • Souhaiter une langue commune n’est pas être séparatiste et de gauche. C’est l’erreur des souverainistes d’avoir défini un « package deal » de telle façon. Maintenant, ils en paient le prix.

  7. Pour votre information je ne suis pas souverainiste. Cela étant dit je trouve que les souverainistes font bien de défendre le français comme langue commune. Si quelqu’un d’extrême gauche me dit que nous sommes aujourd’hui le 11 décembre 2011 je dirai qu’il a raison.

  8. Julien….Le Québec a défendu sa langue en l’imposant. Je pense que c’était une très mauvaise stratégie. Je le répète souvent, car les Québecois ne sont pas au courant que les répercutions d’enfoncer la langue française avec des lois qui briment les droits de la personne sont néfastes et contribuent à la décroissance de sa population. Remplacer avec des immigrants qui souvent n’ont pas les mêmes valeurs est très coûteux Depuis 1971, plus de 400,000 contribuables bien nantis ont quitté le Québec et l’exodus continue. On dirait que le Québec à le tour de s’appauvrir et tout les jours notre dette continue de grimper à une vitesse vertigineuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s