Une haine viscérale

LineBeauchamp

Il est curieux d’entendre certains de nos sages analystes nous rappeler l’importance d’un « consensus social ».  La ministre Beauchamp elle-même semble y croire et discute toujours. Je ne sais pas comment ils arrivent à s’imaginer que le Québec soit gouverné à coups de « consensus », mais les voilà repartis à « croire » à une négociation possible, à la discussion, au dialogue, et aux savants bavardages.

Mais qu’on ne s’y trompe pas. En matière de politiques publiques, les « consensus » n’existent pas. Plus souvent qu’autrement, les supposés « consensus » sont à l’avantage des lobbies (syndicaux, d’affaires, sociaux, etc.). À long terme, le citoyen-contribuable, qui n’est par ailleurs jamais assis autour de la table, est toujours perdant. Seulement, il ne manifestera pas son désaccord autrement qu’en allant voter à tous les 4 ans. Il ne troublera pas la vie de ses concitoyens et ne lancera pas des bombes fumigènes dans le métro de Montréal.

Pour lire la suite, cliquez ici.

Une réflexion sur “Une haine viscérale

  1. Le problème avec des points de vue comme celui que vous exprimé ci-dessus, c’est qu’il ne repose que sur une seule perspective : celle d’un contribuable frustré de constater que ses libertés individuelles et son pouvoir d’achat sont restreints et soit-disant menacés par un état trop gourmand qui de surplus se fout de son opinion.

    Vous manquez gravement de perspective et surtout de sens historique. À l’instar d’autres sociétés évoluées, le Québec se gouverne beaucoup mieux, et depuis fort longtemps, par consensus ce qui, mis à part certains intérêts particuliers, fait partie de son code génétique et assure généralement le bon fonctionnement de la société et le respects de ses lois et de l’ordre établi.

    Certes les lobbies et autres acteurs sociaux sont au devant de la parade, mais leur influence et leurs actions seraient impossibles sans un solide appui qui provient forcément de sections de la société que, de toute évidence, vous ne fréquentez que très peu.

    Le consensus est en démocratie et par extension en politique, l’élément fondamental qui fait bouger les choses d’un coté comme de l’autre et qui force généralement l’adoption de solutions mitoyennes qui sont généralement plus équitables pour la majorité qui inclus une partie des contribuables sur lesquels vous semblez vous apitoyer.

    La politique est un exercice beaucoup plus large qu’une simple opération comptable. Il me ferait par ailleurs plaisir de vous recommander quelques lectures éclairantes à cet effet.

    Ces écrits ont certainement été concoctées par des penseurs formés dans des universités largement subventionnées par l’états. Le juste retour des choses voudrait donc que le fruit de leurs réflexions retournent dans l’arène publique afin de contribuer à éclairer et à élargir le débat actuel.

    Marc L

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s