Entrevue : Conflit étudiant: un conflit culturel?

1. Mon entrevue sur les ondes du 103,3 de Longueuil à l’émission « Les citoyens ont raison » où je m’en prends à un professeur qui encourage les carrés rouges.

2. Entrevue à CHOI Radio X de ce midi.

Retournement de sens et usage pernicieux des expressions utilisées dans le conflit social :

– On parle de « grève » alors qu’il s’agit d’un boycott;

– Le clan étudiant dénonce la judiciarisation du conflit et l’instrumentation du système de justice alors que le boycott étudiant repose sur des moeurs syndicales inscrites dans le Code du travail (une loi). Donc, pour les uns, la loi peut être utilisée, pour les autres, non

– On parle de « démocratie étudiante » alors qu’on sait que seulement 38% des étudiants boycottent leurs cours. Seulement 14 cégeps sur 48 sont en grève. Les représentants étudiants ne représentent donc pas la majorité de leurs membres.

– Les étudiants et Pauline Marois du PQ parlent d’une lutte pour la « justice sociale » alors que la solution du gouvernement Charest fait payer davantage les plus riches et donne plus de bourses aux plus pauvres.

– Les étudiants dénoncent que le gouvernement met en danger la paix sociale alors que ce sont les étudiants-anarchistes qui usent de violence

– Les professeurs veulent une école « libre » alors qu’ils portent le carré rouge

– Cerise sur le sundae: Un député du Parlement qui croit que « dans certains cas, les lois peuvent être transgressées ».

Critique d’un texte de Jacques Godbout intitulé « Le conflit étudiant est un affrontement culturel » (08:40)

– Critique du texte extrêmement prétentieux et condescendant d’un révolutionnaire tranquille

– Un conflit culturel? Certainement. Mais j’en propose un autre.

Est-ce un conflit intergénérationnel (10:30)

Qu’est-ce que le gouvernement peut faire? (12:05)


3 réflexions sur “Entrevue : Conflit étudiant: un conflit culturel?

  1. Quand va-t-on enfin leur donner leur « livre de comiques »? Dehors tous ces professeurs en vacances depuis trois mois qui appuient les boycotteux à nous frais, qui refusent d’enseigner aux étudiants. Vive l’école privée!

  2. J’ai entendu une partie de votre intervention ce midi par pur hasard. Je suis tout à fait en désaccord avec vous.

    Contrairement à ce que vous pensez il s’agit d’une grève étudiante.
    Les étudiants qui judiciarisent le conflit sont tous ceux qui ne sont pas allé voter, si tous les étudiant étaient allés voter il n’y aurait pas eu de grève.
    Nous vivions dans une fausse démocratie, le gouvernement actuel même s’il est majoritaire a été élu avec seulement 27% de la population et malgré tout il peut tout se permettre.
    Si on suis la logique du gouvernement à l’effet que les étudiants qui n’ont pas votés on droit à des injonctions pour accéder à leur cours, donc les québécois qui n’ont pas votés pour le PLQ ou qui n’ont pas votés seraient en droit de demander des injonctions pour ne pas suivre les lois de ce gouvernement.
    Les étudiants qui manifestent violemment son très très minoritaires, comme dans toute manifestation il y a des casseurs qui s’infiltrent et font le grabuge.
    La violence à été initiée par les policiers lors de la première manifestation à Québec face au parlementé. Frustrés qu’il n’y ait pas eu de grabuge ils ont provoqués les étudiants à la fin de la manifestation ce qui a provoqué des actes de violences, çà ç’est poursuivi à Montréal par la suite où les policiers ont fait preuve de sauvagerie. Lorsque les autorités envoi la brigade anti-émeute alors qu’il n’y a pas d’émeute ce un geste de provocation.
    Depuis le début de ce conflit le gouvernement a mal géré la situation, comme à son habitude jean Charest à laissé pourrir le dossier en pensant que le conflit s’estomperait de lui-même ce qui ne fut pas le cas. Il n’a jamais voulu négocier de bonne fois, il a trouvé chaussure à son pied avec les étudiants. Il est frustré de ne pas pouvoir déclencher ses élections ce printemps à cause de ce conflit il fait donc tout pour discréditer les étudiants pour mettre l’opinion publique de son côté.
    Les jeunes nous montres la voie du bon sens. Oui nous devons avoir la gratuité scolaire pour tous. Les biens pensants disent qu’ils sont gâtés car les frais de scolarité sont parmi les plus faibles, ce n’est pas une honte nous devrions être fier d’avoir les frais de scolarité les plus bas.
    Je suis fier des étudiants qui tiennent leur bout alors que la population s’écrase devant un gouvernement corrompu qui fait ce qu’il veut. Çà a pris deux ans pour que ce gouvernement déclenche une commission d’enquête sur la construction et le bon peuple continu à dormir.
    Non je ne suis pas de Montréal ni étudiant mais un travailleur de Québec où la population dort dans son petit confort béat obnubilé par la construction d’un nouvel amphithéâtre payé avec nos taxes et impôt qui nous coutera plus cher au profil des Péladeau de ce monde qui ont les moyens de se payer ce genre de phantasme mais ça çà semble être correct, avec ce 400 million les étudiants pourraient étudier dans de bonnes conditions. Cette population qui se fait lavé le cerveau par les animateurs des radios d’opinions d’extrême droite qui sont bien plus dangereux que les étudiants et les casseurs car insidieux.
    Comme il est écrit sur le mur du Grand Théâtre de Québec « Vous êtes pas écoeuré de mourir bande de caves ç’est assez ».
    Enlever vos oeillères, élargisser votre esprit. Prenez donc un peu de temps pour lire le journal Le Devoir des dernières semaines ou simplement depuis la fin de semaine vous comprendrez mieux. À moins que ce soit peine perdue. Vous êtes peut-être dû pour aller vivre au État-Unis où tout semble être tellement parfait , vous n’aurez pas à payer les avantages sociaux que nous avons au Québec et vous serez LIBRE de vous endettez à votre goût.

  3. @ Pierre Robert:

    La « démocratie » étudiante est une bouffonnade. je le sais, vous le savez et je sais que vous le savez: salles surchauffées par les leaders gauchistes, scessions interminables pour décourager les « verts », intimidation et violence envers ceux qui sont en désaccord avec les leaders, votes à main levée, quorum inadéquat, etc… Bref, ça n’a rien à voir avec la VRAIE démocratie; d’ailleurs, toutes les organisations étudiantes des institutions en boycott ont carrément refusé d’organiser des votes par internet et/ou secrets. On se demande bien pourquoi. Vous avez une idée là-dessus?

    Je passe rapidement sur votre « violence policière ». Les policiers ne font qu’appliquer les lois DÉMOCRATIQUEMENT votées par NOS politiciens ÉLUS et ce, depuis des centaines d’années. Je préfère de loin notre système actuel à celui où des vandales et des terroristes masqués seraient aux commandes de la société. Pas vous?

    Tant qu’à l’accès à nos universités, nous vivons dans la province où celle-ci est la plus facile en Amérique et le demeurera même après l’austement proposé par notre gouvernement. Il est totalement mensonger de prétendre que le manque d’argent est le motif par lequel certains ne peuvent aller aux écoles de haut savoir. le secondaire et le CEGEP sont GRATUITS et on y voit des taux de décrochage et de retardataires scandaleux. L’université est une question de cultuda d’abord et avant tout. La grtuité totale n’y changera rien. D’ailleurs, les universités les plus dispendieuses au monde (Cambridge, Harvard, MIT, etc…) sont les plus recherchées. Pouquoi diable?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s