Le socialisme, sauce Marois

Ainsi, selon la directrice des communications de Pauline Marois, Shirley Bishop, voter contre l’ajout de deux nouveaux paliers d’imposition en remplacement de la taxe santé serait « brimer cinq millions de personnes ». Dans sa grande générosité, Pauline Marois a effectivement versé dans le populisme le plus abject en promettant en février dernier, l’abolition de la taxe santé de 200$.

« Je savais qu’il y aurait des conséquences et je vais les assumer », nous dit-elle. Comme si « elle » allait assumer quoique ce soit. Bien sûr que non. Parce que, par les temps qui courent, il n’y a rien de plus facile politiquement que de s’en prendre aux « riches » et aux entreprises, évidemment. Nous sommes à l’ère du mouvement d’Occupy, souvenons-nous, et avec le PQ-Nouveau, c’est la rue qui mène.

On le sait. L’argent est là. Chez les riches. Ils en font trop. Et puis, ils ne la méritent pas. La « collectivité » n’est-elle pas en droit de recevoir la plus grande part du fruit de leur travail? Les entrepreneurs n’ont-ils pas à assumer une certaine responsabilité citoyenne? Que de jolis mots, n’est-ce pas? C’est, après tout, injuste, qu’il y en ait qui réussissent financièrement plus que d’autres, non? L’égalité des opportunités? Pas suffisant! On demande désormais l’égalité des conditions en oubliant l’égalité des efforts.

On fera abstraction du fait que le contribuable Québécois est déjà celui qui est le plus imposé, surtaxé et endetté. On fera également abstraction du fait qu’en tenant compte des crédits d’impôts remboursables, c’est 55% des contribuables québécois qui n’ont pas versé un cent d’impôt net. C’est-ti pas beau ça?

Et puis, ça ne prend pas grand chose pour être « riche » au Québec. Seulement 4% d’entre eux ont des revenus totaux de plus de 100 000 $. Pourtant, ils paient 33% de tous les impôts perçus par le Gouvernement. Mais qu’est-ce que je raconte? Ce n’est pas pertinent tout ça. Saignons les riches. C’est simple, simpliste et ça se comprend bien, sans compter que ça risque de plaire à ceux qui ont voté Québec solidaire et de les ramener dans le giron du Parti québécois… tout juste avant la prochaine élection.

En plus qu’ils ne sont pas nombreux, nos « riches ». Pas de risque qu’ils se mobilisent. Ils auraient l’air bien fous, non? Des ingrats, après tout ce que l’État leur a donné: une éducation gratuite (!), des soins de santé gratuits (!), une main-d’oeuvre hautement qualifiée (!), un environnement de travail harmonieux (!), un régime fiscal concurrentiel propice à faire des affaires (!) et j’en passe.

QUI DÉFENDRA LES SUPPOSÉS « RICHES »?

Pas de risque non plus que les partis politiques ou que les associations d’entrepreneurs, de chambres de commerce ou du patronat les défendent publiquement non plus. Bien sûr, ils exprimeront bien leur « inquiétude », ils diront qu’ils « ont des questionnements », et de façon tout à fait politiquement correcte, ils diront vouloir « donner la chance au coureur ».

Que de discours mielleux pour ne pas paraître trop capitalistes et sans coeur. Bien timides, oui, nos grands défenseurs des créateurs de richesse. C’est à se demander s’ils comprennent bien qui sont nos fameux « riches » et comment ils risquent de réagir face à un tel affront d’un État fraudeur dirigé par le Parti québécois de Madame Marois.

La première semaine, que dis-je, la première journée de gouvernance souverainiste du Parti québécois aura envoyé plusieurs signaux à la population et aux entrepreneurs du Québec: culture de la gratuité, victoire de la rue, co-gouvernance en partenariat avec les militants écologistes les plus radicaux, dogmatisme dans l’évaluation des opportunités de développement des ressources naturelles (gaz de schiste) et maintenant, la confiscation du fruit du travail des méchants « riches » du Québec.

Cet amalgame de signaux est tout ce qu’il y a de plus nocif dans le contexte actuel. Plutôt que de recourir à des vieilles théories marxistes reposant sur la « lutte des classes », Madame Marois aurait avantage à se soucier des conséquences à moyen terme de ses politiques. Et à écouter ce qui se dit dans les salons de nos supposés « riches » du Québec.

Demain: Maudits soient les « riches » québécois! En attendant, lire Coiteux ici.

27 réflexions sur “Le socialisme, sauce Marois

  1. Il serait intéressant d’avoir une liste par numéro (pas les noms) des 100 plus grands payeurs d’impôts avec le % d’impôt que le numéro 1 paye pour l’ensemble de la province et ainsi de suite jusqu’au centième.

    Ensuite, SI le numéro 1 décide de ‘déménager’, refaire la liste avec le nouveau numéro 1 et son % d’impôt et ainsi de suite.

    La théorie dit : « …. que dans un système de partage proportionnel le candidat moyen s’arrange toujours pour en faire le moins possible, car il aura toujours la moyenne. Le plus pauvre ne fera plus rien, ça il est certain de recevoir, et le plus riche, « écoeuré » d’être la vache à lait, finit par fermer la valve nourrissière.  » MAIS LE PQ-NOUVEAU ne voit pas cela ainsi !

  2. Le pire dans tout cela est que justement les plus riches sont déjà ceux qui paient le plus d’impôt. Comme vous indiquez 4% des travailleurs contribuent déjà pour 33% des recettes fiscales. À cela s’ajoutent les taxes à la consommation. Évidemment les plus hauts salariés consomment plus et donc paient plus de taxes à la consommation. Mais politiquement ce genre de taxes ne passent pas bien dans la classe moyenne. C’est donc beaucoup plus facile de taxer les « riches ». Mais à 130000$ par année, est-on vraiment riche!? Faut vraiment être petit pour croire que dès qu’on passe un salaire de 100000$ on est riche. Alors que cela devrait être l’aspiration de tous de travailler fort, grimper dans la hiérarchie d’une grande entreprise ou lancer sa propre entreprise, pour ainsi atteindre les revenus requis à se garantir un bel avenir, ici au Québec on tente de les stigmatiser comme des gens mauvais et égoïstes. Pourtant toute société pour espérer avancer se doit de se servir comme fondation de ses entrepreneurs et ses professionnels les plus ambitieux. Et ce n’est certainement en les invitants à quitter comme l’a fait récemment le journal libération en France avec son fameux « Casse-toi riche con! » que le Québec de demain va créer s’améliorer. Ce n’est certainement pas en prenant la route du socialisme, voir du communisme de la rue que la richesse va se créer. Et il ne faut pas oublier qu’un jour le reste du Canada va se tanner de payer pour nos beaux programmes sociaux. Ce jour n’est certainement pas loin où on devra apprendre à vivre selon nos moyens. Et si on n’est pas capable de le voir par nous même, je suis persuadé que très rapidement quelqu’un va nous le faire savoir.

  3. vous savez quoi…je pense que c’est idées ne viennent même pas d’elle.Elles viennent des radicaux de la séparation et du socialisme au QC.La Castafiore n’a pas l’intelligence de créer des mesures aussi radicales envers les créateurs d’emploies…don’t be inquiète Pauline ?

  4. Pingback: Le livre rouge du Parti Québécois « Etricher

  5. Incroyable! c’est tout simplement incroyable! je ne peux absolument pas croire qu’il se dise des inepties aussi grotesque en 2012! Pour des partisans de l’anarcho-capitalisme, vous ne semblez tout simplement pas comprendre la nature du profit, encore moins celle de la survaleur, mais est-ce véritablement surprenant? Je crois qu’il serait vraiment intéressant que vous retourniez lire les classique de l’économie politique, un Adam Smith par exemple, qui pourra certainement vous rappeler que l’accumulation capitaliste a pour base le travailleur. Vous savez ces payeurs de taxes et d »impôts « lâches » et « enfants gâtés », sur lesquels vous aimez bien taper! Les soi-disant « créateurs d’emplois », en s’appropriant par le salariat la force de travail d’autrui et le fruit de leur labeur, ne font que s’accaparer la richesse sociale (je souligne), il est tout à fait normal que cette même richesse soit ensuite redistribuer à ceux et celles qui l’ont véritablement créé via le système d’imposition. Je vous rappel que sans nous, les travailleurs, les « créateurs d’emplois » ne sont absolument rien et leur profit inexistant! Bien à vous, l’un de ces « enfants gâtés » qui est bien heureux de pouvoir avoir accès à un système de santé socialement responsable!

    • Quand vous parlez des anarchos-capitalistes pensez-vous aux médecins, chirurgiens, chercheurs, etc. dont le salaire est en haut de 100000$ par année et selon la rue sont des égoîstes à la limite des criminels ne méritant qu’une taxation déraisonnable? je ne cherche qu’à comprendre votre logique communiste.

    • Je crois qu’il serait vraiment intéressant que vous retourniez lire les classique de l’économie politique, un Adam Smith par exemple, qui pourra certainement vous rappeler que l’accumulation capitaliste a pour base le travailleur. Vous savez ces payeurs de taxes et d”impôts “lâches” et “enfants gâtés”, sur lesquels vous aimez bien taper! Les soi-disant “créateurs d’emplois”, en s’appropriant par le salariat la force de travail d’autrui et le fruit de leur labeur, ne font que s’accaparer la richesse sociale (je souligne), il est tout à fait normal que cette même richesse soit ensuite redistribuer à ceux et celles qui l’ont véritablement créé via le système d’imposition. Je vous rappel que sans nous, les travailleurs, les “créateurs d’emplois” ne sont absolument rien et leur profit inexistant!

      Incroyable que certaines personnes puissent encore adhérer aux mythes marxistes. Vous aimeriez qu’on lise Adam Smith, vous devriez plutôt lire Böhm-Bawerk qui a depuis très longtemps réfuté ce que vous avancez. Le travailleur ne pourrait créer aucune richesse sans le capital, l’outillage et les matières premières fournies par l’entrepreneur et l’investisseur. De plus il devrait attendre que le produit fini soit vendu avant de pouvoir encaisser sa paye, si ce n’était pas pour le fait que ces investisseurs ont avancé l’argent pour le payer. L’entrepreneur ne vole pas le fruit du labeur d’autrui, il le loue le labeur par contrat volontaire. Personne ne force un travailleur à accepter un emploi qu’il ne veut pas faire. Le reste du produit (la matière première pour le produire et les outils pour le travailler) n’ont jamais appartenu à salarié en premier lieu.

      Si vous croyez que c’est si facile de gérer une entreprise, je vous invite à essayer. Sinon, je vous invite à vous taire.

  6. Il y a deux côtés à une médaille et on dirait que certains n’en voient qu’une… celle de « droite« . Si vous voulez que le nombre de « riches québécois«  augmente ben il faudra accepter de les aider à améliorer leur sort… comment? Et oui avec un système d’éducation aussi accessible que possible, avec des CPE à 7$, etc. Cela fera en sorte que plusieurs pourront améliorer leur situation et contribuer davantage par leurs impôts. La « droite«  à elle seule peut seulement aider ceux qui sont déjà riches à s’enrichir davantage.

    • Si vous voulez que le nombre de “riches québécois“ augmente ben il faudra accepter de les aider à améliorer leur sort… comment? Et oui avec un système d’éducation aussi accessible que possible, avec des CPE à 7$, etc. Cela fera en sorte que plusieurs pourront améliorer leur situation et contribuer davantage par leurs impôts. La “droite“ à elle seule peut seulement aider ceux qui sont déjà riches à s’enrichir davantage.

      Si ce que vous dites était vrai, comment se fait-il que nous sommes si pauvres en riches et riches en pauvres? Le Québec est la seule province qui a des garderies subventionnées et les 2e plus bas frais de scolarité au Canada. Pourtant, notre taux de diplômation est parmi les faibles et notre taux de décrochage parmi les plus élevés.

      Voyez-vous, puisque les plus riches bénéficient autant des garderies subventionnées que les plus pauvres, ce système crée actuellement une redistribution de richesse des pauvres vers les riches, parce que plus de riches en bénéficient que de pauvres. Ironique, non?

      Pour créer de la richesse, il faut que les entreprises puissent compter sur un environnement fiscal et règlementaire sain et prévisible, ce n’est pas le cas ici.

  7. 50 sous par jour. Faites votre juste part. Si c’était pas trop chère pour les étudiants, c’est encore bien moins chère pour un riche. .50$ par jour, un petit effort, faites votre juste part

  8. Les riches ont autant besoin d’amis, d’amour que les pauvres. Avec leur argent, ils fournissent à toutes sortes d’oeuvre. Si vous écoutez les résultats des campagnes de charité, ils sont faramineux. Les pauvres, à eux seuls, ne cumuleraient pas autant. Disons merci aux riches qui nous dorlotent sans nous discriminer. Merci les riches. Nous sommes bien avec nos capitalistes.

  9. Je suis médecin, et je suis évidemment dans la catégorie des « vaches à lait de Pauline ».

    Si elle réussit a convaincre la populace (et l’Assemblée Nationale) que me prendre de force deux tiers de mon bien équivaut à « faire ma part » je m’engage a diminuer mon travail de telle façon a ne pas payer UN sou de plus en 2013 qu’en 2012. Il y a des limites a se faire tondre la laine sur le dos, et se faire cracher dessus en plus…

    Je passerai plus de temps avec mes enfants et ma famille, prendrai plus de vacances et tant pis pour les listes d’attente!

    • as tu oublier que ton diplôme et les frais de scolarité tu le doit a la classe moyenne que tes prêt et bourse aussi la vache a lait du Québec ses pas toi ses la classe moyenne et la elle en peu plus maintenant redonne un peu de ce que la classe moyenne ta permis de réaliser oui ses ta juste part a chacun sa part a donner selon ses moyen normal que la tienne soi plus grosse que la mienne .de toute façon un de plus ou de moins les médecins ses comme les commis chez wal-mart on ses qu’il en as mes on passe notre temps a les chercher et quand t’en trouve il te fait attendre

    • @gravel Cher monsieur je ne dois RIEN à la classe moyenne, j’ai amplement remboursé mes frais de scolarité lourdement subventionnés certes avec mes impôts sur mes premiers 3-4 ans de pratique.

      Tout ça pendant que je négligeais ma vie familiale pour travailler plus, plus toujours plus.

      Et je voyais Gouvernemaman prendre mon fric pour graisser la patte des entrepreneurs véreux, faire du capitalisme de copinage, promettre des centaines de millions pour construire des amphithéatres de hockey et même vouloir faire de la spéculation minière dans le Grand Nord!

      Je considère que même à 48.2% d’imposition on me vole, à 55.2% on m’insulte en plus!

      J’ai une question pour vous: Après toutes les taxes additionnelles (municipales, scolaires, tvq, écotaxes…etc) on arrive facilement autour de 70% de mes revenus que l’on me prend de force pour les gaspiller a qui mieux mieux quelle que soit la couleur du parasite qui gouverne la province…

      Combien considérez vous que je dois donner pour « faire ma part »?! 80% ? 90%? Quand allez vous être satisfaits? Vous, Pauline et les autres vampires de « La classe moyenne » sans laquelle je ne serais rien d’après vous. Foutaises!

  10. Tout indiquait que Pauline Marois Marois serait une mauvais Première Ministre. Elle confirme les pronostics au-delà de ce que les plus pessimistes pouvaient anticiper. Non seulement elle fait exactement en seulement 4 jours l’inverse de ce qui permettrait au pays de retrouver la croissance et elle multiplie les pauvres, mais elle semble vouloir le faire à un rythme frénétique.

    Afin, a-t-elle dit, de protéger l’environnement, Marois a déclaré devoir « déclassifier Gentilly» une centrale nucléaire parmi les plus sécuritaire du monde. Sur cette hypothèse, 800 travailleurs perdront de cette région leur emplois et cela en moins de 24 heures suite a son assermentation. Il n’y a a pas que cela elle stoppe le gaz de schiste, l’amiante et j’en passe. Doit on en conclure que l’essentiel sera censé venir d’un accroissement massif des impôts.
    Mais cela elle est déjà en voie de le faire comme en fait foi cet excellent billet de Mme Marcotte.

    Pauline Marois n’a toujours pas compris (si elle avait compris, elle ne serait pas gauchiste, je sais) que les impôts et les taxes prélevés sur les entreprises sont toujours payés par le consommateur et par les salariés, et conduisent à une moindre compétitivité, donc à moins de croissance, à moins d’emplois, à moins d’exportations et de consommation.

    Mais de toutes façons, même si elle comprenait tout cela, je suis sur que ce serait le moindre de ses soucis, car c’est le pouvoir a tout pris qu’elle veut. Devenir le chef éventuel d’un gouvernement majoritaire vaut le coup de sacrifier l’économie du Québec. De plus, on sait tous que son Mari est multimillionnaire et qu’il a pris soin de placer son argent hors du Québec, sachant très bien ce que sa femme allait faire comme dégât.

  11. Au Québec de Pauline Marois, si tu fais des efforts pour garantir ta situation économique, tu paies. Si tu cries à l’injustice, d’être obligé de faire des efforts pour mieux vivre, tu reçois. Vraiment triste! Les valeurs sociales sont imprégnées d’égoïsme. À ce compte-là, je suis presque soulagée de faire partie de la génération des aînés.

  12. Certaine personnes de la classe moyenne sont très sensibles à la démagogie de droite ainsi pour eux remplacer une taxe régressive de 2 à 400 $ qui s’applique à tous ( une taxe inéquitable) par une imposition progressive est une injustice! Marcotte ne défend pas la classe moyenne ici mais une idéologie de droite. Pour ce qui est de dire que s’opposer au gaz de schiste sans études scientifiques est de la démagogie, il faut conclure à la démagogie de la France et de de nombreux pays. De nombreuses études prouvent qu’il y a des risques importants à la production à grande échelle des gaz de schiste. De plus la production américaine actuelle est à cout très bas ce qui fait baisser le prix de l’exportation de l’électricitié. Nous pouvons nous procurer ce gaz à bas prix des États-Unis et ainsi éviter la pollution et hausser la demande. Le gaz sera encore sous terre pour une ou deux générations, IL PRENDRA DE LA VALEUR, en attendant une méthode d’exploitation moins perturbante et polluante.En passant madame Marcotte les gens ont le droit de ne pas vouloir de cette industrie chez eux, la pollution c’est une taxe sur la vie. Une taxe que les gens de votre idéologie refusent de comptabiliser et pour cause. ils feraient bien moins de profit sur des opérations qui en fin de compte ne sont pas rentables pour l’ensemble de la société.

    • Le problème n’est pas le fait de remplacer la taxe santé par plus d’impôts au riche, c’est que vous pensez que ça va réellement compenser le manque à gagner, ça ne fonctionnera pas. Les riches sont mobiles et en France, ils fuient présentement le pays pour la Suisse ou la Belgique. Quand ils seront partis et qu’ils auront fermé leurs usines, qui va payer le 30% de l’impôt qu’ils paient présentement?

      Le problème est qu’aucun gouvernement ne considère qu’il faudrait plutôt regarder la colonne des dépenses que la colonne des revenus pour balancer le budget…

  13. C’est une dure medecine, mais il est bon que le PQ soit là, ils ne peuvent pas se cacher, derriere des mots, voici des gestes, des conséquences réelles, imaginons la séparation ,avec des gestes et idees comme nous les voyons , maintenant, minoritaire, nous pouvons changer cela, nous devons éliminer a tout jamais cette option du passé, et voter pour le progrès economique pendant qu’il en est encore temps.
    La commission Charbonneau va faire la lumière sur des allégations, on verra qui faisait quoi, puis on recommence, avec du nouveau monde,
    On verra sans doute tres peu de politiciens provincial et beaucoup d’ingénieurs et politiciens municipal.

    Il reste peu de temps au capitalisme plus social qui existe au Canada de survivre, alors essayons de ramener les investisseurs avant qu’ils ne regardent ailleurs et que nous devenions la Grece de l’amérique du Nord.

  14. Votre article est juste et véridique , pourquoi demeurer au Québec ? J’ai tellement le goût d’aller vivre ailleur , d’ailleur je suis en préparation d’un deménagement là ou nous avons le droit d’être riche.

  15. Lisez ce commentaire.
    Les riches ne cherchent plus uniquement le profit. Ils sont souvent aussi riches que philanthropes. Faites attention! Devant ces nouvelles mesures d’entraide, plusieurs riches comprennent déjà que le simple peuple contribue à plus que sa juste part. Ainsi, ils accepteront fièrement de participer eux aussi à l’édification d’une société meilleure.

    Votre billet, Mme Marcotte, est méprisant envers les riches que vous dites défendre. Il les décrit comme de simples pantins assujettis à la loi de l’offre et de la demande. Soyez plus polie si vous souhaitez vous mettre de notre côté.

  16. Pingback: Retour sur 2012 : L’année de la polarisation – Le blogue de Joanne Marcotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s