Les grandes leçons de 2012

Voici, selon moi, les grandes leçons de 2012 sur le plan politique.

1. En campagne électorale, on peut dire n’importe quoi et… les gens nous croient. Que fera le Parti québécois pour séduire un nouvel électorat la prochaine fois?

2. Le mieux qu’on puisse espérer pour encore un bout de temps, ce sont des budgets de type Marceau-Bachand.

3. Un lobby efficace doit être bruyant, peut défier les lois, les injonctions, faire du vandalisme, être propulsé dans des médias amis, et renier des droits fondamentaux d’accéder à l’enseignement. Il peut même ne plus avoir besoin de la majorité de la population… en autant qu’il ait l’appui du Parti québécois, des médias et artistes nostalgiques soixante-huitards, et SURTOUT, des syndicats.

4. Radicalisation du discours et du conseil des ministres du Parti québécois.

5. La Commission Charbonneau était nécessaire, due et doit être un objet de grande fierté. Bravo aux commissaires. Vous rendez un fier service à la population québécoise. Espérons qu’il en sortira une petite révolution dans les processus d’octroi de contrats du public.

Écoutez ma chronique en cliquant ici.

18 réflexions sur “Les grandes leçons de 2012

  1. La pire des pires années ce 2012 depuis les 10 dernières. Ce qui m’a viré le plus à l’envers fut la violence gratuite des étudiants anarchistes et leurs stratégies diaboliques journlières pour chambouler le Québec à l’envers pendant des mois…je ne pensais vraiment pas que les Québecois pouvaient être des terroristes aussi sauvages à ce point. Souvent ils étaient très près de mon domicile.

    Je ne suis pas une peureuse, mais la c’était trop c »était vraiment la guerre,….. c’était horifiant!

    Je pensais comment les choses tourneraient après un référendum gagnant ou tout le monde perdrait la tête, je pense que Montréal en entier passerait au feu..c’est ce qui me passait dans la tête! Je pensais déménager et j’y pense encore avec la mauvaise gérance de nos impôts et le laxisme qui y règne.

    D’entendre parler de souveraineté et de langue tout les jours s’ajoute a l’ambience pitoyable et désagréable de vivre dans cettre province. Serais-je içi en 2013?

  2. T,es pas le seul a vouloir demenager ….
    Quand 33% est une majorité……
    Et que 55% tu passes tes examens !!!!!
    Qu,est devenu notre société ????
    Ca me desole …………………

  3. Mis à jour le 24 novembre par Maxime Bergeron, la Presse.

    La première ministre Pauline Marois et son mari sont en négociations avancées pour acheter un luxueux appartement de près de 3 millions de dollars dans le Vieux-Montréal.
    Question : Comment fait-elle pour se payer ça ? Pauvre parvenue.

    • M. Bouchard,
      Ne saviez-vous pas que le mari de Mme Marois, avant d’être employé de l’État, travaillait pour la compagnie Beaver Asphalt, une compagnie active dans le pavage et les infrastructures.  »Follow the money trail », comme disent les Anglais!

  4. Une chance que le Québec fait partie du Canada, sinon on ressemblerait aux grecs. On devrait remercier le Canada pour nous permettre de vivre comme on le fait, dans un pays d’abondance et de liberté.

  5. je ne saurais trop recommandé aux jeunes qui ont du talent et la volonté de réussir de quitter cette province qui ne les enrichira jamais bien au contraire ceux qui resteront devront assumer de payer les fonds de retraites de fonfons gras du bide babyspolier

  6. PAUFINE Marois est la plus éloquente exemple de gaugauche caviar il vont a quel ecole public les flo a paufine combien de piece compte son snob chateau madame paufine ca lui prenait une toilette silencieuse quui nous a couter plus de 100 milles dollars pour son gros cul

  7. Madame Edwarth, je suis un comptable qui s’inquiète de la façon dont les médias éduquent la population. Je m’inquiète pour les familles de la classe moyenne qui sont en ce moment les moins imposées en Amériques du Nord (après avoir reçu les allocations familiales, soutien à la famille etc…). Une famille ayant deux enfants et gagnant 80 000,00$ par année paie environ 8000,00$ en impôt provincial. Si on calcul 44% de ce montant qui va à la santé soit 3520,00$ et qu’on le compare au coût moyen de 14 000,00$ pour assurer une telle famille aux États-Unis on s’aperçoit rapidement que le système que vous prôner ne fait pas de sens. Je vous invite à consulter les tableaux de
    Claude Laferrière sur le site du Centre Québécois de formation en fiscalité pour comprendre comment fonctionne la fiscalité au Québec.

    • M. Gendron, rien n’empêche qu’on nous siphone et qu’on cherche d’autres moyens pour pouvoir nous siphoner davantage.

      Madame Marois avec ses promesses qui ne tenaient pas économiquement, ne pensait pas au bien du Québec, mais seulement d’acquérir le pouvoir. Ignoble cette femme.

      Une chose est sure le Québec dépense l’argent qu’il n’a pas en plus de l’argent que les provinces riches nous donnent. Indigne!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s