Allez les enfants: Venez à moi et votez!

MaroisCasseroleMarois songerait à faire voter les 16 et 17 ans. Puisqu’il faut s’amuser quelques fois à commenter sur des insignifiances, allons-y avec l’orientation des péquistes, votée en congrès, de permettre le vote à 16 ans. On parle ici de jeunes du secondaire IV et V qui pourraient cocher « Oui » ou « Non » à l’indépendance du Québec et qui auraient droit de vote aux élections.

Si l’on se fie à certains historiens extrêmement préoccupés du niveau de connaissances des jeunes de cet âge et qu’on ajoute à cela leur méconnaissance absolue de l’état des finances publiques du Québec, on se désole que cela mérite même d’être un sujet de conversation.

Il ne reste donc plus qu’à s’amuser avec la chose. «Quand on a discuté de cela au Parti québécois, il y a eu beaucoup de critiques », nous dit Madame Marois. « Qu’un autre chef d’État songe à faire cela, ça veut peut-être dire que ce n’est pas si bête finalement.» Euh… Non. C’est totalement bête.

Et puis, si ça la rassure de savoir qu’il y a des gens en Écosse qui « pensent comme le Parti québécois », on peut suggérer à Madame Marois de poursuivre son voyage. Il y a aussi beaucoup de gens en Grèce qui pensaient comme le Parti québécois…  On voit le résultat aujourd’hui et surtout, ce qui nous attend demain.

Parlant de culture politique, le sociologue Henry Milner écrivait, en 2004, La compétence civique : Comment les citoyens informés contribuent au bon fonctionnement de la démocratie. C’est quoi ça, les compétences civiques? En gros, c’est ce que doit savoir tout bon citoyen pour participer à la démocratie de façon éclairée et constructive.

Et bien, figurez-vous que les compétences civiques d’un peuple, ça se mesure. Comment? En mesurant le taux d’alphabétisation, le niveau de scolarité, les aptitudes à la lecture et à l’écriture, le taux d’abandon scolaire, le tirage des quotidiens, le nombre d’heures passées devant la télévision, la participation aux activités d’éducation des adultes et la fréquentation des bibliothèques.

Résultat : en matière de compétences civiques, le Québec fait piètre figure et les anglophones surclassent les francophones dans la majorité des cas.

Bien sûr, personne ne doute de la bonne intention des péquistes de faire voter des jeunes adolescents. Croyant que les jeunes sont plus portés à voter pour une gauche souverainiste péquiste, l’opportunité existe pour aller chercher quelques points de pourcentage. Le PQ devrait pourtant se méfier. Contrairement à ce qu’ils peuvent espérer, selon une récente étude, c’est Québec solidaire qui a le plus de jeunes dans ses rangs. Près de la moitié (46%) de leurs électeurs ont de 18 à 34 ans.

Enfin, quoi de plus normal comme idée provenant du Parti québécois. Après avoir infantilisé les adultes, quoi de plus naturel que de faire voter des enfants. Ça va de soi, non?

11 réflexions sur “Allez les enfants: Venez à moi et votez!

  1. bonne intention? Si la mentalité depuis 95 n’a pas changé, alors les 16-17 ans sont en majorité POUR la séparation. AUssi, comme le révèle l’étude, les ‘jeunes » sont également fortement socialistes.

    D’ailleurs, chaque fois qu’on a augmenté la franchise de vote, l’État a pris de l’expansion…

  2. Madame Marcotte, si vos semblables considèrent que l’on devrait emprisonner un jeune de 16 ans qui commet un crime (même 14 ans selon les plus radicaux de votre mouvance idéologique), c’est parce qu’il a conscience de ses actes. Alors pourquoi le traiter en adulte seulement lorsque vient le temps de le punir?

  3. Bernard Landry sur les ondes de RC était fier de nous apprendre que les historiens québécois étaient à 90% souverainistes. On parle de réinstaurer les cours d’histoire dans nos écoles.. j’avoue que c’est inquiétant..

    La fin justifie les moyens .. Endoctriner nos jeunes du secondaire et les faire voter.

    Je refuse ce pays qui n’aura pu prendre forme que par le vote des enfants.. Cette voie est sans issue.

    On a tous été témoins des manifestations étudiantes.. et des enseignants gauchistes qui ont déshonoré leur profession en déambulant aux côtés des carrés rouges.

    Voilà la raison fondamentale pour contrer cette stratégie complètement irresponsable.

  4. La maternel peut-etre? Je suis certain qu’ils sont plus politiquement instruit que les 16-17 sous l’emprise de leur hormones

    • Norbert poulin.S.V.P. Le fait de mettre en réclusion les petits crétins mal élevés dans un endroit qu’ils ne peuvent plus faire de crimes n’a rien a voir avec le vote de 16,17 ans. Ce que vous faites s’appelle DÉMAGOGIE. Je vous comprends c’est le sport des gauchistes du Québec. Voyons des jeunes qui ne connaissent rien sauf la minorité d’eux. Mme Marois veut le POUVOIR. On verra en 2014.

  5. @ Yvon Grenier. Monsieur, la droite libertarienne, dont vous faites probablement partie, prône la responsabilité individuelle tous azimuts. Donc, pourquoi voulez-vous responsabiliser les jeunes délinquants par rapport au crime commis, et ne pas responsabiliserpas les jeunes par rapport au devoir de citoyen? Je ne dis pas qu’il faut accorder nécessairement le droit de vote aux 16 ans, mais que la position des tenants de la droite comme vous et madame Marcotte est paradoxale…

  6.  » Il y a aussi beaucoup de gens en Grèce qui pensaient comme le Parti québécois… On voit le résultat aujourd’hui et surtout, ce qui nous attend demain. »

    Et après avoir écrit ça vous pensez que vous connaissez quelque chose aux finances publiques?

    – Un jeune de 17 ans, qui travaille et paye des taxes.

  7. Faut tu être pitoyable. Ces illumines sont un danger pour la société Québécoise et son prêt a tout pour se maintenir au pouvoir. Ca presse de les sacrer dehors a grand coup de pied au cu!

  8. « Résultat : en matière de compétences civiques, le Québec fait piètre figure et les anglophones surclassent les francophones dans la majorité des cas. »

    Remarquable…
    Durant les manifs des étudiants au printemps dernier, on n’a pas trouvé du coté anglophone des pauvres, assisté sociaux, chaudronnés.

    Tel que les péquistes Martine Desjardins, Léo Blouin et Gabriel Dubois, incapables de s’ajuster à une hausse des droits de scolarité de 5 $ par semaine.

    Vraiment, les francophones du PQ, sont le summum de la misérabilité, au Québec. Ils font pitié.

    SP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s