Du gros christie de n’importe quoi

MassConfusionAbsolument fascinant. On déplore peut-être le cynisme de la population à l’égard de la politique mais avec tout ce qu’on entend, ça n’aide pas!

Il y a d’abord la querelle autour du sous-financement des universités. Sont-elles sous-financées, oui ou non? De 800 millions? De 300 millions? Pas du tout? Non mais… Il semble qu’on ne s’entende pas. Les fonctionnaires du ministère de l’Éducation rapportent que les universités ne sont pas sous-financées. Selon Marois, elles seraient même sur-financées!!! Pierre Fortin parle d’un sous-financement de 300 millions, mais l’ex-recteur Robert Lacroix parle de 800 millions.

Joseph Facal, lui, met en contradiction Pierre Fortin avec Pierre Fortin. Très poliment, il lui conseille de se rappeler qu’il a déjà décrié le sous-financement des universités et lui conseille d’arrêter de jouer avec ses scénarios d’indexation…

Facal met aussi en opposition Jacques Parizeau avec Jacques Parizeau. Alors que « Monsieur » suggère maintenant la gratuité, il lui rappelle une déclaration qu’il avait faite en 2007 à l’effet qu’il fallait injecter des sommes supplémentaires dans le réseau et qu’il fallait le faire de façon urgente…

Et puis, il y a le sens des mots qui prend le bord. Un gel, est-ce un gel, oui ou non? Pas si simple. Pour Marois, lorsqu’elle parle aux étudiants, un gel, c’est un gel. Lorsqu’elle parlera aux recteurs, un gel, c’est une indexation des droits de scolarité. Comprendo? C’est du Bill Clinton à son meilleur. Souvenons-nous: « It depends on what the meaning of the word « is » is… »

Un autre mot galvaudé: déficit. Celui-là, il est galvaudé depuis un bout de temps. Tout le monde le sait maintenant. Nos « déficits zéro », c’est une farce. Comme je l’écrivais hier sur mon blogue, les universités pourront faire de vrais déficits pour que le gouvernement puisse dire qu’il fait un faux « déficit zéro ». Comprenne qui pourra.

Finalement, Parizeau considère que la gratuité des études universitaires est « réaliste » si le Québec récupérait la taxe sur le capital des institutions financières qui rapporte 600 millions. Mais voilà, c’est que le chroniqueur Francis Vailles nous révèle ceci ce matin:

En passant, avant d’être abolie, la taxe sur le capital des institutions financières ne rapportait pas 600 millions, comme le dit Parizeau, mais 164 millions (page 15, document Statistiques fiscales des sociétés, 2006).

Et l’allégement de 164 millions des banques a été de courte durée, puisque leur taxe sur le capital a depuis été remplacée par une autre taxe semblable qui rapporte aujourd’hui 210 millions. Disparus les 600 millions…

Ben coudonc! Il se sera essayé.

Finalement, le droit de grève. Et c’est là, le plus épeurant. Est-ce qu’on peut s’entendre que ce fameux « droit de grève » n’existe pas? Eh bien non. Il y a du monde au Québec qui propose au ministre une « convention collective nationale étudiante« . C’est-ti pas beau, ça?

Et faisons-nous peur d’aplomb. Tant qu’à verser dans le complot (référence ici à Bernard Drainville), est-il imaginable que Madame Marois ait promis un droit de grève à l’ASSÉ pour acheter la paix?

J’exagère? Plusieurs trouvaient que j’exagérais quand je les mettais en garde contre les partisans de la gratuité. De quoi parlons-nous présentement, dites-moi?

Et pendant ce temps, Daniel Breton cogne des clous et le gouvernement vote pour une motion contre le gouvernement lui-même. Allez! Bonne journée!

15 réflexions sur “Du gros christie de n’importe quoi

  1. Une suggestion pour les étudiants  » casseroles « .

    Tant qu’à demander une convention collective des étudiants, pourquoi ne pas régler le problème complètement?

    Demandez un salaire pour aller étudier avec une augmentation assurée à tous les ans, un fond de retraite payé par les contribuables en entier, des vacances dans le Sud pour la performance, et ce ne serait pas trop une prime de départ quand vous quitterez l’université pour vous aider le temps que vous vous trouviez un emploi satisfaisant toutes vos ambitions.

    Tant qu’à brûler les étapes brûlez-les complètement!

    The sky is the limit! Alléluia,

    • La seule raison que la « convention » du « droit de grève » est une idée discutable en mon sens est simplement que j’y mettrait la même règle que pour les travailleurs:

      50%+1 DE TOUS LES FUCKING MEMBRES (ou ± 250 000 vote de grève au TOTAL).

      VOTE SECRET,
      sinon sacrez-nous patience.

      PS. Pas de possibilité de grève sur les FRAIS (et non droits) de scolarité. Un autre mot avec définition trop chargée à mon goût…

      Qui veut une convention collective de même pour les étudiants :-P?

      Évidemment aucune chance avec Marois au pouvoir, mais on peut toujours garder ça dans un dossier à portée de main…

  2. La 1ère « grève » s’est éternisée avec l’immense support des médias qui les suivaient pas à pas avec leurs projecteurs et donnaient le micro à ces anarchistes d’étudiants plusieurs fois par jour pour que les leaders puissent pomper tout le monde, n’importe qui, à les suivre dans leur parade dans les rues.

    Tout le monde les suivait pour avoir une chance de se faire voir à la télé, les pepéres, les meméres, les petits bouts de choux, les BS. Il faisait beau, c’était l’fun et ils esperaient se voir à la télé.

    Si les medias télévisés ignoraient (à part quelques petites secondes de diffusion ) les grèves s’éteindraient beaucoup plus vite. Avez vous remarquez que jamais les journalistes ne demandent des questions pertinentes et qu’ils offrents simmplement le micro aux leaders pour qu’ils fassent leur promotion gratuite de toutes leurs demandes avec une verbosité qui accelere à une vitesse vertigineuse. Des boites à parler que les journalistes n’osent pas interrompe!

    Au lieu de leur donner le micro gratuitement, pourquoi les journalistes ne sont pas ceux qui sont en charge de la diffusion et ne demandent aucunes questions

    « Pourquoi avez vous choisi ce genre de protestation avec de la violence pour vous exprimez?

    Deuxième question:  » Saviez vous que le Québec à une des plus grosses dettes sur la planète et que nous reçevons des Milliards des provinces riches parce que nous sommes un province pauvre ». Nous sommes dans le trouble.

    Troisième question: « Que pensez vous, qu’en ayant les frais les plus bas en Amérique du Nord à $2,000 vous n’êtes pas satisfaits sachant qu’en Ontario et N.B. les frais sont de $6,000.

    J’ai parlé à plusieurs étudiants et « pas un seul » est au courrant que nous avons une des plus grosses dettes sur la planète ett que nous reçevons des Milliards des provinces riches du Canada, parce que nous sommes une province pauvre. Voilà pourquoi ils cassent des vitrines parce qu’ils ont aucune éducation sur l’économie de la Belle Province.

    Le Quebec, le Pays des Merveilles ou l’argent tombe des arbres est en pleine forme!

    • Pire que ça, la plupart n’étaient même pas capable de faire une phrase claire (sujet verbe complément) à la question : Pourquoi êtes-vous ici, maintenant (durant les marches)?

      Et encore pire pour commencer à balbutier le germe d’un début d’une idée. (à noter que l’adjectif réfléchi ne fait pas partie de ma description).

      Et j’ai « investi » 2000+ heures de mon temps à suivre ce qui se passait et à m’éduquer du mieux que je pouvais dans ce mon inconnu pour moi à ce moment. J’en ai vue une quantité assez importante « d’entrevues » pour me faire une bonne idée du portrait global.

    • Vous avez raison sur toute la ligne Mme Houde Edward. Aujourd’hui les médias ( en partie) les artistes et les syndicats protègent le PQ et donnent beaucoup moins de visibilité aux contestataires , ce qui donne une certaine marge à Marois qui le sait très bien .
      Bravo Mme Marcotte de dire les vrais choses , il faut absolument faire passager le message à la majorité silencieuse qui n’a pas voté PQ
      En passant Charest avait l’appui de 68% de la population pour augmenter les frais de scolarité mais les médias préfèrent dire que le PQ a la population de son bord pour l’indexation. Deux poids, deux mesures !!!!

  3. est-il imaginable que Madame Marois ait promis un droit de grève à l’ASSÉ pour acheter la paix?

    Avec tous les cafouillages qu’elle fait depuis son élection, un de plus, un de moins, ça ne changera pas grand-chose ! Euh! à l’incompétence!!!

  4. Ce soir à 24 heures en 60 minutes à RC, on célébrait la première année du conflit étudiant en compagnie de qui? de Gabriel Nadeau-Dubois et Martine Desjardins….C’est complètement indécent. Les journalistes de RC déshonorent leur profession..

    C’est drôlement inquiétant de voir nos journalistes gauchistes souverainistes utiliser sans aucun scrupule la tribune d’Etat fédéral pour faire leur propagande.

    La fin justifie les moyens.. C’est ce que j’ai lu d’un certain chroniqueur intellectuel qui déclarait que la grandeur peut exiger en effet que la fin justifiasse les moyens..

    La grandeur s’applique aux idéologues souverainstes, évidemment.. aucun fédéraliste ne possède le savoir intellectuel indissociable d’une pleine conscience de l’intérêt du peuple.. Eux les intellectuels souverainistes savent.. ils ont trouvé la Lumière..

    • Ces journalistes ne se gènent pas pour accepter leur chèque de paie ainsi que leur pension lorsqu’ils prennent leurs retraite. Et tout cela payé par les impôts de TOUS LES CANANDIENS. Ils semblent que cela ne les dérangent pas ces souverainistes. Je ne comprend vraiment pas pourquoi que le Gouvernement Fédéral ne leurs coupent pas les fonds. Ils ne sont pas mieux que les étudiants qu’ils recoivent sur leur plateau.

  5. Hélène Beaulieu
    «C’est complètement indécent. Les journalistes de RC déshonorent leur profession..»

    Je n’écoute plus que très rarement Radio-Can. En effet, ils déshonorent leur profession. Même Anne-Marie Dussault, je la trouve pas mal uniforme, ennuyeuse et sans relief. Tout le monde en parle, on n’en parle pas: du «blablating» de gens en mal de publicité simpliste. Guy A, très peu pour moi! Le plus intelligent: Harper qui ne s’y est jamais présenté. Bravo!
    Un 11 septembre, l’année dernière je pense, on nous avait présenté un reportage où des islamistes se défoulaient – imaginez, le 11 septembre – quelle empathie avec nos plus proches voisins avec lesquels on fait 75% de nos échanges commerciaux – et le foutu reportage se terminait avec une niqabée, oui oui, une niqabée avec verrres fumés en plus, qui nous annonçait qu’ils allaient gagner parce qu’Allah le voulait. Depuis ce temps-là et pour plein d’autres raisons, Radio-Can me fait zapper et fuire!

  6. Pardon, je n’ai jamais été capable d’écrire «fuir» comme il faut. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours tendance à y ajouter un e, allez savoir pourquoi!! Donc, Mme Marcotte, pas si grave que ça le «époeurant»!!

  7. OH pardon ¸a ce sont les membres forcés, mais ils nont pas voté sur la gratuité. Durant tout le conflit ils nont jamais eu le vote de plus de 50% de leurs prétendus membres alors quils nont meme pas choisi den faire parti ou non, idem les employés syndiqués qui se font leurer par les magoueilleur de premi`re classe qui ne leur présente que les offres quils veuelent bien et imposent ainsi a lensmble des employé et des entreprises leur pouvoir. Aséé cest assé on doit tasser les syndicats.
    La coalition contre la tarification et la privatisation des services publiques cest une véritable menace a la démocratie, aux finances publiques et a la paix.

  8. Oserons t-ils allez au coeur du problème. Les liens entre politiques-syndicats-mafia pauvre de petits investisseurs qui investissent leurs économies dans un fond qui finance la désobéissance civile pour renverser les gouvernements et imposer leurs propres intérêts devant ceux des payeurs de taxes, des travailleurs, des étudiants, de l’éducation et de la paix. Leur présence est partout ou il y a de graves conflits. Ils les alimentent avec notre argent pour controler l’église, les gouvernements, les travailleurs, les fonds publics. Pas surprenant quwen Turquie, en Grèce, au Québec, etc on soit dans le trouble. On a pas trouvé le moyen dimposer la démocratie au dessus des intérêts de ces organisations. Ici comme ailleurs ilos pactent les assemblées, font de la casse, de lIntimidation, de la collusion, de la corruption pour régner. Cest pour quand les votes légitimes a lensemble de la population sur toutes les questions qui nous touchent tous. Ils font fit des lois, des injonctions et prétendent représenter comme lassé 70000 étudiants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s