Non au projet de loi 14 et au durcissement de la Loi 101 (3)

Suite de Non au projet de loi 14 et au durcissement de la Loi 101 (2)

Nouvelles contraintes aux entreprises de moins de 50 employés

Selon François Legault, chef de la CAQ, il vaudrait mieux appliquer la loi 101 actuelle plutôt qu’ajouter des contraintes aux entreprises de moins de 50 employés. Déjà, selon Denis Lessard de La Presse, « l’OQLF ne parvient pas à appliquer la loi existante auprès des 6000 grandes entreprises », lui a-t-on confié dans le milieu. De l’avis du chef de la CAQ, la priorité devrait aller à la francisation des immigrants.

Parlant de la CAQ (le PLQ a déjà avisé qu’il votera contre le projet de loi 14 en bloc), on apprend aujourd’hui que la CAQ dévoilera cette semaine comment elle entend appuyer ou non le projet de loi 14. À suivre…

Autres mesures inutiles

Quant aux articles introduisant l’exigence de réussir une épreuve de français pour les jeunes anglophones au sortir de leurs études secondaires et collégiales, ou aux activités de familiarisation avec le français dans les CPE, n’y a-t-il pas moyen d’insérer cela dans les programmes éducatifs sans pour autant en faire des articles de loi ? Pourquoi autant de dureté et d’intransigeance?

S’attarder aux messages anglais sur des boîtes vocales d’institutions d’enseignement anglophones, recouvrer de ruban adhésif noir la traduction anglaise de panneaux bilingues à la Cour municipale de Montréal, ou imposer le changement de nom à une entreprise Artevino, n’améliorera en rien la qualité de la langue française parlée ou écrite ni l’attachement que les Québécois lui portent.

Claudette Carbonneau, ex-présidente de la CSN, croit que «le mérite du projet de loi 14, c’est de viser juste et de cibler les vrais enjeux. » Vraiment ? Vous croyez vraiment que de s’en prendre à 42 municipalités au statut bilingue, à 1000 enfants de familles militaires et aux entreprises de moins de 50 employés va rassurer les indépendantistes?

Oh ! Mario Beaulieu du Mouvement Québec français tentera bien de nous faire croire qu’il y a une cabale pour discréditer la loi 101. Faux. Encore une fois, il faut faire la distinction entre la loi 101 et le projet de loi 14 qui, on l’a vu, s’en prend aux mauvaises cibles et qui n’aura comme conséquence que de donner un bonbon politique aux plus inflexibles et intraitables des partisans de l’unilinguisme francophone.

Il y a bien sûr, une initiative du groupe PutBackTheFlag qui recueille des signatures pour l’abolition pure et simple de l’Office de la langue française et celle du groupe CRITIQ qui aimerait le retour des deux langues officielles au Québec. Cela n’arrivera pas. Les enfants des immigrants continueront d’envoyer leurs enfants à l’école française au Québec et d’en ressortir trilingues dans la plupart des cas, contrairement aux petits Québécois que l’on cantonne dans un ghetto unilingue francophone.

Cela dit, la directrice de l’OQLF devrait être gentiment remerciée et l’opposition doit voter contre le projet de loi 14 non seulement provocateur et essentiellement divisif, mais absolument inutile pour ce qui est de préserver le caractère prédominant du français dans la métropole montréalaise et au Québec.

J’aimerais donc croire que les amoureux du français miseront un jour sur des initiatives plus prometteuses et cesseront de croire que le salut de la langue passe par des lois. Il commence à l’école notamment en exigeant de nos professeurs d’école primaire et secondaire une qualité exemplaire du français parlé et écrit.

Ce que le PQ fait présentement ne fait que dire aux francophones : « Aimer la langue française, c’est éliminer l’anglais, mépriser l’anglais, craindre l’anglais, et villipender l’anglais. »

Ils auront beau y croire, cette conception de l’identité québécoise ne passe tout simplement plus. Pire que ça, s’ils persistent à imposer la chose, j’ai bien peur que ce n’est pas à un second printemps étudiant auquel nous aurons droit, mais bien à un nouveau printemps linguistique, ce dont nous n’avons évidemment nul besoin.

17 réflexions sur “Non au projet de loi 14 et au durcissement de la Loi 101 (3)

  1. Pingback: Non au projet de loi 14 et au durcissement de la Loi 101 (2) – Le blogue de Joanne Marcotte

  2. Pingback: Non au projet de loi 14 et au durcissement de la Loi 101 (2) « Le blogue de Joanne Marcotte

  3. Qui aura le courage politique d’éliminer la loi 101? Ou est-ce une vache sacré à laquelle on ne touchera jamais…

    • Je ne sais pas qui pourrait nous débarrasser de la loi 101, mais ce serait une très bonne chose. Cette loi est un cancer pour le Québec! Si on regarde juste Montréal, notre métropole a perdu gros au profit de Toronto, en particulier, principalement à cause de la loi 101. De plus, au lieu d’avoir une province bilingue à caractère prédominant français mais tolérant de la présence de l’anglais et des autres langues et cultures que les non-Francophones du continent pourraient apprécier, nous avons une province d’intolérance, de discrimination et d’oppression, un peu à la mode du Mur de Berlin, qui viole à tour de rôle les droits et libertés individuelles de tous les Québécois et qui brime la liberté de penser et de choisir pour soi-même.

      Est-ce que les Québécois ne méritent pas d’avoir les mêmes libertés individuelles qu’on les autres Canadiens ailleurs au pays? Le choix d’une langue ou de plusieurs langues devrait être une chose personnelle et individuelle pour tous les citoyens : parents, propriétaires d’entreprises, consommateurs, etc. De plus, le Québec n’appartient pas uniquement aux Francophones, même s’ils sont majoritaires ici, pas plus que le Canada, au complet (qui inclus le Québec), appartient uniquement aux Anglophones parce qu’ils sont majoritaires. Aucune province, à part le Québec, n’interdit l’usage de l’anglais, du français, ou des autres langues. La loi 101 est une honte! Être Québécois (Canadien provenant de la province de Québec) ne veut pas dire qu’on est ou qu’on doit être Francophone. Les Québécois non-Francophones ont autant le droit d’être dans cette province que les Francophones et ils ne devraient pas avoir besoin de se faire imposer un français forcé! Il n’y a rien de mal avec la langue française, mais il n’y a rien de mal non plus avec l’anglais et les autres langues. Le nationalisme Franco « pure-laine » québécois, entaché de socialisme et de syndicalisme, doit être mis de côté. Sinon, on s’en va direct dans le mur avec les caribous!

  4. Bravo ma très chère Joanne…Comme toujours tes textes sont d’une qualité exceptionelle et sont vraiment mémorables avec une telle précision sur la réalité. Nous travaillons très fort pour conserver les droits de tout les Québecois.

    La loi 14 est répugnante et ignoble venant d’une région de la terre ou la démocratie devrait règner. Les droits continuent d’être baffoués au Québec, en guise de vouloir protéger le français. J’ai honte. Le Québec est 80% francophone, il ne disparaitra pas demain. Le lavage de cerveau est à la mode au PQ.et malheureusement plusieurs Québecois sont très naifs.

  5. Un parti qui ne sait plus quoi faire. ASSUREZ VOUS DONC QUE LA QUALITÉ DE LA LANGUE ENSEIGNÉE EST EXCELLENTE PLUTÔT QUE FAIRE DES LOIS QUI NE CHANGERONT RIEN D’AUTRE QUE SOULEVER DE L’INDIGNATION DES GENS SENSÉS.

  6. J’ai voter pour la CAQ aux dernières élections. Si jamais ils se range du cote des péquistes avec cette loi de m.. c’est terminer! Déjà que je me méfiais de Legault…

  7. N’est-ce pas exagéré de croire que la loi 14 veuille enfermer les Québécois francophones dans un supposé carcan de l’unilinguisme francophone? Qui a besoin d’une plus grande protection? La minorité anglophone, pourtant bien choyée, ou la majorité francophone? J’ai ici une autre piste de réflexion: http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=4461.

    Car je me rends compte qu’ici, il est toujours très bien vu de vilipender les politiques du gouvernement péquiste au lieu de les questionner.

  8. Il s’en trouvent toujours comme Mario Beaulieu qui répètent tous le même mantra qu’ils ont apprit par coeur a savoir que le français est en danger. Je leur répond qu’il n’y a pas que le français qui soit en déclin, la  »FIERTÉ » de vivre au Québec l’est tout autant avec toutes ces lois provinciale liberticide, Et il n’y a qu’un seul moyen pour redonner a un peuple sa fierté, c’est d’avoir un leader qui a confiance au Québec et qui ne gouverne pas a reculons ou a coup de moratoire et surtout qui ne soit pas terrorisé a l’effet que la paix sociale puisse être troublé par une minorité lorsqu’un gouvernement responsable et dûment élue prends une décision qui reflète le sentiment de la majorité, il se doit par égard envers la démocratie maintenir en échec ceux qui s’aviseraient de troublé la paix sociale .

  9. Pingback: À la CAQ: Finissez-en et dites non! – Le blogue de Joanne Marcotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s