Projet de loi 14: Le dernier clou du cercueil de la souveraineté

MauraisMa chronique d’aujourd’hui sur la sortie d’Agnès Maltais portant sur les assistés sociaux et sur le projet de loi 14 qui modifie la Loi 101.

Je ne crois pas qu’il puisse exister une affiche (voir plus bas) qui illustre le mieux les raisons pour lesquelles le Québec s’empêtre dans un immobilisme étouffant et que la cause souverainiste indiffère maintenant une très large majorité de Québécois.

Cette coalition de souverainistes soutenue par les sociétés telles St-Jean-Baptiste, Impératif français et autres organes habités davantage par la peur et la détestation de l’anglais que par un véritable attachement au patrimoine francophone, ne ressemble pas aux Québécois que je connais, que j’admire et aux familles qui veulent donner des ailes à leurs plus jeunes.

Brandissant l’épée, ces groupes appuyés par les grandes centrales syndicales telles la CSN, FTQ, SFPQ et CSQ, ne réalisent pas le tort qu’ils font non seulement à leurs « ennemis » historiques anglophones, mais surtout aux francophones, à leur propre cause souverainiste qu’ils croient défendre, et à leurs alliés politiques.

Il y a quelque temps, le chroniqueur Bock-Côté attribuait le désintérêt des Québécois à la cause souverainiste en partie au fait que ses grands champions s’étaient liés de trop près à la gauche, parfois même à l’extrême gauche. Il a bien raison. Le Parti québécois et Québec solidaire, aux yeux de plusieurs, sont indissociables des syndicats, des interventionnistes, des étatistes et de la pensée magique.

Pire encore, alors que l’occasion était belle pour Option nationale d’apprendre des leçons de ses prédécesseurs, voici que le nouveau parti souverainiste est indifférent à l’endettement public, pour la gratuité universitaire et voudrait interdire aux francophones d’accéder aux collèges anglais.

Le « package deal » souverainiste, excusez l’expression anglaise, dégoûte. Et ce que de nombreux souverainistes ne devinent probablement pas encore, c’est que si leur camp continue de verser dans cette culture de la victimisation et de la frustration, la question linguistique sera peut-être le dernier clou qu’ils auront enfoncé eux-mêmes dans le cercueil de leur propre cause.

AfficheLoi101

6 réflexions sur “Projet de loi 14: Le dernier clou du cercueil de la souveraineté

  1. Si un seul article de la loi 14 passe, Je ne parlerai que l’anglais dans tout les endroits publiques par exprès. Et J
    ‘en connais beaucoup qui ont déjà commencé…en reconnaissance des droits de l,HOMME PENDANT QU’ILS EXISTENT ENCORE AU QUEBEC!

    • Le Québec n’est pas le New Brunswick.

      Il ne reste plus que 599,230 ou 7,7 % d’anglophones, sur le total de 7,815 955 Québécois. Dont 6,102,210 78,1 % francophones.

      Durant la paix linguistique, avec le parti des anglophones au gouvernement et John Charest, les emplois pour francophones à Montréal ont fondus à 40 %.

      Aujourd’hui c’est la totale contre les francophones, 60 emplois sur 100 exigent l’anglais. Sinon c’est la peine de mort, pas d’emploi. Cela, avec une population de 12 % d’anglophones seulement, dans la RMR Montréal.

      Prenez le temps de relire ces articles de Daniel Raunet
      http://quebec.huffingtonpost.ca/daniel-raunet/anglicisation-quebec_b_2246493.html
      http://quebec.huffingtonpost.ca/daniel-raunet/langue-montreal_b_2146054.html

      Préparez-vous à assumer votre rôle de minoritaire !…
      Non seulement à parler anglais, mais écrire vos commentaires en anglais aussi.

      SP

    • Serge, oui, bientôt avec la loi 14 il n’y aura pas plus que 5% d’anglos, probablement les plus vieux, car c’est trop difficile pour eux de déménager. Les mieux éduqués et les bien nantis seront ceux que nous perdrons. Par contre, vous devez comprendre que vous êtes entouré par 98% d’anglos et que nous sommes en Amérique du Nord, là ou toute la business se passe en anglais, comment pensez vous que les affaires devraient se faire au Québec?

      Montreal devrait être officialement bilingue, si elle veut faire parti du monde. C’est beau la langue et la culture, mais si vous vous isolez, il n’y aura pas beaucoup à manger sur la table. Il commence à être temps que nous soyons un TEAM avec les anglos. Nous sommes écoeurés de ces chicanes de langues.

      Malheureusement tout les anglos que nous chassons doivent être remplacés par des coûteux immigrants et il faut l’admettre les nouveaux arrivants n’ont pas toujours nos valeurs et souvent ne veulent pas s’assimiler. Un jour, vous regretterez d’avoir chassé les anglos. Ça c’est sure.

      Depuis 1961, plus de 600,000 contribuables bien nantis (Stats Qc) ont quitté le Québec et l’exodus continue… pourquoi pensez vous?

  2. Pingback: À la CAQ: Finissez-en et dites non! – Le blogue de Joanne Marcotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s