L’erreur (peut-être fatale) que s’apprête à faire la CAQ

CAQLegaultIl y a quelques mois, la CAQ avait fasciné et charmé les Québécois. Sans programme ni parti, François Legault avait bénéficié d’une superbe lancée médiatique (jusqu’à 40% dans les sondages!). Ce revenant, ancien ministre péquiste, semblait sincère. Il voulait le changement. Il voulait redresser l’économie québécoise, miser sur l’éducation, diminuer l’écart de richesse entre le Québec et les autres provinces du Canada.

Au dernier débat des chefs, François Legault avait plu aux gens qui contestent le pouvoir syndical, le statu quo et le modèle québécois. Résultat: la CAQ compte 19 députés sur 125 à l’Assemblée nationale et a récolté 19 députés avec 27% du vote, non loin derrière le PQ (32%) et le PLQ (31%).

Parmi les 19 circonscriptions remportées, 9 des 18 circonscriptions de la grande région de Québec, plus politisée et plus critique à l’égard du modèle québécois. La CAQ doit donc la moitié de son existence à ce qui était jadis le château fort de l’ADQ.

La CAQ, on le sait, se dit ni à gauche ni à droite, ni fédéraliste, ni souverainiste. Elle nous demande donc de faire un effort et de la juger au mérite, au cas par cas. À la limite, elle nous demande même de lui pardonner une sortie conjointe avec Amir Khadir, prétextant un déficit d’attention des médias et une nouvelle façon de gouverner.

Alors faisons l’exercice brièvement. La CAQ aimerait redresser l’économie du Québec mais croit que la solution passe par encore plus d’interventionnisme, d’aide, de subventions et de partenariats avec l’État québécois. La CAQ dit vouloir « faire du ménage » mais on peine encore à saisir comment, puisque la marge de manoeuvre dégagée est investie ailleurs dans d’autres missions de l’État. Au net, on déplace les bibelots sur l’étagère mais pas de diminution du poids des dépenses gouvernementales. Au net, aucun répit pour les familles et les contribuables d’aujourd’hui et de demain.

D’un autre côté, au grand plaisir de la majorité des Québécois, la CAQ propose de mettre de côté la question nationale pour un temps, mais s’empêtre dans ses négociations avec le Parti québécois sur le renforcement de la Loi 101.

Pour François Legault comme pour la CAQ, le défi doit être énorme. Comment plaire à un électorat qu’ils perçoivent comme étant « nationaliste » tout en démontrant l’urgence d’en finir avec les débats qui ne font que nous empêtrer dans des schèmes et des paradigmes ruineux.

Oui. Le défi est immense. Parce que s’il est véritablement sincère dans son désir de redresser le Québec, c’est rien de moins qu’une nouvelle conception du nationalisme que François Legault doit incarner. La fierté d’être Québécois passe par l’audace et non plus par l’enfermement dans ses vieilles fixations.

Et une de ces fixations est très certainement ce que le Parti québécois impose à tout le Québec via son projet de loi 14 et le durcissement de la Loi 101.

AfficheLoi101Soyons lucides un instant. Si l’ancien président du BAPE, Pierre Renaud, a le courage de dénoncer que « 12 personnes mènent le jeu environnemental au Québec », peut-on s’avouer quelques secondes qu’une très faible minorité de Québécois est à la source d’un débat qui, bien que légitime, ralentit l’épanouissement social, culturel et économique du Québec?

Dans sa chronique d’aujourd’hui, Don Macpherson prétend que:

The Coalition faces electoral competition on two sides, from the PQ for nationalist votes and from the Liberals for conservative ones.

Je prétends qu’il fait erreur. Le 5 à 10% d’électeurs qui ont voté pour l’ADQ en 2007, qui n’ont pas voté en 2008 et qui ont donné une chance à la CAQ à la dernière élection ne sont pas des péquistes. Ce sont des libéraux en attente d’un chef crédible et de façon importante, dans la grande région de Québec. Et ce sont ces électeurs qui font et défont les gouvernements ou du moins, qui en déterminent le statut minoritaire ou majoritaire.

La CAQ ne remportera jamais un comté anglophone historiquement rattaché au PLQ. Les régions éloignées appartiennent au PQ. Ce qu’elle doit viser maintenant est l’électorat francophone que l’ADQ avait charmé en 2007. Cet électorat est celui qui veut être prospère, qui en a marre de la question nationale, qui veut des relations harmonieuses avec ses voisins américains et canadiens et qui veut pour ses enfants tout ce qu’il y a de mieux, incluant la maîtrise de l’anglais.

Pour toutes ces raisons, la CAQ ne doit pas tomber dans le piège de la « négociation » parlementaire avec le Parti québécois en regard du projet de loi 14. Elle doit, au contraire, être aussi ferme sinon plus que le PLQ et imposer au gouvernement un changement d’agenda.

Enfin, si François Legault et la CAQ sont véritablement désireux de réformer le Québec, il me semble que la première chose à faire est de voter contre le projet de loi 14 en bloc et de passer à autre chose au plus vite. Il y a plus urgent à faire, vous ne croyez pas?

13 réflexions sur “L’erreur (peut-être fatale) que s’apprête à faire la CAQ

  1. bonjours, tres juste votre article.Mais si aucun partie incarne le vrai changement au quebec,y a t-il une luheur d`espoire en le parti conservateur du quebec? Si oui devrions nous peut-etre en parler plus……le metrre en avant plans avec M.Pouliot et ces idée et expliquer les lignes de son programme…..merci et lacher pas vous faite du TRES bon travail

  2. a court terme, nous sommes condamnés!! les gens votent pour ce qui leur raporte. Les assistés sociaux,feministes ,ecologistes et surtout les gens qui ne savent pas c’est quoi un budget.votent Quebec solidaire ..Le PQ=syndiqués et syndicalistes,separatistes et gens qui ont peur d’amir khadir,Option nationnale=etudiants a qui on promet la gratuité scolaire et separatistes enragés..les libéraux=seul parti qui ne dénigre pas les anglais,et dont les personnes agées ont le moins peur etc… Nous auront jamais, malheureusement un parti fort, majoritaire, qui va se faire elire sous les promesses d’equilibrer la dette et rembourser 10 milliards par année,abolir la formule RAND afin de tuer le lobbyisme syndical…et des coupes majeures partout… MAis, c’est pourtant ce dont nous avons de besoin!

  3. Si on veut le changement….il faut commencer a éduquer les Québecois sur les avantages du marché libre, de la responsabilisation individuel et du moindre guovernement. Nous devons donc, au moins, parler du Parti Conservateur du Québec. Leur chef et leur politiques sont maintenant plus crédibles.

    • on peut en parler, mais c’est un coup d’epee dans l’eau! Ca ne sert a rien, de voter pour un parti ou candidat qui n’a aucune chance d’etre elu. le pouvoir du vote reside de voter pour ou contre celui ou celle qui a une chance d’etre elu dans notre compté….meme si cette personne ne représente pas nos intérets, on choisi le moindre mal!

  4. Je crois que la CAQ veut sincèrement reconstruire l’économie du Québec, mais!
    Elle veut le faire à court terme et pour arriver au pouvoir il faut avoir à l’article un du programme: « Dorénavant ce sera comme d’habitude ». C’est ce qui a fait le succès du PLQ. Je pense que la seule chance que la CAQ a de prendre le pouvoir est que le PQ s’effondre. Avec un solide 30% de l’électorat, ce n’est pas pour demain.
    Alors, il faut oublier le pouvoir à court terme. Le PCQ me semble être la meilleure option.

  5. Je regarde la vie politique québécoise depuis la France avec beaucoup d’attention. Très intéressé par les travaux de Mme Marcotte, je crois également que le Québec ne s’en sortira et ne s’imposera au premier plan, comme il le mérite, qu’en faisant les réformes courageuses vers plus de liberté, plus de prospérité et moins de divisions. L’exception culturelle du Québec ne demeurera pas s’il ne se dote pas d’une économie puissante, innovante et prospère ! De ce que je sais de la vie politique de votre pays, je crois que le diagnostic de M. Legault est le bon, mais il doit le marteler et ne pas en dévier. « No compromise » comme aurait dit Mme Thatcher, ni avec les fédéralistes, ni avec les séparatistes, ni avec les syndicats. La CAQ ne doit pas négocier, elle doit convaincre et s »imposer sur un programme économique clair: restaurer l’attractivité du Québec pour redonner des perspectives et un avenir qu Québec !

  6. Très bien écris!
    @ John Winter – je ne suis pas d’accord avec ton commentaire « de voter pour un parti ou candidat qui n’a aucune chance d’être élu », même les anglophones et allophones sont tanné et crois dans la plateforme de M. Pouliot! Ils commencent à comprendre que le PLQ n’a jamais rien fait pour eux ni pour amélioré Québec! 🙂 Il y a toujours de l’espoir!

  7. Merci Joanne. Quel bon jugement. Je le tweet et affiche sur la page FB de Francois Legault a l’instant et sa gang. J’espere qu’il sera sage et noble et non opportuniste.

  8. J ai voté pour la CAQ mais je suis tres decu de Francois Legault malgré le bon travail des anciens de l ADQ la photo avec amir khadir m as comme ont en bon québecois (fessé dans l dash) je regarde de plus en plus parti conservateur du Québec d ailleur leur site internet est disponble vous pouvez lire leur agenda

    • J’étais tellement fachée lorsque les ADQuistes avaient abandonné, je m’apprêtais à voter pour eux. Le temps était très favorable…

  9. J ai voté pour la CAQ au derniere élection pour contrer le PQ mais au prochaine ce sera partie conservateur du québec peut importe les sondages , je crois qu’il faut donner notre appuis a ceux qui représentent le plus nos idées si on veut avancer surtout que la CAQ est plus que décevante.Les vrais adéquistes qui en font partie devrait rejoindre les rang du PCQ au plus vite .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s