Redevances : Québécois contre Québécois

MinesOuf! Compliquée, toute cette histoire de redevances. Je me suis risquée à écouter ça en direct sur le Web ce matin.

J’ai eu de belles surprises. Lors des échanges, il y avait, bien sûr, les Action boréale, Société pour vaincre la pollution, le Syndicat des Métallos, le très vocal et émotif Dominic Champagne et quelqu’un de Nature Québec. Mais en comptant bien, la grande majorité des gens qui allaient au micro provenait de l’industrie minière.

Des explorateurs, des gens qui en rêvent, des gens qui se démènent pour aller « quêter de l’argent » à l’extérieur du Québec pour fouiller le sol, découvrir cette richesse souterraine, et en bout de piste, faire vivre leur région et les gens qui y habitent. Et il s’avère qu’ils ne sont pas moins émotifs et passionnés que ceux qui s’y opposent et s’en méfient.

CORRIGER DES PERCEPTIONS

Pour ces travailleurs donc, la matinée a donc consisté à corriger des perceptions entretenues par les environnementalistes qui propagent l’idée que les Québécois n’en ont pas pour leur argent, que l’industrie manque de transparence, qu’elle joue avec les chiffres, qu’elle est insensible au développement durable et à la contribution de l’industrie aux communautés environnantes, etc.

Comment, en effet, ne pas constater toute la méfiance et la suspicion qu’entretiennent ces groupes « urbains » lorsqu’on décrit la réalité minière comme le « patrimoine toxique du Québec, une cicatrice qui nous contamine tous les jours à toutes les minutes ». « C’est le temps de nous soigner », implore Daniel Green de la Société pour vaincre la pollution.

UN DÉBAT ÉMOTIF DES DEUX CÔTÉS

Comment ne pas constater la colère et le scepticisme derrière les cris d’un Dominic Champagne, profondément suspicieux des chiffres et des études qui, selon lui, proviennent de l’industrie. À fleur de peau, une remarque anodine d’un participant de l’industrie (à l’effet qu’il vaudrait mieux un moratoire sur les redevances en attendant des études plus complètes) lui vaut, de la part, du metteur en scène militant, une attaque en règle du genre « Voilà toute l’arrogance de l’industrie! »

Non. On n’entend pas à rire à gauche. Et on ne peut surtout pas rire de soi.

Mais, enfin, ce matin, nos explorateurs se faisaient entendre pour qui voulait bien les écouter.

Et en passant, il était intéressant également de suivre les tweets où on pouvait y voir qui écoutait qui, et qui était plus sensible aux interventions de qui. Gérald Fillion de Radio-Canada par exemple brillait par sa sensibilité envers les groupes environnementaux.

L’autre surprise, et elle est intéressante, c’est que j’ai écouté ce matin, des Québécois contre des Québécois. Contrairement à l’image que projettent les groupes environnements, tout le monde ce matin était francophone. Avec nos tics et nos défauts de langage et nos « quand que » en pleine présentation.

Aucun anglophone, aucun « étranger », aucun « néolibéral » au coeur de pierre. Des Québécois. Surprenant, non? Est-ce qu’on avait pas tenté de nous persuader que nos terres étaient violées par le méchant capital étranger? Par des compagnies étrangères? Ils étaient où, coudonc, ces gens-là, ce matin? Mise en scène suspecte, sûrement…

LE FOND DE L’HISTOIRE

La conclusion de l’avant-midi? Autant d’un côté comme de l’autre du débat, on déplore le manque d’analyse d’impacts économiques. Cela dit, après avoir entendu les Dominic Champagne présents au Forum, je doute fort qu’une étude, quelle qu’elle soit, puisse les rassurer.

Selon une représentante de la Société pour vaincre la pollution, « il serait peut-être plus rentable de soutenir davantage l’industrie forestière plutôt que l’industrie minière ». Il y a là un indice certain du but poursuivi par ces groupes.

Du côté des analystes, on aurait atteint le point d’équilibre et tout ajout à l’assisette fiscale mettrait en péril des emplois, l’industrie et même la vitalité de certaines régions.

Comme l’énonçait quelqu’un sur le terrain: Après aujourd’hui, « On allume ou on ferme la lumière. Tout ce qui se passe au Québec (incluant les étudiants) est pris en compte par les investisseurs. Soyez conscients que la décision qu’on va prendre aujourd’hui va déterminer le futur de l’industrie. » Autrement dit, le gouvernement du Parti québécois prendra peut-être une décision qui n’aura pour effet que de créer la goutte qui fera déborder le vase pour ce qui est des investissements.

Mais la plus profonde incompréhension ce matin, à mon avis, est la véritable nature de l’industrie minière. En gros, alors qu’il s’agit d’une activité extrêmement risquée, le gouvernement aimerait, tout en ne partageant aucun risque, en retirer un revenu stable.

En somme, les aspirations du gouvernement de soutirer davantage de revenus du secteur minier est peut-être incompatible avec la nature de l’industrie elle-même. Et à un moment où notre gouvernement mise davantage à contenter quelques militants écolos et à augmenter ses revenus, il serait surprenant que cet exercice de relations publiques ne serve à autre chose qu’à dire qu’on a effectivement « consulté ».

5 réflexions sur “Redevances : Québécois contre Québécois

  1. Excellente analyse Joanne. Je suis un joueur actif de l’industrie minière en travaillant à titrre d’ingénieur minier pour Agnico-Eagle. Il est tout á fait juste de dire que les risques d’un projet son fort élevés dans cette industrie et il est incompatible que les gouvernements n’accèpte pas leur part de risque. Autrement, les capitaux n’ont pas de frontière et les compagnies vont gérer leur prise de risque en déplacant ceux-çi vers des juridictions plus stable. Tout ce brouhaha m’attriste au plus haut point…

  2. Merci Joanne, bon billet…Venant de l’Abitibi de Vald’or en effet, ma première job était secrétaire au Directeur de la Mine Sigma. Les briques d’or qui sortaient à toutes les semaines pesaient 100 lbs chacune.

    Ces briques étaient tellement brillantes et belles. J’adorais les regarder et glisser mes doigts dessus avant qu’elles soient déposées dans leurs coffrets. J’étais toujours impressionner par M. Gaudet qui devait être present avec son revolver…en cas ou! Wild north!

    Dans ce temps là, l’or était à $30 l’once….Wow! J’espère que le Québec prendra de bonnes décisions et exploitera ces richesses. Dieu sait que nous sommes plus que dans le trou financierement et je crainds qu’un jour les Milliards de BS des provinces riches arrêteront, la ça va chauffer! Je suppose que le Québec doit frapper un mur avant de se reveiller. Dommage. Maison ne sait jamais!

  3. Merci Mme Marcotte. Vous mettez un baume sur mon cœur d’exploratrice qui traine son marteau de géologue depuis 20 ans au Québec. Enfin quelqu’un qui semble avoir écouter ce que l’industrie avait a dire: des gens qui y travaillent passionnément tous les jours et sans relâche. Vous avez laisser les préjugés de côté (les méchantes minières multinationales voleuses de ressources) pour les écouter, eux qui ont très peu droit au micro en comparaison aux groupes environnementalistes. Sincères salutations.

  4. Le Parti québécois a TOUT donné aux étudiants. Il doit donc maintenant trouver de l’argent pour payer tout ça d’où leurs incroyables décisions de couper l’aide aux lus déminis, de couper dans les subventions aux CPE (tout en augmentant les places en gerderie, je vous le souligne!!!???) et d’aller chercher des redevances à une industrie qui ploie déjà sous les règles et les impôts de toutes sortes.

    Tout ça pour ne pas avoir le courage d’examiner les dépenses gargantuesques d’un état trop lourdeau et totalement inefficace ou à réviser leur système de nominations partisanes où la compétence d’un candidat est totalement absente de l’évaluation (i.e.: nomination de Nicolas Girard qui doit être assisté d’un VRAI dirigeant!!!).

    Je crois personnellement que le Parti québécois est la PIRE chose qui soit arrivée au Québec moderne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s