Lexique des bien-pensants

LexiqueJ’adore le lexique des bien pensants. Auparavant, je m’indignais de son hypocrisie, mais je vous assure, il y a maintenant des moments où il m’est difficile de ne pas m’éclater de rire.

La dernière en date est celle qui vient d’un conseiller de la Ville de Montréal. Il expliquait, à l’émission Dumont, le mandat qu’il venait de recevoir de la Ville pour se pencher sur les auto-Bixi, dernière folie montréalaise. Il racontait qu’il allait devoir – devinez quoi – entamer un processus de consultation avec – devinez qui – ses « partenaires de la mobilité ».

« Partenaires de la mobilité »! Non mais, avouez. C’est drôle, non? Ça, c’est de la bonne télé, non?

Ça m’a fait réaliser qu’il y a beaucoup d’expressions comme ça qui sont utilisées par nos bien pensants. En voici quelques-unes.

Bien commun : Expression chou-chou de la gauche québécoise qui désigne une ressource ou une valeur qui échappe à la propriété individuelle et au (méchant) « secteur marchand ». En réalité, un prétexte pour justifier la prise en charge par l’État du plus grand nombre de secteurs d’activité humaine possible, le « secteur marchand » étant nécessairement inadéquat, véreux, corrompu et sans aucun souci pour le « bien collectif » (synonyme de bien commun).

Droit de grève étudiante – Expression héritée de la culture syndicale mais qui n’a aucune assise légale. Suppose qu’un groupe d’étudiants puisse en priver d’autres de l’accès à leur formation académique. En réalité, il s’agit d’un boycott d’un service public dispensé par des institutions d’enseignement et pour lequel les étudiants (les parents, et majoritairement la société tout entière) ont contribué financièrement.

Choix collectifs – Décisions ou choix résultant d’un forum, d’un sommet, d’une consultation publique où y participent des lobbies corporatistes proches du gouvernement, mais où y brillent par leur absence le contribuable et les futures générations qui auront à payer pour ces soi-disants « choix collectifs ».

Universalité – Concept qui garantit un accès à un service public qui ne dépend pas de la capacité financière du citoyen. En réalité, un dogme qui sert à justifier des programmes mur à mur inéquitables entièrement payés par un État payeur unique avec une tarification utilisateur minimale, même pour les personnes à hauts revenus.

Gratuité des études universitaires – Concept qui s’oppose à la notion d’investissement individuel dans l’éducation supérieure. Suppose des fonds publics illimités et s’appuie sur la déresponsabilisation des parents et des étudiants dans leur formation académique supérieure.

Démocratisation de l’éducation supérieure – En réalité, s’est transformé en un vaste projet de massification et de médiocratisation de l’éducation supérieure. S’appuie sur le nivellement vers le bas, l’abaissement des critères d’exigibilité (ex: cote R faible dans les programmes d’enseignement), l’évacuation des notions d’efforts et d’excellence, aucun contingentement (même dans des programmes où il n’y a que très peu d’opportunités sur le marché du travail).

Marchandisation de l’éducation: Aucune espèce d’idée… mais il ne serait pas fou de prétendre qu’il s’agit d’un slogan accrocheur qui dénonce une plus grande participation financière des étudiants à leur éducation supérieure. Dénonce comme étant de la prostitution, les universités qui entretiennent des liens avec les besoins du marché et des employeurs.

Liberté d’association – Concept encore une fois hérité de la culture syndicale qui en réalité, veut dire « Obligation d’association » et qui renie le droit à la « non-association »

L’obsession du déficit zéro – Expression à connotation péjorative qui porte sur ce qui fut autrefois un geste noble et responsable: équilibrer le budget et vivre à la hauteur de ses moyens.

L’anglicisation – Expression dramatique qui joue sur la peur de certains francophones de voir disparaître le français en Amérique du Nord et donc, ce que d’aucuns appellent la « nation québécoise ». Suppose que le bilinguisme est le pire ennemi de la survivance du peuple francophone en Amérique et que l’enseignement intensif de l’anglais en 6e année (de même que la fréquentation du cégep anglais) compromet l’essor de la culture québécoise francophone.

La « valorisation » des employés du secteur public – En réalité, veut dire « Augmentation des salaires et des conditions de travail » des employés du secteur public

Médecine à deux vitesses – Expression promue par les défenseurs des monopoles publics en santé et curieusement adoptée par les élites québécoises pour dénoncer l’apport du secteur privé dans une offre de soins et services de santé.

Partenaires du gouvernement – Expression qui désigne tout lobby, groupe ou organisme qui a des intérêts à recevoir des rentes du gouvernement, soit sous la forme d’avantages, d’acquis ou de contrats. À remarquer que pour ces partenaires (ex: syndicats), la notion de prise de risque est absolument inexistante, celle-ci reposant entièrement sur les épaules des contribuables et payeurs de taxes du Québec.

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Vous en avez d’autres?

20 réflexions sur “Lexique des bien-pensants

  1. Elle est bonne votre liste Mme Marcotte. Quand j’entends l’expression pour le bien commun, je fais de l’urticaire. Je suis à peu près certaine qu’on va encore venir chercher des sous dans mes poches. Pour ce qui est du Droit de grève étudiante, à ce que je sache, il faut travailler pour avoir le droit de grève. Si on concède le droit de grève aux étudiants, est-ce qu’on ne pourrait pas donner, pour être plus juste, le droit de lockout pour les Universités. À ce moment-là tu mets tout le monde en lock out et tu n’es pas obligé de payer des professeurs à rien faire ou à empêcher les autres étudiants d’étudier. Cette supposé grève au printemps dernier aurait duré moins longtemps si le personnel, à partir de celui qui fait le ménage aux professeurs n’avaient pas été payé. Pour ce qui est de l’anglicisation, étant donné que je suis anglophone, ce mot me fait rire. Oui ils jouent à la peur. On dit qu’on est bien traité comme anglophone, ça c’est sans compter, les deux rustres au restaurant qui n’ont pas arrêtés de passer des remarques désobligeantes, style: Retourne d’ou tu viens? ou On parle français au Québec? Va rester avec ta race!!!!! J’étais à ce moment-là avec une amie de la Floride qui ne parle pas français. Oui le raciste existe bel et bien au Québec. En passant je suis venue au monde au Québec.

  2. La « juste part »: désigne une quantité toujours plus grande d’impôt que les Québécois gagnant de bons revenus devraient acquitter, ou que le gouvernement devrait imposer aux entreprises. Désigne une quantité toujours plus petite, idéalement nulle, pour toute tarification parce que l’impôt est le seul outil fiscal qui soit « juste » puisqu’il punit la « richesse ».

  3. Choix de société: Indique qu’une population entière a donné son aval à une dépense publique, une intervention de l’état ou autorisé un blocage systématique d’une action économique. La principale caractéristique d’un choix de société est que la population n’a jamais été consulté sur l’objet dudit choix.

  4. Comme toujour la gauche vois tous de travers et la droite est parfaite. Si on se dirigerais au centre pour faire changement, juste pour voir.:-)

  5. Comme toujours madame Marcotte vous tournez les coins ronds et vous faites du populisme. Et oui, je sais ce qu’est le populisme. C’est la méfiance et la dérision des élites. Je ne dis pas que ces élites sont parfaites, mais quand vous les critiquez, donnez-vous au moins la peine d’opposer des arguments qui démontrent en vous une certaine élite intellectuelle. Élite que vous n’êtes vraisemblablement pas…vous préférez utiliser des mots à connotations péjoratives comme «bien-pensants» et autres. Je peux bien croire que certaines expressions vous échappent, mais elles sont formulées pour résumer des phénomènes complexes que vous n’allez jamais saisir. En pensant, je ne vois pas ici pourquoi certains parlent de gauche et de droite, puisque le populisme que je viens de décrire se retrouve tant à gauche qu’à droite. J’aimerais bien voir une société privée de ses élites droitistes et gauchistes pendant quelques décennies et être dirigées par des populistes comme vous madame Marcotte. À coup de simplicité, de gros bon sens, d’expressions simples sans prétentions et de vrai monde, nous sombrerions dans l’abîme. Mais vous n’êtes pas vraiment responsable, ce sont vos lecteurs qui vous encouragent et qui se replient dès qu’un politicien ose exprimer une idée qui pourrait trahir son intellect. Résultat, le QC est dirigé par des populistes, opposés par d’autres populistes et critiqués par vous, la pire des populistes…après Duhaime bien entendu

    • Et vos arguments à vous, M. Longpré? Vous injuriez, vous voulez faire passer Mme Marcotte pour une sotte mais aucune démonstration de vos accusations ne s’y trouve. Voilà où loge la gauche à présent. Pleine de slogans vides, des injures à la place du raisonnement, tout le monde a tort sauf la sainte gauche, elle-même.
      Si la religion est l’opium du peuple, l’idéologie est le cancer des intellectuels.

  6. Bonjour.: – Un verbe à mettre dans votre dictionaire – sâgisme :
    Contraction de sexisme et d’âgisme.
    ———————————————-
    Ex : Le sagisme est souvent observé dans le monde de la télévision, où il peut être plus difficile pour les femmes que pour les hommes de poursuivre leur carrière après un certain âge.
    « Il faut toujour avoir deux idées ! L’une pour tue l’autre »

  7. J’en ai une expression à vous suggérer: Changements climatiques. Pour moi, c’est un concept plus ou moins prouvé scientifiquement par lequel la terre se meurt, et dont L’HOMME est le seul responsable par sa pollution et sa sur-consommation capitaliste sale et vilaine. Au nom des « Changements Climatiques » on justifie n’importe quelle dépense folle de l’État pour sauver la planète de l’envahisseur comme Bruce Willis dans Armageddon. Remarquez qu’on n’entend pas parler souvent du réchauffement climatique ces jours-ci alors que l’hiver s’accroche et que les températures sont sous la moyenne…

  8. Québécois et Québécoise, Étudiants, étudiantes etc

    Language issu du Bloc (Duceppe) et adopté par GND, LBB ainsi que la gauche égalitairienne québécoise. Particulièrement popuplaire au PQ.

     »Ce qu’il faut comprendre »

  9.  »Ce qu’il faut comprendre »

    Ce que les syndicats , les associations étudiantes, Martine Desjardins, LBB, GND comprennent mais que le restant de la population de casses de bain ne peut absolument pas saisir.

  10. INAPTOCRATIE : un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société, les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle.

  11. Il y as VALEURS QU/BECOISES qui veut dire les valeurs dont nous sommes d accord a notre dernier rassemblement de notre partis et surtout pas celle du peuple

  12. Parlons en des valeurs Québécoises, avec une ministre qui coupe sauvagement et en catimini,(parution dans la gazette officielle) les plus vulnérables les 55 a 57 ans sur l’Aide sociale d’un maigre $121 et de toxicomanes a la cure trop longue selon la ministre, la meme ministre qui se permet de dénoncer l’assurance-emploi du Canada et ses resserrements.
    Il est vrai que l’on ne verra pas ni manifestation de 100,000 personnes au centre-ville de Montréal, ni de casse, ni de casserole tous les soirs…et tout ca organisé et payé par les syndicats et le bon parti Québécois…parti supposément des pauvres…qui va couper des gens en 2013 qui ont comme revenu, abusivement un peu moins de $200 par semaine.

    Des gens qui ont travaillés toutes leurs vies, et sont victimes de fermetures de’entreprises, ils ne peuvent se replacer apres le chomage et échoue sur l’aide sociale, ceux et celles qui ont un cancer ou autres maladies, survivent, mais ne peuvent retourner sur le marché du travail a 57 ans et ne peuvent retirer la régie des rentes…

    Sans compter que la meme ministre s’insurge que le gouvernement fédéral lui montre la voie de la formation a l’emploi, plutot que les formations bidons qu’elle se réclame depuis des décennies etre approprié, alors que seul l’innefficacité est le résultat de ces cours de pseudo motivation au retour sur le marché du travail, comme si on pouvait placer n’importe qui n’importe ou faire n’importe quoi…on en voit le résultat a chaque jour de ces gens qui travaillent mal, et on en forme en plus grace a la ministre???

  13. Selon un certain monsieur Longpré, Joanne fait du populisme. Il nous dit : « Oui je sais ce qu’est le populisme » Monsieur sait et il va nous apprendre. Intéressant!
    Plus loin on lit :  » Je veux bien croire que certaines expressions vous échappent ». On se rend compte qu’il y a beaucoup plus que des expressions qui échappent à ce monsieur malgré sa suffisance et sa prétention.
    Surtout pas d’expressions simples et de gros bon sens qui pourrait nous faire sombrer dans l’abime. Stupidité abyssale!
    A rire ou à pleurer selon l’humeur du lecteur.

  14. une chance que tu est la johanne .. une vrai maman .. lache pas tu a un gros fan club a quebec .. le village des frustrés et des pas de classe .. tant pis pour vous autres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s