PQ : La bêtise en continu

PaulineCasseroleIl y a l’information en continu, la production en continu, la lecture en continu (le « streaming »), la pilule en continu et la Webdiffusion en continu.

Mais le PQ, disons-le, c’est la bêtise en continu. N’y aurait-il pas moyen de prévoir des pauses à toute cette étourderie? Une pause réflexion, une pause méditation, une pause « On est-tu rendus toute une gang de malades mentaux? », pardonnez le slang.

Après avoir participé avec la plus grande complaisance et la plus grande irresponsabilité au printemps anarchiste – appelons-le par son nom – voilà que maman Marois se plie aux souhaits des syndicats et des associations étudiantes militantes pour créer une « Commission spéciale d’examen » (mais qu’ont-ils fait du mot « nationale »?)

Corrigeons. Une « Commission nationale spéciale d’examen » sera créée parce que voyez-vous, des dizaines d’organisations avaient exigé, à répétition depuis l’automne, une enquête publique indépendante portant spécifiquement sur les interventions policières.

Mieux que ça, l’ex-présidente de la CSN, Claudette Carbonneau fera partie de ce comité d’analyse. On est-tu rendus fous? «Nous avons voulu une commission qui soit équilibrée et dont on ne pourrait pas dire qu’elle est uniquement sensible aux arguments des forces policières ou uniquement aux forces des militants qui se sont exprimés lors des manifestations», a plaidé le ministre M. Bergeron. Vous voyez la poignée dans le dos des Québécois, M. Bergeron?

On peut faire ça vite, vous savez. Et ça ne coûtera rien du tout. Voici ce qu’en seraient quelques-unes des conclusions:

– Le Parti libéral était dans son bon droit d’exiger une augmentation de la participation financière des étudiants à leur formation universitaire et donc, à leur propre avenir. Une grande majorité de la population appuyait le gouvernement.

– La proposition du PLQ était parfaitement justifiée étant donné la très grande générosité des contribuables (qui paient déjà 87% de la facture) et totalement raisonnable (même trop à mon avis)

– Le Parti québécois de Pauline Marois a exacerbé, envenimé, empirer (allez-y avec tous les synonymes que vous voulez) le climat politique et social en encourageant indirectement les leaders étudiants à défier les lois.

– Le Parti québécois et ses alliés naturels incluant les syndicats ont peut-être instrumentalisé le mouvement étudiant pour en faire un mouvement « Libérez-nous des libéraux ». Ils ont parfaitement réussi. Le PQ a réussi et les étudiants ont gagné sur toute la ligne.

Le fait que les étudiants ne reconnaissent pas leur victoire découle d’un trait caractéristique des Québécois: Mieux vaut être une victime; c’est plus payant! Au Québec, c’est l’émotion qui compte.

– Les professeurs des institutions collégiales et universitaires qui ont encouragé la désobéissance civile et participé à des lignes de piquetage qui empêchaient les étudiants d’accéder à leurs cours ont bénéficié d’une indulgence injustifiable. Ils devraient être sévèrement sanctionnés, sinon congédiés.

– Certains des médias, dont RDI pour ne pas le nommer, ont été littéralement subjugués par la personnalité des leaders étudiants, en ont fait des vedettes crédibles au point de complètement oblitérer du débat leurs actes de désobéissance civile et d’atteintes à la propriété privée.

– Le comportement des forces policières a été incohérent, confus et manquait de direction claire. À qui la faute? Aucune idée, mais il est légitime de croire qu’elles n’étaient pas suffisamment appuyées par les autorités municipales et gouvernementales.

– Le monopole de représentation dont bénéficie les associations étudiantes pour un collège n’est pas sain. Il est tout à fait inapproprié, triste et complètement déplorable que la vie étudiante s’inspire autant des moeurs syndicales complètement désuètes, étouffantes et anti-démocratiques.

Mais la conclusion la plus importante est la suivante.

Au Québec, la liberté d’étudier, de circuler paisiblement, d’entreprendre et de commercer peut, à tout moment, être compromise par un parti politique opportuniste dont le seul objectif est d’accéder au pouvoir et de plaire à ses alliés naturels.

Ah non! Le gouvernement péquiste ne déçoit pas. On savait tous à quoi s’attendre si le Parti québécois était porté au pouvoir: commissions, comités, consultations, divisions linguistiques, retour de la propagande souverainiste (62% des Québécois sont contre, en passant – You-hou!) guerre aux « riches », mépris pour l’honnête entrepreneur, fanatisme écolo, co-gouvernance des groupes sociaux et d’intérêt, alouette.

Ajoutez maintenant à cela la démolition des institutions de sécurité publique et une commission pour discréditer la police. C’est ti pas beau ça?

Richard Martineau dans sa chronique d’aujourd’hui: « Oui, certains policiers ont certainement dérapé. Mais qu’en est-il des manifestants? Des profs, des chefs syndicaux, des leaders étudiants, des journalistes et des commentateurs qui ont fait preuve d’une complaisance crasse envers les actes de vandalisme commis par certains excités? Va-t-on les blâmer? Va-t-on les pointer du doigt? »

Ben non Richard. On se calme là.

25 réflexions sur “PQ : La bêtise en continu

  1. C’est d’une bêtise rare. Mais on pouvait s’y attendre. C’est le parti Québécois quand même. Cette commission est déjà biaisée. Moi je peux te prédire les conclusions. Les libéraux ont envenimés la situation parce qu’ils ne négociaient pas (supposément) avec les étudiants. Les policiers ont été trop vite sur la gachette. J’imagine qu’on aurait du laissé les manifestants casser à peu près tout. On aurait quand même blâmé les policiers parce qu’ils n’auraient pas agi (Damn if I do and damn if I don’t) Alors conclusion: La faute incombe aux méchants libéraux et les policiers.

    Moi ce que je ne comprends pas présentement c’est pourquoi les libéraux et les caquistes ne tirent pas la plogue à ce gouvernement. L’économie va chez le diable. Alors est-ce qu’on ne pourrait pas juste renverser ce gouvernement!!!!!!!!!

  2. Ajoutez le Canadien de Montréal à la liste des coupables. L’an dernier si le Canadien fait les séries, les médias n’auraient pas donné autant de visibilité aux anarchistes, il n’y aurait donc pas eu de crises.

  3. Est-ce qu’on a besoin d’attendre la rédaction du rapport de ce comité pour en savoir la conclusion?

    Au lieu de jeter de la poudre aux yeux en faisant un pseudo-comité, le PQ a juste à faire comme d’habitudes et à blâmer les autres. On sauverait du temps et de l’argent.

    Ce sera aussi « impartial » que l’autre comité de clowns à ti-Gilles Duceppe!

    • Pendant ce temps, les hôpitaux manquent de ressources.
      et d’argent pour financer.

  4. Très bon texte, qui me rejoins à bien des niveaux. Par contre, j’ai de la difficulté avec ce bout de phrase: « au printemps anarchiste – appelons-le par son nom ».

    C’est une tactique habituelle des médias et politiciens d’associer l’anarchie au chaos. La vraie nature de l’anarchie est de croire que nous sommes responsables de nos actions, souhaitons la liberté et ne reconnaissons pas une autorité supérieure pour imposer ses règles. À un certain niveau, l’anarchie est simplement l’aboutissement logique de la pensée liberterarienne. Et dans sa forme pure, un anarchiste qui croit en la liberté et le respect de l’autre sans croire qu’il doit être imposé, c’est très loin d’un groupe qui désire imposer ses désir à la société en prenant la rue, bloquant les ponts et cassant des vitrines!

    Selon le Larousse:
    Anarchisme: Conception politique et sociale qui se fonde sur le rejet de toute tutelle gouvernementale, administrative, religieuse et qui privilégie la liberté et l’initiative individuelles.

  5. Là j’en suis rendue à penser qu’ils laissent aller le PQ nous faire incroyablement du tort pour pouvoir nous dire après. Ce n’est pas nous qui avons fait ça….Tiste

  6. Pierre-Yves St-Onge
    «Très bon texte, qui me rejoins à bien des niveaux. Par contre, j’ai de la difficulté avec ce bout de phrase: « au printemps anarchiste – appelons-le par son nom ».»

    Quel nom? Je pense qu’il en porte et qu’il en a porté plusieurs : printemps érable, printemps minable, printemps misérable, printemps exécrable etc. Printemps anarchiste: ça ne rime pas, mais c’est le meilleur. En tout cas on ne peut pas dire plus vrai concernant le printemps 2012..

    • Comme je l’ai écrit, ça ne cadre pas avec la bonne définition de l’anarchie, qui se veut libératrice de l’état oppresseur et de baser les interactions entre les gens sur des bases de consentement mutuel, et non par la force et la coercition. Rien à voir avec la violence dans les rues.

  7. Que c’est beau d’etre dirigé par une finissante en science sociale? De plus des grands génis universitaires qui n’ont fait que des rencontres ert des commités toute leur vie et rien réalisés de toute leur vie. Voici les résultats. On croirait avoir un gouvernement universitaire et a la fin de l’année ils vont graduer et commencer a travailler pour vrai. A quand vivre dans le vrai monde??

  8. Les syndicats scandent le mot démocratie; les institutions scolaires sont affublées d’associations étudiantes unipartites. Les syndicats eux-mêmes se sont élevés contre le libre choix des étudiants dans leur représentation. On dirait soit une secte, soit des mini-gouvernements communistes totalitaires.

    Merci Anne pour les beaux billets.

  9. Jean-Yves St-Onge
    «Comme je l’ai écrit, ça ne cadre pas avec la bonne définition de l’anarchie, qui se veut libératrice de l’état oppresseur…»

    Mais pourtant, c’est ce que j’ai bien compris – et bien d’autres comme moi – durant le fameux printemps 2012 que l’État (en l’occurrence, le méchant parti libéral au pouvoir) les OPPRESSAIT pas à peu près ces pauvres petits choux déambulant dans les rues de Montréal…
    Anarchie: Petit Larousse illustré: État de trouble, de désordre dû à l’absence d’autorité politique, à la carence des lois.
    Conclusion: c’était bien de l’anarchie au printemps 2012!

    • J’imagine que le commentaire pour Jean-Yves s’adresse à moi. Bon, très bien, vous insistez pour que la deuxième définition du Larousse prime sur la première, je le comprends.

      Mais même en suivant votre définition, il ne faut pas aller très loin dans l’argumentaire. Vos anarchistes étaient simplement opprimés par le fait qu’ils ne réussissaient pas à convaincre l’État de travailler pour eux pour collecter les fonds des contribuables. Donc, les manifestants « anarchistes » désiraient absolument un Gouvernemaman fort et en contrôle pour s’imposer et collecter les fonds pour leur cause. De ne pas être d’accord avec la cible du pouvoir de l’État et de vouloir le convaincre de projeter sa force de coercition sur un autre groupe n’a rien à voir avec « l’absence d’autorité politique » ou même son désir!

  10. Pierre-Yves St-Onge
    «Donc, les manifestants « anarchistes » désiraient absolument un Gouvernemaman fort et en contrôle pour s’imposer et collecter les fonds pour leur cause….»

    Bien d’accord! Je n’en reviens pas comme vous expliquez les choses avec minutie et précaution.
    De mon côté, comme je ne suis pas une personne si minutieuse que ça d’habitude, je voulais tout simplement dire que de foutre le bordel comme ils l’ont fait – les carrés rouges – ça ressemble en mau- – – à de l’anarchie!

  11. Ce gouvernement est le PIRE qu’ait connu le Québec depuis longtemps. On se surprend même à s’ennuyer de Jean Charest… C’est dire!

    Mme. Marois dont les erreurs de jugement sont notoires, voguera ainsi de conneries en âneries jusqu’à l’apothéose finale où on verra le Parti québécois s’écrouler dans une apocalypse sonore épouvantable pendant que ses adversaires connaîtront une montée en puissance irrésistible.

    La fin est proche et le plus vite sera le mieux car ça limitera les épouvantables dégâts que cette formation politique fait subir au pauvre Québec.

  12. Pingback: Réponse aux "mères en colère et solidaires" – Le blogue de Joanne Marcotte

  13. Pingback: Réponse aux “mères en colère et solidaires” « Le blogue de Joanne Marcotte

  14. Vous savez parfaitement que votre 87% est faux, n’est-ce pas? Vous savez très bien qu’une bonne partie de celui-ci ne vient pas du gouvernement, mais bien de dons et de revenus de toutes sortes. Si vous l’ignoriez, voilà qui confirme votre incompétence en matière d’éducation…

  15. C’est qui la gang de sacrement qui sont toujours sondés? A croire les médias, la plupart des Québécois veulent une commission. C’est drôle, mais je connais personne dans mon entourage qui la veut cette c….. de commission bidon. Ce parti et les médias complaisant me lève le coeur au plus haut point!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s