Jeunes libéraux: Une pluie de programmes et de crédits d’impôt

CJPLQEn lisant le Cahier du participant des jeunes libéraux en congrès cette fin de semaine, je réalise tristement comment l’aile jeunesse du Parti libéral du Québec ignore tout du contexte dans lequel se trouve le Québec à l’heure actuelle. Ignorants des véritables défis auxquels les Québécois font face, les jeunes libéraux ont démontré à quel point le Parti libéral ne mérite plus son nom.

Et quel dommage d’avoir gaspillé un thème aussi porteur que celui de la mobilité sociale! Quelle occasion ratée, en effet, d’offrir une alternative sérieuse à la philosophie maternisante des dernières décennies. Faisant usage démesuré des « buzzwords » dont s’enivre la gauche québécoise (« justice sociale », « équité sociale », « égalité des chances »), les jeunes libéraux ont fait tomber sur le parquet une pluie de nouveaux programmes et de crédits d’impôt.

Le titre de leur cahier dit tout: « Un Québec qui rêve sans limites ». Et que j’aime ça… Surtout le « sans limites »…

Programme d’aide, programme d’appui par le biais d’Investissement Québec, nouveaux crédits d’impôt, aides financières, stratégies de concertation nationale, vous voyez le genre.

Le programme politique dont a besoin le Québec n’en est pas un qui ajoute des programmes, des tables de concertation, ou encore des nouveaux crédits d’impôts. L’approche dont a besoin le Québec est celle qui lèvera les contraintes, qui allègera la règlementation et qui fera confiance aux familles, aux écoles, aux communautés et aux organismes du milieu.

Et que dites-vous d’une proposition telle que:

Établir des centres de formation au rôle parental et de littératie pour les familles afin de mieux préparer les enfants et leur famille à faire la transition entre la maternelle et l’école primaire.

ou encore

Engager une discussion approfondie par rapport aux besoins et aux défis de la communauté anglophone du Québec en créant un comité consultatif…

Pardon?

Régler l’itinérance, revoir les pratiques policières, favoriser l’accès au logement, régler les problèmes de dépendance aux drogues, étendre le concept d’handicapé dans les différentes lois du Québec, et j’en passe. Et ça, ce sont seulement les propositions dites « nationales ». Le Cahier comprend aussi des propositions régionales que je n’ai pas encore lues. Ouf!

Par ailleurs, rien sur la dette, rien sur ce qui pèsera de plus en plus sur les épaules de ces jeunes: les coûts d’un système de santé public, les fonds de pension sous-capitalisés du secteur public, les déficits cachés des infrastructures. Rien. Nothing. Niet. N’y avait-il personne à la Commission des jeunes qui avait une toute petite préoccupation de l’état des finances publiques du Québec? Étiez-vous tous inscrits en sciences sociales, coudonc?

Ce dont les Québécois ont besoin, c’est de l’air et une plus grande liberté de choix et d’action. En fait, le programme que j’aimerais lire est celui dont les propositions débuteraient par « Permettre… », « Alléger », « Déléguer », « Délégiférer », « Dérèglementer », « Responsabiliser », « Délester », « Réduire », « Autoriser ». Vous voyez?

J’imagine que ce sera pour une autre fois…

_______

Une bonne note, en passant, pour la proposition suivante. Remarquez qu’elle débute par « Permettre ».

« Permettre aux personnes qui se qualifient et qui ont la compétence, d’assouvir leur passion d’enseigner en modifiant les critères d’octroi du permis d’enseignement pour les enseignants du niveau secondaire afin de permettre aux titulaires de baccalauréat de certains domaines ciblés (par exemple littérature, chimie, physique, histoire) de pouvoir se qualifier pour enseigner cette matière. »

Cette entrée a été publiée dans PLQ. Bookmarquez ce permalien.

7 réflexions sur “Jeunes libéraux: Une pluie de programmes et de crédits d’impôt

  1. Libéraux et Péquistes, c’est la même gang d’incompétent. Criss, c’est quand que le Quebec vas se réveiller et les mettrent dehors. Y faut se débarrasser une fois pour toute de ces parasites qui nous ont foutus dans ce merdier. Dommage que les médias se soit moquer de Dumont. Il était celui qui représentait le changement dont le Quebec avait besoin. L’espoir, c’est maintenant Pouliot et le PC. Le seul hic, c’est que ca vas prendre encore quelques années avant qu’ils soient prêt a sauter dans le ring. D’ici là, on fait quoi…? Voter pour la CAQ? Simonack qu’on est dans le trouble…. Et en plus, la jeunesse qui pointe a l’horizon semble n’avoir aucunement conscience des problèmes auquels ont fait face. Ca vas vraiment pas bien…

    • Quand on prend connaissance de votre niveau de français monsieur St-Hilaire, force est d’admettre qu’on est dans le trouble …

  2. Question comme ça en parlant de déréglementation, je me demande faut penser quoi de celle du cannabis? Certaines études affirment que ça pourrait permettre une forte réduction de la dette.

  3. C’est un peu normal qu’ils rêvent Madame Marcotte. Il s’agit des JEUNES Libéraux.

    N’avons-nous pas tous rêvés de « justice sociale » dans notre jeunesse?

    Clémenceau (mais est-ce un autre?) a déjà dit: « Être socialiste à 20 ans, ça prouve que tu as du cœur; l’être encore à 40 ans, ça prouve que t’as pas de tête! »

    • Merveilleuse citation. Mais j’aime aussi celle-ci du grand et unique Churchill : « Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère. »

  4. Ma chère MMe Marcotte. Il est temps que vous alliez suivre des cours universitaires sans oublier de vous déguiser. Vous verrez ce que les enseignants montrent a nos jeunes. Quand vous voyez le prof Lauzon et ses idées gauchistes ,et prof D’économie. Imaginez les autres en sciences sociales. Tout viens de l’enseignement et leur tactique fait son oeuvre. C’est désolant de voir ça. Nos universités sont remplies de gauchistes,que voulez vous que l’on fasse. Moi j’ai rempli mon rôle auprès de mes 3 enfants et ils comprennent nos problêmes de société. On est si peu nombreux et souvent obligés de contredire les idées émisent par leur prof.

  5. « Un Québec qui rêve sans limites »

    On est vraiment dans la marde jusqu’au cou. Mettre ça sur le dos de la jeunesse est faux, le lavage de cerveau avec comme vous dites les « buzzwords » dont s’enivre la gauche québécoise (« justice sociale », « équité sociale », « égalité des chances ») est rendu tout partout dans la sphére politique et journalistique.

    Couillard lui même critique le PQ comme n’étant pas assez à gauche, cela veut tout dire, il veut doubler le PQ par gauche. Hallucinant d’attendre ça!

    On est rendu dans une situation sans issu pour le Québec. Tout les politiciens se bousculent pour être à gauche en mettant de coté toutes les réformes nécessaire pour faire avancer l’économie du Québec. On navigue à contre sens.
    En France, au moins ils ont une droite et une gauche, ici rien que le vide complet, que de bouffons qui distribuent des bonbons à crédits. Ils concoctent même de nouvelles recettes de bonbons.

    La situation devient épeurante et le déclins du Québec va s’accélérer. le message est clair pour les investisseurs, allezr ailleurs, ici c’est peine perdu.

    Il ne reste plus que l’exode, devenir fonctionnaire, BS ou fraudeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s