Sortir le syndicalisme du Fonds de solidarité de la FTQ

ArsenaultVous êtes tannés qu’on ne parle que des problèmes au Québec? VOICI DES SOLUTIONS!

EXCELLENT texte de Dominic Maurais qui regroupent quelques éléments importants qui devraient se retrouver dans tous les programmes de partis politiques.

  • Mettre fin aux crédits d’impôts spécifiques aux fonds des travailleurs (Fonds de solidarité de la FTQ,celui de la CSN, etc. (Nous sommes les seuls à avoir ça au Canada). Et en passant, pour ce qui est des entrepreneurs qui défendent ces crédits d’impôts, vous devriez avoir honte!!!
  • Ouvrir le marché de la construction à la concurrence, c’est-à-dire permettre aux gens de l’extérieur du Québec et du Canada de soumissionner sur des contrats au Québec. Fini le protectionnisme, finie la collusion organisée, finie la corruption.

J’ajouterais à ceci:

  • Revoir le Code du travail pour ne plus rendre obligatoires les cotisations syndicales lorsqu’elles sont utilisées à des fins politiques;
  • Segmenter les avoirs du Fonds de solidarité de la FTQ et les confier à des entreprises privées et indépendantes de gestion de fonds qui ont fait leurs preuves –

Autrement dit, sortir le syndicalisme de la gestion des avoirs des cotisants.

Le Quotidien du Saguenay nous apprend que « certains membres du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida (SNEAA) souhaiteraient mettre fin aux cotisations mensuelles envoyées à la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ). » C’est une bonne chose. Il faut que ça brasse. Vous pourriez peut-être en profiter pour clairer Michel Arsenault en passant.

Ce qui se passe est non seulement inefficace et indécent, mais immoral. À quand un parti politique qui aura l’audace d’en finir avec cette mafia déguisée en défenseurs de l’économie québécoise?

Le syndicalisme québécois (syndicalisme d’État) et le pouvoir qu’il exerce au Québec est monstrueux. Il est non seulement dépassé, il est nuisible à la prospérité du Québec.  Il est, par ailleurs, un des 5 piliers importants qui font qu’aujourd’hui, le modèle québécois est rendu à la fin de sa vie utile. Finissons-en!

———-

Les 5 piliers du modèle québécois: Syndicalisme d’État (Code du travail), Monopoles d’État (absence de concurrence), Universalité des programmes sociaux; Interventionnisme économique (BS corporatif), Culture du nofault et du consensus (co-gouvernance par les groupes d’intérêts)

AUCUN REDRESSEMENT du Québec n’est possible si on ne remet pas en question les fondations du modèle québécois.

10 réflexions sur “Sortir le syndicalisme du Fonds de solidarité de la FTQ

  1. c est excellent Joanne Mais qui Tiens les Syndicats en place et non ce nest pas le gouvernement,,,Car lui le gouvernement crois que c est Lui Non Non ce n<est pas Lui,,Cest cela qu il vous faut trouver,,,Continuer

  2. Bonjour.: Tebouer, Madame Marcotte ! – À l’ouverture de votre texte, la bouffé de colère ressenti – (par chance je suis à mon petit camps – Je gère – vous une grande bouffé d’air inspirer/expirer doucement une bonne berceuse ➤ Félicitations ● j’ai hâte de voir/lire tous les commentaires ● C’est mon domaine d’activité chantier/Usine

  3. Entièrement d’accord avec vous. Sans syndicats, notre taux de chômage serait probablement à ZÉRO. Plusieurs entreprises ferment et d’autres ne viennent pas ici à cause que nous sommes trop pro-syndicats. Toutes nos lois du travail doivent être revues. :Les grosses compagnies qui ferment ne diront jamais que c’est à cause des syndicats, mais la vraie raison est là (GM, ELECTROLUX, SHELL, etc,,,etc,,,

  4. Si le PQ est réélu, pensons-y même plus….

    Les purs et durs s’activent. Mathieu Bock Côté consacre sa chronique à son maître à penser, Robert Laplante.

    Clairement les purs et durs se braquent suite à la sortie des Parizeau et Bouchard.

    La gouvernance souverainiste du PQ depuis son élection s’inspire justement des « Amis de Groulx »…

    « Le retour du refoulé » par le nationalisme exacerbé à l’origine de la Charte des valeurs devient franchement inquiétant.

    Robert Laplante de l’Action nationale tient un discours délirant qui n’est pas sans rappeler celui des années 1940.

    PKP, Jean-Marc Léger, Marc Béland, Éric Bédard, sont membres de la fondation Lionel Groulx.

    Bernard Drainville doit se réjouir de la sortie des vieux bonzes. La stratégie est d’étirer la sauce jusqu’à l’élection.

    Qui peut croire que Drainville a carte blanche?

    Coudon! est-ce que je deviens paranoïaque!

    • Bonjour.: Sortie de Parizeau et Bouchard !
      Avec les musulmans à prier pour démontrer qu’ils vont réussir à amadouer la Marois. : Nous appelons çà *les groupes religieux hors du gouvernement *
      La charte du PQ = Une bouffonnerie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s