Libérez les auteurs!

Marie_LabergeAssez pathétique, ce discours de l’Association des libraires du Québec en réponse à l’initiative de deux grandes auteures Marie Laberge et Arlette Cousture. Au désespoir des libraires, ces deux dames auraient décidé de vendre le format numérique de leurs livres directement à partir de leur site Web personnel.

« Trahison! », selon les libraires. Selon Le Devoir,

« Les libraires éprouvent une grande déception, voire de la colère envers l’auteure (Marie Laberge) dont on soutient la carrière depuis plusieurs années, indique au Devoir Katherine Fafard, directrice générale de l’ALQ (Association des libraires du Québec). Pour plusieurs, c’est perçu comme une trahison. Mis à part elle-même et Apple, personne de la chaîne du livre ne va bénéficier de ça. »

Ainsi, les libraires auraient « soutenu » la carrière de Marie Laberge…  Je ne sais pas pour vous, mais si les libraires y voient une « trahison » et se déçoivent de ne pas « bénéficier » de la vente au détail des oeuvres de l’auteure, c’est peut-être parce que ce sont les auteurs à succès qui « soutiennent » les librairies et non l’inverse… Qu’importe.

Moi, je dis « Bravo, les filles! ». Vous êtes non seulement des auteures de grand talent, vous êtes de véritables entrepreneures de la création littéraire. Vos oeuvres, ce sont les vôtres. Les succès comme les moins bons succès aussi.

La prise de risque, vos insécurités, vos doutes, votre passion pour l’écriture: tout ça, ça vient de vos tripes. Vous méritez bien de récolter le fruit de votre travail et de vous amuser à expérimenter d’autres modes de distribution de vos oeuvres si le coeur vous en dit.

Un de mes oncles, notamment, est abonné aux lettres de Marie Laberge. Il les reçoit comme un cadeau, un moment de pur bonheur, d’intimité presque avec l’auteure. Pourquoi pas?

Le ministère de la Culture et des Communications, la SODEC, l’Association nationale des éditeurs de livres, l’Association des libraires du Québec, l’Union des écrivaines et écrivains du Québec, l’Association des bibliothèques publiques, auraient « convenu » de manière concertée en 2011 de traiter le livre numérique de la même façon que l’édition papier, nous raconte Le Devoir.

Mais si la technologie permet maintenant de rapprocher l’auteur du lecteur, pourquoi pas? Plutôt que de tuer les initiatives et d’étouffer le succès, libérons donc les auteurs! Qui sait ce qui pourrait en résulter?

Site de Marie Laberge;  Site de Arlette Cosuture

3 réflexions sur “Libérez les auteurs!

  1. Une vraie mentalité de profiteurs gauchistes. Elles écrivent et les libraires devraient en bénéficier nécessairement et obligatoirement.

  2. Sincèrement. quelle merde ce commentaire de l’ALQ! Qui a vraiment profité du talent d’écrivain de Marie Laberge?

    a) Quelles sont les marges de profit du libraire?
    b) Quel taux de commission reçoit l’auteur?

    Répondez à ces deux questions et vous répondez à ma première question…

    j’suis tanné… mais là vraiment!

  3. « Le ministère de la Culture et des Communications, la SODEC, l’Association nationale des éditeurs de livres, l’Association des libraires du Québec, l’Union des écrivaines et écrivains du Québec, l’Association des bibliothèques publiques, etc… »

    TOUS des parasites qui vivent de l’œuvre des auteurs!!!

    Pas surprenant que l’on tente de nous vendre l’idée gauchiste et déconnectée de la réalité de payer plus cher pour les livres via un prix unique. S’il n’y avait plus de ce genre d’inutiles pillards, on n’entendrait pas ces âneries.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s