Denis Lessard, porte-parole des libéraux?

Couillard2Il vous faut lire la réponse qu’offre la fille de Fatima Houda-Pépin au texte de Denis Lessard, journaliste à La Presse. Si le Parti libéral du Québec croyait qu’en salissant publiquement la personnalité de Madame Houda-Pépin, il allait faire porter tout le blâme sur les épaules de leur députée, c’est raté.

Madame Houda-Pépin aurait de la difficulté à travailler en équipe, nous apprend-on. Elle « coupe » la parole du Chef, en plein caucus… Elle peut être arrogante lorsqu’il s’agit de la cause qui lui tient à coeur: l’intégrisme religieux. Et puis après? Même si c’était vrai? Vous en connaissez beaucoup, des hommes et des femmes de principe, qui ne sont pas perçus comme « arrogants » de temps à autre?

Denis Lessard va jusqu’à faire allusion à la relation qu’elle avait avec son mari, insinuant qu’elle exigeait de lui qu’elle la traite en ministre avec une simili-limousine… Vraiment, Denis Lessard, how low can you go?

« Elle est devenue veuve il y a quelques années et ils [ses collègues] se souviennent de l’attention sans partage que lui portait son mari, un agronome à la retraite. Il la véhiculait partout à travers le Québec, dans une grosse Chevrolet Caprice noire, une simili-limousine pour la ministre qu’elle n’est jamais devenue. »

Une partie de la réponse de Tamy Emma Pépin:

« … dans ce torchon de Lessard, c’est que nous n’avons *jamais* eu de Chevrolet Caprice noire. Jamais. Ni ma mère, ni mon père, ni personne. Alors la prochaine fois que Monsieur Lessard fait une commande de dénigrement et décide de publier des attaques personnelles bidons dans son journal, il pourrait au moins avoir la décence, que dis-je, le professionnalisme, de vérifier les faits qu’avancent ses « sources ». Dégoûtant.

Dégoûtant, oui, de salir ce qui a sûrement été une merveilleuse histoire d’amour entre un couple entièrement dévoué à sa famille et au service public. (Je ne développerai même pas sur le caractère profondément sexiste de la remarque. Je vous laisse ça.)

De toute évidence, Denis Lessard a porté le crayon des libéraux hier, qui étaient en campagne pour s’en prendre à Fatima, démontrer qu’elle n’était pas une fille d’équipe et préparer les esprits à son exclusion du caucus. Objectif atteint? Non. Totalement raté.

Au lieu de cela, Denis Lessard révèle toute la mesquinerie et la petitesse dont peuvent faire preuve les « machines politiques » (dans ce cas-ci, la « machine » du PLQ) qui se font les alliés d’une plume journalistique en quête de la Une de son journal.

Pour ma part, s’il y a quelqu’un à blâmer, visons davantage le Chef Philippe Couillard qui n’a pas su former une équipe de gens qui ont intérêt et le plaisir de travailler ensemble.

Dommage. Vraiment dommage… Parce que ce dont le Québec a besoin ces temps-ci, ce ne sont pas des élus qui encouragent le fiel, les injures et la bassesse purement partisane. On a Facebook, Twitter et les réseaux sociaux pour ça, là où une indignation passe pour un argument et où l’enflure verbale ne sert même plus la cause, quelle qu’elle soit.

Ce dont les Québécois ont besoin, c’est de se ressaisir, cesser de jeter de l’huile sur le feu, tenter de retrouver la raison, dissiper la confusion et retrouver leurs sens.

Le PLQ a passé à côté d’une superbe opportunité. N’oublions surtout pas que si nous nous retrouvons dans cette situation, c’est avant tout parce que le PLQ a refusé d’agir quand il en avait l’opportunité.

Ce qu’il a réussi à faire voir, cependant, c’est son côté mesquin exprimé clairement par certains de ses leaders, incarnation d’une « machine politique » en manque d’arguments, de sensibilité, de hauteur et de sens de l’État. (Idem pourrait être dit du PQ, en passant). Bien naïvement, je me serais attendue à plus que ça.

Le Parti libéral du Québec se perçoit comme le grand défenseur des libertés individuelles.   Admettons. Alors qu’est-ce qui fait qu’il hésite tant à contrer le relativisme culturel, à mon sens, le plus pernicieux des outils dont disposent les adversaires de la liberté? Le Chef du Parti libéral se serait-il accoutumé, lors de séjours outre-mer, à des pratiques intrinsèquement étrangères aux moeurs libérales occidentales?

Et puis, le combat contre l’intégrisme religieux et contre la menace aux valeurs d’égalité entre les hommes et les femmes est JUSTEMENT un combat pour la défense des libertés individuelles. La liberté des jeunes filles et des jeunes femmes d’être égales devant la loi. La liberté des jeunes filles de rêver, d’explorer, d’accéder à leur plein potentiel, de créer, de redonner. La liberté de devenir une Fatima Houda-Pépin ou des Julie Payette.

Le relativisme culturel n’est pas l’ennemi du bien commun, ni de la « nation », ni de l’intérêt public, ni d’une « collectivité » à laquelle fantasment les nationalistes. (Lire mon blogue Le droit de juger, mai 2013). Il est d’ailleurs fascinant de voir à quel point les plus doués d’entre eux réussissent à instrumentaliser le débat actuel pour poursuivre leurs fantasmes souverainistes, et encore plus fascinant de voir la rapidité avec laquelle bon nombre de personnes tombent dans le piège.

En réalité, le relativisme culturel est l’ennemi de l’individu! Celui par qui les idées s’expriment, celui par qui les familles s’épanouissent, celui par qui la connaissance, l’entrepreneuriat et l’amélioration de la qualité de vie d’autrui est possible.

Voilà ce à quoi je m’attendrais d’un Parti libéral qui mériterait de porter son nom. J’attends toujours.

8 réflexions sur “Denis Lessard, porte-parole des libéraux?

  1. Vous avez ici un ancien libéral devenu caquiste a cause de cette façon de faire et le laisser aller des premiers ministres des années passées. Leur belles promesses jamais tenues.

  2. Mme Marcotte, je n’approuve certainement pas les propos inappropriés tenus par de Denis Lessard sur Fatima Houda-Pépin pas plus que les remarques suspicieuses sur le séjour de Philippe Couillard en Arabie saoudite. Ça ne relève pas le débat.

    Ce débat fondamental pour le Québec sur la Charte de la laïcité est récent. on n’en est plus dans les débats souverainistes/fédéralistes ou gauche/droite.
    Dans ce débat, c’est une remise en question de la ligne de parti qui s’imposerait.

    J’entendais Chantal Hébert citer en exemple le cas d’Audrey McLaughlin, NPD, à qui avait été accordé un droit à dévier de la ligne officielle dans le dossier des autochtones qu’elle portait à Lac Meech.

    Mme Hébert porte un jugement nuancé sur les Libéraux. Elle ne croit pas que ce traitement un peu erratique du cas de Mme Pépin ne favorise le PQ ou la CAQ. Ce dossier aurait pris une tournure différente si Philippe Couillard avait siégé à l’Assemblée nationale

    Le Bloc avait été intraitable envers la dissidence de Maria Mourani. Le PLQ a laissé la porte ouverte à Mme Houda-Pépin. La ligne de parti tous les partis s’y adonnent.

    Après l’ère du gouvernement Charest, réhabiliter l’image du PLQ en conformité aux valeurs libérales trop longtemps bafouées ne sera pas une mince affaire. Laissons la chance au coureur.

    Si la tendance se maintient des élections auront lieu en février prochain, foi de la CAQ. Leur sursaut d’énergie de la fin de semaine n’est pas des plus réjouissant.

    Le statu quo aux prochaines élections. Répétition du même scénario: la division du vote fédéraliste qui garantira la réélection du PQ.

    Est-ce vraiment ce que les Québécois veulent?

    I

  3. Je trouvais qu’il était très gentil avec Jean Charest lorsqu’il animait LES COULISSES DU POUVOIR à Radio-Canada. Maintenant je comprends…..

    • Ne pas confondre : l’ex-animateur des Coulisses du Pouvoir, DANIEL Lessard, n’a rien à voir avec l’article incriminé, œuvre de DENIS Lessard de La Presse.

  4. On ne peut certainement pas endosser e qu’avait dit Mr Lessard, a propos de Mme Fatima.
    De dire aussi que : Le Chef du Parti libéral se serait-il accoutumé, lors de séjours outre-mer, à des pratiques intrinsèquement étrangères aux moeurs libérales occidentales? n’est pas approprié. je n’ai pas vu Monsieur Couillard manquer de respect dans ses paroles, il défend
    la liberté de mettre un symbole religieux au travail, il a été invité par les juifs, comme les musulmans..
    il y a des américains, français, canadiens qui réalisent des projets ou ont des missions en Arabie saoudite, soyant claire , ils sont la pour l’argent, il ramènent la richesse au pays, ils peuvent être invités et c’est normal, par des princes saoudiens, être des conseillers de ces derniers, dans leurs domaine de compétence par en religion, et cela n’implique pas qu’ils endosse les politiques de ce pays.
    Mr HARPER a cherché un investissement en Malaisie, pays musulmans, (ou plusieurs femmes mettent le voile), et ce dans le domaine pétroliers, c’était au mois d’Octobre, alors que le Québec, s’engueulait de voile en public ou pas, http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/10/06/001-harper-malaisie-entente.shtml.est ce qu’il est influencé par ce pays? business is business,
    Arabie, Malaisie, Israël, c’est l’argent qui compte.
    le fédéral, que çà soit conservateur , libéral, est pour l’intégration, quand on voit juste le site d’immigration canada, on voit une femme avec un voile, beau, bien entretenu,
    la machine médiatique du PQ nous montre par contre, souvent, des photos de burquas, nikabs, le message est donc claire. ils aimeraient mieux , avoir un guétos, comme celui du village juif à Boisbriand, que de faciliter l’intégration des communautés.
    pour l’égalité des hommes et des femmes,les symbole visé est porté surtout par des femmes . aussi, un homme musulmans, ne portant aucun symbole, juste des fois une barbe qui n’est même pas interdite selon la charte de PQ, alors que le voile est interdit, et ce, dans dans des domaines (santé, ..) qui emploient en majorité des femmes. à moins, de privatiser les hôpitaux, services de santé, pas de CPE, sous traiter les services au privé, comme ca leurs chartes sur les symboles, ne vaudra rien.

  5. Il me semble que ce serait une preuve d’ouverture d’esprit que de laisser la dissidence s’exprimer dans le cas évident de Fatima Houda-Pépin.
    Le dogme de la ligne de parti est-il à ce point important qu’il ne puisse souffrir aucune exception?
    Les libéraux sortiraient sûrement grandis de cet exercice qui démontrerait qu’ils ne sont pas libéraux que de nom.

  6. Pourquoi cherchent-ils des raisons pour « flusher » Mme Houda Pépin du caucus? Ce n’est rien d’autre qu’un traquenard cette histoire. Avec Lessard qui en ajoute … fausse information de surcroît.

    Phillipe Couillard, à « puisqu’il faut se lever ». dit que le PLQ permet à tous les députés de s’exprimer. Le porte parole du caucus dit une connerie, Mme Houda Pépin réplique; soudainement, c’est Mme Houda Pépin qui doit être guillotinée pour cause de dissension. Bâtard, le PQ doit se frotter les mains.

    La « charte des valeurs québécoises », c’est un « piège à con », y’a rien qui ne soit déjà dans la loi là dedans. Il m’est interdit de me promener le visage masqué, pour quelque raison que ce soit; c’est une question de sécurité et d’identification dans un monde libre. Nous faisons nos « biens faits » ou nos « fautes » à visage découvert; « that’s it, that all », live with or leave it, your choice body.

    JP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s