Élection 2014 – Comment j’ai vu le Jour #1

Pauline Marois s’est décidé à appeler le peuple aux urnes. Les sondages de ce matin lui sont favorables mais l’écart entre le PQ et le PLQ est tout de même mince. À ce moment-ci, tout est possible. Cela dit, une grande partie des francophones ont été charmés par son projet de Charte et il nous reste à savoir dans quelle mesure ce sera un déterminant pour le vote final. Pour le reste de la journée, la chef du PQ a fui les journalistes. Pas de période de questions avec les journalistes et pas de présence à l’émission 24 heures en 60 minutes de RDI. On imagine que le metteur en scène Yves Desgagnés n’avait pas prévu « sortir » la Première, la première journée de campagne…

Du côté du PLQ, le chef a surperformé lors de son lancement. Le ton était celui d’un « fighter » qui entend se battre et qui a confiance qu’il a su regrouper de très bons éléments dans son équipe. Assez étonnant quand on se rappelle les vacillations d’il y a quelque temps. Les gros canons économiques seront annoncés demain. Cela dit, il va être intéressant de voir ce que proposera le PLQ en termes de politique publique. Croit-il vraiment que l’augmentation des tarifs de garde de 7$ à 9$ par jour constitue un choc tarifaire? Se préoccupe-t-il vraiment de l’endettement public? À suivre…

François Legault fait le pari de faire une « anti-campagne », de dire la vérité aux gens sur l’état des lieux et de parler à la classe moyenne qui est étouffée par un fardeau fiscal élevée sans pour autant recevoir les services qu’elle mérite de recevoir. Demain, Christian Dubé fera connaître le cadre financier du parti. Si les gens votaient selon le mérite et le bilan de ce qui a été accompli ces 18 derniers mois, la CAQ serait probablement au premier rang. Cette équipe a fait ses devoirs, géré le risque d’avoir un gouvernement péquiste radical (loi 14, Charte) en plus d’avoir été un joueur-clé dans l’accouchement d’une loi sur les mines. Demain, on saura si la population achètera l’avenir que lui propose la Coalition.

5 réflexions sur “Élection 2014 – Comment j’ai vu le Jour #1

  1. Voilà ma vision des faits, car ma déception est grande ce matin quand je lis votre vision.
    En premier lieu, Couillard s’est fait très arrogant dans sa façon d’accuser le parti Québécois de tous les maux, alors qu’en 18 mois, ils ont dû relever le défi de l’endettement laissé par son propre parti et je ne mets pas dans la balance, le CHUM, le CUSM et l’Îlot voyageur, la privatisation d’Hydro-Québec et la liste serait longue.

    Pour ce qui est de Legault, vous citez qu’il a été un joueur-clé dans l’accouchement d’une loi sur les mines, mon dieu que de petite politique. Dans les faits, il a fait reculer la Ministre Ouellet en modifiant plusieurs articles des points de loi sur les mines, si elle voulait son vote de l’opposition. Pourtant, la population s’était prononcée pour les changements que la Ministre Ouellet apportait. Dans mon livre, on appelle ça de la stratégie politique. Rien à voir avec les vrais désirs de la population, et je viens de l’Abitibi. Alors, je connais bien ce dossier, ou les grandes multinationales se sont servis depuis plus de soixante ans, des petits travailleurs de ma région, rien pour l’État, à part les sites orphelins. Bravo, Monsieur Legault pour le recule que vous avez imposé à la ministre Ouellet.

    Pour ce qui est de Madame Marois, à son annonce du déclenchement des élections, elle n’a pas fait d’envol comme les deux autres, le protocole du parlement l’obligeant à dissoudre la chambre des ministres. Ça, personne n’en parle. Par la suite, elle aurait pu parler à la population, du moins j’aurais aimé l’entendre. Par contre, elle l’a fait tout le reste de la soirée dans les circonscriptions avec ces candidats.

    • Elle avait le choix de s’entendre avec les autres parties. Elle est vraiment malhonnête car elle a enfreint sa propre loi, celle des élections à date fixe. Il a suffit de quelques sondages pour qu’elle puisse commencer à blâmer les parties d’opposition.

    • «… le protocole du parlement l’obligeant à dissoudre la chambre des ministres.» Que voulez-vous dire par là? Aucun protocole parlementaire n’oblige qui que ce soit à dissoudre une chambre des ministres.

  2. @ moses
    Je ne suis pas un économiste, mais je pense que les petits travailleurs ont été. Ien payés et qu’en retour le gouvernement a bien collecté des impôts sur ces revenus de ce fait enrichissant les régions et la province. Ce qui ne se serait pas produit si le retour sur l’investissement n’avait pas été assez élevé pour les minières qui ont assumé le risque au départ. Je sais pour ma part que je veux le plus haut % de retour pour mes petits placements comme tout investisseur d’ailleurs.

  3. Votre analyse du jour 1, Madame Marcotte, rejoint celle de la plupart des commentateurs qui s’efforcent de ne pas faire de partisanerie. Vous avez vu juste. J’aime bien votre façon de traiter les dossiers politiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s