Le dilemme de PKP

pkpPKP s’engage au PQ pour la prospérité et la souveraineté, peut-on lire dans un texte de Paul Journet de La Presse. Les indépendantistes de droite devraient être rassurés, veut-on nous faire croire. Même le syndicaliste et progressiste Marc Laviolette appuie l’arrivée du candidat-vedette. Le Parti québécois n’est-il pas une large coalition regroupant les forces de droite et de gauche? « Un espace de débat », comme dirait Pierre Karl Péladeau, dont on peut être fier?

Comme c’est joli.

Un espace de débat qui a pour réputation d’éjecter ses chefs, de diviser la population sur des questions identitaires à des fins électoralistes et d’imposer son obsession référendaire à un moment où le Québec frappe un mur. C’est ça. Débattons! Mais de grâce, ne soyons pas naïfs à ce point.

Car dans les faits, cette large « coalition » n’existe pas. Il n’y a au Parti québécois, ni volonté ni vision pour redresser économiquement le Québec autrement que par l’utilisation des leviers de l’État et l’injection de fonds publics pour « protéger » les entreprises d’ici qu’on a, par ailleurs, surimposées, sur-réglementées et qu’on aura forcé de tolérer le co-gestionnaire syndical.

Ce qui existe à l’heure actuelle, c’est un parti auquel on a ajouté un candidat vedette qui se pliera, comme les autres, à une ligne de parti susceptible de ne pas déstabiliser sa base militante et de ne pas nuire à la démarche vers l’indépendance. L’éveil est brutal ce matin pour certains chroniqueurs et analystes qui n’y croyaient pas. Nous sommes bel et bien en campagne référendaire pour l’indépendance et le PQ a trouvé son champion.

Parler de prospérité et de redressement économique dans ce contexte est totalement contre-productif. Clairement, le sujet doit être évité et la recette a fonctionné, jusqu’à présent, de façon spectaculaire.

Comment concilier, en effet, un agenda de redressement  et de prospérité avec un agenda d’indépendance du Québec? Comment répliquer à une décote qui viendra inévitablement avec un gouvernement indépendantiste ou lorsque ce gouvernement majoritaire installera les canons en direction de la Cour suprême qui se penchera sur son projet de charte?

René Lévesque n’a pas coupé le salaire des fonctionnaires de 20% avant le référendum. Il l’a fait après. Soyons clairs, pour les péquistes, le projet de pays est un projet de pays social-démocrate dont les moyens de production appartiennent de plus en plus à l’État (cimenterie, pétrole, pression sur la Caisse de dépôt et sur Investissement Québec, etc.). À la dernière campagne électorale, souvenons-nous que Pauline Marois elle-même avait pesé sur le bouton « Reject » des souverainistes de droite.

Pour les besoins de « la cause », le candidat Péladeau adopte donc des propos diamétralement opposés à ses convictions profondes. Il joue la game, quoi. En entrevue sur les grands réseaux, nuancer la perte de 26 000 emplois en février nous porte à croire qu’il y a une paire de lunettes roses qui s’est achetée récemment pour compléter l’ensemble déjà porté par le duo Marois-Marceau.

À la question « Est-ce que les syndicats prennent trop de place au Québec? », Péladeau répond « Non ». C’est une blague ou quoi? En 2010, cette même personne remettait même en question la formule Rand!

« M. Péladeau s’en prend par exemple à la formule Rand. «N’est-il pas légitime de nous permettre, comme citoyens bénéficiant d’une maturité politique et démocratique, de décider si nous voulons ou non faire partie d’une organisation syndicale et d’en payer les cotisations ?» Il dénonce «la création d’une unité d’accréditation par la simple signature de cartes d’adhésion». 

Il condamne aussi le «privilège qui permet aux employés en conflit de travail de ne pas payer d’impôt sur les prestations monétaires qu’ils reçoivent de leurs syndicats, mesure exceptionnelle parce qu’elle fait financer les positions des organisations syndicales par l’ensemble des contribuables déjà assujettis à un fardeau fiscal que tous reconnaissent parmi les plus lourds du continent».» Source

Le candidat Péladeau dit avoir parcouru le Québec pour la Fondation de l’entrepreneurship. C’est à se demander ce qu’il leur racontait. « Eille, le monde. Le PQ va choisir 300 entreprises  sur lesquelles le Québec doit miser. Vous devriez appliquer et remplir les formulaires. »

Bref, en joignant les rangs d’une institution comme le Parti québécois, incarnation du modèle québécois, PKP ne participe pas un agenda de liberté économique des entreprises du Québec. Il participe à un plan de protectionnisme qui leur coupe les ailes et qui entretient la dépendance.

Comprenons bien le dilemme que vivra et le choix qu’a fait PKP. En choisissant le Parti québécois et l’option indépendantiste, ses mains sont liées d’ici le référendum. En effet, pour ne pas perdre le vote souverainiste, le vote des fonctionnaires, le vote des progressistes, le vote des aînés vulnérables, PKP devra porter les lunettes roses et faire une croix sur un plan de redressement économique qui remettra en cause des droits acquis. Saura-t-il être aussi patient ou fera-t-il éclater le PQ d’ici là?

Les 24 dernières heures ont démontré toutefois, qu’il y a des chances qu’il fasse d’ici le référendum, un excellent politicien qui saura répondre, en prime, aux médias anglophones.

____

À lire également Denis Lessard qui fait la démonstration de l’incompatibilité des idées du candidat Péladeau avec celle de l’institution du Parti québécois.

22 réflexions sur “Le dilemme de PKP

  1. Je crois que l’on surestime la recrue du PQ. Avec une formation en philosophie et en droit, outre le fait qu’il se soit glissé dans le siège de son père à la tête de l’empire Quebecor, je doute de ses réels compétences économiques. Le fait qu’il ait quitté la direction aussitôt me laisse croire que Quebecor est dans de bien meilleures mains que les siennes. Je suis plutôt d’avis que son père a bien placé ses pions pour assurer la prospérité de son empire. Alors, il ne faut pas juste se fier aux apparences.

  2. Et après ça on nous dira qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt. Ben voyons donc. Je me demande ce que les péquistes qui venaient vomir sur vous lorsque votre blogue était au journal de Montréal diront maintenant de PKP. Plusieurs d’entre eux et je modère mes élans, PKP était un sale capitaliste. Ben maintenant le sale capitaliste est dans leur camp. Ce que les gens ne doivent surtout pas oublier de l’empire de PKP, c’est que c’est grâce aux nombreuses subventions du gouvernement qu’il a survécu. Est-ce que c’est comme ça qu’on l’a eu. Il doit payer maintenant sa dette. Je ne crois pas en M. Péladeau. Tout comme ceux du PQ il évite de répondre aux questions directement. Tout comme le PQ, il patine. Moi je n’ai pas confiance du tout. Si j’étais à la place de Mme Marois j’éviterais cet air de suffisance parce que PKP n’est pas là pour être simple député. Le poste de Mme Marois est maintenant à prendre. Ça va grenouiller fort au PQ. La chicane va résonner entre PKP, Deschenes, Lisée et qui d’autre encore.

  3. Jean-François Lisée rassuerais déjà sa base militante hier. Voici se qu’il a écrit sur son blogue au sujet de la venu de PKP:

    « On peut, comme René Lévesque et Jacques Parizeau, s’ancrer au centre-gauche mais accueillir le centre-droit ».

    Le message est clair: Lisée rejette à l’avance toutes initiatives de droite pouvant venir de PKP. Sa majesté (Lisée) ainsi que toute l’aile gauche-syndicale du PQ n’ont aucune intention de laisser PKP faire sa place. Péladeau c’est bon pour le PQ à court terme seulement car il a trop d’ennemi au PQ.

    http://jflisee.org/pkp-au-pq-cest-ca-rassembler/
    P.S. Ne perdez pas votre temps à commenter sur le blogue de Lisée. Seulement les messages de louanges au Roi sont diffusées.

  4. Il est regrettable de voir votre texte, ou vous ne regardez que d’un côté de la médaille. Vous oubliez plusieurs faits.
    Toute la bataille, qu’il a dû livrer pour acheter Vidéotron, un fleuron québécois qu’avait bâti André Chagnon de 1965-2000, la famille Chagnon avait d’abord vendu à l’Ontarien Rogers. Par chance pour nous, la Caisse de dépôt, qui possédait une participation dans l’entreprise, s’est opposée à la vente et a ensuite créé une alliance avec Quebecor (PKP).
    Rogers a lancé la serviette et l’offre du tandem Quebecor-Caisse a été acceptée. Dans les faits, imaginez, tout l’argent des clients et le développement des réseaux d’information et autres se seraient retrouvés dans les mains des Ontariens.
    Et vous critiquez une telle initiative. Imaginez, si une compagnie Ontarienne avait eu la main basse sur Vidéotron et TVA, c’est comme si des Américains achetaient la BBC, il y aurait eu une levée de boucliers en Angleterre. De notre côté, la population n’a eu aucune réaction et nous accusons injustement quelqu’un qui a mis tous ces acquis financiers dans la balance pour protéger le Québec de l’invasion du contrôle de l’information par l’Ontario. Merci à M. Péladeau pour sa vision et de nous avoir protégé de la prise de contrôle de la droite fédéraliste.
    Alors, madame, un peu de rectitude dans votre argumentaire et un retour dans l’histoire serait apprécié.

    • Pauvre cloche, c’est avec mon argent et celui des autres Québécois qu’il a pu se payer Videotron. Et en passant, il n’a livrer aucune bataille. C’est Landry qui l’a fait!

  5. Le PQ fait un virage à droite, mais ça ne vous suffit pas ? Il annonce la venue de PKP, puis de Simon Prévost, économiste de droite, sans oublier un budget centré sur le retour à l’équilibre budgétaire, par l’austérité évidemment, et ça ne vous suffit toujours pas ?
    Votre haine viscérale envers le Parti Québécois dépasse le cadre du dogmatisme. Vous m’épatez.

    • Je suis un souverainiste de droite qui a voté ADQ en 2007 et PQ en 2008 et en 2012!!! Et le «Big Three» économique du PQ (Prévost-Péladeau-Marceau) peut en mon sens rivaliser avec celui du PLQ (Coiteux-Leitao-Daoust)!!! Ce n’est pas vrai qu’il n’y a que des banquiers qui savent lire l’économie!!!

    • C’est pas parce qu’ils ont recruté PKP et M.Prévost qu’il vont les utilisés ou les écouter, c’est comme avoir une calculatrice scientifique et un ordinateur très performant mais que l’on les utilises que pour des additions et pour des jeux vidéo ou pour bien paraitre. Sur papier le ministre actuel des finances est renommé mais ce trompe de plusieurs milliards dans les budgets déposés. Faire un virage à droite de 5 degrés quand c’est 90 que ça prend ben c’est juste de vouloir projeté une illusion que l’on fait quelque chose.

  6. Le livre de chevet de PKP est surement le prince de Machiavel. Cet homme est brillant, astucieux et retor a souhait.
    Regarder la panique chez les chroniqueurs de Quebecor et de TVA ils sont tous dans leurs petits souliers y compris Jean »LAPIASTRE »Lapierre qui mange dans toutes les mangeoirs et Mario  »DESTROYE »Dumont, peuvent ils encore critiquer de façon soutenue le PQ et PKP si ce dernier est élu. Tous le savent dans le milieu des communications et des médias que PKP a la mémoire très longue.
    Je crois que Madame Marcotte en sait maintenant quelque chose elle qui était la plus virulente envers le PQ. n’a plus d’emploi comme chroniqueur dans le journal de PKP.
    car je ne crois pas qu’ils auraient pu la faire taire en nuançant et en édulcorant ses propos au sujet du PQ alors ils l’ont virer pour ne pas diffuser ses idées.

  7. En route vers un autre référendum sur la souveraineté,les péquistes devraient s’engager a signer la constitution canadienne si le résultat est encore négatif dans les semaine qui suivent le résultat de leur référendum et de promettre par écrit et signer par tous les députés péquistes a se soumettre a la volonté exprimer par le du peuple.
    Mais ils sont rop lache pour mettre leur carriere en jeu sur leur referectum

    • Même un fédéraliste comme Claude Ryan s’opposait à ce que vous dites!!! Même Jean Charest n’a jamais été aussi loin que vous voulez aller pour écraser le Québec!!!

    • En passant, je ne tolère pas que l’on crache sur le mot «référendum» en le triturant à ce point!!! Ne savez-vous pas qu’un référendum est un processus démocratique très utilisé partout sur en Occident et que c’est même plus démocratique qu’une élection???

  8. Je suis indécis quant à la réaction appropriée à avoir envers la candidature de PKP au sein du PQ. Oui, c’est un homme d’affaire sérieux, dur quand vient le temps de négocier. Mais qu’en est-il de ses aptitudes en matière d’économie? Car avouons-le, l’économie d’une entreprise, si vaste soit-elle, n’a rien à voir avec l’économie d’un état. De gérer l’économie d’un état (ville, province ou pays) à la façon d’une entreprise peut fonctionner, mais seulement pour un certain temps je crois. Et ce n’est pas M. Marceau, vertement critiqué par des économistes de renom, qui pourrait conseiller PKP.

  9. Pris entre le capitalisme de copinage representé par PKP, la corruption syndicale et la multiplicité des programmes sociaux avec lesquels l’État s’achète des votes, il n’y a plus d’espoir pour la classe moyenne au Québec. Commencez a traduire vos CV en anglais!

  10. @ jeanlucproulx
    « En passant, je ne tolère pas que l’on crache sur le mot «référendum» en le triturant à ce point!!! Ne savez-vous pas qu’un référendum est un processus démocratique très utilisé partout sur en Occident et que c’est même plus démocratique qu’une élection??? »

    Un référendum est un processus démocratique aussi longtemps que la partie perdante accepte la défaite. Le référendum n’a plus aucune valeur si il faut le recommencer jusqu’à temps que les gens votent « oui »! Ça n’arrivera jamais et on le sais depuis le premier référendum. Les Québecois ne veulent pas se séparer. C’est ça la démocratie! Acceptez!

    • Allez donc dire ça aux Écossais et aux Catalans!!! Et on ne fait pas de référendum pour faire un référendum afin de faire gagner l’option de notre choix!!! Je suis de cette génération qui ne s’est jamais exprimée sur cette question vitale!!! Un référendum sur une telle question pour un peuple devrait se faire à tous les quinze ans!!!

      Sinon autant abolir les élections!!! Après tout, on a voté en 1867, c’est bien assez non??? 😉

      On pourrait aussi abolir les médias!!! Après tout, pourquoi est-ce que le peuple devrait savoir ce que font les politiciens élus depuis 1867??? 😉

      Maudit que c’est le fun de ne pas réfléchir une fois de temps en temps!!! 😉

  11. le PQ a décliné une entrevue a la chaine de télévision RDI. C’est parti pour le gouvernement de la Coré du Nord du Québec de choisir ses mediums pour transmette les information quelle veut bien transmettre pour mieux contrôlé l’opinion publique par le biais de sa chaine d’état TVA et LCN avec son président PKP.

  12. Madame Marois est probablement une artiste qui maîtrise l’art de la manipulation des médias. En plus de PKP, elle vient de faire un autre bon coup avec Ti Guy A. à RC le 6 avril. Il reste à espérer que le québécois moyen va relever son niveau de conscience politique et peser les conséquences pour le Québec d’un vote indépendantiste empreint d’ambiguïté et d’opportunisme.

  13. « Nous sommes bel et bien en campagne référendaire pour l’indépendance et le PQ a trouvé son champion. » JM’

    Bien dit. Il faut répéter et répéter ce message, pour faire peur au monde.
    Jusqu’à ce que tous les souverainistes soient convaincus qu’il faut, le jour du scrutin, sortir et aller voter afin d’empêcher le retour des libéraux au gouvernement du Québec.

    Seul, le PQ, peut combattre la peine de mort. L’imposition de la langue de Lord Durham, l’anglais, pour décrocher un emploi à Montréal. Il faut donc favoriser les péquistes.

    CH

  14. En tk, je fais plus confiance à PKP pour l’économie que la gang d’illettré qui écoutes de la radio-poubelle.

    Je ne suis pas souverainiste, mais je ne suis pas non plus un peureux de première.

  15. Joanne Marcotte vos articles sont degeulasse vous vous basez sur aucun chiffre juste votre petite opinion de federaliste personnelle. Le Pq invente des debats et fabule ? C’est drole;
    Un espace de débat qui a pour réputation d’éjecter ses chefs, de diviser la population sur des questions identitaires à des fins électoralistes et d’imposer son obsession référendaire à un moment où le Québec frappe un mur. C’est ça. Débattons! Mais de grâce, ne soyons pas naïfs à ce point. WOW felicitation sa c’est aider le Quebec a quand allez vous ecrire un article sur la culture de corruption des liberaux ? ahh ben oui c’est vrai ils vous payent surement pour faire peur aux gens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s