Jour 14 : Un intermède avant les débats (sondage Ipsos-Reid en prime)

D’ici demain soir, ce sera un peu plus tranquille. Les chefs se prépareront au débat de jeudi soir. J’imagine que Pauline Marois tentera de rappeler l’époque Charest du PLQ et Philippe Couillard voudra se faire voir comme un premier ministre. Quant à François Legault, si j’étais lui, je rappellerais le bilan de son parti, la nécessité d’avoir un 3e parti à l’Assemblée nationale et la qualité de son équipe.

En attendant, voici ce que j’ai retenu en lisant les médias ce matin:

SondageEnsemble19mars

Si on tient compte de l’ensemble des récents sondages (et non pas seulement du dernier sondage CROP-La Presse), voici ce à quoi arrive Bryan Breguet, celui qui est derrière le site TooCloseToCall récemment migré sur le site du Journal de Montréal.

Puis, nouvelle de dernière heure (18h): Un sondage CTV-Ipsos-Reid place le PLQ à 37%, le PQ à 32% et la CAQ à 16%. Le vote francophone se situe maintenant à 38% vs. 29% pour le PLQ (18% pour la CAQ). Selon ces chiffres, la majorité péquiste est menacée. Comme c’était le cas pour le sondage CROP-La Presse, 72% des Québécois croient qu’un vote pour le PQ est un vote pour le référendum.

Finalement, avec une majorité péquiste 6% des Québécois sondés quitteraient la province et 19% y songeraient..

Lysiane Gagnon, How the PQ’s prize candidate became a liability, The Globe and Mail 

« For months, there had been a persistent rumour that PKP, as Mr. Péladeau is known, had his eyes on the PQ leadership, hoping that he could become the first president of the Republic of Quebec. I heard the rumour at a social event last fall but couldn’t believe it – even though my informant was former premier Lucien Bouchard, who knows everybody in the business community and is not known as a joker. (I wasn’t able to decipher what Mr. Bouchard personally thought of PKP’s plan.) »

J.-Jacques Samson, PKP au Trésor, Journal de Montréal

La façon pour elle de le reprendre pourrait être d’annoncer officiellement que la première affectation de son candidat vedette Pierre Karl Péladeau sera au Conseil du trésor, avec le mandat de faire le ménage dans les dépenses publiques, un important pré-requis avant de pouvoir penser à un référendum.

Personnellement, je pense qu’il y a quelque chose qui échappe à J.-Jacques Samson: le mandat référendaire est absolument incompatible avec un mandat de « faire le ménage dans les dépenses publiques ». À mon avis, PKP ne peut plus parler ni de souveraineté, ni d’économie pour le reste de la campagne. Bernard Drainville sortira du placard d’ici peu.

Christian Dufour, Référendum à l’horizon, Journal de Montréal

Depuis 1976, les libéraux ont utilisé de façon souvent démagogique l’argument que les péquistes tiendraient un référendum si on les portait au pouvoir. Mais cette fois-ci, la tenue d’un référendum par un gouvernement péquiste majoritaire n’est pas seulement possible, elle apparaît presque probable. La coalition souverainiste gauche-droite, qui est devenue excessivement large depuis l’arrivée de M. Péladeau, a pour seul ciment la réalisation de la souveraineté. Les militants apparaissent par ailleurs plus remotivés et pressés que jamais. Dans ce contexte, un gouvernement majoritaire souverainiste qui ne tiendrait pas de référendum courrait le risque d’éclater.

Denis Lessard, Le PQ change son plan de match, La Presse

Cette campagne devait être celle de la Charte, le ministre de l’identité en était convaincu. Ce serait son heure de gloire. Or, la question est en pratique passée sous le radar depuis le déclenchement du 5 mars. Cela devrait changer très bientôt, après le débat de demain, si on se fie à ce qu’on entend dans les coulisses péquistes. Le sondage CROP publié par La Presse hier a été un électrochoc dans les officines péquistes; pour renverser la tendance, on compte désormais modifier le plan de match.

Aujourd’hui, Jean-François Lisée s’en prend à Québec solidaire que l’on dit souverainiste mais qui est nettement anti-Charte. Selon lui, le vote QS divise les souverainistes et la cause doit passer avant toute chose.

D’un autre côté, on a ressorti Bernard Drainville du garde-robe. La ligne du jour: « Un vote pour le PLQ, c’est un vote contre la Charte ».

Pas facile la vie des indépendantistes. Tantôt, on veut charmer la gauche solidaire, tantôt, on veut se donner un air d’entrepreneur avec PKP et ainsi charmer le centre-droit. Le Grand Écartèlement, si vous voulez mon avis. Reste à savoir ce que la population choisira: une Charte ou le rejet d’un référendum.

13 réflexions sur “Jour 14 : Un intermède avant les débats (sondage Ipsos-Reid en prime)

  1. « Quant à François Legault, si j’étais lui, je rappellerais le bilan de son parti, la nécessité d’avoir un 3e parti à l’Assemblée nationale et la qualité de son équipe ». La qualité de son équipe ??? Allo ??? joueurs de 5e trio, oui ! Incapable d’en nommer 5 sur 125 !!!!

  2. Le PLQ avec les chiffres de Bréguet peut gouverner avec la CAQ. Les chiffres de CTV, sur un référendum, avec une question claire, sont désastreux…et la possibilité de poser une question style 1995 n’existe plus…

    Le PQ est encore en terrain minoritaire..pas de charte…pas de questions référendaires…l’économie au point mort….

    Je me demande si comme en 2012, le PLQ est sous-estimé de 3 a 4 points, si oui, raz-de-marée PLQ…

  3. Je n’arrive pas à comprendre.. Ou PKP est un parfait imbécile ou bien un stratège machiavélique.

    Comment cerner les intentions de cet homme d’affaires, qui après s’être cassé les dents à l’Internationale, avait choisi de réserver ses investissements au Québec et au Canada?

    Et ça lui avait réussi.! Au Québec, dans un contexte linguistique idéal, la convergence s’est installée au point de couvrir maintenant 40% de tout le paysage médiatique.

    Au Canada, il a su développer des liens très serrés avec les conservateurs, à commencer avec Brian Mutroney.. QMI est propriétaire de Sun Médias et une entente récente avec les Conservateurs a étendu la percée de Vidéotron dans trois provinces canadiennes

    Comment croire que PKP va participer à créer de l’instabilité politique à moins qu’il soit plus idéaliste qu’hommes d’affaires!!

    Le retour des Nordiques se retrouve aussi plombé par le dévoilement de ses intentions de faire du Québec un pays. Bettman a d’ailleurs confirmé qu’il n’y aura pas d’expansions pour la saison 2014.

    Comment la LNH pourrait-elle encore être intéressée à signer une expansion au Québec devant la menace d’instabilité économique que l’arrivée de PKP au PQ risque de susciter??

    Le virage à 180 degrés que semble avoir pris PKP depuis son saut en politique ne serait-il pas stratégique. Rallier la gauche syndicaliste pour gagner une majorité..

    Une fois le PQ élu majoritaire, sa vraie nature referait surface et les syndicalistes se retrouveraient confondus. Le PQ de PKP deviendrait alors le parti de la droite au Québec.

    Je n’arrive pas à croire que son élan patriotique n’était pas stratégique. PKP sait très bien qu’encore en 2014, 60% des Québécois veulent rester dans le Canada. et il n’aurait pas su prévoir les réactions!!

    Comment peut-il ainsi risquer d’affaiblir Québecor ou encore les Caisses Desjardins très présentes au Canada anglais??

    Se pourrait-il que ce Québec sclérosé par la question nationale soit devenu un boulet pour ses affaires. Provoquer un référendum? Un remède de cheval pour l’achever..

    On ne pourrait pas le blâmer s’il échoue d’avoir fait le saut pour sauver la Cause!

    Oui c’est farfelu! Mais je n’arrive pas à croire que PKP soit le gaffeux qu’il donne à voir de lui depuis le 10 mars dernier.

    Quebecor a tout à perdre dans cette aventure.. Et pourtant il semble avoir reçu l’appui de Mulroney??

    De toute manière, qu’il soit idéaliste ou stratège redoutable, une chose certaine pour lui la fin justifie les moyens.

    On ne peut faire courir au Québec le risque de voir PKP aux commandes du gouvernement. Il doit inspirer la défiance!

    Il faut voter PLQ. Absolument!..

    • Hélène je ne vous connais pas…calmez-vous, sinon vous allez brûler un fusible….

      PKP est un héritier, qui exploite une situation monopolistique au Québec et au Canada comme Cogeco, Rogers, etc…

      Nous payons au Canada et au Québec, les tarifs les + élevés de tous les pays de l’OCDE pour la télévision par cable, Internet, le cellulaire, etc…

      PKP nous a couté 6 milliards de $, grace a Bernard Landry…l’entreprise vaut maintenant 2 milliards de $ de moins qu’en 2002….une brillante réussite. Rappelons la faillite de Quebecor World printing, 2 milliards de $…

      L’indépendance amenerait le départ de concurrents comme Rogers, Telus, Bell, le remplacement du CRTC par un organisme a ses pieds, il a tout a y gagner..et Desjardins malgré ses tentatives dans l’Ouest ne représente pas grand chose en dehors du Québec…

  4. Jai encore en memoire les menaces de G.Larose envers la Ville de QC. De venir avec sa gang si on reconstituait la bataille des Plaines en 2008 et son fameux « bande de crosseurs ». Arseneault et Blanchet seront au P.Q. ce que Larose a ete pour le Bloc. Non Meeeeerci.

    • De venir avec sa gang si on reconstituait la bataille des Plaines en 2008 et son fameux « bande de crosseurs ».?????
      La tête, ça va ?

    • Ah oui, et quand je vois Duceppe s’offusquer du « je déteste ce parti… » de M. Couillard.Il devrait se garder une petite gêne. Il se retrouve sur la même liste de « sages » qui se réjouissent de la venue de PKP. Avec un Larose dans cette liste, le niveau de sagesse vient d’en prendre tout un coup. Sage mon oeil.

  5. Je m’attends lors du débat de demain à ce que M. Couillard parle et reparle de référendum pour faire peur. M. Legault doit faire passer son message économique. Il doit aussi dire aux gens sympatiques à la CAQ mais qui veulent voter pour le PQ seulement à cause de la charte, que la CAQ est d’accord avec 90% du projet de charte.
    Dans un autre ordre d’idée, un jour, il va falloir que les sondages ne soient pas permis durant une campagne électorale. Cela influence trop le vote.

    • Il y a une solution aux sondages…

      Le suffrage censitaire…je préfère des gens qui se laissent influencer par les sondages a ceux qui se laissent influencer par les publicités du PQ avec Drainville..

      Les gens qui votaient CAQ et votent PLQ ne veulent pas de référendum…et il faut faire mal au PQ ou le résultat est maximal.

      Legault a été le seul a proposer des économies et quelques très bonnes mesures, mais actuellement un vote CAQ c’est un vote PQ…

    • La médiocrité et l’ignorance est omniprésente au québec, et pour ça, nous n’avons qu’à blâmer les lubies de nos différents gouvernements. Les stratèges politiques ont la vie trop facile et peuvent manipuler à leur guise cette population qui vote au gré du vent, sans conviction profonde. Si conviction il y a, c’en est une qui vient de TVA ou des livres d’histoire biaisés que l’on présente aux élèves. Un peuple de mouton vote en mouton, en suiveux. Ça va prendre des changements majeurs dans cette société gangrainée et il faut que ça commence par l’éducation et la responsabilisation individuelle.

      Tous ne devraient pas avoir le droit de voter. Un droit de vote devrait s’obtenir en passant un examen de connaissances générales des domaines politiques et économiques. Tu apprends le nom de la personne pour qui tu vas voter seulement en arrivant à l’isoloir? Too bad mon homme! Va faire tes devoirs et revient voter quand tu sauras de quoi tu parles… T’as pas un mot à dire sur comment JE serai gouverné!

    • Il y a 800.000 analphabètes au Québec et 50 % de la population sont des illettrés fonctionnels (inférieur au niveau 3 selon les classements internationaux…)

      50 années après le rapport Parent….lamentable…un échec collectif.

  6. Alain Maronani. PKP a tout à gagner.. Sauf en dignité! Qu’en serait-il de la démocratie avec ce nacissique ..

    Par ailleurs une publicité récente se définissait comme suit: « Québec inc va préserver ses entreprises des prédateurs » avec en toile de fond le logo de Bell.. »

    Je me doute bien que son ambition soit de devenir Président de la République du Québec. Mais cela me semble tellement invraisemblable qu’un Québécois de souche en soit arrivé à un tel niveau de folie des grandeurs.

    Ma famille en est à une troisième génération en entreprenariat familial sans subventions. Alors nous on a beaucoup à perdre. Bon an, mal nous créons plus de 200 emplois très bien rémunérés. Mes enfants sont instruits et sont outillés pour quitter le Québec.

    Oui, je suis très inquiète..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s