Quand ça va mal…

On va s’entendre sur une chose, d’accord? Si le Parti québécois et le Parti libéral du Québec veulent se faire une lutte pour gagner le prix M. Net, ils peuvent passer à autre chose. Je serais prête à parier que dans l’esprit de la plupart des Québécois, cette course-là se terminerait ex-aequo. Rien ne sert de vouloir paraître plus pur et plus blanc que l’autre. À tort ou à raison, le jugement sur cette question a été rendu.

Deuxième chose. Aux lendemains des élections, peu importe le résultat, la Commission Charbonneau continuera ses travaux et ce ne sera beau pour personne. Il faudra vivre avec et espérer que les modifications à la loi portant sur le financement des partis politiques diminueront, du moins à court terme, les risques de copinage entre les lobbies et les partis politiques. Il faudra également espérer que la Commission accouchera de son rapport le plus tôt possible et que le gouvernement en place l’appliquera…

Cela dit, on a vu ces dernières heures, les chefs de partis sortir leurs « bad cops », préparer le terrain de l’intégrité, mettre au défi leurs adversaires sur leurs avoirs personnels et même recourir à des mises en demeure pour faire taire des voix un peu trop embarrassantes. Des enjeux de campagne? Oubliez ça. Les médias ne s’y intéressent pas vraiment.

Dure leçon pour les militants, je le sais. Aujourd’hui, les péquistes auraient bien voulu parler de culture. Une seule question de la part des journalistes sur le sujet. Dure, dure, une campagne électorale. Le 4e pouvoir (les médias) décide bien de ce qui mérite d’être transmis aux électeurs…

Cela dit, malheureusement pour le PQ, leurs « bad cops » ont à peine touché l’adversaire. Quelques heures après avoir déposé une plainte au DGE pour financement illégal au PLQ, on apprend que le Parti québécois lui-même a reçu la visite de l’Unité permanence anti-collusion (UPAC) en février dernier.

Selon La Presse,

Des «actions policières» ont même été planifiées à l’égard du parti de Pauline Marois, mais la campagne électorale a freiné, pour l’instant, l’élan de la police, a appris La Presse de trois sources proches du dossier.

Pour faire taire un Jacques Duchesneau jugé trop bavard, le Parti québécois a également envoyé une mise en demeure à l’ex-caquiste (écoutez ceci à partir de 3:08). Malheureusement pour le candidat péquiste Pierre Duchesne envoyé au bâton pour défendre la chose, le redoutable Benoit Dutrizac a trouvé le geste ignoble, particulièrement dû au fait qu’il provenait du Parti Québécois. (écoutez ceci à compter de 8:08).

Un peu plus tôt dans la journée, la première ministre Pauline Marois a dû fournir quelques nuances suite à ses propres affirmations. D’abord parce qu’elle s’était trompée sur les raisons pour lesquelles l’ex-député libéral Tony Tomassi faisait face à des chefs d’accusation (lire Marois admet un « raccourci » dans le cas Tomassi). Puis, un peu plus tard lorsque François Legault la contredit sur l’existence ou non de « quotas de financement au Parti québécois. » En clair:

Journaliste: Y a-t-il des quotas au Parti québécois?

Pauline Marois: Non

François Legault (du temps qu’il était au Parti québécois):

L’état-major du PQ ainsi que les autres élus exerçaient une «pression» sur ceux et celles peinant à atteindre leurs cibles de financement, a indiqué M. Legault. «Presque à chaque caucus pendant la période de financement on amenait la liste [montrant] qui a atteint quel pourcentage de son objectif. Évidemment, on essayait de faire honte à ceux qui étaient en bas de la liste. […] Celui qui était à 20% se faisait regarder un petit peu de travers par tous ces collègues parce que personne n’aime ça faire du financement», a expliqué l’ancien ministre péquiste (1998 à 2003). «On peut penser que quelqu’un qui n’atteignait pas à répétition ses objectifs pouvait être mal vu par le ou la chef et pouvait éventuellement ne pas avoir les nominations qu’il ou elle souhaitait.» – Le Devoir, Marois connaît bien les quotas de financement, dénonce Legault.

Le candidat Péladeau, pour sa part, était à Québec aujourd’hui et a fait sa tournée des médias. Pas faciles, les radios de Québec. Toutes l’ont mis à dure épreuve. À la dernière, sur les ondes de Maurais Live de CHOI RadioX (celle de NRJ avait été pré-enregistrée et est accessible aux abonnés de RadioPirate), on avait compris qu’il avait hâte de retourner à Montréal. De toute évidence, le ton agressif de M. Péladeau et sa difficulté à argumenter et à se faire « challenger » ont été remarqués par les auditeurs si on se fie sur leurs commentaires recueillis sur la ligne ouverte qui a suivi l’entrevue.

Demain, ce sera la soirée des Face-à-Face sur les ondes de TVA/LCN. Exception faite de Françoise David, tous y jouent leur carrière politique. À suivre…

P.S. (Écoutez également l’entrevue de PKP avec Sylvain Bouchard du 93,3).

14 réflexions sur “Quand ça va mal…

  1. Merci Mme Marcotte,
    je n’ai jamais vu de toute ma vie une campagne électorale aussi sale et mesquine. Les grands perdants seront les québécois, surtout si le parti québécois revient au pouvoir. Remarquez, la campagne de 2012 était presqu’aussi dégueulasse avec le jeu en coulisse de Mme Marois avec les syndicats et les étudiants, tout ça pour se débarrasser de Jean Charest, à tort ou à raison. Ce qui m’amène à conclure que, depuis l’arrivée de Pauine Marois à la tête du PQ, la politique québécois n’a jamais été aussi sale…

  2. J’ai écouté Mme Marois répondre lorsque un journaliste lui a posé la question a propos des quotas pour le financement de son parti; elle a demandé a une personne de son équipe en l’interpellant par son prénom; la personne a dit a Mme Marois de répondre a la question.

    Elle a répondu non. ???

    A la question a propos de la visite de l’UPAC; elle dit que c’était une visite de routine de l’UPAC pour avoir des informations sur le déroulement du financement des parti politiques et que les autres partis avaient eu la même visite.

    Je ne crois pas Mme Marois du tout; pour une raison 1. il n’y a plus de financement dans le partis politiques depuis que la loi a été changé; et ca ne fait aucun sens que l’UPAC ait été voir la CAQ et le QS car ils y ont rien a voir dans tout ce cirque.

    Je pense que Mme Marois ne dit pas la vériteé.

  3. Quelqu’un a posté ce lien sur le blogue Antagoniste.net menant à un clip Youtube
    montrant que le PQ n’est pas aussi blanc comme neige qu’il le prétend.

  4. L’arroseur arrosé! Je ne peux n m’empêcher d’être inquiète de la tournure du débat jeudi soir à TVA.. Les chroniqueurs ont de plus en plus de difficultés à cacher leurs émotions..

    Et Joseph Facal qui sera parmi les commentateurs du débat!. Après sa chronique d’aujourd’hui méprisante envers la majorité des Québécois, il s’est complètement discrédité.

    On voit dans quelle situation intenable le saut de PKP en politique met les journalistes de Québecor.

    La politique Québécoise est au bord du précipice par les bons soins des Cariboux..

    Il faut absolument que le 7 avril prochain la raison l’emporte…

  5. moi aussi je suis très inquiète de la tournure du débat de jeudi soir. Les saletés n’arrêtent pas. et Pauline va sûrement s’acharner sur le parti libéral.
    J’espère que les autres chefs n’embarqueront pas dans cette campagne de salissage orchestrée par le PQ et remettront Mme Pauline à sa place. Assez, c’est assez.
    J’espère qu’il sera question des étudiants carrés rouges et les autres qui ont floués par le gouvernement PQ à cause du taux de crédit d’impôt de 8pourcent donné aux étudiants qui devaient être de 20pourcent.
    les étudiants le découvrent en faisant leur rapport d’impôt. Ils ont fait la grève pour rien. Ils leur en coûte plus cher que du temps de Jean Charest.
    Donnons-nous le mot et mettons ce gouvernement dehors avant qu’on soit pris comme des homards……

  6. merci Mme Marcotte pour nous tenir informés. J’espère que vos blogues sont lus par des représentants du PLQ et de la CAQ. ce sont des mines de renseignements importants que beaucoup doivent lire.

  7. Moi ce que j’ai remarqué, c’est que depuis que les sondages favorisaient les libéraux, le PQ jette de la boue en quantité industrielle. C’est épouvantable. Ils ne reculeront devant rien. Imaginez un PQ majoritaire qui déciderait que c’est maintenant qu’on est prêt pour l’indépendance et qu’ils ne reculeront devant rien pour l’obtenir. Ça fait vraiment peur.

  8. Pour ceux et celles qui croyaient encore qu’au Québec on ne fait pas le traitement des boues, vous voyez bien que nous en sommes bien conscient.
    Jusqu’a Martine Biron journaliste de radio-canada,au point de presse quotidien de Mme Marois suite a son affirmation d’inclure M. Tomassi ancien ministre libéral a des poursuites criminelles concernant les places disponibles, en garderies privés, Mme Biron a simplement dit décu, on le sentait dans sa voix, « VOUS SAVEZ BIEN MME MAROIS QUE C’EST FAUX, M.TOMASSI EST EN COUR POUR UN ABUS DE CONFIANCE AVEC LA COMPAGNIE DE SECURITE BCIA,SUR UN TOUT AUTRE SUJET »…et Mme Marois de lui répondre… »VOUS AVEZ RAISON…MARTINE, J’AI PEUT-ETRE PRIS UN RACCOURCI… »

    On ne veut pas d’un pays parce que nous en avons un, le Canada, il est celui de l’OCDE qui a le mieux tiré son épingle du jeu face a la crise financiere mondiale de 2008 dont le point de départ était tres pres de nous a WALL STREET.

    Seul; un pays comme le Canada, pouvait se permettre avec une économie stable, de pouvoir emprunter et re-investir aussi massivement dans ses infrastructures sans pour autant déroger trop longtemps de deficit ZERO.

    Jean Charest au Québec avait suivi jusqu’a un certain point la meme route en proportion, et cela a assez bien fonctionné, sauf pour le deficit ZERO, c’est normal, nous n’avons pas le pouvoir comme province, du Canada.

    Si nous avions été un pays, nous n’aurions jamais pu avoir les moyens du Canada, seulement les pouvoirs restreint d’un petit pays en amérique du nord de 8 millions d’habitants…pas beaucoup plus.

    Pour l’avenir du Canada, car c’est bien d’avantage de ca dont il s’agit, il faudra se serrer les coudes…sinon tot ou tard, ce sera la fusion avec les USA du a la fragilité du dollar.

    Lisez le livre écrit en 1995 la veille du referendum, d’un policologue francais , la séparation du Québec…veut dire celle du Canada…qui veut dire une fusion forcée aux USA et la fin de tous les programmes sociaux canadiens, a négocier a la piece avec Washington un par un, eux qui ont peine a implanter un systeme d’assurance-santé pour tous…et surtout pas gratuit.

    Pour le francais…on repassera…

  9. Merci Madame Marcotte pour votre blogue. L’écoute de l’interview avec Sylvain Bouchard est incroyable. La faiblesse des arguments de PKP a été habilement prouvée. Son refus de donner une réponse sur le référendum et son raisonnement sur les faits que c’est anormal pour Charest d’être chez les Desmarais et correct que lui Péladeau a rencontré Marois avant de se lancer en politique. Deux poids deux mesures. Typique de la technique péquiste: ne jamais donner ses véritables intentions sur le référendum et démoniser le fédéral.

  10. Vous savez la Cité-État de MTL???

    Pourquoi on ne ferait pas cela? Dans cette Cité-État, tu incites les gens qui prônent la gratuité universelle et les programmes sociaux et tout de s’y installer. En gros, tu prends le programme mur à mur de Québec Solidaire (Solitaire).

    Dans le RDQ (Reste du Québec), tu implantes le libre-marché/utilisateurs/payeurs. Et surtout, tu abolis le corporatisme et les partis politiques.

    C’est assez rigolo de voir les bohèmes de Mtl vouloir vivre en nature, d’air pur et d’eau fraiche et se plaindre du béton et du trafic alors qu’ils ont tout le reste du Québec comme choix pour vivre dans le bois ou ds les champs.

    La belle contradiction des « greens » de ville. Des ptites betes étranges non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s