Le cas Barrette: le vrai problème

Je vais certainement me faire dire que je défends le PLQ et Gaétan Barrette, mais je vais me risquer quand même à exprimer mon point de vue sur la sortie de la CAQ portant sur la prime de départ du candidat libéral Barrette. Faisons abstraction deux minutes du personnage (controversé sans aucun doute pour toutes sortes de raisons) et faisons-en une étude de cas dépersonnalisée. Pour le plaisir. Voici:

Le porte-parole de la FMSQ, spécialiste et féru négociateur des importantes augmentations de salaires des médecins spécialistes des dernières années, Gaétan Barrette, a reçu une prime de départ de 1,2 million $. Cette prime a été payée à partir des cotisations des spécialistes à leur Fédération (la FMSQ). Il s’agit donc, au sens strict, de cotisations privées. De sommes venant directement de la poche des médecins.

Que les salaires des médecins proviennent entièrement de fonds publics n’enlève rien au caractère privé de ces cotisations. Qu’est-ce que vous voulez, c’est de même que ça marche au Québec. À moins de se désafilier de la RAMQ, les médecins n’ont d’autre choix que de travailler pour le gouvernement.

Pourquoi François Legault et la CAQ en ont-ils fait tout un plat alors? De un, parce qu’ils en veulent sûrement au candidat d’avoir changé de camp (Gaétan Barrette était en 2012 un candidat caquiste). Et de deux, parce qu’ils ont choisi de verser dans le populisme et la démagogie au lieu de s’en prendre à la source réelle du problème. Quel est le problème? Y a-t-il problème? À mon sens, oui, mais pas là où la CAQ veut nous le faire croire.

Il n’y a aucun problème à ce qu’une organisation ou à ce qu’une Fédération consente à verser une prime de départ. Que ce montant soit de mille dollars ou de 1,2 million $, il relève d’un contrat privé conclu entre leur porte-parole et  les membres de l’organisation.

Est-ce exagéré? Mérite-t-il une prime aussi élevée? Doit-on s’offusquer d’une telle entente alors que le commun des mortels québécois peine à espérer amasser une telle somme dans son REER? C’est plate à dire, mais en réalité, ça ne nous regarde pas. Pas plus que le salaire d’un joueur de hockey.

Est-ce que ce généreux rattrapage salarial a donné des résultats? En a-t-on plus pour notre argent? Absolument pas! Est-ce que les augmentations de salaires des médecins ont généré plus de services? Il semble que non. Est-ce que les médecins qui tiennent à leur statut de travailleur autonome bénéficient d’un passe-droit historique qui leur permet de jouir de ce statut tout en n’ayant qu’un seul employeur? Bien sûr que oui. Mais il n’y a rien de tout ça qui est pertinent dans le cas qui nous occupe.

Et il n’y a rien de tout ça qui invalide la prime de départ qu’il avait conclue avec sa Fédération. Un contrat, c’est un contrat. Comme celui de la prime de départ de la SGF de Claude Blanchet. Comme les contrats de travail d’André Boisclair. Et comme celui des fonds de pension des employés de l’État… Mais ceux-là, à la différence du contrat entre Gaétan Barrette et la FMSQ, ceux-là sont vraiment payés à 100% par des fonds publics.

Le vrai problème

Le réel problème des cotisations syndicales ou professionnelles, il est de deux ordres. D’abord, les cotisations syndicales ou professionnelles ne devraient pas être déductibles d’impôt. Le contribuable n’a aucunement à payer une partie de ces cotisations. De cette façon, on s’assurerait que les services offerts par les syndicats ou associations professionnelles le soient avec de l’argent privé, celui de leurs membres. Point.

Aujourd’hui, la CAQ a perdu une belle occasion de sortir et de proposer exactement cela: que dorénavant,

les syndiqués et les professionnels assument 100% de leurs cotisations. En effet, le contribuable n’a absolument pas à payer pour ça et n’a aucun intérêt à soutenir des organisations qui, en réalité, servent de lobbies pour lui soutirer encore davantage d’argent.

Voilà ce que la CAQ aurait dû faire. Prétendre qu’il s’agit d’argent public, c’est de passer à côté du vrai problème et donner une prise au gouvernement pour s’immiscer dans les affaires privées des organisations. On cherche souvent où couper dans les dépenses? Voilà une idée. Coupez cette déduction!

Puis, pour ce qui est des cotisations syndicales, l’on devrait s’assurer qu’elles ne servent pas à des fins idéologiques ou politiques. Là-dessus, saluons que la CAQ offre cela dans leur plateforme électorale de même que le Parti conservateur du Québec d’Adrien Pouliot. Bravo!

Enfin, un gouvernement de la Coalition va s’assurer que tout ce qui est prélevé par la formule RAND ne sert qu’à financer des activités qui portent sur les relations de travail et la défense des travailleurs. Les syndicats peuvent demander des cotisations spéciales pour défendre ou promouvoir des causes idéologiques ou politiques mais il faut que ça se fasse sur une base volontaire. – Source ici.

Au Québec, c’est presque comme si tout le monde travaillait pour le gouvernement. Conséquence? Le jugement s’en trouve affecté. Par exemple, ce n’est pas parce qu’une éducatrice en garderie reçoit son chèque de paie du gouvernement, qu’elle « représente » l’État.  Et ce n’est pas parce que les médecins n’ont d’autre choix que d’être payés par l’État que leurs cotisations à leur Fédération professionnelle ne relèvent pas du domaine privé.

Finalement, ne nous leurrons pas. Je ne crois pas une fraction de seconde que François Legault aurait demandé à Gaétan Barrette de laisser tomber sa prime de départ s’il avait voulu demeurer candidat de la CAQ. Et en passant, l’argument du conflit d’intérêt ne s’applique pas non plus. À ce compte-là, on pourrait laisser croire que François Legault n’en aura que pour les entreprises, le dirigisme économique, les subventions ciblées par le gouvernement et l’aide aux entreprises puisqu’il en a lui-même bénéficié et que c’est le modèle d’affaires qui l’a rendu riche… Je vous laisse réfléchir à ça deux secondes. Simpliste, non? Exactement!

Clin d’oeil du jour au PQ: « Personne ne sera congédié »

Aujourd’hui, le Parti québécois a versé dans ce qu’il y a de plus surréaliste. Comprenez ceci: Avec le projet de charte péquiste, une personne employée par le gouvernement qui s’obstine à porter sa kippa ou son hijab « ne sera pas congédiée », mais Madame Marois confie à Paul Arcand qu’elle verra à l’accompagner dans la recherche d’un nouvel emploi. Dah….

19 réflexions sur “Le cas Barrette: le vrai problème

  1. Je te donne absolument raison en ce qui concerne la prime de départ de Dr. Barrette. C’est du domaine privé et ça n’avait rien à voir avec l’élection. M. Legault a perdu une bonne occasion de se taire étant donné qu’il a également eu une prime de départ lorsqu’il est parti de la vie politique. Cette prime de départ c’est nous tous qui l’avons payé.

    Pour ce qui est de Mme Marois et de la Charte, elle dit qu’elle ne congédiera personne et qu’elle va l’accompagner dans une recherche d’emploi. Je vais te poser une question. Les médecins juifs qui refuseront d’enlever leurs kippas, elles va les accompagner jusqu’où au juste? Jusqu’au stand de taxi pour qu’ils deviennent des chauffeurs de taxi. Je ne pense pas moi. On va les perdre ces médecins. Ils iront ailleurs et je ne les blâme pas.

    • Les Juifs ? Ils ne chaufferont pas de taxi … Ils continueront à financer la caisse du parti libéral et jouiront ainsi de nombreuses prérogatives (retour d’ascenceur) …
      Enfin un parti politique (PQ) ose se tenir debout et limiter les déboires relatifs aux accommodements déraisonnables que la majorité déplore. Y a pas de mal à se respecter, pas de malaises. Cessez donc de nous culpabiliser avec la xéniphobie, le racisme … Des campagnes de peur pour prendre le pouvoir c’est tellement « libéral ».

  2. Merci, un peu de bon sens dans cette folie médiatique qui a commencé avec la photo et le désolant commentaire en gros titre, du JML! Cela fait du bien.
    Quand on calcule les pensions versées pendant des décennies, une prime de départ qui a l’air énorme à première vue ne l’est pas tant que cela. Les médecins doivent préparer leur retraite à même leur salaire et il est normal qu’ils aient un salaire élevé.
    Une rumeur sur le fil twitter disait que l’histoire de la prime de départ était une gracieuseté de la CAQ,

    • De la lecture que vous nous suggérez, je ne retiens que ceci: « Le Dr Barrette est un redoutable négociateur…. » Il est Bienvenu au Ministère de la Santé!

  3. Joanne, à écouter l’entrevue donnée au Dr Barrette par Eric Duhaime ce midiu.. On y apprend que la belle-soeur « médecin » de François Legault avait donné son accord pour ses primes!!

    Il fanfarone pas mal Legault….Qu’il fasse attention on a vu ce qui est arrivé au PQ..

  4. Anton Tchekhov: « Ceux qui n’ont pas l’esprit libre ont des pensées toujours confuses. »
    Voilà pourquoi, chère Joanne, vos interventions, celle-ci en particulier, sont non seulement utiles mais nécessaires à la clarification des situations par la distinction que vous opérez entre les différents ordres de problèmes. Le moralisme émotif et bêlant dans lequel nous baignons actuellement crée et entretient une atmosphère de confusion dans laquelle prolifèrent les culpabilisations par association, les procès d’intention, la suspicion systématique à l’endroit de ceux qui ont réussi, la jalousie et une mesquinerie populiste bien éloignés de ce qui caractériserait un grand peuple. Des esprits vraiment libres, voilà ce dont nous avons le plus besoin pour pointer du doigt les déraillements collectifs dans lesquels cherchent à nous entraîner nos «libérateurs de peuples» avant de nous constituer prisonniers de leurs fantasmes. L’histoire abonde en exemples de ce genre.
    «L’erreur consiste toujours à croire qu’on peut brouiller les ordres et vouloir faire reconnaître dans un ordre, des valeurs ne pouvant l’être que dans un autre. Pascal épingle cette tendance en la qualifiant de tyrannie ou d’injustice.»
    http://www.philolog.fr/les-trois-ordres-pascal/

  5. Le journal de Montréal doit avoir accès au chiffre internet du PQ et de Léger&Léger car sa sent littéralement l’agonie chez la ligne éditoriale de Québécor et au PQ.

    Remarquez que depuis les deux dernières semaines, ils font les manchettes avec des vieilles nouvelles sur le gouvernement Charest et des manchettes avec des situations légales de l’opposition libéral.

    J’ai toujours cru que ce journal était un torchon, mais là c’est pire que pire. On dirait presque le Vigil.net version pimpé.

    `J’ai hâte après l’élection pour annuler mon abonnement avec Vidéotron.

    Je souhaite un beau 25% et moins à l’élection du PQ.

  6. Tellement Joanne. Je suis sidérée par la mesquinerie des uns et des autres dans cette campagne (particulièrement celle du PQ et maintenant celle de François Legault qui a décidé de se départir de son image de gentil monsieur pour jouer sale). C’est la démagogie triomphante. Comment l’électeur moyen peut-il ne pas être cynique et aller voter en toute connaissance de cause si le débat ne s’élève pas plus haut que le niveau bac à sable ?

  7. je suis d’accord avec vos commentaires expliqués de façon claire et précise sur la prime du Dr Barrette.
    C’est plus grave quand des élus reçoivent des primes de départ payées avec notre argent.
    C’est pas mal plus élevé quand on reçoit une pension À VIE comme celle de Claude Blanchet (donnée par Pauline). il nous suffit de savoir compter : 80 000.00$ à vie. On a combien d’années depuis cette attribution? Plus de 10 ans!
    J’ai hâte de voir ce qui arrivera après le 7 avril. Tous les « petits amis » qui ont été nommés recevront-ils ce genre de prime?….
    Je suis sidérée de voir tout ce salissage à la une du Journal de Montréal.
    Je trouve déplorable que plusieurs personnes aient ce seul moyen d’expression à leur portée pour être au courant de l’actualité. Une actualité biaisée et partisane.

  8. Une pension de $80,000 a vie sur 25 ans représente $1,2497,66 calculé en dollars’aujourd’hui. Le vrai débat c’est que ceci a remplacé une prime de départ qui a été transformée en rente à vie , du temps que Pauline était aux finances. Et en plus, je n’ai pas calculé l’indexation.

  9. Concernant le metteur en scéne:

    Une chose commence à paraître, c’est que la stratégie de mise en scène  »stagée » du metteur en scéne Yves Desgagnés est en train de foirer. Ce qui étati supposé faire une bombe a au contraire fait sauter son propre camps.

    Toute la longue stratégie identitaire de MB Côté ,Lisée, Drainville est en train de se révéler au grand jour: on va accompagner des femmes voilées et des juifs avec le Kippa dehors comme des chiens pas de médailles.

    La longue pièce de théâtre de Pauline tire à sa fin; ce faisant, elle aura laissé une bombe à retardement dans son parti, PKP, pour être certaine qu’elle aura été la première ministre femme, et la dernière . L’implosion tant redoutée guette le PQ et sa base viellissante. À la prochaine élection le premiers baby boomers qui supportent le parti auront 72 ans.

    Pas moi qui va pleurer; comme le Bloc qui ne renaîtra jamais de ses cendres. Le QUébec est ailleurs.
    2 avr 18:47

  10. Je sourcille quand vous dite que le commun des mortels va avoir de la misere a amasser une telle somme. Comment penser vous, quand le salaire moyen joue au début de 30,000,$ qu’une personne peux tous simplement avoir des REER. La misère des riches, cela dois etre cela.

  11. Le vrai problème, ce sont les primes de départ que les députés reçoivent à même nos impôts pour des démissions volontaires. N’oublions pas que MM. Couillard et Legault et Mme Marois ont reçu 380 000$ de ce genre de primes et, pire encore, que M. Couillard avait sogné un contrat d’emploi six semaines avant de démissionner. C’est là que se trouve le scandale public. Quant au montant démesuré payé à M. Barrette, c’est aux membres de la fédération à sanctionner le conseil d’administration qui a approuvé ce bonanza.

  12. M. Pouliot, ce n’est pas le CA de la Fédération qui a approuvé le montant au Dr Barrette mais l’Assemblée des délégués représentée par toutes les Associations des médecins spécialistes (qui comptent plusieurs délégués par Associations). Ce n’est pas qu’une petite poignée de personnes qui l’ont voté. D’ailleurs, c’était dans l’entente.

  13. De plus en plus on voit le vrai visage de François Legault marqué dans son inconscient par sa culture péquiste. Je me demande si sa stratégie ne vise pas à souhaiter une élection du P.Q. minoritaire afin d’avoir la balance du pouvoir car Pauline n’oserait pas déclencher une autre élection dans 18 mois. Pour lui ce serait une façon de faire passer ses idées qui ne passaient pas lorsqu’il était au P.Q. Pour ce qui est du Dr Barrette, c’est clair que F.L. est frustré qu’il ne soit plus dans ses rangs.

  14. Cela fait environ 15 ans, que ce sont des médecins, qui sont nommés ministre de la santé. Avez-vous vu une quelconque amélioration dans les services de santé?
    et avec l’élection du parti libéral on va donner au lobby des médecins le ministère de la santé du Québec… ça va être de pire en pire car ce n’est pas dans l’intérêt $$$ des médecins que le système de santé public fonctionne. et si les ratés du système de santé était en grande parti relier aux collège des médecins et non aux gouvernement. mais qui osera légiféré contre eux si cela devenait nécessaire de le faire pour le bien commun des Québécois.

  15. « Est-ce exagéré? Mérite-t-il une prime aussi élevée? Doit-on s’offusquer d’une telle entente alors que le commun des mortels québécois peine à espérer amasser une telle somme dans son REER? C’est plate à dire, mais en réalité, ça ne nous regarde pas. Pas plus que le salaire d’un joueur de hockey. » JM

    Le plus contrastant est, sans doute, que les amateurs de hockey demandent et veulent savoir combien est payé leur vedette préférée du CH. Un, deux, trois, cinq ou six millions, l’an.

    Tandis que, au médical, personne ne demande aux employés des médias, journaux radios et télés, de leur dire combien est payé en dollars le médecin du public qu’ils consultent. Croient-ils, gratuitement.

    Est-ce 220 milles, 350 milles ou bien 1,2 millions le médecin ?… Transformant ainsi le salaire du médecin du public au Québec, en un salaire du médecin privé Américain.

    De l’argent qui proviennent directement des déductions à la source, sur le cheque de paie de la semaine, du travailleur québécois à 39,900 $ l’an.

    Imaginez la tête des patients, s’ils savaient exactement combien est payé le médecin du public qu’ils consultent.

    SP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s