Amenez-en des chicanes!

Comment se fait-il que les Québécois aient élu un parti qui, il y a seulement dix-huit mois, a été mis à la porte? Préfère-t-on la corruption du PLQ à la chicane référendaire? Aurait-on oublié toutes ces allégations, fondées ou non, portant sur les accointances entre le Parti libéral et le monde des affaires? Sur le financement via des prête-noms? Sur le financement « sectoriel » (sollicitation active des bénéficiaires de subventions et de contrats gouvernementaux par le PLQ)?

Aurait-on eu si peur du référendum (ou des chicanes) qu’on aurait oblitéré tout le reste et que la mémoire nous aurait fait défaut?

Pour ceux qui s’arrachent les cheveux pour comprendre, je vous offre ma théorie. Les gens ont rejeté le Parti québécois et réinstallé le PLQ pour deux raisons.

La première est qu’en ce qui touche le financement des partis politiques, le jugement de la population a déjà été rendu. Certes, il y aura un rapport produit par la Commission Charbonneau, mais les Québécois savent ce qui s’y trouve. Depuis longtemps. Dans leur esprit, ils ont été floués par des fonctionnaires du secteur public (encore hier, un ingénieur du MTQ), par des maires, par la mafia, par l’industrie de la construction et par les partis politiques eux-mêmes.

Pourquoi ne s’offusque-t-on pas plus en ce qui touche le PLQ? Parce qu’intuitivement, les Québécois reconnaissent que TOUS les partis contournent, d’une façon ou d’une autre, les lois portant sur le financement des partis politiques. Tous! Aucun parti présentement à l’Assemblée nationale n’est à l’abri de telles allégations.

Au PLQ, on utilise la recette des prête-noms et on approcherait les détenteurs de permis de garderies pour soutirer du financement. Difficile d’imaginer plus effronté. Au PQ, on doit faire de même pour ce qui est des prête-noms. Mieux encore, on aurait même retrouvé une lettre provenant d’un officier du Parti québécois quémandant des contributions à une entreprise qui aurait bénéficié des faveurs du Fonds de solidarité de la FTQ! (Voir extrait plus bas) Quoi de mieux que d’utiliser les bras financiers du gouvernement et le B.S. corporatif pour faire pression sur des entreprises du Québec Inc.?

Quelqu’un peut-il également faire abstraction de l’énorme contribution de l’appareil syndical aux campagnes électorales du Parti québécois? Une armée de monde à la disposition des équipes de comtés pour accrocher des pancartes, faire du pointage, faire sortir le vote. Ce n’est pas rien. La Commission Charbonneau couvrira-t-il cet aspect du « financement indirect » de bénévoles qui n’en sont pas vraiment? De bénévoles payés à temps plein par leurs syndicats pour donner un coup de main au PQ? Oh, il y a fort probablement des firmes d’avocats qui « dispatchent » des employés pour aider le PLQ de la même façon. Tout ça pour dire que pour la population, « ils sont tous pareils ».

La deuxième raison pour laquelle la population ne ferait pas trop de cas de la culture libérale malsaine en matière de financement? D’une part parce qu’on voudrait donner une chance à un nouveau chef, mais également à cause de la nouvelle loi du Parti québécois qui réforme complètement le financement des partis politiques. Dorénavant, 100 $ maximum! On s’achète pas beaucoup d’influence avec un maigre 100$… en attendant de trouver une autre façon de contourner le système.

Peur de la chicane?

Les partisans du Parti québécois et de la Charte de même que ceux qui détestent le PLQ pour s’en confesser semblent attribuer le résultat de l’élection à la peur des Québécois. La peur de la chicane. Un peu trop simpliste, si vous voulez mon avis. Remarquez que je ne défendrai en rien les pratiques malsaines du PLQ en matière de financement. Mais d’insinuer que les Québécois tolèreraient davantage la corruption que la chicane? Vraiment?

En réalité, les Québécois voudraient peut-être plus de chicane qu’on l’imagine. De la chicane sur leur fardeau fiscal, sur l’organisation des soins de santé, sur la dette? Amenez-en de la chicane! J’aimerais bien, pour ma part, qu’on se chicane davantage sur des enjeux de politique publique au lieu de focuser superficiellement sur les titres du jour.

Chicanons-nous, bon sens! Sur la prétendue universalité des services, sur le rôle de l’État, sur l’étendue du panier de services, sur le régime fiscal, sur le vote secret dans le monde syndical, et oui, sur le financement des études post-secondaires. Rien, mais rien, n’a été réglé sur ce sujet et on continue à financer des étudiants dont certains décrocheront avant même d’être diplômés.

Des Québécois ont peur de la chicane? Non. Conclure de cette façon est simplement une autre façon de regarder les Québécois de haut. Plutôt, des Québécois qui ont tout simplement dit haut et fort qu’ils veulent qu’on discute d’autre chose que ce que suggère un texte signé Pierre Karl Péladeau ce matin (lire texte original ici), dans une démonstration plus que parfaite de quelqu’un qui ne saisira probablement jamais la portée du vote du 7 avril dernier.

FinancementPQ

34 réflexions sur “Amenez-en des chicanes!

  1. J’ai lu la lettre de M. Péladeau. En passant as-tu remarqué qu’il utilise encore son courriel de Quebecor même s’il est élu.

    Je suis anglophone et ce n’est pas parce que j’ai peur du référendum que j’ai voté PLQ, mais parce que je suis fatiguée de leur crise identitaire. Je suis fatiguée de toutes leurs manigances. Je n’ai surtout pas cru un instant qu’ils feraient un référendum lorsque nous aurions été prêts. C’était de la foutaise. Prêt ou pas, il y aurait eu un référendum dans la première année s’ils avaient été élu majoritaire. Je suis fatiguée du PQ qui essaie de se donner une identité sur le dos de ceux qui ne veulent pas dans leur nous. On ne se forge pas un identité en tapant sur les autres. Pourquoi les souverainistes ont besoin d’un parti pour savoir qui ils sont.

    En lisant la lettre de PKP, je me suis dit que c’est une autre raison de ne pas voter P.Q. Tellement fatiguée de leur gnan-gnan contre le fédéral. Get a life.

    Je n’ai pas eu besoin d’un parti politique pour me dire qui je suis. Je suis une anglophone, Québécoise, Canadienne et fière de l’être.

    • Bravo Anne, moi je suis une francophone Québécoise, Canadienne et j’en suis fière. Nous sommes donc deux Québecoise fière d’être des Canadienne.

  2. Super article, mais je crois que le PQ n’ai pas compris encore, et ne comprendrons jamais qu’on ne voulaient plus nous faire mentir en pleine face, par Pauline Marois

  3. Cher Fédéralistes,

    Il faut avoir travailler au Canada anglais pour comprendre ceux qui souhaitent l’indépendance du Québec. Ayant travailler pour des multinationales basées à Toronto, le Québec est pour eux un mal nécessaire. Ce serait si simple si le Québec était anglophones ! Obliger d’écouter ce Québécois qui  » magane la langue de Shakespeare  ». On le tolère tant qu’il nous livre des profits. Dès que celui-ci aura de trop grande exigence , on le saigneras. La bonne vieille culture anglo-saxonne directement de la Grande Bretagne.

    Je suis de ceux qui on vu une génération faire sa place de peines et de misères. Les Ron Fournier ( premier francophone comme arbitre LNH ), Pierre-Karl Péladeau , ( magnat des communications ) et bien d’autres on vu le manque d’intérêt envers ce peuple fondateur.

    Oui, ce peuple qui a toujours eu peur de grandir. Oui un peuple qui a eu peur….
    Un insécure. Cette valeur laissé par le clergé.

    Les stratèges connaissent bien l’histoire du Québec. Ils utilisent la peur comme arme de destruction massive. Et élections après élections cela fonctionnent toujours…

    Je suis triste d’un Québec omniprésent au Canada. Un Québec leader au Canada.
    Un Canada forcé d’écouter ce que j’ai a dire. Un jour peut-être…..

    • Moi je suis contente que le Canada soit là. Ce Québec dont vous rêvez n’est même pas capable de garder ces jeunes cerveaux qui ne demandent qu’à travailler. Mon fils vit maintenant à Toronto. Il a un doctorat et 2 post-doctorats en recherche. Il fait des recherches sur le cancer du sein. Ici il n’y a pas d’avenir pour lui.

    • @ jean

      T’as jamais pensé que c’est peut être toi qui a peur de grandir?

    • J’ai aussi travaillé et vécu dans d’autres provinces et je n’ai pas eu les mêmes expériences que vous Jean. J’ai été accepté d’emblée et j’ai poursuivi ma carrière sans ambages malgré mon accent. Étant en retrait de la société du Québec, j’ai constaté cependant que les québécois sont chiâleux ce qui me tapait sur les nerfs. Je n’ai pas eu peur lors de mon vote et j’ai même perdu mes élections mais je suis sacrément content que le pq prenne le bord avec sa bande de chiâleux condescendants.

    • PKP est la grâce a son père et à l’argent de la Caisse de Dépôt, la faillite de Quebecor World, 25.000 licenciements, 20 milliards c’est lui, en-dehors du Québec et de son monopole….pas grand chose

      Ce n’est pas Jeff Bezos d’Amazon…

    • SVP Jean, corrige tes fautes de français d’abord. Quant au reste, je suis d’accord avec Johanne. Je suis aussi québécois et j’espère que notre langue sera toujours un plus comme canadien. Mais si je suis écoeuré du PQ, c’est que je suis écoeuré que chaque élection soit centré sur la question « Est-ce que je reste canadien ou non ? ». Tant que le PQ aura son article 1 dans son programme et qu’il sera dédié à faire l’indépendance, avec ou sans référendum dans la prochain mandat, le Québec ne sera jamais capable de se démarquer économiquement des autres provinces. C’est regrettable, mais il faut que le PQ disparaisse.

  4. Joanne, bravo! une fois de plus.

    Le nationalisme ethnique d’antan qui refait surface et le repli identitaire à contre-courant de notre époque contemporaine.

    PKP a déjà déploré que le club des Canadiens n’appartienne pas à des Québécois… alors que la famille Molson est établie au Québec depuis 1782….

    Voilà aussi pourquoi les Québécois voteront de moins en moins pour ce parti qui ne fait qu’alimenter la xénophobie.

    Cette mentalité d’éternels persécutés qui frise la paranoia en est une de complexés et surtout pas représentative de ce quelque chose comme un grand peuple.

    Pour qui voudrait lire un portrait intéressant de Philippe Couillard, je vous invite à rechercher un article écrit par Martine Turenne, l’Actualité, no. vol:28 16 15 octobre 2003 sous le titre Philippe Couillard – Quitte ou double…

    Philippe Couillard est le descendant de Guillaume Couillard et de Louis Hébert et sa mère, Hélène Pardé est d’origine française de Grenoble.. D’ailleurs, à la suite de l’élection du 7 avril, le Figaro titrait : ‘Un Premier Ministre français pour le Québec’… Le bagage intellectuel de cette famille est impressionnant..

    L’image réductrice que nos bons intellectuels souverainistes propage sur Philippe Couillard s’explique probablement par la conscience qu’ils ont d’être face à un adversaire fédéraliste redoutable pour les souverainistes.

    • Sur le site vigile.net on lui reproche ses origines francaise,s l’animateur de ce site, la vitrine du nationalisme québécois parait-il, Richard Le Hir est né en France de parents francais…

      La routine, quand on pense que le maire de Calgary est musulman, nous avons du chemin a faire….

  5. @ Jean,
    « Un insécure(le québécois). Cette valeur laissée par le clergé. »
    Le clergé, un autre bouc émissaire. Heureusement que ça nous change des anglais et du fédéral.
    En bout de ligne, on est pas responsable de grand chose. C’est quand même rassurant.

  6. LOLLLLLLLLLLLL
    Donc, ca l’a marché? Avant et après les élections, ca se dispute ici comme ailleurs sur leur appartenances au Canada et/ou au Québec.

    Vous savez que pendant que CNN passe 20h/24h le nombre de petits bouts de plastique retrouvés ;a la mer, il ne le passe pas à vraiment vous informer sur un infini de nouvelles de l’actualité.

    Est ce voulu? Donc, on a eu des élections et on vous a lancé la charte, le séparatisme et pendant ce temps, il s’octroit encore des contrats à des sous filières d’un tel et d’un autre qui passe sous le radar, la dette, le décrochage, les hôpitaux insalubres, les personnes agées, les parties$$$ à Hydro Québec, loto-Québec, SAQ, SAAQ, Commissions scolaires, les cotes syndicales et les gaspillages de toutes sorte de la fonfonnerie ou des amis du pouvoir.

    Tous de vrais faits qui viennent chercher vos argents, vos énergies, votre temps, vos opportunités à vous, à vos proches car on sait tous, qu’une vie dépasse rarement 90 ans, mais que la roue qui tourne vers un enrichissement ou un appauvrissement aura vos ADN quelque part dans l’histoire.

    Au moins l’empire romain a été un empire, nous, le seul pas pire qu’on aura eu, c’est les boomers qui ont tiré la couverte de leur parents et qu’ils l’ont gardé très tight pour ne pas la donner aux suivants.

    En une seule génération, on sera parti d’un Québec comparable à la Bolivie pour aboutir à une genre d’Ukraine bigarrée entre les Pouvoirs qui se foutent tous du peuple.

    Les Desmarais applaudissent en coulisses le coup de maitre de PKP car ces 2 camps travaillent pour la meme cause qui est de REGNER en divisant.

    Aller continuer à affirmer avec vos trippes que vous etes fédéralistes, séparatistes, écologistes, féministes, que vous donnez à Centraide pour vous faire une belle jambe dans les cocktails de Bourgeois gentilhommes avec 4 cartes de crédits pleines.

    Eux, ils se marrent et ils vous auront encore une fois et encore tant, qu’il existera les partis politiques et les groupes X et Y d’intérêts qui salivent et se séparent le gros plat de bonbons qu’est le secteur ($$$) publique, ce Klondike obèse géré par des inconnus qui n’ont pas d’intérêt à trop bien gérer l’argent des autres, mais plutôt de se servir dedans.

    Ca vaut au provincial, au fédéral et au municipal. Je n’aurais aucun complexe dans une autre vie à etre un chimpanzé et vous faire la jasette!

  7. Les Québécois n’ont pas voté pour le PLQ, ils ont votés contre le PQ, pour que l’on s’occupe des hopitaux, qui ressemblent a des hopitaux des pays de l’est, que l’on ne laisse pas les vieux dans leur merde dans les CHSLD, que l’on cesse de considérer Ottawa, les immigrants, les anglos, les juifs, les musulmans, les autres, comme des nuisibles…

    Ils ont aussi jugé que le PQ allait tenter de faire un référendum, utiliser le temps, l’argent, les moyens du gouvernement, pour accomplir ceci, et ne s’occuper de rien d’autre.

    Ils ont aussi voté pour avoir la paix civile.

    Ils ont aussi jugé que les annonces délirantes du PQ dans les 6 mois précédents l’élection étaient tout sauf crédibles.

    Il ont aussi jugé que le Canada, avec ses limites, ses imperfections, ses problèmes n’était pas le goulag que nous dépeignent les nationalistes, mais encore une démocratie qui fait l’envie du monde entier, un pays respecté.

    Il ont aussi jugés que le modernisme, le dépassement de soi, le dépassement collectif, l’ouverture aux autres, la réussite, l’ambition, étaient des objectifs mieux servis par des gens qui peuvent fonctionner, sans utiliser la paranoia collective, la peur de la disparition, l’anathème, la peur…

    Il ont jugés, peut-être, l’avenir nous le dira, que cette idée, appartenait au passé.

    Pour juger de l’hystérie qui s’est installée chez nos amis on peut lire, pour au minimum sourire, le site vigile.net, instructif…

  8. J ai vote ni pour ni contre aux dernieres elections. J ai vote tout simplement par ce que j aime mon Canada et mon Amerique. Quand j entends un Bernard Landry qui traite le drapeau canadien de chiffon rouge vouloir se separer pour obtenir un siege a l O.N.U.,c est deconcertant. Briser un pays pour une chaise Comparer a ce qui se passe ailleurs pourrait etre considerer comme futile. Mais moi aussi j en veux un pays. Je veux Haiti ou Cuba ou les deux. Comme cela on aurait pas besoin de changer notre bonne argent Canadienne en pesos. On serait au pair.
    Ce qui serait heureux aujourdhui serait de redecouvrir notre esprit d aventurier et de decouvreur comme au temps. Combien de noms de villes avec des noms francophones
    j ai vu dans tout l Amerique est surprenant. Dans tout le Canada,il y a beaucoup d,ecoles francaises et elles ne sont pas moisies mais tres modernes et tres occupes. Ceux qui voyages ont une opinion bien differente et les baby boomers ne seront jamais plus capable d influencer les jeunes qui ont le monde comme boussole. La phase terminale de la separatite est bel et bien commence. La bete est blessee, laissons la aller mourir tranquillement dans le bois. Les charognards sauront s en occuper, les Caribous s eteigneront tranquillement l un apres l autre. On les entendra hurler a en vouloir au monde entier mais personne n ira leurs porter secours. Merci Canada, pays de mon Amerique.

  9. Ahhhh…la peur du référendum. Le mythe péquiste dans toute son outrecuidance qui leur sert de faux-fuyant pour éviter d’affronter la réalité: les Québécois n’en veulent foncièrement pas de leur référendum.POINT.

    À ce sujet, j’ai lu quelque part il n’y a pas si longtemps une réplique passablement représentative de ce que les Québécois ressentent VRAIMENT face à cette pseudo-peur d’un nouveau référendum et je voudrais la partager avec vous.

    L’auteur a écrit qu’il y a quelques semaines, il s’est acheté une télé écran plat, avec toutes les plus récentes applications. Bien sûr, le vendeur a tenté à plusieurs reprises de lui vendre également une garantie prolongée. L’auteur a refusé. Il n’a pas peur de la garantie prolongée. Il n’en veut tout simplement pas!!!

    Idem pour leur référendum…

  10. Oui il faut se séparer. Les hôpitaux vont mieux fonctionner. Les écoles vont mieux enseigner le Français.Il n,y aura plus de fonctionnaires verreux. On sait les contracteurs volent les Québécois parce que nous sommes encore Canadiens. Les syndicats vont cesser de dépenser a qui mieux mieux l’argent des travailleurs.Nos fonctionnaires vont prendre nos intérêts a cœur,et non leur poche. Parce que sous la direction du Canada on ne peut rien faire de bien. C’est la faute a Harper c’est sur. Il bloque toute initiative au Québec. Vive le Québec libre.

    • Mon cher Yvon, voulez-vous bien nous dire d’où vous tirez toutes vos certitudes et vos lubies?
      Si on ne peut rien faire de bien dans le Canada, c’est seulement à cause de nous, pas des voisins; c’est par manque de connaissance de ce qu’est l’économie actuelle et à cause de notre éternelle dépendance à l’État québécois. Débarrassons-nous de tout ce que nous n’avons pas les moyens de nous payer, de toutes ces dépenses inutiles par tous les programmes et ministères et nous serons assez riches pour s’occuper de nous et ..peut-être aider les autres.

    • Comme administrateur indépendant sur des conseils en santé depuis plus de 12 ans, je peux vous affirmer que peu importe le statut politique du Québec le réseau de la santé continuera de mal aller tant que 1- les politiciens vont continuer à se prendre pour des gestionnaires et avoir les deux mains et surtout les deux pieds dans les opérations du système de santé 2- l’organisation actuelle reposant autour de quelques centaines d’entités autonomes ayant chacune son c.a., ses états financiers, ses propres politiques et fonctionnant en silo, ne sera pas remise en question 3- tant que l’on maintiendra ses gros monstres organisationnels que sont la plupart des CSSS et qui ont fait disparaître presque totalement la notion de première ligne.

  11. Sûrement que dans un Québec indépendant, on aurait envoyé des chasseurs PQ-18 en carton comme support à la flotte de l’OTAN dans le cas de la crise d’Ukraine…

  12. Les Quebecois qui comme moi ont voter oui, en 95, et qui votent Libéral ou CAQ maintenant, n’ont pas peur d’un référendum. Ils espèrent qu’un gouvernement péquiste comprendra un jour, que les contribuables ne sont plus manipulables, avec des distributions de subventions, de charte bidon, de querelles inutilles avec Ottawa, ou de fausses promesses. Quand un gouvernement péquiste aura compris qu’on ne peut souhaiter être indépendant tout en étant la plus pauvre des provinces après IPE, et en recevant 9.3 milliards en péréquation.
    Mais quand on sera une province qui fera l’envie des autres provinces et que l’on paiera de la péréquation pour aider les autres, et bien je pourrai considéré que le moment pourrait être venu de faire un référendum pour l’indépendance.
    Et le PQ est loin d’avoir compris cela. Alors pourquoi voter pour un parti qui mettra énergie , temps et argent à nous emmener vers un référendum, quand la priorité est tout autres. Le PQ n’a pas su voir clair, il n’a pas réussi à réunir l’ensemble des citoyens, il s’est coller vers un modèle dépassé. Il est trop tard je pense. Le Canada demeure la meilleure option.

    • Lol , non Brutus, je me considère plutôt comme un lucide.
      En fin de compte j’aimerais qu’on gère l’argent du peuple comme le font la plupart des gens qui pensent à l’avenir de manière responsable et à ses proches quand il sera mort. Mais on pense pas tous pareil .
      Mais ce discour ne passe pas, on aime se soucier de l’environnement, (ce qui est bien) pour le futur, et écouter les écolos, mais ceux qui de soucient de l’avenir économique, on veut pas les entendre.
      Probablement qu’il y en a maintenant beaucoup trop qui dépendent de l’état.

      Le compteur de la dette de l’IEDM devrait être affiché un peut partout.

  13. Je suis un peu tannée d’entendre dire ou de lire que le vote Libéral du 7 avril est parce qu’on a eu peur de……parce qu’on s’est « bouché le nez » pour voter, parce qu’on a pas compris, etc. etc. Perso, je n’ai pas voté par peur de….. je ne VEUX pas de ce que propose les péquistes, leur cassette qu’ils me font entendre depuis 40 ans, ne m’a jamais intéressée et ne m’intéresse pas encore. Je ne veux plus les entendre, je ne veux pas de leur « pédagogie », j’ai un Pays et j’y tiens. Je suis une Canadienne Française habitant au Québec et j’en suis très fière. Quand je séjourne à l’étranger je m’affiche: Canadienne! J’ai voté PLQ parce que je suis Libérale. Rien de moins. C’est ma plus profonde conviction: chaque être humain possède des droits fondamentaux aucun pouvoir n’a le droit de violer mes droits fondamentaux. Le PQ avec sa Charte bidon et son « pays virtuel » me laissait voir qu’ils brimeraient mes droits. Un Parti Libéral défendra toutes mes Libertés! Et bien franchement, depuis le 7 avril 2014 « je flotte » sur un nuage. Le discours a changé! Quel Bonheur!

    • Et bien Jacques N. vous avez de la compétion!!! Gillac est aussi un Sage! 😉

  14. Nul doute pour moi que par nos valeurs, notre langue, notre culture, nous formons une véritable nation distincte de celle qui habite le ROC. Cependant il y a deux routes possibles pouvant inciter le peuple québécois à former un pays: 1- nous sommes assez riches pour y arriver sans trop de dommages 2- nous sommes assez opprimés pour vouloir y arriver coûte que coûte. Or ces deux conditions n’existent pas et les leaders du PQ au lieu de susciter la première condition gagnante ont échoué à créer ce sentiment d’oppression (même s’il y en a).

  15. Pour ma part je crois que très simplement les électeurs ont choisi les Libéraux parce qu’ils veulent demeurer dans le Canada. Voter libéral c’est voter canadien et c’est bien légitime. Du même coup les électeurs qui ont voté Libéral étaient d’accord pour ne pas brimer la liberté de religion ostentatoire des Islamistes. Un autre choix tout aussi légitime. Un Québec très Canadien, multiculturel, de multiples cultures qui se côtoient dans la fonction publique du Québec. Parler de société distincte, du peuple du Québec, c’est xénophobe et très laid pour qui vote Libéral. Je dis avec le sourire « on est canadien ou bedon on l’est pas ».

  16. Comment s’y retrouver avec la CAQ?

    Certains voient une fusion logique avec le PLQ en raison du peu de différences dans leur programme respectif..

    D’autres, de plus en plus nombreux, y voient plutôt un parti de nationalistes dont la fusion avec le PQ deviendrait souhaitable..

    La question qui tue! De quel côté penche vraiment François Legault?

    Depuis la victoire du PLQ du 7 avril, le jupon souverainiste de François Legault, qu’il avait réussi à camoufler durant la campagne, dépasse pas à peu près.

    D’abord, il invite les Lisée, Drainville à rejoindre la CAQ.. ensuite il nomme François Bonnardel, leader parlementaire, en lieu et place de Gérard Deltell.

    Gérard Deltell, pourtant ex-chef de l’ADQ, serait-il rétrogradé en raison de son fédéralisme affiché..

    Le fait que la conjointe de Bonnardel fasse partie de l’écurie Québecor, cela a-t-il pu jouer en sa faveur?

    Jean-Marc Léger, nommé sous Marois président du CA de la Chambre de Commerce du Montréal Républicain, en mène large dans la stratégie de la Fondation Lionel Groulx.

    Je n’ai pu m’empêcher de lire entre les lignes du sondage Léger aux lendemains du 7 avril.. Jean-Marc Léger faisait ses prédictions dont celle d’une fusion entre le PQ et la CAQ..

    Il n’y a pas de fumée sans feu…

    Restera à voir comment Philippe Couillard va jouer ses cartes… car il sera atttaqué de toutes parts…

    C’est là où il nous faudra rester alerte.. et continuer à se défier de la puissante courroie de transmission médiatique que la présence de PKP à l’Assemblée Nationale n’aura fait que décupler..

    Les élections du 7 avril auront-elles vraiment changé le climat politique?? Rien de moins sûr!

    Quels irresponsables ils sont ces pelleteux de nuages!

  17. La magouille, il y en aura toujours. Le besoin d’argent des partis politiques est surtout lié aux prix des campagnes électrorales. Ca coûte cher une campagne : bus, hôtels, avions etc. On l’a vu lors de la dernière campagne, elle a semblé très longue. Si on faisait passer de 35 jours à 20 jours une campagne, les partis auront besoin de moins d’argent, donc il y aura une réduction de la magouille. Ca serait un bon départ je crois. Ai-je tort ?

  18. Joanne, Michel Hébert a dû retirer sa chronique sur les « Cons ».. sous prétexte que sa chronique manquait de nuances… Et Martineau qui disait sur le plateau de TLMEP hier soir qu’en tant que chroniqueur, il ne s’est pas gêné pour critiquer le PQ!!

    Il oublie le gros coup de pouce pro-Charte électoraliste.. il a pondu pas moins de 2,000 chroniques contre le voile!!

    Et Dutrisac, qui pour justifier la présence de PKP à l’Assemblée Nationale, invitait les Desmarais à se faire élire. Tant qu’à tirer les ficelles autant le faire à visage découvert!…

    Ce que Dutrisac néglige de souligner c’est que pendant les derniers dix-huit mois PKP tirait les ficelles tout en utilisant son pouvoir médiatique.. Aurait-il remporté la victoire dans St-Jérôme sans cet atout?

    Question: aurait-on toléré pareille propagande d’un Desmarais en campagne de la part des chroniqueurs de la Presse?

    Qui plus est Dutrisac voit le conflit d’intérêt dans lequel se retrouve PKP mais n’ose plus se prononcer.. vendre, pas vendre, il ne sait quoi répondre!..

    A TLMEP hier on a pu que constater que le biais partisan restera bien présent..

    Et le mépris exprimé par Martineau envers les Québécois qui auraient eu peur du référendum était d’un grotesque inégalé..

    Comment se fait-il qu’à CHOI on ne prenne pas plus de distance avec les chroniqueurs de Québecor? Au contraire, aux Martineau, Dufour, Brassard vient maintenant s’ajouter Denise Bombardier.. des soixante- huitards nostalgiques dans le déni, est-ce vraiment indiqué devant le verdict du 7 avril?

    • Je partage plusieurs de vos points de vue, particulièrement en ce qui a trait à la formation de l’opinion publique par les penseurs « certifiés » des grandes maisons de presse. Pour ce qui est de Madame Bombardier, j’ai cru comprendre qu’elle n’y était que le temps de la campagne électorale. J’espère, quant à moi, qu’elle y retournera. J’adore l’entendre lorsqu’elle peut développer sa pensée et ne pas se sentir pressée par un minutage comprimé.

      Pour ce qui est de « prendre plus de distance avec les chroniqueurs de Québecor », je suis plutôt pour la plus grande diversité d’opinions possible. Je ne crois pas, non plus, qu’il faille disqualifier inconditionnellement les personnes qui sont associées à Québecor.

      Enfin, pour ce qui est de la présence des Francs-tireurs à TLMEP, une seule réflexion de ma part: je n’y ai rien appris.

  19. « Aurait-on eu si peur du référendum (ou des chicanes) qu’on aurait oblitéré tout le reste et que la mémoire nous aurait fait défaut? »

    Vous avez écrit qu’il s’agissait d’une campagne référendaire. Au lieu d’une campagne électorale.
    Vous avez écrit que le PQ allait tenir un référendum, même après que Pauline Marois eu répondu à François Legault, à la télé, qu’il n’y aura pas de référendum.
    Les lecteurs l’on crut et voté pour le PLQ puisqu’il n’y avait plus d’avantage à voter pour le PQ.
    Tout le reste n’a pas d’importance.

    « Chicanons-nous, bon sens! Sur la prétendue universalité des services, sur le rôle de l’État, sur l’étendue du panier de services, sur le régime fiscal, sur le vote secret dans le monde syndical, et oui, sur le financement des études post-secondaires. Rien, mais rien, n’a été réglé sur ce sujet et on continue à financer des étudiants dont certains décrocheront avant même d’être diplômés. »

    Le PLQ a été élu majoritaire le 7 avril dernier.
    Les chicanes sont terminées.

    SP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s