Projet de loi 3, jour 1 – Des ballons qui se dégonflent

Si les employés syndiqués des municipalités avaient écouté les auditions d’aujourd’hui portant sur le projet de loi no 3, je crois qu’ils auraient compris que plusieurs des arguments invoqués par leurs syndicats ne tiennent pas la route.

Mieux encore, pour reprendre les propos du maire Labeaume, « Si pour certains représentants syndicaux, le projet de loi est si mauvais, comment se fait-il que les nouvelles conventions collectives convenues avec les fonctionnaires et employés manuels de la ville de Québec s’alignent presqu’entièrement sur le projet de loi no 3 et que cela ait été acceptable pour ces employés? »

Pourquoi autant de cris d’alarme entourant la perte d’acquis chez les retraités, quand en réalité, seulement 15% des retraités seraient possiblement touchés par une suspension de leur indexation de retraites et que cette suspension ne serait que temporaire, le temps que le régime soit capitalisé convenablement. Selon le maire, « Au pire, pour les 6 régimes de la ville de Québec, à l’intérieur de 6 ans, toute l’indexation aura été rétablie. Parler de 15-20 ans, c’est de la folie« .

Rappelons également que pour les régimes où il n’y a pas d’indexation, ce sont les municipalités qui absorbent à 100% le déficit du passé. Où est la perte d’acquis?

Autre chose. Pourquoi faire croire que le projet de loi impose de renier des ententes convenues avec les cols bleus de la ville de Montréal quand en réalité, le ministre Pierre Moreau convenait lui-même aujourd’hui du contraire? «Si je lis ce qui est écrit, la loi impose seulement aux parties à commencer les négociations le 1er janvier 2016. Alors l’intégralité de l’entente actuelle avec les cols bleus n’est pas touchée», a affirmé le ministre en commission parlementaire.

Je veux bien que la culture syndicale repose sur la création d’antagonismes, mais les syndiqués doivent savoir aujourdhui que le président de leur syndicat, Michel Parent, a menacé de recourir à la grève générale illimitée pour strictement rien. Il aurait mieux valu qu’il lise le projet de loi plutôt que d’organiser des feux devant l’Hôtel de ville…

Signalons au passage que la crainte (de ne pas respecter des ententes signées) qu’entretenait le président de l’IEDM, Michel Kelly-Gagnon, n’a donc pas lieu d’être et que sa critique devient de ce fait, non pertinente. Tout au plus, cela lui aura valu quelques entrevues sur les ondes de Radio-Canada où les animateurs se seront plu à lui faire dire que son approche s’apparentait à celle des syndicats.

Et puis, il y a cette idée que le projet de loi repose sur du « mur à mur », qu’il est trop rigide, qu’il brime la « libre négociation ». En réalité, les particularités et les spécificités des régimes de retraite rendent la chose impossible. Selon Suzanne Roy de l’UMQ, le projet de loi permet de faire des choix régime par régime. Certains choisiront de retarder l’âge de la retraite, de revoir la rente du survivant par exemple. Le projet de loi impose l’atteinte d’un objectif (capitalisation à 100%+), permet aux villes de partager 50-50 les déficits passés et futurs avec les employés eux-mêmes (ce qui est nouveau), et plafonne à 18% de la masse salariale le coût des régimes (ce qui est équitable avec ce qu’on permet aux employés du secteur privé et travailleurs autonomes). Pour le reste, débrouillez-vous pour y arriver et négociez!

À ceux qui se croient lésés dans leur pouvoir de négociation, y a-t-il encore quelqu’un qui croit honnêtement que les syndicats puissent convenir d’un partage des déficits passés lors d’une « libre négociation »? En l’absence d’un rapport de force équilibré entre les municipalités et les syndicats, le gouvernement ne doit-il pas imposer un certain nombre d’objectifs à atteindre s’il veut assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées? (Encore une fois, cela n’aurait pas été mon choix, mais vivons dans le réel quelques instants, voulez-vous?)

SUR LA CONSCIENCE SOCIALE DE LA FTQ

Pour la FTQ, un projet de loi convenable:

1. ne devrait s’appliquer qu’aux régimes dont la capitalisation est inférieure à 85% (Selon Alban D’Amours, un régime en santé a un taux de capitalisation de 100%. Un taux inférieur le rend vulnérable aux crises économiques)

2. doit continuer de protéger les droits acquis des participants actifs et des retraités pour le service passé

3. ne doit pas imposer le partage des déficits passés

4. ne doit pas fixer aucune autre condition aux négociations.

« Nous sommes des spécialistes en relations de travail », affirmait M. Cadieux de la FTQ. Peut-être, lui a lancé André Spénard de la CAQ, « mais je ne vous ai jamais entendu parler des contribuables. Vous êtes d’excellents négociateurs. Mais la conscience sociale de la FTQ en ce qui concerne ses non-membres mais l’ensemble de la population; vous passez carrément à côté de l’objectif. » lui a-t-il lancé.

En effet. Selon la FTQ, il est hors de question de viser un taux de capitalisation de 100%. « Il y a un élément conjoncturel là-dedans », nous dit-il. En d’autres termes, faisons confiance aux marchés pour redresser tout ça.

Il est hors de question également d’imposer un partage 50-50 des coûts des régimes de retraite lorsqu’un régime est en santé financière. Il aura beau coûter les yeux de la tête aux contribuables et faire monter les comptes de taxes… pas grave. Mais en quoi, dites-moi, une capitalisation à 100% des régimes de retraite devrait dispenser les bénéficiaires de ces régimes d’assumer 50% du coût de leur retraite?

Pour la FTQ, il est hors de question de demander aux employés actuels et futurs de participer à rembourser une partie des déficits du passé. « C’est une dette de l’employeur », selon la FTQ. Bien sûr. Mais l’employeur, c’est le payeur de taxes, Monsieur. Le même payeur de taxes qui n’a souvent aucun fonds de pension. Pas grave. On s’en fout. On est des spécialistes en relations de travail. Comme le suggérait M. Labeaume, « est-ce que c’est parce qu’un régime de retraite est capitalisé à 105% que les contribuables doivent assumer 100% des déficits du passé? »

Pour les syndicats, l’atteinte d’un taux de capitalisation de 100%, le partage 50-50 des coûts du régime, le plafonnement des coûts à 18% de la masse salariale et le partage des déficits passés sont des intrusions à la « libre négociation ». Faux. Ne mêlons pas objectifs, cadre de négociation que le gouvernement peut en toute légitimité définir, et moyens.

Les syndicats jugent que le projet de loi 3 va bien au-delà de la simple volonté d’assurer la pérennité des régimes de retraite. Selon la FTQ, assurer une capitalisation de 100% et régler les déficits du passé ne concernent pas leurs membres et devraient être la responsabilité de « l’employeur » (nous tous). Ils ont raison. Le projet de loi 3 va plus loin. Il s’assure que cette pérennité ne se fera pas entièrement sur le dos des jeunes, ni des contribuables payeurs de taxes.

Car la pérennité tient à quoi quand des personnes âgées doivent abandonner leur maison parce que leur compte de taxes augmente dû au coût trop élevé des fonds de pension des employés municipaux? Elle tient à quoi quand on impose à des gens de payer pour une classe de privilégiés qui décrochent du travail à 52 ans?

UN APPEL À LA RÉSISTANCE

Il y a bien des raisons pour lesquelles le Québec s’enlise. Il y a, bien sûr, le pouvoir syndical qui cogouverne le Québec depuis plusieurs décennies. Celui-là, on le connaît bien.

Mais malheureusement, il y a pire. Il arrive que les gens qui disent défendre la liberté et l’équité intergénérationnelle ne reconnaissent pas le moment où il faut appuyer l’initiative gouvernementale. Dans ce cas-ci, et bien qu’il ne s’agit aucunement d’une solution parfaitement « libérale », les défenseurs du contribuable et des plus jeunes générations devraient s’éviter de jouer le jeu des négationnistes ou encore de viser une pureté idéologique.

Cette fois-ci, l’équité et la route vers une plus grande liberté et responsabilité individuelle en matière de régimes de retraite impose d’appuyer le projet de loi 3, pré-requis essentiel à la révision des programmes et à une réforme de la fiscalité qui imposeront sans doute des sacrifices aux contribuables auxquels il sera bien difficile de vendre les réformes s’ils ont l’impression qu’ils continuent à être les seuls dindons de la farce.

52 réflexions sur “Projet de loi 3, jour 1 – Des ballons qui se dégonflent

  1. Vous voulez mon opinion sur le 50/50…c’est encore trop.Il n’y a personne pour payer 50% de mon fond de pension que je me ramasse en mettant de peine et de misère 200$/mois prélevé directement dans mon compte pour des REER moi…That’s it !
    Mais c’est un début, et je suis bon joueur n’est ce pas ? plus que les syndiqués en tout les cas !

  2. 50/50, certainement que c’est encore trop. À mon sens, les employés des services publics sont au service des créateurs de richesse puisque leurs emplois dépendent d’eux? Il n’y a donc rien qui justifie qu’ils aient de meilleurs conditions d’emploi que les travailleurs du privé.

  3. Je n’ai pas tout écouté de cette commission hier, mais les parties que j’ai écoutées ont été intéressantes…. Régis Labeaume, en voilà un qui se tient debout… J’ai aussi aimé la prestation du ministre Moreau. J’espérais que ce soit lui le chef du PLQ plutôt que M. Couillard. M. Moreau avait fait un excellent travail comme ministre des transports sous le gouvt. Charest quand il avait remplacé l’incompétent patineur Sam Hammad. Sur quelle planète vivent les deux représentants du PQ ?? Le député de saguenay semble perdu dans ces supposées questions. Se peut-il qu’il soit forcé par son parti de prendre position pour les employés municipaux et qu’il n’est pas à l’aise dans ce rôle?? Quant à Madame Martine Ouellet, (elle aurait intérêt à se maquiller mieux), elle répète ce que les gens des syndicats ont déjà dit. J’ai bien apprécié les deux représentants de la CAQ, surtout quand ils rappellent aux différents intervenants syndicaux que leur employeur c’est la municipalité, mais que cette municipalité vit avec les taxes de leurs contribuables. Le parti libéral doit se compter chanceux d’avoir un parti de deuxième opposition qui est capable d’appuyer des projets qui protègent les contribuables. Je ne peux en dire autant du PQ, qui joue encore à .la petite politique. Je ne savais pas que les fonds de retraite pouvaient être renfloués aussi vite en ne coupant l’indexation que 2, 4, ou 6 ans… Est-ce réel ?? Les syndicats se foutent complètement des contribuables….Je les comprends. Depuis 40 ans ils ont le beurre et l’argent du beurre.

  4. Donner un soutien décomplexé à la loi 3 ne signifie aucunement une conversion au PLQ..

    Cette amalgame de certains, qui les empêchent d’appuyer le PLQ en vue de l’application de cette loi, relève de mêmes motivations partisanes que celles prêtées aux deux partis de l’opposition étrangement timides..

    Ceux qui sont d’accord avec l’imposition d’une telle loi mais que c’est leur aversion envers le PLQ les retient, il est permis de douter de leur sincérité de voir le Québec se défaire d’une emprise syndicale intenable.

    De toute façon, ce gouvernement est élu pour 4 ans. Bien d’autres occasions leur seront donnés pour conforter leurs convictions anti-libérales.. et voter contre ce parti dans 4 ans.

    Mais en attendant ce serait faire preuve de maturité que de donner un appui bien senti quand c’est l’intérêt premier du Québec qui est en jeu.. comme c’est le cas avec la loi 3.

  5. Mme Marcotte
    Dites-moi svp que cette fois-ci, le gouvernement ne reculera pas. Moi, mon fond de pension je me le paie seul. Personne ne m’aide. Mon employeur n’en offre pas et les REERS que je prends sont à la merci des marchés financiers. Alors quand ca baisse, ma caisse de retraite baisse au même rythme. J’ai 49 ans et si mon compte de taxes municipales grimpe encore, je me verrai dans l’obligation de vendre ma maison car mon salaire lui ne grimpe pas au même rythme que toutes les augmentations dont nous sommes victimes au Québec. Mon salaire horaire est de $16.00/heure alors vous conviendrez qu’il est difficile pour moi de mettre de l’argent de côté pour mon fond de pension mais j’y arrive….. mon fond de pension n’aura rien à voir avec celui des employés municipaux mais je l’aurai acquis seul et bien sur je ne pourrai pas me retirer à 52 ans vous l’aurez compris.

    Alors non…. je n’ai aucune sympathie pour les employés des municipalités.

    • Alors faites comme fait le gouvernement: allez voir votre prêteur hypothécaire, dites-lui que les conditions ont changé depuis que vous avez pris votre hypothèque, que vous n’arrivez plus, que vous allez vers la faillite et dites lui que vous mettez fin à votre hypothèque, que vous reniez votre signature et que vous en prendrez une à demi-prix. Je suis sûr que la banque acceptera, n’est-ce pas ?

  6. J’écoute la commission parlementaire, et ceux qui condamnent le projet de loi 3, n’apportent rien de concret pour la survie de ces régimes de pension. C’est notre fond de pension, et on touche pas. On se dit prêt à négocier , mais on minimise le problème, et on a a rien à dire sur le moyen à prendre pour payer les déficits.

    Ce matin les retraités des villes sont venus faire pitié et nous dire que ca serait un drame si 20% des retraités se verrait coupé l’indexation pour un maximum de 6 ans. Pas la pension, juste l’augmentation à tous les ans. Ca c’est de la belle solidarité sociale. Eux qui ont parfois une maison payé, un chalet, qui vont en Floride l’hiver ou qui voyage.
    Et le PQ qui est complaisant avec eux autres. C’est décourageant pour l’avenir.

    • De votre commentaire, je comprends que si le retraité n’a pas de maison payé, n’a pas de chalet, pas d’auto et ne va jamais en Floride ni ne voyage, là c’est OK ? La façon dont les gens utilisent leur argent compte ?

    • @michelbenard
      Il ni a personne qui est jaloux. Si c’est votre seul argument, on a pas fini de s’enfoncer dans le déséquilibre social, dans un Québec ou tout le monde devrait faire sa part, en constatant l’état de nos finances public et la dette accumulé.

      La plupart du temps ce sont des personnes comme vous qui prônent un partage de la richesse et qui se promènent pancarte à la main en scandant So-so-so Solidiraté. Vous prouvez que c’est solidarité pour vous mêmes, avec l’argent des autres, soient ceux qui en ont moins que vous autres, et qui paient vos salaires vos avantages sociaux et une grosse partie de vos pensions . Et les générations futures vous en avez rien à foutre, ils ramasseront la facture.

  7. Le PQ est complaisant et pis après? Heureusement que les Québécois ont voté avec leur gros bon sens.

    Le PLQ est majoritaire.. alors il serait plus que temps de voir le verre à moitié plein et de donner la chance au coureur. Moreau/Coderre/Labeaume devrait nous servir d’inspiration.

    Car chance il y aura mais sans le soutien de la majorité qui choisirait de demeurer aussi timide, on oublie cela..

  8. @michelbenard. Non pas de jalousie mais les 2 pieds bien ancrés sur terre. On a plus la capacité de payer. Cette loi, il faut qu’elle passe. Moi non plus je ne crois pas être capable de payer si on augmente les taxes municipales. J’ai 66 ans et malheureusement je n’ai aucun fond de retraite. Je travaille toujours parce que je n’ai pas le choix. Vous trouvez normale qu’à 66 ans je sois obligée de payer une retraite à quelqu’un qui prendra cette dite retraite à 52 ans. Non ce n’est pas normale. Je suis aussi d’avis que 50-50 c’est encore trop.

  9. La jalousie? L’exaspération et la colère plutôt devant les boomers égocentriques qui se contrefichent des jeunes générations

    Non seulement ils s’en contrefichent mais ils comptent bien sur eux pour que soient préservés leurs vaches sacrées, lesquelles seront absentes du Québec dans lequel les jeunes d’aujourd’hui auront à évoluer.

    Sososolidarité! Honte à ces bébés gâtés accrochés à la mamelle de l’État..

    Honte à ceux qui poussent l’indécence à mêler leurs jeunes enfants à un spectacle aussi peu inspirant.. Vous ne méritez pas vos enfants.

    L’image qui me vient à l’esprit c’est celle des familles patriarcales de jadis qui utilisaient leurs enfants comme bâtons de viellesse..

  10. Je suis un retraité a 24744$ de pension par annee avant taxes alors je roule sur l’or d’aprés vous. Lorsque je me suis engagé pour la ville de montreal en 1967 j’ai conclu un contrat avec mon employeur le contrat disait que je devrai travailler de 28 a 30 annees et que je devrai payer un certain pourcentage pour le fond de retraite et que mon employeur metterais sa part dans ce fond afin que j’ai une pension de retraite au bout de ces annees .Moi j’ai toujours payer ma part et cela a toute les semaines mais mon employeur lui il a decider d’arreter de mettre sa part dans le fond et il a pris ces sommes pour graisser ses petits amis contracteur en leur donnant des contrat mirobolant .Alors ne venez pas me dire que c’est la faute des retraité qu »il manque de l’argent dans le fond de pension.Si tu signe un contrat avec quelqu’un tu doid respecter ce contrat.Et en passant lorsque j’ai pris ma retraite mon employeur devais payer la moitié de mon assurance maladie mais apres quelque annees il a cesser de payer sa part ce qui a fait que j’ai obligatoirement payer 2100,00 de plus chaque annee sans pouvoir me discossier de l »assurance medicament alors je pourrais vous en dire en long et en large sur le non respect des employés des villes.Et pour ceux qui sont encore en maudit contre nous je vous recommande de vous engager pour travailler dans une municipalité c,est ouvert a tous le monde .

    • Faux monsieur….
      les jobs à la ville ne sont pas ouverts à tout le monde…. Ca prend du pushing en sacr….
      pour pouvoir y décrocher un emploi. Peut-être que dans votre temps c’était comme ca… aujourd’hui les employés des villes font rentrer leur famille et ti-namis…. alors si t’es pas dans la clique…. tu rentres pas….
      Renseignez-vous avant de dire n’importe quoi !!!!

  11. reponse au sujet de la retraite personne mais personne ne paie pour ma retraite c,est une somme globale qui a été investie au cour des annees et avec les priofit qu’on a fait au cour des annees on paie nos retraite ces sommes ne sorte pas de votre poche messieurs mesdames soyez donc mieux informé S.V.P

    • @michelbenard

      venez nous faire croire que la ville de Mtl ( la ville c’est les payeurs de taxes),n’a jamais mit une cenne dans votre fond de pension indexé et en déficit. En tout cas le gouvernement du Qc a été obligé de renflouer la caisse de 500 millions il y a quelques années car les fonds de pensions de la ville de MTL étaient en grande difficulté. Le gouvernement est pas intéressé à répéter l’opération et pour cause.

  12. Ce sont les sommes d’arriérage non déposé par la municipalité qu’on veux vous refiler c,est tout.Vos maires n’ont pas fait leur job alors la il veullent vous refiller la somme défécitaire que vous avez dÉja payé dans le passé S.V.P allumer!

  13. Je viens juste de te lire sur les bébé boumer .tu a de la m dans les yeux mon chum si ce n’etait des bébé boumer tu ne jouirais pas de tous ce que tu as aujourd,hui avant nous y’avais rien alors ne me fait pas ch ,Je peux voir ton incertitude de ton avenir quant tu did que toi tu n’auras pas ca plus tard .et bien c,est a toi de travailler pour que cela continue si ta pas compris ca c,est que tu est tres bouché et que rien vas te faire changer d,avis ,pense tu que les petites choses qu,on a gagner en 50 ans et plus ca tombé du ciel

    • @michelbenard
      Si c’est à moi que tu t’adresses, calme toi mon homme, on essaie juste de le sauver ton fond de pension. C’est cela le projet de loi 3.

      Les payeurs de taxes sont plus capables de payer. C’est pas dur à comprendre.
      Pis inquiète toi pas même si le fond fait faillite, tu vas le récupérer le petit 20 25% que tu as mit la dedans.

  14. Hey Jaques je vais te donnez l’heure juste apres 30 ans de loyaux service j’ai 24744.00 avant taxes par annee pour vivre moi et ma femme alors si tu peux te payer un voyage en floride avec ca et une maison et bien donne moi la recette vite ca presse

    • @michelbenard
      J’ai jamais parlé de ton cas. Tu es pas dans police certain ou pompier. J’ai dit certains.
      Sent toi pas si offusqué.

      Plus de la moitié des gens qui ont travaillés jusqu’à 65 ans ont juste la rente du Québec et leur pension de vieillesse pour vivre. (et leur économie personnel) Tu es chanceux tu as un beau 25,000 indexé de plus à vie payer en grosse partie par les payeurs de taxes

    • Le fond dans ce temps là était en santé, les placements rapportait gros. La ville avait d’autres dépenses. mais l’argent vient toujours des contribuables.
      Place ton argent aujourd’hui, comme le font ceux qui ramassent leurs argent pour leurs retraites et tu verras que ça rapporte pas beaucoup.

  15. regarde tu embarque dans le jeu des politiciens verreux ,des promesse en l’air tout est bon pour faire oublier la commission Charbonneau n’est ce pas .Puis quand vas tu comprendre que des fond de pension y’a pas que nous qui en avons et en passant le syndicat et le fond de pension avait deja regler la part de chaque groupe deouis un certain temps et c,est deja signé mais on ne touche pas au vieux retraité et on ne touche pas a l’entente signé ca c,est certain ,et en pasant tu vas faire payer toute les arrierrage par une minorité .

  16. Et je vais te donner l’heure juste sur l,indexation supposé … retraité en 1995 aucune indexation jusqu’a il y a 2 ans environs la on m’a indexé de quelque dollars annuellement et si tu ne me crois pas et bien je tedemande si tu peux avoir les informations aupres de la ville de montreal elle même alors la encore tu parle sans savoir

    • LOL J’ai plutôt de la sympathie pour les plus pauvres de Mtl, qui payent vos fonds de pensions. Et qui n’ont rien.

      J’espère au moins que tu as payés des taxes à Mtl, (ton employeur) .
      La plupart des employés demeurent à l’extérieur ou les taxes sont moins cher

    • Ben moi si je prends ma retraite, je devrai vivre avec 13,000.00$ par année. Alors ça vous fait 11,000.00$ de plus que moi. Alors oui à 66 ans je travaille toujours pour continuer de payer une retraite à quelqu’un d’autre.

  17. Faudrait peut-être oublier, Michel, que les salaires étaient beaucoup plus bas dans les années où vous avez travaillées, donc pension plus basse. Les époques ne se comparent pas.
    Vous n’êtes pas le seul avec une retraite comme ça mais vous en avez une……
    Ce n’est pas une raison pour encourager les syndiqués d’aujourd’hui d’abuser de la situation et de profiter du monde ordinaire qui peine à « se payer » une pension convenable…..

  18. pense tu reelement qu,il ne pourrait pas avoir un autre crash boursier et que tous les fond de pension ne vaudrais plus rien?? tout est possible en ce monde alors je ne me plaint pas de ce que j’ai gagner ce que j’ai aujourd,hui je ne l »ai pas voler moi contrairement a tous ces politicien verreux qui ont dilapider toute ces $$$ c,est a eux que ta haine devrais se tourner pas sur les plus petits moi tous ce que je peux souhaiter a notre société c,est que tous les travailleurs puissent avoir une retraite déssente un jours mais ce N,est pas le cas donc tu devrais placer tes énergie s dans ce sens ça serais plus productif pour tous plutôt que de t,en prendre aux honettes travailleur .En passant tu devrait t,en prendre a tous les emplyés de l’etat et de tous les employés de la constructions aussi c,est pareil alllooo

    • Calme toi michelbernard tu écris trop vite et tu fais pas mal de fautes.
      Les politiciens et les fonctionnaires véreux, tout le monde le condamne et souhaitons que c’est fini.
      Essayé pas de noyer le poisson, en parlant constamment des politiciens , des libéraux, de la corruption, et de la commission Charbonneau. Vous avez oublié les syndicats aussi.
      On connait la cassette, elle commence à être usé.

  19. OK je vais modéré mes paroles … la plupart des syndiqué actuel sonts en accord pour un 50/50 la n,est pas le probleme … le probleme c,est que tu ne t’attaque pas a des vieux sans défence et qui ont conclus dans le passé un contrat signé.Si on laisse passer ça tu ne t,imagine pas jusqu’ou irons les politiciens mon ami.c’est une question de survie pour les travailleurs si le gouvernement annule des contrats signé ou est ce qu’on s,en vas veux tu me le dire? c.est toujours ;les gros contre les petits tu comprendra avec le temps !

    • Dans le temps c’était dans le temps.
      Il y avait 7 travailleurs pour un retraité, (maintenant c’est 3) les gens vivaient en moyenne 10 ans de moins, et les taux d’intérêts étaient à 15%.

      On ne parle plus de la même chose aujourd’hui. Revenez dans la réalité de 2014.

  20. Il faut revenir en arrierre pour bien cerner le probleme ,lors des negociation passé on a negocier les salaire moindre on a perdu beaucoup d’avantage sociaux gagné pas le passé pour avoir un bon fond de pension .Cela fasait parti des negos alors tu ne peux pas revenir sur des ententes passés et dire que la ça ne marche plus voyons? surtout que si la ville de montreal aurait mis sa part dans le fond de pension il y aurais des surplus aujourd,hui les surplus des annees fructueuses ont été dépensé a donner des contrats aux amis contracteur tu n' »a qu’a suivre l’enquete Charbonneau et tu verras bien que ce que je te dis est la verité

    • Vous gagnez en moyenne 36% de plus dans les villes que les fonctionnaires provincial.
      Étude à l’appuie.

  21. Mais qu’est ce que vous avexz tous contre les syndicats ? ils sonts la pour aider les petits travailleurs a avoir de jobs dessentes.Vous n’avez qu’a vous syndiquer merde vous aussi vous prenez toujours le probleme en envers.arrêtez doinc de vomir sur les autres et occuper vous de votre personne et de votre futur pour l »amour.J »ai commencer a travailler pour la ville a 16 ans alors j’ai vus a mon futur en me opayant un petit fond de pension si jamais je vivais assez vieux pour ça alors personne ne vole personne la dedans tu sait y,a un dictons americain qui dis que les americains sonts devenus riche en se mêllant de leurs affaires. Ca c,est la bonne affaire a faire pas a manger du prochain mais au qc on est reconnu pour se manger la laine sur le dos ,

    • Je suis syndiqué au privé, avec la CSN, dans une multi nationale J’ai un fond de pension à cotisation déterminé, ou l’employeur met 3% de mon salaire dedans . Thats it. J’ai aucune journée de maladie. Faut être compétitif que dit le syndicat, pour pas que la compagnie déménage.
      C’est cela la réalité du privé. Vous vivez dans un autre monde.

  22. Si les employés col bleus avaient été productif et conciliant dans le passé, sans toujours vouloir tout cassé, et prendre les citoyens en otage, les gens seraient peut-être plus conciliant à leur endroit.
    C’est pas des légendes urbaines de dire que les cols bleus ça travaille pas fort. On est pas des caves, ont les voient allés.

  23. 30% de plus comment peut tu savoir si mes competence sont pareil comment peux tu dire que je ne vaux pas 30% de plus et si c,etait le contraire dirait tu pareil?? Comment un Député apres 2 mandat peut dire qu »il merite une pension a vie ?? Pourquoi tu t,en prend pas au medecin qui gagne des fortune tant qu’a ça a aussi ma fille est endicapé a vie elle etait infirmiere vas tu t,en prendre a elle aussi parce qu’elle a une pension a vie ?? voyons donc

  24. Toi tu a une langue sale désolé de te dire ça mais tu crache sur tous les col bleus moi j’ai gagner ma vie honnetement et je n’ai rien a me reprocher .De 12000 memployés en 1967 a 2300 en 1995 et une ville agrandie pense tu que l’ouvrage c,est fait tout seul .Alors je constate que tu est defenitivement un jaloux qui crache sur tous ce qui bouge je croyais parler a quelqu,un d,intelligent pas a un imbecile

    • Est bonne. De 12,000 cols bleus en 67 à 2,300 en 95. Tu es dans le champ mon champion. 10,000 cols bleus de moins, avec Jean Lapierre, (comme maire de Mtl), car c’est lui qui menait à Mtl..
      Arrêtez de vouloir nous bourrés de menteries.
      Le monde sont pas mal plus informés que vous pensez.

  25. Si je par te ta realité je devrais jalouser tous ceux qui gagne un salaire plus haut que le mien car il y en a beaucoup alors vois tu tu as un choix soit continuer a travailler pour des exploiteurs soit tu fais entrer un syndicat la ou tu travaille ou soit que tu aille t,engager pour une municipalité et rammasser des vidanges et déboucher des égouts a quatre pattes dans la merde tu as le choix c,est ta décision pasla mienne la mienne je l’ai choisi en 1967 alors tu fait quoi??

    • Il y une chose que vous comprenez pas et que vous comprendrez jamais, c’est que le monde du travail et l’économie a changé depuis 20 ans.
      C’est le privé qui fait viré l’économie et paie les salaires des fonctionnaires au Québec et les payeurs de taxes pour les villes.
      La dette est rendu à 262 milliards, plus de retraités et moins de gens travaillent, pour remplir les coffres.

      Il n’y a aucune mais aucune jalousie la dedans. Mais l’avenir de la province est inquiétante.

      Relis, plus haut j’ai parlé de mon syndicat. Lis avant de partir en peur.

    • À 15:02 je parle de mon syndicat. La grosse centrale CSN, qui gueule fort pour le secteur public, mais pas mal moins dans le privé.

    • J’ai oublié aussi de te mentionner, et cela tu as pas l’air de t’en rendre compte. À part du fait que tu penses sincèrement avoir fournis pendant 30 ans de loyaux service à la ville de Mtl, et je n’en doute pas, tu n’as pas eu à te soucier une minute qu’un jour tu pourrais perdre ton emploi. la sécurité d’emploi aujourd’hui ça vaut pas mal d’argent d’après moi.
      J’ai vécu deux fermetures d’entreprises et dû recommencé à zéro, avec tout le stress que cela comporte. Incertitude, pour moi et ma famille et recommencé au bas de l’échelle.

      Ça vous autres vous calculez pas cela. Vous vivez dans un autre monde complèterment différent.

  26. On ne s’en sortira pas Joanne!

    Pourquoi en sommes nous là? Deux raisons…

    L’endettement collectif des Québécois et le pelletage de cet endettement sur les générations futures! Right???

    Au départ, Moreau semble admettre qu’il ne faudrait pas toucher aux retraités (clause grd-père).

    Donc, on peut tt de suite éliminer la 2eme raison.

    Mon père a payé 30 000$ sa maison neuve en 1974.
    Il nous emenait au cinéma pour 12$ pour la famille de 4. Il payait son essence 40 cents/litres et ainsi de suite.
    Ce même père qui a été employé du public tout secteur confondus a environ payé ce meme cout de la vie! Right???

    Vous remarquerez que les plus chialeux devant le Kodak sont assez grisonnants aussi.

    En bout de ligne, les syndigaleux de la fonction publique arriveront à une entente du type que dénonçait Mario Dumont dans ses 1eres années. (voir clauses orphelines) VOUS VERREZ!!!

    Les jeunes suiveux du public ne comprennent pas qu’il n’y aura plus un sous pour leur retraite et ils servent de soldats manifestants pour les grisonnants.

    Ces grisonnants s’assureront que leur portion n’est pas trop amochée et les soldats aveugles se feront fourrer.

    En bout de ligne, la dette est une chose, mais ce qui dégoute, est plus les baby boomers qui encore une fois, veulent s’en tirer et non rien à voir avec une solidarité quelconque.

    Ils ont toujours eu leur place au top et ils s’assurent de la garder peu importe qui paiera quand ils seront morts. Ce sont eux qui ont troqué les valeurs pour un individualisme. Ils ont la panse pleine et ils sont boulimiques jusqu’à leur décès!

    Ne soyez pas dupes et constater pourquoi ce Québec est dans le rouge. Les baby boomers Again!!!

    So So So … So what (ils ont envie de vous dire). Touches pas à mes acquis stie!!! Yé là le cancer! Le Baby Boom!

  27. …Et voilà la conséquence du rêve des fonds de pension à prestations déterminées pour les travailleurs du secteur public; une confrontation inévitable entre ceux qui en sont bénéficiaires et ceux qui n’en sont pas. Et compte tenu du vieillissement de la population, cela ne fait que commencer.

    La vérité c’est que ce type de fond de pension est viable seulement s’il y a plus de cotisants que de bénéficiaires surtout lorsqu’on promet des prestations à 70% du salaire des 5 meilleures années. S’il n’y a pas plus de cotisants que de bénéficiaires c’est mathématiquement impossible de ne pas faire de déficit à mois que le rendement du fond soit exceptionnel ce qui n’est plus le cas dans le contexte économique actuel.

    Alors il n’y a pas une infinité de solution pour régler le problème. Il suffit d’abolir les fonds de pension à prestations déterminées et de les transformer en fonds de pension à cotisation déterminées. L’employeur et l’employé verse un montant d’argent dans un compte et l’employé gère les sommes à son goût. À la retraite, l’employé récolte des prestations selon la valeur des actifs de son fond de pension, point à la ligne.

    À mon avis, rien ne justifie que les contribuables soient tenu de faire vivre des gens à la retraite qui ont travaillé à leur donner des services. Après tout, ces fonctionnaires recevaient un salaire pour leur travail. Cela n’est-il pas supposé être la compensation pour leur temps passer à travailler? Pourquoi faudrait-il en plus être tenu de les supporter pour leurs vieux jours?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s