11 réflexions sur “Chronique: PKP l’a-t-il trop facile?

  1. Bravo! Joanne d’oser transgresser l’interdit… Car il semble bien que ce soit de cela dont il s’agit.

    Comment expliquer l’aplatventrisme des journalistes face à PKP.. s’il se contrefiche des règles c’est qu’il est conscient de la crainte qu’il inspire

    Définitivement PKP l’a trop facile!

    Il est plus que temps qu’on se réveille!

    Une telle prise de contrôle ne s’est pas faite subitement.

    Après l’achat de Vidéotron, PKP avait compris que l’unilinguisme était propice à la convergence (Brian Mulroney). Le biais péquiste s’installait insidieusement.

    Il devient de plus en plus clair que sa puissante machine médiatique a été utilisée pour faire ou défaire les gouvernements

    La montée de l’ADQ qui avait fait dégringoler le PQ avait été freinée par une couverture médiatique hostile.

    Quand François Legault est arrivé avec une alternative aux deux vieux partis, les sondages mettaient la CAQ et Legault largement en avance.

    Les Facal , Bock Côté, etc., avaient boudé cette voie nationaliste lucide qui s’ouvrait. Par contre, la CAQ leur a été utile.. trois partis politiques qui se disputaient désormais le pouvoir aura permis au PQ de se refaire et non pas disparaître. .

    La couverture médiatique de la CAQ était ajustée en conséquence gardant comme objectif l’intérêt du PQ.

    Pendant la gouvernance péquiste Marois, c’est moins une contre performance de François Legault que le biais péquiste médiatique qui avait fait la CAQ tirer de l’arrière.

    La débandade du PQ suite au poing levé de PKP en début de campagne a amené le clan péquiste à revoir sa stratégie.. La puissante machine médiatique s’était alors mise à rouler pour la CAQ ayant comme but ultime de nuire au PLQ..

    Je pense qu’il est plus que temps pour les Québécois retrouvent leurs esprits.. avant de se laisser entraîner dans le brouillard souverainiste.

    Et pour cela il faut REFUSER la fourberie du clan séparatiste.

    r

  2. Faudrait peut etre commencer par arreter de parler de lui. Ca commence a etre ridicule. Que sa bande de bozo le fassent est une chose, mais lorsque Johanne embarque dans ce jeux, ca me laisse perplexe…

    • Dan,

      Vous avez tellement raison. Les gens se plaignent de l’attention que les médias portent à PKP, mais ils sont aussi pire, car ils n’arrêtent pas d’en parler.

      Je suis très déçu de voir que le blogue de Joanne est en train de perdre complètement son intérêt à toujours parler de PKP. Pendant ce temps-là les libéraux continuent de gouverner en gouvernemaman et on continue de s’endetter.

      Joanne, de grâce, lâchez PKP et le PQ!

  3. Plus il « l’a facile » et moins il développera les réflexes qui sont nécessaires à tout bon politicien et au final, plus il aura l’air d’un âne face à un Couillard au meilleur de sa forme.

    Déjà que je le trouve très…très surestimé quand je lis ce qu’il écrit et que j’écoute ce qu’il dit.

  4. Les médias étant considérés comme le quatrième pilier de la démocratie, il faut donc que ce pilier soit exempt de conflits d’intérêt ou d’apparence de conflits d’intérêt. Les trois autres piliers Législatif, Judiciaire et Administratif, ont des systèmes de réddition de compte en plus d’être soumis à l’oeil des médias. Malgré l’imperfection des systèmes, il y a moyen de vérifier l’intégrité de ces trois piliers.

    Malheureusement le quatrième pilier n’est pas régit de façon aussi formelle et permet lorsqu’on le désire de ne pas rendre de compte ou de na pas être assujetti à un système assurant son intégrité. Le Conseil de presse, un organisme indépendant, offre au public certaines garanties de l’indépendance des salles de nouvelles de ses membres mais il y a des lacunes.

    Québecor a décidé de ne pas faire parti du conseil de presse il n’y a donc aucun filet de sécurité qui permet au public de croire en l’inviolabilité des salles de presse de cette organisation. En n’étant pas membre du Conseil de presse, Québecor n’a pas a se soumettre au code de déontologie du Conseil de presse d’où la possibilité de dérive et ce au détriment de l’intérêt public.

    Je me pose la question a savoir si nous pouvons faire confiance en l’intégrité de Québecor si M. Péladeau conserve ses intérêts dans la compagnie. Je ne le crois pas, surtout quand je vois qu’on recycle d’anciens membres du PQ dans le journal de Montréal. La concentration des médias est malsaine et nous le voyons aujourd’hui dans la province de Québec. Plus le temps passe moins nous avons de choix pour nous informer. L’équilibre est en train de basculer dans une mauvaise direction. Heureusement il y a les médias anglophones qui analysent notre société d’un autre point de vue et qui nous donnent une alternative à l’hégémonie de Québecor.

    Ceci étant dit je crois qu’on laisse beaucoup de corde à PKP peut-être à cause de son pouvoir certain sur notre société.

  5. Voici pourquoi PKP l’a trop facile. l’inculture économique ambiante..

    « Les médias grand public ont recours de plus en plus au « divertissement » comme mode de présentation, L’économie n’est pas très divertissant de fait. »

    « Avec le monopole de l’information entre les mains de gens qui n’ont aucun intérêt à avoir un lectorat, un auditoire instruit de ces choses fondamentales qui nous touchent directement, il est peu probable que l’éducation populaire se fasse par l’entremise des médias. »

    « Du pain et des jeux, ça ne date pas d’hier. Faire diversion afin que les moutons ne se rendent pas compte qu’on les mène à la tonte. »

    « Nous sommes des victimes ignorantes et consentantes » (Serge Gingras) « Voir » chronique de Ianick Marcil…

    La stratégie de PKP consiste à regrouper les nationalistes du PQ, les artistes de la colonie artistique, la classe journalistique.

    Michel Girard en lieu et place de David Descoteaux ou Pierre Duhamel, voilà qui éclaire sur le PKP nouveau…

    Les JM Léger au 24\60, PKP qui se porte à la défense de Radio Canada, la réconciliation de Julie\Véro, José Théodore (conjoint de la sœur de Véto) recruté dans le créneau sport..

    Le pions se placent en vue du couronnement de PKP.

    René Agnelli, fervent de « poker » maître stratégique de la carrière de Céline, sert de toute évidence d’inspiration à PKP..

    .

    • Pour faire suite à votre commentaire, le chroniqueur de la Presse Hugo Dumas, écrit que Julie Snyder participerait au premier épisode du Ti-Me show à Radio-Canada qui sera en onde l’hiver prochain. Il paraît qu’il y a une scène dans laquelle le personnage de Popa visite la résidence personnelle de Julie Snyder et de PKP à Outremont. (Chronique de Hugo Dumas « Laurie est-elle encore vivante ?, 28 octobre 2014) La chicane entre Quebecor et Radio-Canada serait-elle chose du passé maintenant que PKP fait de la politique active ?

      La réconciliation entre Véronique Cloutier et la conjointe de PKP après 20 ans de rancunes survient pendant que ce dernier est député. Pourquoi n’est-elle pas survenue avant ?

      Ma prédiction : Ça ne me surprendrais pas d’assister à la réconciliation de PKP et de Louis Morissette lors du prochain Bye ! Bye ! 2014 le 31 décembre au soir. J’imagine PKP comme invité spécial de cette émission de fin d’année. On se souvient du sort qu’il a fait subir à Louis Morissette quand ce dernier a fait un sketch sur lui il y a quelques années dans une émission de fin d’année parce que monsieur avait été vexé. Il l’avait « barré » de Quebecor. J’espère que je me trompe, car se serait vraiment pathétique !

  6. Moi, je ne crois pas que le but ultime de PKP soit l’indépendance de Québec. Il est à mon avis suffisamment intelligent et informé pour savoir que cela ne peut pas se faire. Tout ce qu’il veut c’est le pouvoir. Et pour y arriver (après avoir échoué avec Pauline) il est maintenant prêt à mettre tous les masques: d’abord celui d’indépendantiste, puis de gauchiste, de syndicaliste, de radiocanadien, d’environnementaliste et pourquoi pas demain de marxiste et communiste?! Est-ce cela un homme de convictions? Combien sont ceux qui le croiront?

    Pauline a joué le même jeu, avec le même objectif – le pouvoir! Trop pressée d’avoir la majorité, elle a finalement échoué, malgré Charest, malgré la Commission Charbonneau, malgré PKP.

    La chance que PKP soit un jour premier ministre de Québec dépend largement du degré de maturité politique des québécois, peu importe leur allégeance souverainiste ou fédéraliste. Après le score du 7 avril dernier, j’ose croire qu’il n’y arrivera pas.

    KS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s