Rapport d’étape de la Commission Robillard: 7/10

LucienneRobillardLa Commission Robillard a finalement produit quelques recommandations pour le gouvernement Couillard totalisant une baisse de ses dépenses de 2,2 milliards $. Il leur en reste un peu plus de 1 milliard $ à trouver d’ici mars prochain pour que le budget 2015-16 soit équilibré… à la condition que le gouvernement applique leurs recommandations.

PRIORITÉ SUR LES SECTEURS À VOCATION SOCIALE, ÉCONOMIQUE ET ADMINISTRATIVE

Première impression en lisant le rapport:  les secteurs touchés ainsi que les recommandations semblent quelque peu hétéroclites. On va d’une diminution des transferts aux municipalités de 1,3 milliard $ à l’abolition des budgets discrétionnaires des ministres de 14,4 millions $. Mais pourquoi ne pas avoir misé sur les deux grands secteurs coûteux que sont la santé et l’éducation, se demande-t-on?

La réponse est en page 33 du rapport. Alors que le Québec dépense plus par habitant pour les programmes d’aide à la famille (+467$) et pour le développement économique et l’innovation (+175$), l’on dépense moins par habitant que l’Ontario en santé (-287$) et en éducation primaire et secondaire (-339$).

Par ailleurs, on remarque également que ce premier jet de mesures n’offre pas de vue d’ensemble pour chacun des secteurs d’intervention gouvernementale. Contrainte de temps?  Fort possible, mais je demeure convaincue qu’une approche plus globale aurait généré encore plus de marge de manoeuvre. L’exemple de la politique familiale est saisissant: une dépense de 7,8 milliards $ qui, prise globalement, aurait certainement pu être redistribuée aux parents de façon beaucoup moins lourde tout en dégageant une marge de manoeuvre plus importante pour le gouvernement.

UNE APPROCHE COMPARATIVE « SOFT » QUI N’A RIEN À VOIR AVEC UN RÉGIME D’AUSTÉRITÉ NI AVEC DES COUPURES PARAMÉTRIQUES

La deuxième impression est celle que les recommandations des commissaires sont étayées sur la base de comparatifs avec les autres provinces, voire même certains autres pays. Si vision il y a, ce n’est certainement pas celle d’abolir l’existant mais bien celle de ramener la contribution de l’État à quelque chose de plus raisonnable. En ce sens, ce rapport est « soft » et préserve toujours le modèle québécois. Nous sommes très très loin de l’austérité décriée par les groupes d’opposition plus vocaux que lucides, plus attachés à la politique fiction qu’à la politique du réel.

DES RECOMMANDATIONS STRUCTURANTES?

En lisant le rapport, la tentation est forte de verser dans le cynisme et d’y voir une tactique du gouvernement de paraître plus conciliant que les commissaires de l’équipe Robillard (ce qui est peut-être le cas). En y regardant de plus près, toutefois, une direction se dessine, des principes s’en dégagent et des messages clairs sont énoncés. À titre d’exemples,

  • Il est impératif que les villes contrôlent mieux leurs dépenses. Une croissance de 5,8% (plus que la santé à 4,8% et que l’éducation à 3,6%) est insoutenable. Il est donc justifié que le gouvernement diminue ses transferts vers les villes de 1,3 milliard$ à la condition d’offrir aux villes des moyens de rétablir un rapport de force. La Commission est convaincue que les villes peuvent absorber une diminution de ces transferts sans hausser les taxes municipales. Le gouvernement finira-t-il par produire une telle législation? (En passant, c’est le gouvernement du Québec qui « subventionne » la dette des municipalités à coups de 992 millions $ !)
  • Le programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles devrait être transformé en véritable programme d’assurance (le gouvernement ne doit plus être responsable des déficits de ce programme trop généreux qui envoie de mauvais signaux).
  • Le mode de financement des services de garde doit être corrigé de façon à optimiser la contribution du gouvernement fédéral.
  • Une plus grande concurrence entre le réseau public des CPE et celui du privé favoriserait un meilleur suivi des coûts. On recommande même de cesser temporairement de créer de nouvelles places subventionnées.
  • La tarification des services de garde serait indexée au coût du programme (et non pas selon l’inflation), une bonne affaire.
  • La gratuité des services ambulanciers pour personnes de 65 ans+ n’est plus justifiée.
  • Les budgets alloués aux ministres et aux députés pour dépenses discrétionnaires ou programmes au soutien bénévole doivent être abolis; on devra orienter les demandeurs vers les programmes officiels.

Pour être honnête, ces recommandations vont dans la bonne direction. Leur ampleur est peut-être discutable et insuffisante mais avouons qu’il s’agit de corrections importantes quoique s’inscrivant toujours dans un modèle québécois périmé. Un véritable changement structurel en matière de politique familiale par exemple aurait été de paver la voie à des allocations directes aux parents accompagnées par une libéralisation des services de garde.

QUELQUES MISES EN GARDE

Finalement, quelques mises en garde importantes de la Commission à l’intention du gouvernement:

  • MUNICIPALITÉS – Attention avant de procéder au transfert de responsabilités vers les villes: une évaluation rigoureuse de l’impact sur le coût final des services doit avoir lieu au préalable étant donné l’écart de rémunération globale (+38%) entre les employés municipaux et la fonction publique québécoise.
  • GARDERIES SUBVENTIONNÉES – Attention avant de créer des nouvelles places subventionnées: recommandation de réévaluer l’engagement pris dans le budget 2014-2015 de créer 30 000 nouvelles places, le temps d’évaluer l’effet de la nouvelle tarification.
  • FINANCEMENT DES ÉCOLES PRIVÉES – Attention avant de réduire le financement public des écoles privées: des études devront évaluer auparavant les effets de possibles transferts de clientèles vers les écoles publiques.

LA QUESTION QUI TUE

On le sait déjà. Le gouvernement n’applique pas intégralement les recommandations de la Commission bien qu’il semble timidement endosser la direction proposée. Il a diminué l’amplitude des coupures aux villes (300 millions au lieu de 1,3 G$) et il n’a pas accepté la proposition de la Commission en matière de tarification des services de garde bien qu’elle respecte en tous points le modèle québécois. (Notons au passage que la recommandation de la Commission était plus avantageuse pour les familles que celle qui a été proposée par le gouvernement la semaine dernière, même si le tarif maximum est de 35$/jour – au lieu de $20/jour).

La question qui tue n’est donc pas celle qui porte sur les travaux bien étayés et documentés de la Commission mais celle qui porte sur la résolution du gouvernement à suivre les conseils d’un comité qu’il a lui-même mis sur pied. C’est bien beau de donner le mandat à une commission de « trouver 3,2 milliards », mais si elle les trouve et que le gouvernement n’en fait rien, on fait quoi???

Villes, groupes sociaux, syndicats, agriculteurs, UPA, j’en oublie: tous sortiront pour dénoncer les conclusions de la Commission Robillard. Le Québec, c’est aussi ça: les plus vocaux se feront entendre, le gouvernement se laissera intimider et il rejettera les solutions optimales.

LA JOB DU CONSEIL DU TRÉSOR

Le président du Conseil du trésor a donc une job à faire: celle de convaincre le conseil des ministres de la valeur des recommandations de son comité, et celle de demander au premier ministre de respecter les travaux du comité avant d’énoncer des orientations qui sentent plus l’improvisation ou l’opportunisme politique qu’autre chose.

Le Conseil du trésor a aussi un tableau à nous produire. Ce tableau a deux colonnes: celle des recommandations de la Commission et celle des décisions du gouvernement. À ce que je sache, ça ne va pas trop bien pour aller chercher concrètement ce 3,2 milliards jusqu’à date…

À moins qu’on songe à un gel ou même à une diminution de la masse salariale des employés du secteur public… Peut-on seulement imaginer ça au Québec?

En tout cas, moi, comme 1er rapport, j’attribue à la Commission (et non au gouvernement) la note de 7/10. Je souhaiterais qu’on s’attarde dans le prochain rapport, au secteur du développement économique, au coût des études postsecondaires et au programme d’assurance médicaments (ne serait-ce que par souci de justice intergénérationnelle).

36 réflexions sur “Rapport d’étape de la Commission Robillard: 7/10

  1. Toujours pertinente Joanne.. Bravo!

    Reste la réponse à la question qui tue. J’espère que Philippe Couillard sera cohérent.. Il doit son élection aux Coiteux et Leitao.. Il ne peut se permettre de rejeter leurs recommandations sans y perdre la face..

    • Hugo: Je vous demanderais de cesser de traiter de « lâches » ou d’autruches les gens qui ont voté pour le PLQ. Ce n’est pas un argument. Vous êtes capable de mieux que ça. À l’avenir, j’effacerai ce genre de commentaire.

    • Carrément le fruit de l’imagination de s’imaginer que le trio économique ont fait la différence alors qu’on sait tous que le point en l’air de PKP fut la catalyseur de la campagne l’air qui n’avait pas d’air d’aller.

      Le super trio économique ont même débarqué avec leurs gros sabots à Port-Daniel pour des promesses ridicule et il n’ont même pas eu le compté!!!

      Non je suis dsl, les gens détestaient Marois qui eu peine à battre l’usé Charest, la sorti de PKP fut seulement l’excuse de la population pour voter encore une fois pour la go-gauche libéral.

      Les libéraux ont construit le Québec morceaux par morceaux, ont placé les hauts fonctionnaire un par un les 40 dernières années. On installé la culture du tout mes dû depuis toute ces années.

      S’imaginer que le loup dans le poulailler va arrêter de manger dans le buffet ouvert, c’est du sadomasochiste.

  2. Simon Bovet,,, suivre les recommandations à la lettre et provoquer une indigestion ou piger un peu de chaque plat pour éviter de fédérer le mécontentement.

    Je me demande si devant le soulèvement de la population auquel s’affairent nos médias, le comité de révision et le gouvernement Couillard ne seraient pas complices d’une stratégie du moindre mal.

    Il ne faut pas sousestimer l’influence des médias au Québec.. La campagne de diabolisation de Harper a porté fruit.

    Est-ce qu’en début de mandat des mesures trop radicales ne pourraient se traduire par encore plus de munitions pour le camp adverse rendant définitivement caduque toute velléité de changements?

    J’attends pour me faire une tête de voir et d’entendre le ton qu’utilisera Martin Coiteux pour nous livrer sa version.. S’il est convaincu il saura convaincre… sinon.. il deviendra difficile de demeurer optimiste…

    • Philippe Couillard est le spécialiste du tablettage de rapports. J’en sais quelque chose. La Commission est un bonbon pour des gens comme nous qui voulons du vrai changement structurel mais ce matin, on le voit, le conseil des ministres discrédite leurs travaux. Tout ça n’est pas de bonne augure pour le président du Conseil du trésor. Conséquence: gel des salaires ou augmentation des impôts/taxes. Et que croyez-vous que Couillard va choisir?

  3. Le rapport n’est pas mauvais, mais pourquoi diable Coiteux avait-il besoin de payer près de 4 millions à Lucienne Robillard et compagnie pour ça ???

    Je viens d’entendre Coiteux justifier les salaires de 1000$ par jour en disant que ce sont les normes!! Sapristi, il est président du Conseil du trésor, il devrait mettre ses culottes et les changer les normes.

    Mais le plus pathétique est de voir les vieux libéraux qui sont déjà en train de tableter le rapport. Moreau qui dit que les municipalités ne pourraient pas absorber une telle réduction de budget, Paradis qui défend l’UPA, etc.

    La tablette est déjà prête. J’ai bien peur qu’on ne récupère même pas les millions qu’aura coûté Robillard.

  4. La vraie question qui tue est la suivante:

    En quoi les décisions du gouvernement aideront-elles notre économie à améliorer sa productivité pour qu’à terme on puisse renouer avec une croissance viable qui nous permettra de maintenir, voire améliorer notre niveau de vie?

    Jusqu’à présent pratiquement rien de ce qu’on apprend ne va dans ce sens. Tout ce qu’on apprend c’est que les services seront (encore plus) rationnés et que les taxes augmenteront d’une façon ou d’une autre. En d’autres mots rien ne change et on est encore à des années lumières des réformes « structurantes » dont le Québec aurait besoin. Pas un programme le moindrement important, pas une mission de l’état ne sont remis en cause et l’état conserve voire agrandit la place étouffante qu’il occupe dans notre société. Le résultat de ces politiques est prévisible, en haussant les prélèvements l’état étouffera encore un peu plus l’économie privée qui souffrira davantage et les gains fiscaux espérés seront moindre que prévus. Il faudra alors de nouvelles rondes de rationnement et nous seront encore dans le mur.

    Mais tout cela ne me surprend guère, depuis longtemps je pense que les rapports de force en place au Québec interdisent dans les faits toute possibilité de réforme réellement structurante. D’ailleurs même les interventions minimes actuelles vont créer un immense tollé, imaginer de vraies réformes comme par exemple le remplacement complet de l’interventionnisme dans les garderies par un régime d’allocation familiale, tout simplement impensable.

    J’attends toujours le huissier et je pense toujours que ce n’est qu’une question de temps.

    • Comme c’est là, vous avez probablement raison. Le PM Couillard devrait faire plus attention avant de discréditer les recommandations de la Commission Robillard. Je suis d’avis qu’il prépare la hausse des impôts ou taxes maintenant qu’il refuse de couper là où il le faut.

  5. Ils sont dans le trouble et ils sous estiment très probablement à quel point.

    Déjà les ménages surendettés dans une population vieillissante s’apprêtent à dépenser et consommer moins et ce sera très certainement un tendance lourde. Dans une économie qui stagne déjà avec un gouvernement déjà au bord de la crise financière cette situation est loin d’être banale. La consommation et l’immobilier résidentiel comptent pour (au moins) les deux tiers de l’économie, si ces secteurs ralentissent (et il faudra bien puisqu’ils croissent sur le dos d’un endettement insoutenable des ménages) l’impact sur l’économie sera formidable car ces secteurs génèrent beaucoup d’emplois. Le pire est que ça semble vouloir se produire en même temps qu’un cycle baissier dans les ressources, comme quoi un malheur ne vient jamais seul. L’autre pan de soutien de l’économie est bien sûr l’état lui même dont la croissance vertigineuse dépasse depuis longtemps celle de l’économie, cela est bien sûr aussi insoutenable et nous ne pourront plus compter encore bien longtemps sur l’état pour soutenir artificiellement notre niveau de vie. Reste le secteur manufacturier qui pourrait bénéficier de la reprise US et de la baisse du $CAN, sauf que ce secteur est devenu tellement petit qu’un regain pourra difficilement compenser pour les reculs ailleurs.

    Bref vous voyez le topo, on est dans le trouble au Québec, c’est profond et structurel et en ce qui me concerne on a encore pas l’ombre d’une solution en vue.

  6. Bon rapport, mais j’ai bien peur qu’il ne sera pas suivi. Souvenons-nous ce que Duchesneau avait été obligé de faire quand il avait déposé son rapport sur la corruption. J’espère que le sceptique que je suis sera confondu. Quant aux municipalités, qu’ils gèrent en élus responsables plutôt que de plier à toutes ces sangsues qui mettent de la pression pour toutes sortes de maudites niaiseries. Les villes ont le nez fourré partout plutôt que de s’en tenir aux choses principales que sont les aqueducts et égouts, l’entretien des rues etc. Iols subventionnent même les artistes….Je ne vis pas à Montréal mais avez-vous entendu le DG de Bixi Montréal hier qui demande une subvention de 3.0 millions de $ à la ville annuellement pour supporter le BIXI??. Selon lui, l’année 2014 a été un succès….mais ils ont besoin d’argent. Je suppose que lui et moi n’avons pas la même définition de ce qu’est LE succès. Combien de $$$$$ la ville a-t-elle englouti dans ce fameux proje en incluant la faillite que la ville a dû acheter. . Le DG justifie sa demande par le fait que ce système n’est autonome nulle part dans le monde où il est présent….

    Conti nuez votre beau travail

  7. l’austérité n’est pas une politique mais quelque chose qui t’arrive quand tu es cassé – même une commission là-dessus est hallucinante… tu coupes un point c’est tout – de toute façon les petits députés qui capotent en retournant dans leur comté ont rien vu – attendez que les taux d’intérêts montent… hallucinant aussi qu’on écoute tous ces groupes d’intérêt… bien évidemment qu’ils sont la meilleure invention depuis le pain tranché – avec l’argent des autres… je l’ai dit et je le répète – les politiciens ne veulent pas couper – ils sont dans un marché de votes – ils vont couper lorsqu’ils vont avoir le gun sur la tête – et ils vont encore penser s’ils peuvent augmenter les taxes encore un peu… jusqu’à temps que toute force productive aura cr….é son camps… ou travailler au noir. Ce que le gouvernement donne d’une main il l’a pris (par coercition) d’une autre – il me semble que c’est simple à comprendre mais au Québec – l’argent pousse dans les arbres – avec cette attitude et l’environnement économique dans laquelle on s’en va … dernières récessions 2001, 2008… vous pensez qu’on va s’en sortir encore longtemps comme ça sans une autre débarque??… et là ça va être drôle avec +3 milliards de déficit par année …

  8. Joanne quand vous dites que Philippe Couillard est spécialiste du tablettage et vous en savez quelque chose, à quoi faites vous allusion?

    Je crains que vous ayez raison de penser qu’il prépare une hausse d’impôts et taxes maintenant qu’il refuse de couper là ou il le faut.. On peut vraiment interpréter à ce moment-ci de la journée son refus comme inébranlable?

    Un jour faudra faire le post mortem de notre société qui à trop se vouloir distincte n’aura pas su exploiter son potentiel de façon efficace pour plutôt le gaspiller dans une guéguerre idéologique nationaliste handicapante.

    On est en 2014.. Le monde a changé. Je ne comprends pas que cette cause ne s’essouffle pas dans la classe dite de l’élite…

    Même PKP renie sa vision de droite pour la Cause. Il aurait pu faire oeuvre vraiment utile en se joignant à la CAQ et non pas au PQ…

    L’absence de tribune pour le discours de droite aurait été corrigée.. Et comme dans toute démocratie, un équilibre inexistant au Québec serait apparu..

    Martin Coîteux et Leitao ont choisi le PLQ en évaluant l’équipe et aussi les chances de prendre le pouvoir.. Ils ne se voyaient probablement pas végéter 4 ans dans l’opposition.

    Je viens d’entendre sur Cogeco que Philippe Couillard suivrait certaines recommandations du rapport… Tout n’est peut-être pas perdu..

    C’était vraiment renversant d’entendre ce matin le PQ étiqueter le PLQ d’extrême droite.. et Il y a deux jours François Legault aurait quant à lui opter pour le tarif unique dans les CPE!

    Je souhaite tellement que le PLQ nous confonde.

  9. Joanne, je viens de vous entendre à Maurais live.

    Si comme vous semblez le croire Martin Coiteux serait mis à mal par les autres membres du caucus, on le saura bientôt..

    Car il est trop intelligent pour se laisser manipuler.. Alors je le vois très mal dans le rôle de victime.. il claquera la porte.

    J’ai juste envie de boycotter le monde politique Québecois.. J’étouffe. Et je ne vois aucune lumière au bout du tunnel. Le Québec va imploser sous la tension émotive qui atteint un paroxysme inégalé.. C’est inquiétant!

    Comme ce fut le cas pour les passagers du Titanic, tant qu’à couler aussi bien le faire dans l’inconscience en attendant le sauve qui peut.

    .

  10. C’est bien beau de rêver que peut-être les politiciens vont finalement entendre raison, mais le temps passe et j’y crois de moins en moins.
    Dans cette fameuse commission, le contribuable (celui qui paie sans avoir droit de rechigner)n’a pas été invité à y dire son mot; il n’y a que les autres pour nous faire subir ce qui, selon eux, est bien pour nous.
    Bien sûr on n’écoute que les groupes de pression, et les médias sont plus qu’heureux de souffler sur les braises de la colère…

  11. Entendu Jef Fillion sur les CPE remettre les pendules à l’heure à son tour sur les faussetés qui se propagent dans les médias.

    Dans le cours de la discussion l’argument que la voie des tarifs modulés pourraient être une façon détournée de donner ultimement plus de place au privé a refait surface. Ce n’est pas la première fois que j’entends ce point être soulevé…

    D’ailleurs, Fillion explique que finalement il sera plus avantageux pour ceux qui seront touchés par la plus haute hausse de tarifs de se tourner vers le privé.

    Il ne faut pas oublier que l’exaltation fanatique gauchiste doublée du nationalisme exacerbé est un baril de poudre à manipuler avec doigté…

    Il faut attendre le 3 2 décembre avant d’anticiper les pires scénarios.. il ne faut éviter d’ajouter notre voix au tintamarre socialo gauchiste nationaliste.. libérez-nous des Libéraux.

    Car j’ai lu certains commentaires à cet effet.. ils sont en attente d’un désaveu du PLQ par ceux qui ont voté pour eux… à ce moment la table sera mise pour renverser ce gouvernement.

    Et on serait plus avancé???

    En étant trop vite sur la gachette, on ne risque pas de se tirer dans le pied ??

    • Hélène: Je ne crois pas qu’il est bon d’être complaisant avec les libéraux. Le PLQ a une réputation, un historique et est en grande partie responsable de l’état des finances publiques (avec Jean Charest). Il faut toujours continuer de les pousser. En tout cas, mon vote n’est jamais acquis. Ils sont là pour 4 ans. Quatre ans! Trop tôt pour les épargner. La complaisance, on en reparlera à un an de la prochaine élection.

  12. Pour vaincre la morosité ambiante voici un peu de positif:

    1) Les gens d’affaires de Gaspé, conscients des impacts, appuient le gouvernement. En voilà qui savent compter..

    2) Vincent Géloso, tableau à l’appui, défait l’argument que la modulation des tarifs ramènerait les jeunes femmes à la maison.. les CPE n’auraient eu qu’un faible impact sur le nombre de jeunes femmes sur le marché du travail en comparaison avec celles du groupe des 55 ans et plus depuis l’instauration des CPE.

    3) Changement climatique: L’Allemagne quitte le navire… Source: Antagoniste.net

  13. Selon vous, la tarification des frais de garde indexée au coût du programme (au lieu de l’indexer à l’inflation) serait une bonne affaire? Je suis un peu perplexe et doit m’avouer en désaccord avec vous. Cela ouvrirait la porte à l’exagération et à l’augmentation des coûts pour justifier une augmentation des frais de garde, des exagérations telles que des formations en changement de couches à Bora-Bora, des cours d’incitation à la pratique du yoga chez les enfants de 2 ans, des congrès de toutes sortes, des embauches à plus finir… et pas nécessairement plus de places, ce dont les québécois et québécoises (Pauline sort de ce corps) ont vraiment besoin. On n’a qu’à observer avec quelle créativité certains ministères, régies et autres organismes gouvernementaux ont créé des règles et des besoins obligeant des dépenses aussi frivoles que futiles. Ne perdons pas de vue que le gouvernement ne sais pas combien d’employés direct il a dans ses différents structures, institutions et organismes. Oui, la création de nouvelles places augmente le coût du programme. Mais est-ce que je dois payer plus cher pour les frais de mes 2 enfants, pour financer l’ouverture d’une garderie à Kuujjuaq?
    Et si l’augmentation des coût du programme se trouvait justifiée par la création de places en garderie à Montréal, pour un nouveau CPE géré comme par hasard par la cousine du beau-frère de la sœur d’un ministre? Avouez que le risque est grand pour les payeurs, autant que peut l’être la tentation pour les gestionnaires de CPE et du programme de garderie. Il faudrait quand-même tirer des leçons du passé, vous ne trouvez pas?

  14. J’ai entendu Martin Coiteux et je me sens rassurée.. Son ton est convaincant et son discours semble prometteur..

    Il assure que d’ici quelques jours d’autres mesures seront annoncées.. les Québécois et Québécoises qui souhaitent que l’on fasse le ménage ne seront pas en reste.. Il n’y aura plus de vaches sacrées..

    Un portrait plus complet sur les intentions véritables du PLQ…. il était plus que temps..

  15. @ Hélène Beaulieu

    Vous dites: à ce moment la table sera mise pour renverser ce gouvernement.
    Pardonnez-moi ma méconnaissance du système et de la politique québécoise et canadienne…. mais comment peut-on renverser un gouvernement majoritaire???

    Comment est-ce possible?

    Dans un autre billet de Mme Marcotte (…LE MUR-OLOGUE….) , j’ai écrit ceci:
    Pourquoi faire de grandes réformes quand le gouvernement actuel (et tous les gouv. passés) n’ont qu’à augmenter les tarifs d’hydro, de garderies, la contribution aux RRQ et ass. chomage, augmenter le permis de conduire, l’immatriculation, les taxes sur l’essence, augmenter aussi la TVQ à 10.50%, augmenter les taxes scolaires et municipales (ca s’est déjà en route), peut-être même aussi taxer la bouffe, ajouter un ticket modérateur quand on va aux cliniques sans rendez-vous (ex: 25.00$ à chaque visite), doubler les frais de scolarité, taxer les boissons gazeuses et retaxer tous les spiritueux….

    Est-ce que j’oublie quelques chose???? pense pas !!!!!
    Avec toutes ces mesures me semble que le gouvernement Couillard arriverait à boucler son budget…… Le citoyen lui…. bah…. c’est pas important. On se serrera la ceinture un peu plus…. pis après ?????

    C’est pas comme ca qu’on fait des réformes au Québec ????
    Je sais je suis sarcastique mais force est d’avouer que le mur n’arrive jamais, on l’évite, ou le repousse tout le temps car le contribuable accepte et se résigne (et je m’inclus dans le troupeau)…… ce sera surement encore comme ca cette fois-ci !!!

    Ce sont mes prédictions……

    Voyez Mme Beaulieu….. je suis une voyante, une médium….. avec une boule de cristal.
    C’est exactement ce vers quoi on s’en va……. je suis morte de rire !!!!
    Ben oui, je ris de tous ceux qui ont cru ou voulu croire que le PLQ révolutionnerait les finances publiques. Ils refusent net d’abolir le financement des écoles privées. Pourquoi? Parce que leurs angelots fréquentent ces écoles. Ils refusent de couper dans leur budgets discrétionnaires. Pourquoi… parce ces argent sont donnés à des ti-namis qui vont les aider à se faire ré-élire. Ainsi font font font les petites marionnettes, ainsi font font font 3 p’tits tours et tournent en rond. Voilà la nouvelles comptine des libéraux. Ca leur va bien, vous trouvez pas ?????
    Je suis certaine que Mme Marcotte trouvera cette comptine bien rigolotte et très appropriée !!!

    Bon ben chow Mme Beaulieu…..m ‘en va me trouver une job au noir !!!!!

    • On ne peut pas renverser un gouvernement majoritaire. Les libéraux ont les mains libres pour encore un bon 3 ans et demi. Rien ne sert de les épargner. Il y a un moment pour pousser et un moment pour les bilans en vue d’une prochaine élection. Les Québécois ont la mémoire courte. Prévoir une stratégie électorale à ce moment-ci est parfaitement inutile. À propos des écoles privées, la Commission Robillard a recommandé au gouvernement de ne pas y toucher pour l’instant parce qu’il est difficile d’avoir des données comparatives justes de leur financement et aussi parce que cela prendrait une analyse des effets sur le transfert d’étudiants des écoles privées vers les écoles publiques.

  16. Joanne, je ne parle pas de complaisance juste de patience..

    J’ai peut-être tort mais ce que j’attendais va enfin nous être donné.. du concret sur les véritables intentions du PQ.. Je continue encore à faire confiance à Martin Coiteux.

    Si ses explications me déçoivent je vais lâcher prise.. en attendant la décote.

    ,

  17. Chantal, en effet, comment renverser un gouvernement majoritaire?

    Demandez le au PQ? Stéphane Bédard lui y croit au point qu’il a parlé de motion de censure justement visant à renverser le gouvernement!!!

    Dans ce Québec en folie rien ne peut plus surprendre.. et voilà maintenant les médiums qui s’en mêlent…

    La pensée magique à son meilleur!

  18. Joanne, on ne peut pas renverser un gouvernement majoritaire pour qui ne travestit pas le principe démocratique.

    Nous avons au Québec un fort contingent d’exaltés radicaux de l’indépendance.

    « Le PQ aurait toute la légitimité d’agir même s’il est minoritaire. » Pauline Marois

    « Il faut rompre avec la gouvernance collabo d’un État illégitime incapable d’obtenir l’aval démocratique de ce peuple » (Luc Archambault en réponse à Pauline Marois).

    En fin de semaine Option Nationale et PQ était en processus de rapprochement.. Les indépendantistes « ne reconnaissent pas la légitimité » des institutions québécoises.. C’est ce qu’ils entendent en convaincre les Québécois.

    Alors qu’on envisage la possibilité d’un changement de règles par ces jusqu’auboutistes ne relève pas de la science fiction. Ils y pensent.. Sur twitter PKP a écrit qu’il ne supporte pas l’idée du PLQ au pouvoir pour encore 4 ans. Damn it!

    Il refuse déjà de se plier aux règles de l’éthique et au « harcèlement » des journalistes et cette attitude inacceptable passe comme du beurre dans la poêle.

    On ne peut pas renverser un gouvernement majoritaire? Je nous le souhaite!

    • Malgré tout le respect que l’on vous doit, je trouve que vos commentaires dépassent souvent l’entendement… Ne soyons pas paranoiaques. La seule façon dont un gouvernement majoritaire peut être défait est par un putsch armé et nous sommes loin de celà au Québec; c’est quoi ces niaiseries. Croyez-vous que le Fédéral ne ferait rien dans un tel cas ??? Les séparatistes ont droit à leur option comme les fédéralistes ont droit à la leur, aussi longtemps que ça demeure démocratique, où est le problème ???? Je me souviens que lors de la campagne au référendum sur l’entente de Charlottetown en 1992, P.E. Trudeau, qui était contre, avait dit que ce ne serait pas la fin du monde si jamais le Québec se séparait. A-t-il fait ces commentaires parce que c’est le gouvt conservateur de B. Mulroney qui avait fait cette entente ou est-ce parce qu’il le croyait vraiment?? Si ma mémoire me sert bien il avait fait ces commentaires lors d’un souper qui avait été organisé dans un restaurant chinois de Montréal….

  19. Mme Marcotte,
    Je veux bien vous croire quand vous dites qu’on ne peut renverser un gouvernement majoritaire. Cependant, comme les syndicats et tous les lobbys ont les médias pour les servir, que reste-t-il à l’honnête citoyen pour faire connaître son mécontentement autre que les casseroles dans les rues?

    Dailleurs cela a marché avec les étudiants puisque le gouvernement ne parle plus d’eux, ni en bien ni en mal !!!!!!

  20. Le rapport amène de bon points, mais il demeure un fait troublant : on ne parle pas de revoir « l’esprit » derrière le gouvernement, mais de purs changements esthétiques.
    Tant et aussi longtemps que les syndicats auront beaucoup de pouvoir, par la formule Rand, entre autres, et que la sécurité d’emploi des fonctionnaires existera, AUCUN changement majeur ne sera possible au Québec. On parle ici d’une volonté politique.
    Comment supprimer la sécurité d’emploi ? Bonne question. Mais celle-ci empêche l’abolition d’organes de l’État accompagnée des pertes d’emplois voulues. Actuellement, l’abolition d’organes du gouvernement veut tout simplement dire le déplacement de ces employés ailleurs.
    Une loi venant modifier le statut des conventions collectives en supprimant la sécurité d’emplois serait logique, mais probablement débattu en justice.
    L’un des problèmes du Canada consiste au pouvoir judiciaire devant celui politique. Merci Trudeau (soupire)!

    Donc la philosophie de base du gouvernement doit changer. Le gouvernement doit se retirer de plus en plus de la vie des gens. Au lieu de parler de modulation ou de place en garderie, on devrait parler de l’utilité d’une telle structure et pensez à son abolition. Revenons aux garderies privées comme avant. L’idée de l’ADQ de l’époque de donner un montant d’argent aux parents pour qu’il le débourse à leur guise était la meilleure.
    Mais à la base de tout, la suppression de la formule RAND est l’étape 1 du ménage à faire. J’ai écris là-dessus, allez voir l’article ici :

    https://sylvaingauthier.wordpress.com/2014/04/19/break-syndical/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s