Un référendum sur « l’austérité »? Non merci!

L’éditorialiste de La Presse suggère ce matin un référendum sur « l’austérité ». La raison: « le spectre du printemps 2012 qui apparaît à l’horizon » résultant des sorties de début d’année des grandes centrales syndicales.

Il n’en fallait pas plus à André Pratte pour suggérer au gouvernement de verser dans rien de moins qu’un déni de démocratie. Comme il le rappelle lui-même, 90% des électeurs ont voté pour des « formations politiques qui prévoyaient un retour rapide à l’équilibre budgétaire »: 2015-16 pour le PQ et le PLQ; 2014-15 pour la CAQ.

Maintenant que la population comprend le besoin d’un inévitable redressement, il faudrait retarder davantage l’échéance sous prétexte que les grandes gueules intimident la galerie de presse? Vraiment? N’y a-t-il pas un moment où il faut prendre le taureau par les cornes, régler le problème et passer à autre chose? Les sondages n’ont-ils pas démontré que plus de 60% des Québécois sont d’accord avec les mesures prises par le gouvernement? Qu’est-ce que c’est que cette peur d’ado devant le pouvoir syndical?

La culture québécoise est atteinte d’un nouveau virus: celui de « l’acceptabilité sociale », autre concept qui sous le couvert de nobles vertus démocratiques, soumet les gouvernements aux volontés des tapageurs qui n’y connaissent souvent rien à rien. Ce que M. Pratte suggère ici n’est rien de moins qu’un test « d’acceptabilité sociale » d’une politique de redressement qui aurait dû être appliquée il y a bien quelques décennies. Ce qu’il suggère n’est en réalité rien de moins qu’un déni de démocratie pour contenter les organisateurs de la rue, sous prétexte de vouloir fabriquer un consentement qui crédibiliserait l’initiative gouvernementale.

Nous n’avons pas besoin d’un référendum. Ni sur la soit-disant « austérité », ni sur la souveraineté. Il me semble que le résultat de l’élection était suffisamment clair.

André Pratte fait également erreur à plusieurs égards et pêche par excès de naïveté.

D’une part, M. Pratte ne dit pas ce que le gouvernement devrait faire dans l’éventualité où le clan « anti-redressement des finances publiques » gagnait. Se soumettre aux volontés des groupes organisés? Continuer de dépenser plus que ce que l’État reçoit comme revenus et de faire grimper la dette publique? Démissionner et en appeler à une élection référendaire sur une correction du modèle québécois?

Ne réalise-t-il pas qu’une victoire du clan anti-redressement serait vu comme une énorme motion de non confiance venant cette fois-ci d’une population dont un grand nombre est gavé de privilèges payés par un nombre de plus en plus restreint de travailleurs productifs?

D’autre part, M. Pratte semble croire qu’un référendum gagné par le clan pro-redressement calmerait les ardeurs du club social organisé par les élites syndicales et autres regroupements anti-gouvernement. Rien n’est plus faux. Si le printemps 2012 doit servir de leçon, rappelons-nous qu’aucune proposition provenant du gouvernement ne pouvait satisfaire la rue. AUCUNE!

Enfin, nous en aurons pour quatre ans à subir la propagande des chefs syndicaux. Autant s’y faire.

Mais se soumettre au diktat et aux élucubrations syndicales revient à crédibiliser des propos mensongers et à accepter qu’on puisse dire n’importe quoi sans en subir les conséquences. Il me semble là, que l’éditorialiste de La Presse est passé à côté d’une sapré belle opportunité de jouer son rôle: informer, former, corriger le gros n’importe quoi de la propagande syndicale, et surtout défendre une démocratie qui a parlé.

Que cette année soit au contraire, l’année où on mettra fin à l’intimidation syndicale et à celle de la rue. Bonne année!

En contrepoids à l’avis de André Pratte, lire plutôt: Marc Simard, Mario DumontLise Ravary

19 réflexions sur “Un référendum sur « l’austérité »? Non merci!

  1. « L’acceptabilité sociale » est le nouveau terme à la mode de la gauche pour nous convaincre que la moindre manifestation de mécontentement à quelque part au Québec est suffisante pour arrêter toute progression vers un avenir financier plus sain dans la province. Ne vous laissez pas prendre!

    • Absolument, la rue et les casseroles, la majorité n’en veule pas! Il faut appuyer le gouvernement!!

  2. Excellent commentaire de Johanne en ce début d’année dont je vous souhaite une année de décisions politiques allant dans le sens de vos recommandations. Ainsi qu’à tous les blogueurs qui l’appuient.
    Hier, j’ai entendu à un point de presse un représentant syndical déclarer quelque chose comme  »lutte au déficit social plutôt qu’au déficit zéro ». Préparons-nous, nous allons en entendre de toutes les couleurs dans les semaines et mois à venir.

  3. Le résultat de l’élection était suffisamment claire…clair…le sujet est le résultat..élection le complément…

    Il n’a pas été nécessaire d’attendre longtemps avant que Josée Legault ne se dépêche de renchérir…

    Peu importe le bordel il n’y a aucune raison de reculer et je suis convaincu qu’il faudra utiliser des lois spéciales, c’est le prix a payer.

    Le gouvernement ne doit surtout pas gaspiller son capital politique avec des référendums, il y a une élection en 2018, il appartiendra a ce moment a chacun de sanctionner ou non la politique gouvernementale.

  4. D’accord avec vous Joanne. La majorité est sortie de son silence le 7 avril dernier.

    Ça suffit de gaspiller les fonds publics dans des référendums inutiles ne visant qu’à conforter la gauche dans le bien-fondé d’une stratégie d’intimidation qui a assez duré..

    Quand le jugement d’André Pratte fout le camp!!..

  5. Tout ce cirque est de la poudre aux yeux. Tanné de me faire prendre pour un cave. Mise en scène de piètre qualité encore une fois avec les mêmes acteurs pourris. Gouvernement, syndicats et médias. On la connait déjà la fin cette pièce de theatre lamentable. Austerité, mon oeil!

  6. Très bonne analyse, Mme Marcotte. Quoi ?? Un referendum à savoir si on doit gérer en gouvernement responsable ou en poule mouillée comme ça s’est fait depuis 44 ans. M. Pratte a-t-il trop fêté le 31 Décembre et il est encore dans les vapeurs….???? Je n’ai pas voté pour ce gouvernement, mais ils sont majoritaires et qu’ils gèrent les finances publiques responsablement…C’est tout ce que je veux …Un referendum amènerait une autre dépense inutiles de 200-300 millions de dollars que nous ne pouvons nous permettre.Si les présidents syndicaux foutent le bordel qu’on les mette en prison au pain et à l’eau et, qu’en plus on leur fasse laver les planchers à la brosse à dents….gang de parasites…Les lois du travail doivent être changés…le gouvt pourrait refuser d’appliquer la fameuse formule Rand et que les syndicaleux courent après leurs cotisations…comme le font les compagnies privées..pour se faire payer en embauchant des gens aux comptes recevables.

  7. La Presse… le journal qui a failli fermer…qui met du monde à la porte… y a pas quelqu’un en bas de 40 ans qui lit les journaux mainstream… NYT, WashPost, Chicago Tribune… all in the red…à cause d’insignifiants comme Pratte… où le jupon dépasse tellement… Un référendum sur l’austérité? Qu’il continue à mettre des obligations de la République de bananes du Québec dans son fonds de pension le bon petit poisson Pratte… comme les grecs l’ont fait…

  8. Mme Marcotte, you have to be the straightest thinker on the web this year. I agree with everything you write, always. Hang in there, you are greatly appreciated by a whole lot of people.

  9. Complètement farfelue cette idée de référendum. J’espère que ce n’est pas une balloune commandée par le PLQ.

  10. Un référendum est un déni de démocratie ? On peut être contre un référendum pour bien des raisons. Ce n’est pas dans notre culture politique, nos élus savent tellement mieux que nous ce qui est bon pour nous, ça coûte trop cher, les questions ne sont jamais claires, on vote une fois aux 4 ans et cela suffit. Mais dire que le référendum est un déni de démocratie cela n’a aucun sens.

  11. Il faut parfois lire ailleurs pour savoir ce que pense la frange la plus glauque de nos nationaleux..

    La lecture de Vigile, le dernier édito grandiloquent, comme d’habitude, la modestie n’est pas sa première qualité, de nul autre que Richard Le Hir, accompagné de son larbin, Jean-Claude Pommerleau, adorateur inconditionnel de Poutine, permet de savoir ce qui peut se tramer actuellement.

    Appelant a une soit disante ‘urgence nationale’ nos deux porteurs d’eau de PKP appellent ni plus ni moins au renversement du gouvernement actuel par la rue…(lire syndicats, étudiants, etc…) afin de sauver le modèle…

    Notons que les deux sinistres clampins précisent que le PLQ n’a recu aucun mandat de la population n’ayant été élu qu’avec 42 % des 72 % d’électeurs inscrits. Il ne vient pas a l’idée de nos 2 amis que tata Pauline avait encore moins….ce qui ne l’a pas empeché de gouverner pendant 18 mois….

    La lecture de cet accablant torchon se trouve ici…

    http://www.vigile.net/Il-faut-renverser-le-gouvernement

    Ajoutons que ceci s’ajoute aux écrits de la ‘philosophe’ Ferretti, l’un des derniers vestiges du RIN de Bourgault qui vaticine sur le même sujet et dans la même direction. Ce torchon se trouve ici, un lamentable assemblage d’une ‘has-been’ qui ne peut supporter que son ‘rêve’ ne corresponde pas a ce que désire la majorité…

    http://www.vigile.net/andree-ferreti

    Comme d’habitude sous la plume de Le Hir on peut lire un assemblage stupide de suppositions, prétendant démontrer que le gouvernement actuel est a la solde de l’étranger…

    Vigile s’est constamment trompé sous la gouverne de Le Hir, ce qui ne veut pas dire que ce qui est écrit dans ce torchon ne représente pas une menace réelle pour la démocratie…

    Que peut-on rêver de mieux…pour préparer l’intronisation de Junior qu’une bonne crise sociétale et politique…l’attente jusqu’en 2018 pour voter c’est évidemment insupportable.

  12. On est quand même pas pour organiser un référendum chaque fois que l’humeur de l’électorat risque de changer. Le 7 avril dernier c’en était un référendum.

    • D’accord avec vous. Mais je nie que le référendum soit un déni de démocratie. La Suisse en a fait une institution la Confédération helvétique existe depuis 1192 et c’est une démocratie. Je ne dis pas qu’il faut imiter la Suisse mais je refuse qu’on considère le référendum comme antidémocratique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s