Neutralité de l’État et lutte à l’intégrisme (1): Pré-requis à l’aboutissement d’une solution

Ça y est. C’est reparti… dans des excès de langage surréalistes qui s’apparentent à de la diffamation, et dans le plus insupportable des climats de partisanerie politique.

La question est de savoir combien de temps allons-nous encore laisser traîner ce débat. Le chef du gouvernement Philippe Couillard s’est fait rappeler ces derniers jours, une promesse de campagne à l’effet qu’il déposerait un projet de loi rapidement après une victoire électorale de son parti. Après avoir tenté de remettre la chose « d’ici la fin du mandat », le gouvernement se ravise; il semble maintenant que la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, déposera, d’ici juin, un projet de loi portant sur la neutralité de l’État, et que la ministre de l’Immigration, Kathleen Weil accouchera d’un plan pour lutter contre l’intégrisme religieux d’ici la fin de l’année.

Bien qu’il y ait urgence de traiter de la chose, ce serait une erreur de ne pas présenter en même temps les deux projets de loi, particulièrement dans l’éventualité où le Parti libéral du Québec n’endosserait pas le volet le plus controversé et populiste de « la charte »: l’interdiction aux juges, procureurs, policiers. agents correctionnels (et possiblement des enseignants) de porter des symboles religieux.

En effet, si on ne veut pas, encore une fois, faire du PowerPoint et des dessins de Bernard Drainville, l’élément central et même unique du débat, les deux projets de loi doivent être déposés en même temps. Les Québécois doivent pouvoir juger de l’ensemble de l’oeuvre et de ce qui compte prioritairement. Cela dit, espérons que cette fois, ce ne soit pas de la frime et que le gouvernement fera connaître son offre rapidement.

Je pourrais ici m’étendre sur le manque de hauteur des débats qui ont prévalu jusqu’à présent au Québec sur cet enjeu, ou encore ironiser sur les dernières déclarations des députés d’un PQ en désuétude (dont Stéphane Bédard) et de l’animateur Benoît Dutrizac.

Je ne le ferai pas. Ça suffit. Il faut s’élever au-dessus des débats partisans et laisser les idiots utiles se discréditer eux-mêmes. Cela dit, on n’y arrivera pas si nous ne partageons pas au moins une compréhension commune des concepts, du besoin, et de ce que les derniers événements nous ont appris. Les prérequis pour y arriver? Je propose ce qui suit.

Nommer les choses et dissiper la confusion

Première étape: utiliser le moins possible les expressions « Charte », « Charte des valeurs », « Charte de la laïcité », et même « laïcité ». Allez. Faisons un effort. Ces expressions génériques empruntées du modèle français ont fait en 2013 le succès d’une campagne de propagande partisane péquiste en quête d’une majorité parlementaire, mais n’ont qu’ajouté à la confusion. Un récent sondage SOM-Cogeco (non disponible au grand public à ce que je sache) montre que « 59% des Québécois sont en faveur de la création d’une telle charte (de la laïcité). »

Désolée, mais dans un contexte où tous et chacun interprètent à leur façon le concept de charte de la laïcité, cela ne veut rien dire… d’autant que sur la question spécifique du congédiement d’un employé du secteur public qui refuserait de retirer son signe religieux, plus de la moitié des sondés s’objecteraient au congédiement.

Et puis, la France n’est-elle pas « laïque »? N’a-t-elle pas réglementé et imposé aux Français de sa république des interdits au port de symboles religieux? Suivre l’exemple de la France en mettant essentiellement l’accent sur le port ou non des symboles religieux? Je ne crois pas. Il y a plus urgent.

Lire les projets de loi #94 (de Kathleen Weil) et #491 (de Fatima Houda-Pépin)

Deuxième étape pour nous doter d’une base de compréhension commune: lire les projets de loi #94 et #491 déposés à l’Assemblée nationale par la députée libérale Kathleen Weil (2010) et par la députée indépendante Fatima Houda-Pépin (2014) respectivement.

Ces projets de loi contiennent-ils des éléments qu’il vaudrait mieux intégrer dans des lois existantes? L’article 15, par exemple, du projet de loi de Madame Houda-Pépin sur les mariages impliquant une personne mineure peut-il plutôt s’insérer dans la loi actuelle sur la Protection de la Jeunesse? Peut-être. Considérant que la polygamie est déjà un acte criminel au Canada, l’article 13 du projet de loi Houda-Pépin interdisant la polygamie est-il superflu? Fort probablement. N’empêche. Attardons-nous dans un premier temps sur les concepts avant de juger des moyens, voulez-vous?

L’idée ici est de nous doter de définitions communes. Qu’entend-on, donc, par « neutralité religieuse de l’État« ? Dans quelle mesure l’exercice de la neutralité religieuse de l’État restreint le port de signes religieux? Quelle est la définition d’un « accommodement non raisonnable« ? Qu’est-ce qu’on entend par « intégrisme religieux« ? Lisez les 2 projets de loi et faites-vous une tête.

Ah oui. Et notez bien qu’on ne retrouve à aucun endroit dans ces deux projets de loi le terme « laïcité » ou « laïc ». (Et quant à moi, je maintiens toujours que nous n’avons aucun besoin d’une nouvelle « Charte » mais ça, j’y reviendrai)

Faire le bilan des constats et de ce que les récents événements nous ont appris

Finalement, avant d’en arriver à juger de solutions, qu’avons-nous appris des débats de la dernière décennie, des récents actes terroristes et du contexte mondial de lutte à l’intégrisme? Je propose ce qui suit:

  • Qu’il y a bel et bien deux volets distincts auxquels nous devons réfléchir: la question de la neutralité religieuse de l’État (et des accommodements) et celle de la lutte à l’intégrisme islamiste.
  • Que ces questions ne sont pas des enjeux propres au Québec. Rien à voir donc avec « l’identité québécoise », le « nationalisme québécois » ou même le multiculturalisme « à la canadian » ou « à la québécoise ». En réalité, la lutte au terrorisme islamiste est un enjeu qui doit mobiliser toutes les sociétés qui prétendent défendre les libertés individuelles, de presse et d’opinion.
  • La neutralité religieuse est le principe qui sous-tend que l’État ne favorise ni ne défavorise une religion ou une croyance particulière. Ce n’est pas la négation de la religion et ne vise pas à faire disparaître les religions. C’est la neutralité de l’État par rapport à toutes les religions.
  • La neutralité religieuse de l’État n’exige pas d’interdire à ses employés le port de symboles religieux (kippa, croix, hijab). En effet, le droit de ne pas être offensé à la vue d’un symbole religieux n’existe pas. S’il est inconcevable, dans une société où s’exercice une liberté d’expression, d’interdire à Charlie de publier une caricature d’Allah, il devrait l’être tout autant d’interdire à un employé du secteur public de porter un symbole religieux.
  • Pour des raisons de sécurité, de communication et d’identification, il est parfaitement justifié et constitutionnellement acceptable (semble-t-il) d’obliger que les services de l’État soit rendus et reçus à visage découvert.
  • Parlons franchement. La priorité de l’heure n’est pas une lutte à tous les intégrismes. La lutte que nous devons mener pour protéger nos libertés est une lutte à la radicalisation et à l’intégrisme islamiste. Aucune autre manifestation de l’intégrisme, qu’il soit religieux, catho, juif ou athée, ne tue, décapite, mutile, fouette au sang et menace à ce point nos institutions et valeurs occidentales.
  • On doit distinguer, par ailleurs, entre la religion musulmane et l’islamisme radical, ce dernier étant un mouvement politique intégriste qui s’en prend aux fondements de nos sociétés démocratiques libérales.
  • L’intégrisme islamiste est déjà présent au Québec. De même, l’endoctrinement et la radicalisation islamiste peuvent contaminer les immigrants aussi bien que les gens nés au Québec et au Canada.

Voilà quelques-unes des choses que les derniers mois nous ont appris. Le constat le plus frappant demeure toutefois, en ce qui me concerne, une certaine naïveté couplée d’une mollesse de nos sociétés occidentales devant le phénomène d’infiltration de l’idéologie intégriste islamiste. Les événements des derniers mois ont certainement contribué à un éveil brutal, mais aurons-nous la maturité de débattre et d’accepter d’aboutir à une solution imparfaite qui ne recueillera certainement pas l’adhésion de tous les partis de l’Assemblée nationale, mais qui rassurera au moins les Québécois sur l’essentiel?

Ou est-ce que le Parti québécois et son nouveau chef à venir poursuivront leur stratégie de blocage des projets de loi du gouvernement (c’est ce que le PQ a fait pour le projet de loi #94), question de se rendre à la prochaine électorale?

À suivre: Quelles solutions? Et en attendant, quelles seraient les vôtres?

26 réflexions sur “Neutralité de l’État et lutte à l’intégrisme (1): Pré-requis à l’aboutissement d’une solution

  1. J’ai entendu le commentaire de Tasha Theiriddin jeudi au téléjournal de RC qui va dans le même sens..

    Cette judicieuse analyse doit déborder de ce blogue et se rendre dans les instances du PLQ.

    Si la stratégie de blocage du PQ et de son nouveau chef fonctionnait c’est que la CAQ aurait dérogé à ses principes et trahi ses électeurs… La CAQ doit se tenir éloignée du PQ… d’un parti qui transgresse les règles les plus élémentaires de la démocratie..

    La neutralité de l’État face à la religion mais aussi la séparation du pouvoir médiatique de l’état doivent être à l’ordre du jour… Attendre que PKP soit chef du PQ était-ce vraiment avisé?? Pas sûre!

    • Ces textes seront publiés sous peu dans le Huffington Post qui je crois est lu par les équipes de cabinets des ministres. Bien d’accord avec vous pour la séparation du pouvoir médiatique de l’État. Curieux que personne ne semble s’en préoccuper.

  2. Le gros problème dans le débat actuel est que la laïcité est devenue une religion en soi, avec ses dogmes. Ses défendeurs font montre d’une intolérance évidente envers les  »autres » religion et regardent les autres croyants avec une condescendance consternante. Ils semblent avoir oublié que le Québec était, il n’y a pas si longtemps, sous l’emprise de l’église catholique, sans de droit de vote aux femmes, qui étaient considérées comme des animaux reproducteurs. Cette constatation devrait refroidir les esprits mais pourtant non. Je crois qu’insérer aux lois actuelles les quelques lignes qui font défaut est largement suffisant.

    L’égalité homme-femme est déjà consacré dans nos lois actuelles. Tant qu’aux excès de l’intégrisme, c’est dans le code criminel qu’on doit trouver la protection. Arracher leurs voiles aux femmes musulmanes, comme le propose le PQ, nuira au vivre-ensemble, et ne peut que faire augmenter la chance de dérives intégristes.

  3. C’est justement ce silence curieux sur la situation indéfendable dans laquelle se retrouve PKP qui devient de plus en plus inquiétant…

    Une société complice des entorses à la démocratie du PQ devra assumer les conséquences d’autant inconscience…

    Après s’être libérée du joug du clergé, on dirait que la société québécoise n’a pas réussi à faire le deuil de cette époque .. Le syndrome de Stockolm…

    PKP le grand Timonier saura les prendre par la main pour les conduire à la Terre promise.. là où ils seront accueillis en grande pompe par Julie et ses beautés .

    ..

  4. L’idéal serait que les libéraux agissent rapidement pour clore le dossier. Ils n’ont qu’à reprendre les recommandations de Bouchard-Taylor, qui font concensus. Couillard devrait aussi trouver un moyen de ré-intégrer Fatima Houda-Pépin dans son équipe afin de rétablir les ponts avec la communauté musulmane. Grave erreur de sa part d’avoir écarter la seule député musulmane québécoise.

  5. On se croirait en campagne électorale pour des élections générales! Pourtant l’élection à venir est pour élire le chef du PQ!!! Et que font les prétendants à la chefferie? Ils ressortent la Charte en n’oubliant pas , par mesquinerie, de prendre un item de Fatima qu’il n’aurait pas mentionné si elle était encore au PLQ et s’attaquent au PM de façon pernicieuse, frôlant la diffamation! Je rêve ou quoi?

    Au lieu de se concentrer sur la supposée course (terminée selon Lisée) et proposer à leurs militants des choses concrètes et positives,ils tirent à bout portant sur le PM! Bravo le PQ vous êtes édifiants, vous semez la confusion et la désinformation !
    Tout le monde parle de Bouchard-Taylor, mais M. Bouchard lui-même dit de ne pas précipiter les choses à cause de l’attentat!
    Je suis certaine que le PLQ travaille sur un projet de loi qui, c’est prévisible, ne sera jamais assez radicale pour le PQ !!
    J’espère que le PM, Mme Vallée et Mme Weil nous présenteront un projet qui sera rassembleur mais ferme ,surtout sur la prévention de l’intégrisme, quand ils seront prêts et de préférence avant l’été!

  6. « Où est passé » le commentaire de Christian Dufour que j’ai lu hier soir sur le site du JDM « Le train de la charte est passé »??? « Je suis Charlie »??

    Dans son commentaire Dufour soulignait le sérieux du PLQ qui mettaient, eux, leurs énergies là où ça comptait….. Il ne ménageait pas les péquistes.. Aurait-il franchi les limites permises aux chroniqueurs de Quebecor?

    Alain Dubuc… « Il est vrai que M. Couillard hésite et tarde à agir dans le dossier des accommodements et de la charte. »

    « A voir les dérapages de jeudi on peut comprendre pourquoi. Il serait très imprudent de la part du gouvernement libéral d’ouvrir ce dossier tant que le PQ n’a pas choisi son chef et s’est stabilisé. »

  7. Une victoire de la gauche radicale en Grèce fait déjà saliver notre bonne gauche anti « austérité » du gouvernement Couillard..

    On ne l’échappera pas! le printemps sera chaud.. et le PQ saura profiter du mouvement syndical anti-Couillard.. PKP qui s’inspire maintenant d’Obama et taxerait davantage les entreprises… Québecor y compris??

  8. Je ne suis pas abonnée aux journaux de Quebecor et je ne veux pas l’être non plus:) j’aimerais lire le texte de M. Dufour par contre, si quelqu’un a un lien??

  9. Après l’éloge de la grandeur de Mathieu Bock Côté (Churchill) voici un rappel que fait Michel Hébert de la pensée groulxienne:

    « S’il doit quelque chose à son milieu, le chef doit d’abord ce qu’il est à lui-même, à son esprit, à son caractère.. »

    « Le chef est une personnalité, un esprit à soi, une volonté à soi. Intuitif ou quasi-intuitif, il voit plus vite et plus à fond que les autres les déficits et les misères de son milieu et de son temps; il voit aussi d’UNE VISION OBSÉDANTE, l’action qui s’impose. »

    « De là l’impulsion extraordinaire donnée par ce volontaire aux tendances de sa génération ou de son époque. »

    « Le chef ne serait pas le chef d’un groupe, mais le chef de sa nationalité; et les Québécois arc-boutés de nouveau pour la suprême lutte de leur vie, auraient la fierté de se sentir race d’hommes. »

    Quel visage vous vient à l’esprit demande Michel Hébert?

    PKP évidemment… En tant que disciple de Groulx et son intention affirmée de faire du Québec un pays il est clair que PKP est convaincue d’avoir la grosse tête idéale pour coiffer ce chapeau..

  10. J’ai un certain âge et lorsque j’étais plus jeune, j’ai été entouré de soutanes et j’ai survécu à l’idéologie qu’elles véhiculaient.
    Tout compte fait je préfère un idéologue avec soutane à un idéologue actuel sans soutane. Avec la soutane on sait à quoi s’en tenir.
    Le droit de ne pas se sentir agressé par une tenue vestimentaire. Wouach! Qu’est-ce qu’on inventera pas comme droit.
    Si on veut faire disparaître les signes religieux, devra-t-on écorcher ceux qui sont tatoués.

  11. Laïcité et religion. Hypocrisie et lâcheté.

    On tente de nous faire croire qu’on veut une société laïque.
    Alors, qu’est-ce qu’on attend pour obliger toutes les religions
    à payer leurs impôts fonciers sur leurs immeubles de culte comme tous
    les citoyens en paient sur leurs propriétés?

    Pourquoi moi et bien d’autres qui ne pratiquons aucune religion devons-nous
    financer ces institutions à même nos taxes?
    Les salaires des ministres des cultes sont-ils imposés?
    Comme on dit, que les bottines suivent les babines.
    Sinon, tout ça c’est de la frime.

  12. Quel aplaventrise québécois !!!! Dans les mots islamiste & islamisation je vois le mot islam….. tout par de là mais personne ne veut le voir ni même le dire tout haut.
    Si demain matin cette religion disparaissait de la surface de la terre, que se passerait-il? Moi je crois que la planète ne s’en porterait que mieux. Cependant, cela n’arrivera
    jamais car la mission de la religion musulmane est de convertir les infidèles……et je suis une infidèle tel que cette religion l’envisage.

    On devrait commencer par modifier la charte des droits et enlever tout ce qui attrait aux religions quelles qu’elles soient.
    Après on passe des lois qui empêche quiconque de pratiquer une religion autre que dans un lieu de culte ou dans les maisons privées.
    Dans l’espace pubique tout le monde ne peut démontrer une quelconque allégeance à aucune religion.
    Je parie que mon commentaire ne fera pas vieux os sur le blog de Mme Marcotte parce que j’ose dire ce que beaucoup de gens pensent.
    Et non je ne suis pas de la famille des Pineault-Caron. Je suis éduquée, j’ai un baccalauréat, je suis une professionnelle
    je suis née sous la religion catholique, je ne pratique jamais, je ne porte aucun signe religieux et quand je prie, je le fais chez moi, intérieurement et je n’écoeure
    personne avec ça. Dommage que tout le monde ne puisse en faire autant.

    • Marie, vous n’êtes pas seule à penser que la liberté de religion ne devrait pas faire partie d’une charte des droits et libertés et je pense que vous êtes sur une piste de solution. Je crois cependant que vos propos vont trop loin lorsque vous dites qu’il faut interdire de démontrer son appartenance à une religion dans un lieu publique. Je n’ai rien contre la démonstration d’appartenance à une communauté ou à un culte. Je suis très à l’aise avec la kippa, le tchador ou une croix parce que je ne me sens pas menacé par ces signes. ( La burqa est une autre chose, les lois et règlements en vigueur contre le port de masques doivent s’appliquer, c’est une mesure de sécurité). Finalement je suis d’accord avec vous que la religion étant une chose personnelle devrait se pratiquer en privé.

      Chritopher Hitchens disait que la seule façon d’assurer la diversité était  » to have a secular state with a godless constitution. » Un état séculier avec une constitution sans dieu. Cette approche ouverte permet la diversité et la pratique religieuse sans être contraignante pour les droits de tous les citoyens. La religion n’étant pas un droit, les demandes d’accommodements seraient ignorées. Donc pas de salle de prière, pas de nouveaux congés religieux, pas de coûts supplémentaires, pas d’obligation du gouvernement envers les groupes religieux et finalement la capacité de taxer les organismes religieux comme toutes les autres entités légales. Tous les autres droits déjà enchâssés dans nos Chartes et nos Lois nous offrent la protection dont nous avons besoins.

      Je maintiens depuis longtemps que les professions qui exercent un pouvoir direct sur les citoyens doivent-être dépouillées de toute influence démontrant un parti pris pour un parti politique ou une religion qui ferait en sorte qu’un individu pourrait croire que les valeurs d’un représentant de l’état n’influencent son travail. D’où le besoin de réfléchir aux signes religieux dans les systèmes de justice et de l’éducation. Il faut tout au moins que l’apparence de neutralité permette à une personne interpellée de croire qu’elle sera traitée équitablement et à l’abri de l’endoctrinement.

      Finalement vous pensez que Mme Marcotte pourrait vous exclure des discussions? Vous n’êtes pas ici sur un média qui censure ses commentateurs pour ses idées.

    • Marie,
      Vous vouliez certainement écrire espace public et non pubique….Ce n’est vraiment pas à la même place. J’avais besoin de rire et votre erreur de frappe a réussi. hi !! hi!!! hi!!!

  13. Et maintenant c’est au tour de François Legault de se jeter dans la mêlée.. Quelle déception! Vivement que Gérard Deltell quitte cette CAQ qui n’a plus rien de l’ADQ..

    Heureusement que le PLQ ne se laisse pas impressionner par la pression partisane utilisée par les deux partis de l’opposition.. Dieu Merci le PLQ est majoritaire..

    Le Québec n’est pas la France. Les Conservateurs ont « clairement » déclaré la guerre à l’islam radical.. aux djadistex et le PLQ ne nie pas que ce soit l’islam radical qui est à combattre.

    Cette « prétendue » peur des mots n’est qu’une tactique malhonnête utilisée par les démagogues de touts acabits dont l’intérêt partisan l’emporte sur l’intérêt premier du Québec..

    D’ailleurs les mesures que le PLQ compte appliquer ont aussi trait à une sélection mieux encadrée des immigrants..

    Les nationalistes avec leur politique linguistique ont leur part de responsabilité dans le taux élevé de magrhébins qui ont émigré au Québec plus que dans toute autre province canadienne.

    Le PLQ va s’inspirer de ce qui se fait à Ottawa.. accueillir un immigrant qui accepte nos valeurs démocratiques, l’intégrer au monde du travail et non plus pour allonger la liste des prestataires d’assistance
    sociale..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s